#MacronGate Dans l’affaire du « selfie armé » de Benalla, des témoignages fragilisent sa défense Deux agents de sécurité disent qu’aucun pistolet à eau n’a circulé au sein du service d’ordre présidentiel, comme l’affirme Alexandre Benalla.

Dans l’affaire du « selfie armé » de Benalla, des témoignages fragilisent sa défense

Deux agents de sécurité disent qu’aucun pistolet à eau n’a circulé au sein du service d’ordre présidentiel, comme l’affirme Alexandre Benalla.

Par Nicolas Chapuis Publié hier à 18h23, mis à jour hier à 18h38

Dans une affaire Benalla aux multiples ramifications, le volet du « selfie armé » est certainement le plus « loufoque », pour reprendre le mot du principal intéressé. Alexandre Benalla est dans le viseur de la justice pour un cliché, publié par Mediapart, où on le voit pointer une arme sur une serveuse alors qu’il n’avait pas de permis.

Il s’était défendu en assurant qu’il s’agissait d’un pistolet à eau, lors d’une audition le 29 novembre 2018. Mais les témoignages des autres protagonistes présents sur la photo prise pendant un déplacement de campagne du candidat Emmanuel Macron, dont Le Monde a pris connaissance, fragilisent cette version des faits.

Les deux autres agents de sécurité ont en effet été interrogés à deux reprises par la brigade de répression de la délinquance contre la personne de la Préfecture de police de Paris. Les auditions ont eu lieu le 28 novembre – la veille de celle de M. Benalla –, puis à nouveau le 4 janvier, pour vérifier les propos de l’ancien chargé de mission de l’Elysée.

Comme l’avait révélé L’Obs, ils affirment que c’est bien Alexandre Benalla qui braque l’arme. Ce dernier laissait planer le doute lors de son audition du 29 novembre. « Je ne sais pas si c’est moi qui le tiens », assurait-il, avant d’ajouter que c’est peut-être la main de « quelqu’un d’autre ».

Lire aussi Affaires Benalla : la chronologie complète pour tout comprendre

« Nous ne sommes pas des enfants »

« Sans le moindre doute, c’est M. Benalla qui tient l’arme », rétorque Mohamed-Ali A., l’un des deux agents interrogés début janvier. Les deux hommes, qui travaillaient pour la protection du candidat Macron, vont plus loin. Selon eux, la version de M. Benalla, qui assure qu’il s’agit d’un pistolet à eau emprunté à un membre du service de sécurité, ne tient pas la route.

« Nous ne sommes pas des enfants, pour jouer avec un pistolet à eau. Je n’ai jamais vu un membre du service d’ordre avec un pistolet à eau », reprend le même agent, avant de confirmer en regardant le cliché : « Pour moi, c’est une arme. »

Interrogé pour savoir s’il a déjà entendu parler de la présence d’une arme factice lors d’un déplacement d’Emmanuel Macron, il s’exclame : « Pendant une campagne présidentielle, non, évidemment que non ! Nous étions pro ! J’ai 43 ans, ça fait vingt ans que je suis dans la sécurité, ça me paraît complètement absurde. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s