#France #SCANDALE #POLICE #Castaner #MacronGate Didier Andrieux Le lourd passé du policier violent de Toulon !

Le lourd passé du policier violent de Toulon

Accueil > Faits divers
Jean-Michel Décugis
08 janvier 2019, 21h33 | MAJ : 08 janvier 2019, 22h04
picto info
Didier Andrieux, ici en février 2010, PHOTOPQR/NICE MATIN/Eric Estrade

Didier Andrieux, filmé en train de frapper des manifestants samedi à Toulon, avait été sévèrement critiqué par ses propres équipiers en 2007, qui avaient alerté leur hiérarchie. En vain.

«Après plusieurs réunions de groupe ou réunions de commandement, nous avons constaté des troubles du comportement de la part de notre chef de service ». Nous sommes le 20 décembre 2007, une douzaine de policiers du Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) de Marseille, dont le n°2 du service, se fend d’un « compte rendu d’information » pour dénoncer les dérives de leur patron.

Ce courrier assez alarmant que nous avons pu nous procurer est adressé au directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) des Bouches du Rhône et au directeur central de la police nationale (DCPN). Le chef ? C’est Didier Andrieux, le commandant divisionnaire, à la tête de 400 policiers à Toulon (Var), filmé samedi en train de frapper plusieurs personnes en marge de l’acte VIII des Gilets jaunes.

Gilets jaunes : un policier filmé en train de frapper des manifestants à Toulon

Des excès d’autoritarisme

A l’époque, le policier, simple commandant, dirige une unité d’élite. Ses hommes qui constituent environ 60% des effectifs de l’unité écrivent à leur hiérarchie « dans le but de sortir de la crise » et « surtout d’éviter qu’un drame ne survienne ». Ils dénoncent des excès d’autoritarisme et des manquements à la sécurité au cours d’opérations. « Ce dernier [Didier Andrieux] a eu à plusieurs reprises une attitude que nous qualifierons de dépressive, démontrée par des larmes, des périodes d’isolement refusant tout dialogue, des attitudes contradictoires, des aveux de pensées suicidaires… ».

Les policiers disposent de plusieurs heures d’enregistrement du commandant effectuées à son insu à travers lesquels l’officier, en pleurs, évoquerait certains dysfonctionnements et confierait son surmenage. La direction centrale de la police nationale envoie aussitôt un émissaire, en l’occurrence un commissaire, pour prendre la température et mener son enquête. La police a-t-elle lavé son linge sale en famille ? Selon nos informations, les enregistrements n’ont pas été pris en compte par l’enquête au motif qu’ils avaient été effectués clandestinement. Et aucun délit n’est apparu, selon une source proche de l’enquête de l’époque.

«Grâce à ses réseaux et son entregent, il est sorti par le haut»

Cependant l’activité du GIPN de Marseille est aussitôt suspendue. Celle-ci ne reprendra que six mois plus tard avec un autre encadrement et d’autres hommes. Les anciens sont contraints d’abandonner les forces d’intervention et sont reclassés dans les brigades de leur choix. Une façon d’acheter leur silence ? En tout cas, l’explosion de l’unité marseillaise ne porte pas préjudice au commandant auquel on confie le poste d’adjoint au chef de la section d’intervention du Raid. Il en partira assez vite après quelques soucis… Il est alors promu comme chef subdivisionnaire au commissariat de La Garde (Var) puis un peu plus tard à la tête du service d’ordre public et du soutien (SOPS) à Toulon.

Nous avons retrouvé Gérald Rivière, l’ancien adjoint de Didier Andrieux au GIPN de Marseille. Comment lui et ses collègues ont-il vécu l’épisode marseillais ? « C’est une injustice. Nous avons été humiliés, sacrifiés alors que Didier Andrieux, grâce à ses réseaux et son entregent, est sorti par le haut » explique l’ex-policier aujourd’hui à la retraite. L’ancien fonctionnaire évoque notamment à l’époque une affaire de travail dissimulé chez des policiers de l’unité étouffée par son chef, mais aussi une intervention ratée maquillée « Cela a été la goutte qui a fait déborder le vase. Car on citait cette affaire comme modèle dans les services d’intervention ».

«Ce qui m’étonne c’est que cela ne soit pas arrivé plus tôt»

Le retraité confie n’avoir guère été surpris par les récents gestes de violence du commandant de Toulon. « Ce qui m’étonne c’est que cela ne soit pas arrivé plus tôt. C’est un homme qui voulait tout faire, tout gérer et qui finissait par craquer »…

Contacté, Didier Andrieux n’a pas souhaité répondre sur son passage au GIPN, s’en « tenant à sa décision de ne pas communiquer ». « Je le fais d’autant plus volontiers, nous dit-il, que contrairement à certains j’ai la prétention de connaître le sens du mot Honneur et que je ne salirai pas notre chère unité et les membres qui la composent et l’ont composée ».

Publicités

2 réflexions sur “#France #SCANDALE #POLICE #Castaner #MacronGate Didier Andrieux Le lourd passé du policier violent de Toulon !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s