#France #AshRévolution #Macron Un pouvoir sans boussole ! Gilets Jaunes

Un pouvoir sans boussole

 PAR 

Emmanuel Macron s’exprimera après la nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes », prévue samedi. Le président de la République adaptera son propos en fonction d’événements sur lesquels il n’a plus prise. La crise actuelle révèle au grand jour le dérèglement de la mécanique d’État et fait remonter à la surface les différences de vue qui traversent la majorité.

Ça part dans tous les sens. À la veille d’un nouveau samedi de mobilisation des « gilets jaunes », que l’Élysée présente d’ores et déjà comme une journée de « très grande violence », la macronie ne parvient plus à cacher la panique qui règne dans ses rangs, au sein de la majorité comme au plus haut niveau de l’État. Les annonces formulées mardi 4 décembre par Édouard Philippe, et largement adoptées le lendemain à l’Assemblée nationale, n’ont pas suffi à calmer les colères qui s’expriment dans la rue depuis bientôt un mois.

Dans un tel climat, le président de la République a « appelé au sens des responsabilités de toutes nos parties prenantes » et « demandé aux forces politiques, aux forces syndicales, au patronat, de lancer un appel clair et explicite au calme et au respect du cadre républicain ». Le premier ministre, dans la lignée du ministre de l’intérieur Christophe Castaner, a lui aussi invité « celles et ceux qui envisageaient de se rendre à Paris samedi prochain pour manifester à ne pas le faire »« Non pour taire leurs revendications, mais pour ne pas se retrouver piégés par ceux qui, nous le savons, s’organisent déjà pour semer le désordre et le chaos », a-t-il indiqué.

Emmanuel Macron entouré d’Édouard Philippe et du secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, le 2 décembre, à l’Élysée. © ReutersEmmanuel Macron entouré d’Édouard Philippe et du secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, le 2 décembre, à l’Élysée. © Reuters

La journée du 8 décembre s’annonce décisive. C’est elle qui déterminera la suite des événements, preuve s’il en fallait qu’Emmanuel Macron n’a plus grande prise sur ces derniers. Le chef de l’État, que beaucoup poussent à sortir du silence, ne s’exprimera pas avant samedi. « Après différents échanges et un tour d’horizon, le président, lucide sur le contexte et la situation, ne souhaite pas mettre d’huile sur le feu et par conséquent n’a pas l’intention de s’exprimer avant samedi », a confirmé à l’AFP le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, précisant qu’« à l’inverse, en début de semaine prochaine, il sera amené à s’exprimer ».

Cette semaine, c’est le premier ministre qui a donc été placé en première ligne pour assurer le service après-vente des mesures annoncées mardi. D’abord au Palais-Bourbon, puis devant les sénateurs, et enfin au 20 heures de TF1, Édouard Philippe a insisté à plusieurs reprises sur le « geste d’apaisement » que constitue aux yeux du pouvoir sa décision d’annuler la hausse des taxes sur les carburants. « Aucune taxe ne mérite de mettre en cause l’unité nationale. […] C’est un geste qui permet le retour au calme, auquel les Français sont extrêmement attentifs », a-t-il martelé, évoquant également « la possibilité de prendre en compte des mesures qui pourraient correspondre au versement d’une prime défiscalisée, par les employeurs aux salariés ».

Conscient que le premier recul du quinquennat n’a pas satisfait les revendications des gilets jaunes, l’exécutif cherche encore la réponse qui lui permettrait de sortir d’une crise qui a révélé au grand jour les différentes sensibilités qui composent la macronie. Car derrière la vitrine de l’unité, ce sont bien les cultures politiques de chacun, ensevelies pendant un an et demi sous un illusoire « en même temps », qui refont aujourd’hui surface. Là où certains considèrent avoir déjà fait un effort considérable en revenant sur la hausse des taxes sur les carburants et insistent désormais sur la seule question du maintien de l’ordre public, d’autres plaident en faveur d’un changement plus profond susceptible de rééquilibrer l’ensemble des politiques conduites.

