SCI Chateau De Fleurac #Scandale Macron, Vincent et Anthony Miclet, Benalla, Ayem Nour, Rachid Rhazouani, Sandie DEL GALLO Pascale Jeannin-Perez mafia corso-maghrebine #Françafrique #Séfarade

 

Résultat de recherche d'images pour "Chateau De Fleurac 24580 FLEURAC"

Entreprise SCI Chateau De Fleurac En Perigord à Fleurac (24580)

Dernière mise à jour :

Informations sur l’entreprise SCI Chateau De Fleurac En Perigord

Raison sociale :
SCI CHATEAU DE FLEURAC EN PERIGORD
Numéro Siren :
509045571
Numéro Siret :
50904557100023 (siège de l’entreprise)
Numéro TVA intracommunautaire :
FR56509045571 (en savoir plus)
Greffe :
Code NAF / APE :
6820B (location de terrains et d’autres biens immobiliers)
Forme juridique :
Société civile immobilière
Date d’immatriculation :
18/11/2008
Commune d’implantation :

Adresse SCI Chateau De Fleurac En Perigord

SCI Chateau De Fleurac En Perigord
CHATEAU DE FLEURAC
24580 FLEURAC
aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Modification de représentant

Entreprise(s) émettrice(s) de l’annonce
Dénomination : SCI CHATEAU DE FLEURAC EN PERIGORD

Code Siren : 509045571

Forme juridique : Société civile immobilière

Mandataires sociaux : Associé : MICLET Vincent en fonction le 15 Juin 2009 ; Associé : MICLET Anthony modification le 05 Juillet 2012 ; Gérant : DEL GALLO Sandie en fonction le 08 Octobre 2018

Annonce légale publiée dans le Bodacc n°20180193 du 10/10/2018
05/10/2018

Mouvement des Dirigeants

Source :

224374 S.C.I. CHATEAU DE FLEURAC EN PERIGORD SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE au capital de 10,000 € Siège social : CHATEAU DE FLEURAC 24580 FLEURAC 509 045 571 R.C.S. Bergerac Aux termes d’une délibération en date du 1er Septembre 2017, la collectivité des associés a pris acte de la démission de Mme Ayem NOUR demeurant 15, Rue Rémy DUMONCEL 75014 PARIS avec effet au 1er Septembre 2017 et a nommé en qualité de nouvelle gérante Mme Sandie DEL GALLO demeurant 2Bis Rue Fourcroy 75017 PARIS LA GERANCE
Mandataires sociaux : Démission de Mme Ayem NOUR (Gérant), nomination de Mme Sandie DEL GALLO (Gérant)

Résultat de recherche d'images pour "anthony miclet"

Date de prise d’effet : 01/09/2017

Annonce publiée dans Courrier Français /Edition de la Dordogne n°24215 du 05/10/2018
06/10/2017

Mouvement des Dirigeants

Source :

224302 S.C.I. CHATEAU DE FLEURAC EN PERIGORD SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE AU CAPITAL DE 10.000 EUROS SIEGE SOCIAL : CHATEAU DE FLEURAC 24580 FLEURAC 509 045 571 R.C.S. BERGERAC Aux termes d ‘une délibération en date du 1er Septembre 2017, la collectivité des associés a pris acte de la démission de Mme Ayem NOUR demeurant 15, Rue Rémy DUMONCEL 75014 PARIS avec effet au 1er Septembre 2017 et a nommé en qualité de nouvelle gérante Mme Samira MABROUKI demeurant 1, Rue du Chemin Vert 92400 COURBEVOIE. LA GERANCE
Mandataires sociaux : Démission de Mme Ayem NOUR (Gérant), nomination de Mme Samira MABROUKI (Gérant)

Date de prise d’effet : 01/09/2017

Annonce publiée dans Courrier Français /Edition de la Dordogne n°24215 du 06/10/2017

Sept ans pour « Rachid le Corse » (sic)

Rachid ‘Le Corse’ (sic) Rhazouani, affilié au milieu corse, a écopé de sept ans de prison pour association de malfaiteurs et détention d’armes. C’est trois ans de moins que ce qu’avait requis le procureur. Il comparaissait libre à l’audience malgré l’énormité des faits, à cause de la faiblesse de l’enquête, les policiers peu motivés ou peu chanceux, n’ayant pas été à même de découvrir à quoi a pu ou devait servir l’arsenal découvert chez le « Corse ».

Sandie Del Gallo, la compagne du criminel étranger, n’a écopé que d’un an de prison ferme et deux autres avec sursis. Samuel Del Gallo, frère de la compagne de Rachid Rhazouani, était également poursuivi. Un troisième complice, Anisse Bouzidi, n’a été condamné qu’à six mois de prison avec sursis et 40 000 euros d’amende pour abus de biens sociaux.

L’affaire avait début après le contrôle à Paris de Rachid Rhazouani en possession d’une arme, un Glock 26 ; lors d’une perquisition réalisée dans la foulée, les enquêteurs avaient découvert un pistolet automatique Jericho et son chargeur, un pistolet mitrailleur HK MP5 et deux chargeurs, un gilet pare-balles, ainsi que tout le nécessaire (fausse carte, faux badge, menottes, brassard) pour se faire passer pour un policier.

Durant une seconde perquisition, ils avaient trouvé plusieurs centaines d’explosifs, de la mèche lente, deux mètres de cordeau détonant, trois pistolets automatiques et plus de 160 munitions, ainsi, que des gants, des cagoules, un brassard de police, une fausse carte nationale d’identité française, et 20 135 euros en liquide.

