#MacronGate Alexandre Benalla mis en examen pour l’interpellation du Jardin des plantes

Alexandre Benalla mis en examen pour l’interpellation du Jardin des plantes

 PAR 

En plus de sa mise en examen pour les « violences volontaires » de la place de la Contrescarpe à Paris, le 1er mai, Alexandre Benalla a été de nouveau mis en examen pour des faits similaires commis dans l’enceinte du Jardin des plantes le même jour. Mediapart avait révélé la vidéo qui accable l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron.

En plus de sa mise en examen pour les « violences volontaires » de la place de la Contrescarpe à Paris, le 1er mai, Alexandre Benalla a été de nouveau mis en examen, le 29 novembre dernier, pour des faits similaires commis dans l’enceinte du Jardin des plantes le même jour.

L’information a été révélée, dimanche 16 décembre, par l’Agence France Presse (AFP).Mediapart avait révélé la vidéo du Jardin des plantes, qui accable aujourd’hui l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron. Nous republions ci-dessous notre article du 30 juillet. La victime du Jardin des plantes s’était par ailleurs longuement confiée à Mediapart (à lire ici).

————————————————-

1er mai : deux nouvelles vidéos montrent l’implication de Benalla et Crase dans une autre interpellation

Dimanche 29 juillet, dans un long entretien accordé au Journal du dimanche, Alexandre Benalla commente la vidéo publiée vendredi 27 juillet sur le site de Libération. Sur les images tournées le 1er mai au Jardin des plantes, Alexandre Benalla et Vincent Crase, employé de La République en marche, se comportent comme deux policiers et cela, trois heures avant d’intervenir violemment sur la place de la Contrescarpe, située à quelques centaines de mètres du jardin.

Alexandre Benalla confirme au JDD qu’il est bien présent dans le Jardin des plantes : « J’étais derrière les policiers, en tant qu’observateur. On peut le voir distinctement. Je n’ai ni casque, ni brassard, ni radio. » Mais il dément toute participation aux interpellations : « Aucune intervention de ma part à ce moment-là. »

Contacté par BFM TV, Laurent-Franck Liénard, avocat d’Alexandre Benalla, affirme qu’« on ne voit strictement rien sur cette vidéo. Monsieur Benalla ne fait strictement rien à cet endroit et sur personne ». De son côté, et à la suite de cette vidéo, le parquet de Paris a annoncé, lundi 30 juillet, l’ouverture d’une nouvelle enquête pour des violences commises par Alexandre Benalla et Vincent Crase au Jardin des plantes le 1er mai.

Une nouvelle vidéo que Mediapart diffuse confirme la participation d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase à des interpellations. On identifie très clairement les deux hommes qui interviennent lors de l’arrestation d’un manifestant par des CRS. Difficile pour leur défense d’affirmer qu’ils ne font rien, puisque ce sont eux-mêmes qui procèdent à l’opération en tirant, avec force, le jeune homme par les bras.

Au moment où nous publions cet article, l’identité du manifestant est encore inconnue.

Didier (*), 27 ans, professeur de sciences économiques et sociales, est l’auteur de cette vidéo. « Le 1er mai, j’étais venu manifester mais voyant la tournure des choses, j’ai préféré fuir les affrontements du boulevard de l’Hôpital et les gaz lacrymogènes. Nous étions nombreux à avoir trouvé refuge à l’intérieur du Jardin des plantes », témoigne-t-il auprès de Mediapart.

« On s’est éloignés de l’entrée du parc. Il y avait des touristes, des familles avec des enfants et des manifestants. L’ambiance était étrange parce que les CRS étaient tendus alors qu’il n’y avait aucun jet de projectile. Je me rappelle même de touristes espagnols, étonnés par la situation. Puis un garçon est sorti, semble-t-il, d’un bosquet en hurlant. Il était poursuivi par des CRS qui l’ont plaqué au sol. Là, il y avait environ quatre policiers qui le tapaient alors qu’il était à terre. C’est à ce moment-là que je me suis dit qu’il fallait filmer parce que c’était très violent. »