Tous les débats convergent vers une seule et même question : comment conserver la « dynamique réformatrice » défendue par Emmanuel Macron ? C’est sur la méthode que les avis divergent. De plus en plus nombreux sont ceux à constater que le « pragmatisme » défendu depuis le début du quinquennat est aujourd’hui parfaitement inaudible. Et qu’il ne sert à rien de multiplier les mesures techniques sans résultats immédiatement perceptibles. D’autant que l’automne 2018 devait justement permettre à tous les Français de constater les résultats en question, après l’entrée en vigueur en octobre de la baisse des cotisations sur leur feuille de paie… et avant la délicate mise en place du prélèvement à la source en janvier, dont certains, au sein de l’appareil d’État, craignent qu’elle ne ravive, après les fêtes de fin d’année, le sentiment d’injustice fiscale actuellement exprimé dans la rue.

Ces divergences ont encore été exposées en place publique cette semaine, lorsque le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, et la secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, ont tous deux ouvert la porte à un éventuel rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF), obligeant Emmanuel Macron à un recadrage sévère. « Nous ne détricoterons rien de ce qui a été fait depuis dix-huit mois ! » leur a-t-il lancé en conseil des ministres, le 5 décembre. Voilà pour le fond. Sur la forme, le président de la République n’est guère plus satisfait de la façon dont les choses sont présentées depuis le début de la crise.

En témoigne l’explication de texte à laquelle s’est plié l’Élysée, mercredi soir, au sujet du « moratoire-suspension-annulation-suppression » de la hausse des taxes sur les carburants. Une annonce formulée par Édouard Philippe l’après-midi même à l’Assemblée nationale d’une manière jugée inintelligible par le chef de l’État. « Il n’y a aucune cacophonie, cette taxe n’est pas dans le budget, elle est annulée, point », s’est toutefois défendu le premier ministre sur TF1. Or, comme chacun sait, ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement. Et c’est précisément parce que l’exécutif ne sait plus où il va qu’il louvoie dans l’expression.

Un quatuor d’État, une mécanique déréglée

Sitôt cette explication de texte apportée par la présidence, la plupart des responsables politiques d’opposition ont dénoncé la confusion qui règne actuellement au plus haut niveau de l’État, moquant l’énième « camouflet » subi par Édouard Philippe. Dans la majorité, nombreux sont ceux à n’avoir jamais reconnu l’ancien maire LR du Havre (Seine-Maritime) comme leur chef. Depuis sa nomination à Matignon, le premier ministre, qui s’est toujours refusé à rejoindre officiellement La République en marche (LREM), suscite en effet la défiance de certains macronistes de la première heure, qui tentent aujourd’hui de renouer avec la pratique du « fusible » – un classique de la VeRépublique – en évoquant un départ « inéluctable »« au plus tard au moment des européennes ».

Fort du vote des députés, par 358 voix contre 194, sur les mesures annoncées par le gouvernement en réponse à la crise des gilets jaunes, le principal intéressé veut continuer à se montrer serein : « Ma mission, c’est d’atteindre les objectifs fixés par le président. Je le fais avec le soutien de la majorité, et avec la confiance du président, c’est ce qui m’importe », a-t-il affirmé, jeudi soir. Voilà plusieurs mois déjà que la petite musique de « tensions » entre l’Élysée et Matignon résonne dans les couloirs du pouvoir, constamment démentie par Édouard Philippe qui jure que « personne, jamais, ne mettra le début du commencement de la moitié d’une feuille de papier à cigarette entre le président de la République » et lui-même.

À Gaillon (Eure), le 6 décembre. © ReutersÀ Gaillon (Eure), le 6 décembre. © Reuters

En vérité, comme le reconnaissent ceux qui leur sont le plus proches, nul autre que les deux hommes ne peut prétendre savoir ce qui se raconte et se décide lors de leurs tête-à-tête, hormis le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, véritable bras droit d’Emmanuel Macron, et le directeur de cabinet du premier ministre, Benoît Ribadeau-Dumas, qui assistent à chaque réunion. Car le pouvoir actuel est en réalité partagé par ce quatuor d’énarques issus de l’inspection générale des finances (IGF, Emmanuel Macron), du Trésor (Alexis Kohler) et du Conseil d’État (Édouard Philippe et Benoît Ribadeau-Dumas), tous passés par le privé, sans avoir été rodés au dialogue avec les partenaires sociaux.