Dans une autre perquisition dans un bar à vin appartenant à Sandie Del Gallo et son frère – acheté selon les enquêteurs moitié moins que sa valeur –, ils avaient retrouvé un fusil de chasse, six grenades, quatre détonateurs, trois mètres de cordeau détonant, des milliers de munitions de tout calibre, plusieurs chargeurs, un gilet pare-balles, des gants, des cagoules, des perruques, une fausse moustache et une fausse barbe.

Une ultime recherche dans une entreprise de stockage avait conduit les policiers à mettre la main sur dix gilets pare-balles, une carabine Winchester, un fusil à lunette CZ, des talkies-walkies, une quarantaine de téléphones mobiles, six clés USB et deux disques durs externes.

À aucun moment les enquêteurs n’ont réussi à déterminer à quoi avaient été utilisées ces armes, ou à quoi elles étaient destinées, la possibilité d’achats d’un collectionneur passionné n’ayant pas été retenue.

Rachid Rhazouani est soupçonné d’être un homme de main de criminels en Corse. Sandie Del Gallo était une ancienne employée du cercle Wagram, cercle de jeu parisien lié au milieu corse, fermé depuis. Début septembre, la dirigeante du cercle, Valérie Dayde, ainsi que son époux, Jean-Angelo Guazelli, accusé d’appartenir au gang de la « brise de mer », ont été condamnés à un et trois ans de prison.

Pendant ce temps le gouvernement, aussi efficace dans sa lutte contre le chômage que contre les mafias, a annoncé, pour combattre le crime organisé… l’interdiction des paiements en liquide pour plus de 1 000 euros.

Alexandre Benalla et les intermédiaires de la « Françafrique »

L’Elysée dit avoir rompu avec ces hommes, mais des conseillers du président de la République les fréquentent toujours.

Par Ariane Chemin, Simon Piel, François Krug et Joan Tilouine Publié le 31 janvier 2019 à 11h35 – Mis à jour le 01 février 2019 à 06h36

Temps deLecture 10 min.

Article réservé aux abonnés

Dans le château du multimillionnaire français Vincent Miclet (dont les initiales figurent sur les plaques d’immatriculation), à Fleurac (Dordogne), en août 2018. Alexandre Benalla (au milieu), Antoine Ghonda (à droite), ancien ambassadeur itinérant du président Joseph Kabila, et Patrick Bologna (à gauche), un homme politique et d’affaires congolais. Tous deux étaient à l’époque très liés au régime du président Kabila.
Dans le château du multimillionnaire français Vincent Miclet (dont les initiales figurent sur les plaques d’immatriculation), à Fleurac (Dordogne), en août 2018. Alexandre Benalla (au milieu), Antoine Ghonda (à droite), ancien ambassadeur itinérant du président Joseph Kabila, et Patrick Bologna (à gauche), un homme politique et d’affaires congolais. Tous deux étaient à l’époque très liés au régime du président Kabila. Document « Le Monde »

Le 18 juillet 2018 au soir, des équipes de télévision prennent position devant un immeuble d’Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine. Quelques heures plus tôt, Le Monde a raconté qu’Alexandre Benalla a molesté des manifestants lors du 1er-Mai à Paris, un casque de policier sur la tête, et les journalistes le traquent.

Pour leur échapper, sa compagne quitte Issy-les-Moulineaux et s’enfuit au calme avec leur bébé. Elle est « certainement partie à l’étranger », explique durant sa garde à vue M. Benalla, alors encore adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron. Les enquêteurs découvrent que le portable de la jeune femme a en réalité activé pendant plusieurs jours une borne téléphonique de l’avenue Foch, dans le 16e arrondissement. Quand ils l’interrogeront plus tard, elle expliquera avoir été hébergée « chez un ami », dont elle refusera de donner le nom.

Cet « ami » est en réalité une amie, Pascale Jeannin-Perez. Cette discrète femme d’affaires de 56 ans, domiciliée en Suisse, voyage beaucoup : c’est une intermédiaire appréciée par les sociétés qui démarchent l’Afrique ou le Golfe. Son carnet d’adresses court de l’industrie à la finance et au sport. Un de ses proches, l’ancien footballeur George Weah, est devenu il y a un an président du Liberia ; à Genève, elle a ouvert pour la Chine un bureau gérant le volet européen du pharaonique projet des nouvelles « routes de la soie ».

Elle possède aussi de solides amitiés politiques : elle a accompagné le président Nicolas Sarkozy lors de voyages officiels et est la trésorière de l’association Dialogue franco-russe, présidée par un autre ami, l’ancien ministre Thierry Mariani. Mais c’est également une proche d’Alexandre Djouhri, soupçonné par la justice française d’être au cœur d’un financement libyen de la campagne présidentielle de M. Sarkozy en 2007, qui règne depuis vingt ans sur l’intermédiation au Moyen-Orient et en Afrique.

Un coffre-fort alimentant tous les fantasmes

Lorsque l’affaire Benalla éclate, Pascale Jeannin-Perez, depuis le Luberon où elle se trouve en vacances, est l’une des premières à venir en aide au chargé de mission présidentiel. Au Monde, elle explique avoir prêté son appartement à la compagne de M. Benalla sans chercher à savoir où se trouvait celui-ci. Elle nie avoir joué un rôle quelconque dans l’une des énigmes de cette affaire : un coffre-fort alimentant tous les fantasmes contenant, selon M. Benalla, des armes détenues légalement, qui a disparu d’Issy-les-Moulineaux.

La suite est réservée

aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Publicités

Une réflexion sur “SCI Chateau De Fleurac #Scandale Macron, Vincent et Anthony Miclet, Benalla, Ayem Nour, Rachid Rhazouani, Sandie DEL GALLO Pascale Jeannin-Perez mafia corso-maghrebine #Françafrique #Séfarade

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s