© Mediapart

Il est 16 h 52 lorsque les faits sont filmés. Entourés de CRS, Alexandre Benalla et Vincent Crase se chargent du jeune homme. « Quand j’ai tourné ces images, je ne me posais pas de question sur qui s’occupait de ce jeune, mais j’étais choqué de la violence avec laquelle il avait été frappé. C’est là que j’allume la vidéo de mon téléphone, lorsqu’il a été amené par des policiers vers l’entrée du jardin. Puis un CRS nous a demandé de partir dans l’autre sens, vers une autre sortie du parc. »

Didier se souvient encore de l’ambiance anxiogène qui régnait dans le parc : « Sans mettre en joue, un CRS tenait son Flash-Ball de façon assez menaçante. Ce qui fait d’ailleurs que plusieurs manifestants ont levé les mains en l’air en passant près des CRS. »

Mardi 31 juillet, Mediapart a reçu une seconde vidéo. Elle a été tournée à 16 h 53, soit une minute après la précédente, par un autre témoin qui souhaite garder l’anonymat. Il s’agit de la même interpellation réalisée par Alexandre Benalla et Vincent Crase. Le premier prend soin de remettre sa capuche sur la tête.

© Mediapart

Dans la vidéo publiée par Libération vendredi 27 juillet, Vincent Crase et Alexandre Benalla procèdent à l’interpellation de Noémie, 24 ans et Romain, 23 ans, deux manifestants. Noémie, fonctionnaire du ministère de la justice, filme la scène. Mais la vidéo s’interrompt lorsqu’elle est interpellée par l’un des faux policiers. Elle est ensuite ceinturée, tandis que Romain est mis au sol et menotté. Romain a été conduit au commissariat et placé en garde à vue. Il aurait commis des « violences contre une personne dépositaire de l’autorité publique ».

« La garde à vue de mon client a été prolongée pour qu’il soit procédé à une confrontation qui n’aura jamais lieu », explique à Mediapart Nadja Diaz, avocate de Romain. Aucune poursuite n’a été engagée contre son client.

« Cette nouvelle vidéo publiée par Mediapart laisse clairement apparaître que messieurs Crase et Benalla procèdent à une interpellation dans le Jardin des plantes, le 1er mai, à proximité immédiate du lieu où mon client a, lui-même, été interpellé, commente Nadja Diaz. Cela démontre que monsieur Benalla, contrairement à ce qu’il a affirmé par l’intermédiaire de son conseil, n’a pas “strictement rien fait à cet endroit et sur personne”, ce jour-là. Il a donc menti. Cela démontre qu’ils ont, cet après-midi-là, agi comme des policiers au vu et au su de tous. »

Le 1er mai, aucune suite n’a été donnée aux interpellations auxquelles ont participé Alexandre Benalla et Vincent Crase. Pourtant, lors d’interpellations, une fiche de mise à disposition doit être remplie par l’autorité civile, un policier en charge des opérations. Dans cette note doivent figurer l’identité de la personne interpellée, le lieu, la date, l’heure ainsi que les circonstances et le motif. Qu’en est-il des interpellations menées par l’ancien collaborateur de l’Élysée et l’employé du parti LREM, censés être observateurs ? Ces notes ont-elles été rédigées ? Mentionnent-elles la présence d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase ?

S’agissant des interpellations place de la Contrescarpe, François Molins, procureur de la République de Paris, s’en était lui-même étonné. Dans un courrier adressé le 25 juillet au directeur de la DSPAP (Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne), publié par Le Monde, le procureur demande pourquoi aucune poursuite n’a été engagée à l’encontre du couple violemment interpellé par Alexandre Benalla.

Cette nouvelle vidéo montre que les violences exercées par Alexandre Benalla ne sont pas un dérapage mais qu’il a pris part très tôt aux opérations de maintien de l’ordre. Mediapart a contacté son avocat Laurent-Franck Liénard, afin de lui demander qui avait donné à son client l’autorisation de se comporter comme un policier. Il n’a pas donné suite à notre appel.

« Ces faits réitérés dans la journée du 1er mai au moins trois fois par un fonctionnaire de la sécurité personnelle du président et un salarié de son parti n’ont pu être ignorés de tous. Après la communication, doit venir le temps d’établir les responsabilités et complicités », estime Grégory Saint Michel, avocat de Noémie, interpellée au Jardin des plantes.