Or, comme l’expliquait Mediapart au mois de septembre, la mécanique jusqu’alors bien huilée du quatuor en question a commencé à se dérégler il y a plusieurs semaines. À l’époque déjà, le tout premier cercle du président de la République ne cachait pas la gravité de la situation, évoquant notamment les ennuis judiciaires du secrétaire général de l’Élysée, qui, à les en croire, l’affectaient au plus haut point, contaminant directement le chef de l’État. « Les deux têtes de l’Élysée vont mal », tranchait alors un conseiller de la présidence. Difficile, dans une telle situation, d’avoir les idées claires. Encore plus en temps de crise.

Au début de son quinquennat, Emmanuel Macron estimait pourtant n’être « pas fait pour diriger par temps calme »« Je suis fait pour les tempêtes », confiait-il à l’écrivain Emmanuel Carrère, dans un portrait paru dans le Guardian. Mais une fois la tempête venue, le président de la République se retrouve finalement submergé. C’est là que la relation avec son premier ministre prend tout son sens, si l’on en croit certains de ses proches. Car s’ils proviennent, à bien des égards, du même moule, les deux hommes n’avaient pas d’histoire politique commune avant mai 2017. Ils n’ont pas fait campagne ensemble et n’ont été confrontés à aucune « tempête » avant celle des gilets jaunes. Cela ne veut pas dire qu’il existe des dissensions politiques majeures entre eux, souligne un conseiller. En revanche, « ça ne facilite pas la rapidité des décisions ».

Résultat : toutes celles qui ont été prises depuis trois semaines sont arrivées à contretemps. Et pour gripper davantage encore la mécanique, d’autres difficultés se sont ajoutées : une majorité échaudée par le départ de Nicolas Hulot, qui ne voulait pas donner l’impression de céder sur le « cap » de la transition écologique ; une administration où Bercy règne en maître et reste crispée sur la trajectoire des dépenses budgétaires ; un exercice vertical du pouvoir, théorisé par Emmanuel Macron en personne, qui a rompu la promesse initiale d’horizontalité et d’écoute, en écartant du chemin de ses réformes tous ceux qu’il considérait comme des « éléments bloquants », à commencer par les corps intermédiaires et les élus locaux.

En concentrant tous les pouvoirs, le président de la République a largement déséquilibré les institutions, se privant de tous les pare-feux qui auraient dû le protéger en temps de crise. Quand bien même l’hypothèse d’un changement de premier ministre circulerait encore, chacun s’accorde à dire qu’elle ne résoudrait rien à la situation actuelle. Dans la rue, seul le nom d’Emmanuel Macron rime avec le mot « démission ». C’est bien sur sa personne que se cristallise l’essentiel des colères. Et c’est pour cette raison que sa prise de parole est aujourd’hui présentée comme la dernière carte à jouer pour répondre de façon définitive aux gilets jaunes.De quelle manière ? Personne ne le sait. « Tout dépendra de la journée de samedi », se contentent de répéter les proches du chef de l’État. Une phrase qui en dit long sur le naufrage politique dans lequel l’ensemble de la macronie, cet équipage hétéroclite qui fonçait depuis un an et demi sans se soucier des signaux d’avertissement qui jalonnaient sa route, est en train de sombrer.

TOUS LES COMMENTAIRES

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 13:11
  • PAR 

La République est engagée dans la voie de l’improbable avec ce président.

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART.
CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

Vos liens sont intéressants, cependant permettez deux remarques

– des liens vers des article de Médiapart me semblent superfétatoires : il nous suffit de naviguer sur la page d’accueil pour trouver ces articles (sauf à la rigueur s’il s’agit d’un blog que vous avez jugé intéressant, mais qui n’apparaît pas)

– quand il y a plusieurs thématiques (ou sous-thématiques) comme ici, vous devriez les regrouper par thématique (avec un titre). Exemple : gilets jaunes, lycéens, violences, écologie, les orga de gauche et les gilets jaunes…

C’est bien d’un comédien qu’il s’agit.

Médiocre de surcroit.

merci pour les remarques. Cette Revue d’Actu largement relayée est faite pour que les militants repèrent vite les thèmes utiles à leurs interventions. Ils ne peuvent que prendre le temps d’en lire quelques-uns…

1) je publie régulièrement des articles de blog MDP, qui me sont conseillés, ou attrapés au vol, car très nombreux

2) suis entièrement d’accord. Mais pas le temps en ce moment.

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

***

C’est tout
On moque de nous ? Et plus la rumeur est grosse est plus elle est belle Au 20s on publie le protocole des des ages de Sion ,un document qui voudrait demontrer les tentatives hégémonique s des juifs ,un montage un faux qui sera utilisé par Hitler… Ce mois sur les réseaux c’est le pacte de Marrakech..400 millions d’étranger déboulent sur la France…, Le grand remplacement. Pendant que les rumeurs grossissemet et font nefastes œuvres des hypocrite s attendent leur temps pour tirer tes marron du feu.

Vous n’êtes pas le seul à avoir éprouvé ce sentiment indicible, à la nuance près que, pour ce qui me concerne, ce sont les images qu’avaient diffusées les médias d’ex-futurs égorgés par leur bourreau ayant fait allégeance à l’E.I., agenouillés avec derrière chacun d’eux leur bourreau qui se sont superposées à celle de ces ados !

idem

laughing On pense savoir pourquoi on ne l’entend pas, il parait qu’il n’est plus à Paris:  il se serait replié à Sigmaringen

La République est engagée dans la voie de l’improbable avec ce président.

Comment osez-vous dire çà alors que  : 

Exécution © xExécution © x

 « LES Français  …. »

NON 

  QUELQUES  15/16 % de Français en âge de voter.

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

D’accord avec vous. Ces images sont celles du fascisme, de l’avilissement de notre jeunesse qui est aussi notre futur. Honte a un pouvoir qui a permis cela ! Ils devront le payer de leur extinction politique et comme la pire faute morale démocratiquement acceptable.

J’en suis malade, je n’y croyais plus vraiment, vu leur attentisme et aussi les « élections professionnelles » en cours, mais là c’est clair, plus rien à attendre de ce côté-là….

Plus précisément le commentateur policier affirme:

Enfin « une classe populaire qui se tient bien ! »

 

Fais chier !

Tu les lis toi-même tous ces articles ?

Reste sur ton blog, merde !

tout a fait d accord..tous des jaunes en calecon..

 

Mon Dieu! J’admire le travail que vous avez fait. Soit le reste de votre vie dépend de l’avenir des gilets jaunes et du président Macron, soit vous êtes payé pour ce faire.

Cependant il y a déjà une ligne obsolète dans votre Revue d’actualité:

Transport routier: CGT et FO appellent à la grève à partir de dimanche soir

En effet ils viennent de retirer leur appel à la grève!

Tout ce travail pour être démenti quelques heures après… dommage.

 

 

Opps! je venait juste de vous répondre que cette info était obsolète dans votre revue d’actualité… désolé j’aurai dû lire le commentaire suivante.

Mais ça me permet de rajouter une chose : votre revue d’actualité est un impressionnant travail mais parfois bien inutile car comme votre second post pour annoncer la levée montre qu’il vaut mieux prendre un peu de recul que de coder à l’immédiateté de l’info.

 

J’aimerai avoir votre point de vue sur la grève des cheminots au premier semestre de 2018 ainsi que sur les mouvements revendicatif dans l’éducation nationale ou les manifestations des retraités.

Dur avec les faibles, faible avec les forts. De quoi stimuler la violence et la répression. Les syndicats regretteront leur geste. Le manque de solidarité des pauvres fait la puissance de la ploutocratie.

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

« Ça laisse sans voix. »

En effet, la lâcheté de cette bureaucratie syndicale laisse sans voix mais pour « aller chercher Macron » les travailleurs et la jeunesse ont besoin d’aller les chercher pour les mettre là où ils doivent être : En première ligne des manifs aux ordres des travailleurs qui les payent !