TOUS LES COMMENTAIRES

  • 16/12/2018 19:55
  • PAR 

Au fait des nouvelles des fameux amoureux de la Contrescape, les blanches colombes qui ont produit un faux certificat médical et sont surveillés par les polices de plusieurs pays ?

Benalla devrait s’entrainer à la course en zigzag, ça urge, les amoureux terroristes sont sur sa trace !

Cet épisode est aussi cité dans l’article, il faut bien éclairer le sujet aussi un peu sous un autre angle.

D’ailleurs je n’ai pas souvenir que Mediapart ai jamais parlé de ces éléments mais je me trompe peut-être.

Une pensée émue d’ailleur pour les médias les ayant gentiment invités (Le Monde, Quotidien) en se faisant manipuler par ces activistes d’extrême-gauche.

Edit : correction (merci Patrice)

« manipuler  » SVP ! Le français cela se respecte Monsieur !

Mais je suis d’accord avec vous, ce qu’a fait Benalla est inacceptable.

A la justice maintenant de travailler.

Pouvez-vous donner des détails et des sources.

Les fameux amoureux ??

Non ne me dites pas que vous parlez de……

MDR,

meta, Semper fidelis a son patron !!!

« Quand un « activiste d’extreme-gauche »  parle sur un plateau c’est qu’il a manipulé le média qui l’invite« 

Ce n’est évidement pas la question, mais qu’ils se sont présentés et ont étés présentés par les médias comme de simple passants.

Mensonge et journalisme un peu léger (pour autant je ne sais pas s’ils avaient les moyens de vérifier par eux même)

 

Cette crapule de Benalla doit passer 10 ans en taule !!!!

Ceux dont vous parlrez représente un « vrai » da

Nous ne sommes pas à la maternelle et ceux dont vous parlez ne sont pas et, n’ont pas été « proche » « très, très proche » du chef de l’état !!!J’ai connu ces périodes où « les polices » n’avaient pas mieux à faire que de surveiller « les pas comme il faut » et laissaient passer devant eux les « vêtus de noir et cagoulés » sans lever le petit doigt.

Eviter d’être donneur de leçon : « ça se respecte Monsieur !!! Je ne met pas l’accent sur le E bien que, m’a t-on dit, ce soit désormais « obligatoire » mais …je ne sais pas comment on fait…et « je m’en tape complètement » sans la moindre forme de respect pour le français qui « change tout l’temps » !!!  

Episode « Café du commerce » l’indignation sélective…

Il ne faut pas grand chose pour être « qualifié d’extrême gauche » il suffit de ne pas être d’accord avec le pouvoir en place et le crier très, très fort et… »le tour est joué » !!! La police manque de moyens, d’effectifs, la justice est en faillite mais… prend le temps de s’attarder sur « des cas » très secondaire au dépend des priorités…

 

Il ne faut pas grand chose pour être « qualifié d’extrême gauche » il suffit de ne pas être d’accord avec le pouvoir en place et le crier très, très fort et… »le tour est joué » !!! La police manque de moyens, d’effectifs, la justice est en faillite mais… prend le temps de s’attarder sur « des cas » très secondaire au dépend des priorités…

 

Et personnellement, « quand j’étais jeune » j’en ai rencontré des « potes » qui avaient de « curieux » copains au regard de ma banalité de vie…eux n’étaient en rien « impactés » dans le « sillon » de ces personnes…

Du complotisme centriste. AHAHAHAHAHA!…

C’est quoi pour vous une « extrême gauche » ? C’est « vite dit » dans les « hautes tes instances »ces qualificatifs … vous semblez très, très jeune et peu rôdé aux habitudes journalistiques autant que politiques… un peu de culture « des choses » du monde dominant vous aiderait a raconter moins de c…

« Du complotisme centriste »

Il y a quelques semaines le médecin à avoué avoir produit un faux document médical.

Ci-dessous un article du JDD concernant la colombe de passage .

 © JDD - 25/11/2018© JDD – 25/11/2018

Bien à vous.