Le candidat de la banque Ritschild, elu par effraction  avait il la moindre chance que la greffe avec le peuple ne prenne? Je ne le pense pas; dès sa campagne, il avait donné le ton en évoquant les ouvrières illettrées!

depuis, il n’a eu de cesse de faire le contraire de ce qui aurait pu être favorable pour le peuple… jusqu’à cette crétinerie absolue de vouloir opérer une transition écologique; prétexte pour essorer financièrement les français

pollution de la France : 0,29% de la pollution mondiale!!! Chine: 32% !!! La FRance est l’un des meilleurs élèves des pays développés

tout ça pour continuer de pomper du pognon sur le dos du peuple pour surtout ne pas remettre notre soumission auvdieu Euro!!!

non, toute cette mascarade de notre influence sur le climat est une veritable arnaque dont le seul but est de nous tondre comme des moutons dociles!

M. Macron: « “penser  Printemps!”

je crois qu’il est temps de penser Automne avant que les rigueurs del’ hiver ne soient l’heure de la glaciation de ce triste sire ; Monsieur Macron, un conseil: Partez pendant que vous pouvez encore le faire avec un semblant de dignité …

 

Il n’y a , pourtant ,que deux mots à mettre en oeuvre dans le processus d’apaisement: Injustice et Inégalité page 539 du dictionnaire et page 534.  Dommage que Macron ait arraché ces deux pages du dictionnaire, pourtant simples à comprendre, même pour une pensée complexe. Cette irresponsabilité du président est incompréhensible, sauf à penser que ce désaveux populaire, il en fait une question personnel, et que son égo démesuré l’aveuglent, au point de se refuser à écouter la sagesse du peuple.

Oui, le pouvoir a perdu le nord.
Le mouvement des gilets jaunes est en passe de gagner son pari, à savoir mettre le pouvoir en échec.
Macron ne sait plus quand il lui faut ou faudra parler.
Il se marginalise lui même.

JP N

Pas si sûr que « le mouvement des gilets jaunes soit en passe de gagner son pari » comme vous l’écrivez. Pour l’instant, seul l’abandon de la taxe carbone pour 2019 a été obtenu, quant au reste des revendications, nib de nib, rien de rien. Et si demain, la propagande du gouvernement, le matraquage médiatique en relais de cette propagande, les violences policières programmées et la quasi-autorisation de tuer donnée aux forces de répression, réussissent à faire de la manifestation prévue demain un échec avec peu de participants, le pouvoir, pour illégitime qu’il soit, sera conforté dans son mépris des petites gens et des classes populaires et reprendra vite sa politique de casse sociale en faveur des plus riches.

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 13:40
  • PAR 
capture-d-e-cran-2018-12-03-a-18-23-32-copie

C’est pour quand « à genoux les mains sur la tête » pour les délinquants Kohler, Ferrand, Benalla, etc….

Sans oubliez  les sarkosy, woerth , juncker , baroso et consorts !!

 

Il sera doublement tenu responsable de ce qui se passe pour n’avoir pas pris la parole avant le 8 décembre et manipuler les émotions – les drames ? – de cette journée pour tenter de se justifier.

Un chef d’Etat n’abandonne pas la situation de son pays qui s’enfonce dans la révolte. Au contraire, il répond aux attentes pour calmer l’opinion.

Là, il déserte. Le palais de l’enlisé est indigne de la fonction. L’ itinérant mémoriel n’est pas à la hauteur de la prétention de son storry telling.

JOUJOU © xJOUJOU © x

UNEF NANTERRE

UNEF NANTERRE : ÉNORME SUCCÈS DE LA MANIFESTATION DU 06/12

[ÉNORME SUCCÈS DE LA MOBILISATION ÉTUDIANTE HIER] Ce jeudi 6 décembre, un rassemblement était organisé devant Campus France contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s hors UE. Plusieurs…

 

PUBLIÉ LE 7 DÉCEMBRE 2018DANS ACTUALITÉ DES ORGANISATIONS MEMBRES

Info'Com-CGTINFO’COM-CGT

L’ETAT FRANÇAIS A INJECTÉ 10,5 MILLIARDS D’EUROS DANS SIX GRANDES BANQUES EN 2008. IL PEUT EN FAIRE AUTANT POUR NOS REVENDICATIONS

C’était en 2008 et ils leur a fallu quelques semaines pour trouver 10 milliards. Exigeons le même engagement dès maintenant pour les salaires, les pensions… et satisfaire nos revendications !…