1 cela ne s’adressait pas à vous !

2 il y avait erreur entre infinitif et verbe conjugué

3 le monsieur a qui cela s’adressait à rectifié ! et remercié !

4 Pschiiiiit

Bientôt en vente sur le site de l’élysée ,  imprimé sur un t-shirt .

Des nouvelles, de vos amis politichiens qui vont gaillardement à des sauteries parisiennes en compagnie de votre ami Benalla ? Il y a une jolie vie « mondaine » pour tous ces « mis en examens », n’est-il pas ? Finalement, c’est cool, d’être « mis en examen », non ? A condition d’être « protégé par le sommet », la « bienveillance du petit marquis maquillé à outrance, on peut tout commettre en France : vol, viol, violence, escroquerie, corruption, usurpation d’identité, j’en passe et des meilleures… yell

Après, on s’étonne de la colère des gilets jaunes…

Benalla, Ferrand, Sarkozy et Darmanin se retrouvent aux 70 ans du JDD

https://www.marianne.net/…/alexandre-benalla-sarkozy-darmanin-ferrand-70-ans-jdd

https://www.lemonde.fr/…/11/…/alexandre-benalla-a-la-fete-du-jdd_5389857_3224.htm…

28 nov. 2018 – Alexandre Benalla à la fête du « JDD ». L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, mis en examen pour violences volontaires, est apparu à la …

Il fait partie du cercle de propagande et passeur d’edl autour du « patron ».

Bonjour Annie,

Si cela peut vous rassurer ces mêmes informations sont disponibles ailleurs qu’au JDD.

L’arbre … la forêt … toussa

Très juste, de nos jours pour être taxé d' »extrême gauche » il suffit d’être à gauche du PS. Pas difficile…

De même, on taxe d' »extrémisme » les gens pour la seule raison qu’ils font de la casse, pourtant être « violent » ou non ne dit rien de la tendance politique des gens. On peut tout à fait modéré voire apolitique et très en colère contre Macron !

Il s’agit donc bien d’une nouvelle forme de chasse à l’homme, initiée par macron lui-même et son idéologie de la « race » « supérieure« .

Il paraît qu’un coup de feu a été tiré devant le domicile d’un « député« : il n’y a pas dans ce pays que des Citoyens sur lesquels benalla peut impunément braquer son flingue. Benalla a de plus en plus de chances de tomber sur une proie armée.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chasse_à_l’homme

http://m.leparisien.fr/politique/gilets-jaunes-coups-de-fusil-de-chasse-devant-le-domicile-du-depute-bruno-questel-15-12-2018-7969629.php

Un peu facile me direz vous mais…quand même : ce Mr Benalla a  une conduite de : « celui qui sait « qu’il ne craint rien », de celui qui « se croit protégé »  de tout ?

Et il est difficile de ne pas y penser …Ceci rappelle le comportement de « nos puissants » qui poussent très « loin le bouchon » dans leurs agissements « limites » et ne sont jamais inquiétés ou si peu…

10 ans de tig en Guyane ! Et leurs maîtres avec!

DuetUVTXQAYv90L.jpg

La police sont nombreux. Mais les assument. Les devant un verbe conjugué c’est le pluriel depuis hier. C’est qui, celles qui auraient pu désobéir ?

En revanche le gilet jaune n’assument pas. Mais ils a raison.

Cela sent fort le « bacqueux » ! On notera le « courage » avec lequel nos pandores s’éloignent !

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

« mais les véritables black-blog déguisés en policiers » comme ceux qui passaient, bottés, cagoulés, tout vêtus de noir devant les policiers qui les regardaient se diriger vers le jardin des plantes, sans lever le « petit doigt » ? Il est évident que je n’ai pas de sources hors « images vue par un « pleupleu » sans même un téléphone portable pour « faire la photo »… l’esprit pourri de cette milice comparable à ce qui existait à d’autres époques, sauf que les coupables ne sont pas forcément « ceux » que vous  accusez mais…allez savoir…Ouvrez des ouvrages spécialisés afin de vous documenter sur l’ « HISTOIRE » de la France mais « EN VRAI » !!!