 

PUBLIÉ LE 7 DÉCEMBRE 2018DANS ACTUALITÉ DES ORGANISATIONS MEMBRES

PRÉPARONS LES GRÈVES RECONDUCTIBLES !

caisse de grève : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

 

PUBLIÉ LE 7 DÉCEMBRE 2018DANS ACTUALITÉ NATIONALE

Info'Com-CGTINFO’COM-CGT

INFO’COM-CGT : L’AFFICHE DU JOUR

 

4 000 étudiants à l’Assemblée Générale des étudiants à Toulouse pour entrer en lutte
Ambiance générale :

«Comment concrètement faire tomber ce gouvernement ? En descendant dans la rue et en appelant à la grève générale !»

LADEPECHE.FR

Grande mobilisation à la fac Jean-Jaurès à Toulouse

Les étudiants étaient venus en nombre à l’assemblée générale de l’université Jean Jaurès hier à 12h30. Ils étaient si nombreux – près de 4000 selon certains organisateurs – que celle-ci s’est finalement tenue à l’extérieur après des débuts…

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

10 milliards, c’est une goutte d’eau. C’est au minimum 80 milliards par an qui s’échappent grâce à l’optimisation fiscale. Cela ne concerne bien sûr pas les gens qui ont revêtu un gilet jaune.

Il suffit d’un peu de courage politique mais quand on voit d’où sont venus les fonds de la campagne électorale du « sire » Macron… Voir l’article du JDD, qui n’est pas que je sache un journal révolutionnaire :

https://www.lejdd.fr/Politique/info-jdd-ce-que-dit-la-liste-des-donateurs-de-macron-3811772

 

 

Le rôle d’un Président c’est d’appeler au calme… et non de se cacher…
  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 14:29
  • PAR 
C’est étonnant cette persévérance dans la posture à la fois provocatrice et victimaire du gouvernement et de sa majorité. J’ai été élu, je fais ce que je veux et tant pis si 85% de la population me supplie de changer. Ils ont toujours pas compris.
La fonction est visiblement, plusieurs pointures trop grandes pour lui. De plus quand ont représante la France des riches et qu’on gouverne pour eux, on récolte beaucoup d' »amour » chez les riens. Les macronistes et leur gourou sont devenus une faction de la République.

Macron et les 40 voleurs ont poussé l’injustice sociale à un point extrême que même Sarkozy et Hollande n’avait su atteindre s’exprimant de plus avec provocations et ils veulent   marginaliser toujours davantage les jeunes issus des milieux le plus modeste avec la réforme du bac et de l’entrée à l’université.

Cet extrémisme de Macron et de ses complices a entrainé un véritable révolte de masses populaires qui avaient été réduites au silence par le poids des crédits à rembourser et par l’idéologie libérale de la publicité et de la consommation.

Les cadeaux aux riches n’ont jamais créer des emplois, les nationalisation, elles en créaient et l’ouverture tout azimut des frontières aux marchandises si elle a enrichi certains patrons et actionnaires a détruit beaucoup d’emplois.

De plus les diverses organisations politiques et syndicales qui devaient défendre les masses populaires se sont déconsidérées recherchant plus le confort dans les « carrières » d’élus toujours moins représentatifs du fait d’une abstention toujours plus  massive. Tous ensemble ils ont fait prospérer le Front National qui leur a toujours été utile que ce soit dans la course aux extrêmes (qu’ils ont fini par appeler la bataille des idées !) soit comme pseudo repoussoir.

Par conséquent le patronat et la bourgeoisie vont bientôt être tenté de remplacer Macron qui devient dangereux pour eux par un autre homme « miracle » à l’occasion d’élections toujours biaisées par le jeux de l’argent et des médias mais c’est bien toutes les institutions qui sont a revoir afin de fonder enfin une république qui permette de garantir l’intérêt du plus grand nombre. Vive la 1 ère République, celle qu’il faut créer !

Excellente analyse !

« demain, il faut que le sang coule pour qu’il accorde quelque chose d’une main, et puisse réprimer de l’autre…   »

Le « en même temps » ? Ou l’arme préférée des communicants modernes : l’injonction paradoxale, le double-lien perdant-perdant ? C’est stupide, destructeur mais si ça engendre la rage pour le perdant, c’est efficace…à court terme.

Adolph Thiers, vous me rassurez laughing

Tu  n’as qu’à aller donner le tien  de sang … Comment peut  on se presser le cerveau pour écrire de telles bêtises et trouver des crétins pour applaudir…

Yes! Analyse de Sycophante complète et rationnelle, donc raisonnablement pessimiste…

Manu n’aura qu’à traverser la rue pour retrouver du boulot. On va le regretter le bonhomme. Sa parole était d’or. Il nous manquera. J’espère qu’il nous laissera Brigitte….Yvonne s’y était attachée. à colombey les dames de compagnie se font de plus en plus rares.

Le seul point que vous oubliez c’est que Manu n’a pas encore fini sont CDD de 5 ans.

Et celui qui lui renouvellera (ou pas) son CDD s’appelle le peuple français lors d’une élection.

 

Si morts demain, ils rentrerons dans l’histoire sous la marque de l’infamie, comme des vulgaires tyrans, tout ceci pour défendre les grands fortunes. Quel déshonneur!
asterix-gladiateur-de-qui-se-moque-t-on-battez-vous
Triste duoTriste duo
  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 15:19
  • PAR 

Macron doit partir, maintenant.

Macron doit rester, maintenant et encore pendant 3 ans 1/2

.

Pour augmenter le chienlit ?

Vous avez encore un peu le temps de convaincre les français d’ici les prochaines élections, profitez en !

Le reste c’est juste de la science-fiction.

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 15:39
  • PAR 

Non la valetaille macroniste au service des très riche n’a pas perdu sa boussole, le but de pomper du pognon volé aux couches populaires reste. Je ne crois que les maîtres des valets ne vont pas renoncer aussi facilement au pognon, aussi j’ai peur pour demain!!! je pense qu’ils vont essayer d’écraser la révolte sous les coups avec la plus grande brutalité. La vidéo des lycéens à genoux gardés par des individus, sur le dossard desquelles j’ai cru lire SS, est un avant-goût de ce qui nous attend  .

Cette vidéo fait le tour des journaux européens avec des commentaires idoines. Peut être que la tactique du gouvernement ne va pas fonctionner comme il le croit, au lieu d’éloigner l’opinion française des gilets jaunes va au contraire les rapprocher, quant à l’opinion internationale l’effet de cette vidéo est désastreuse. Jusqu’à maintenant ils avaient évité le sujet pour ne pas donner de mauvaises idées à leur peuple.

Ce n’est pas l’opinion internationale qui fait l’élection en France. Et je peux vous dire que une grande majorité de français n’est pas offusquée de voir que ces charmants chérubins dans cette position pour quelques heures alors que depuis 3 jours ils incendiaient des poubelles et des voitures et jetaient de l’acide à la face des Force de l’Ordre.

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 17:02
  • PAR 

C’est quand même curieux ces articles prophètes auto-réalisateurs. Plus vous dites que le gouvernement va mal, plus les lecteurs y croient et plus il va mal. On dirait que vous cherchez à provoquer une crise de régime. Je parle pour vous ainsi que pour les autres journaux. Avez-vous en tête ce rôle dangereux que vous jouez et qui à mon avis outrepasse votre fonction ? Jamais de pour et de contre, toujours dans le même sens. N’avez vous pas le sentiment d’être excessivement orienté ?

Un prophète menteur a dit  hier « Heureux les jours que nous vivons, puisque la France est enfin entrée en état d’insoumission générale contre un ordre injuste, qui durait depuis trop longtemps. Voici des millions de gens, dont la vie avait été rendue invisible, […] qui entrent sur la grande scène de l’histoire de France. »

 

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 17:26
  • PAR 
Dommage que cet article conclut sur le lien entre la crise des Gilets Jaunes et la personnalité du président. Dommage que cet article monte le premier ministre contre le président. Le problème est bien plus profond donc peu importe le gouvernement et le président. L’EGO français a besoin de tomber !!! Nous ne sommes pas le centre du monde !!! Alors arrêtons de vivre au dessus de nos moyens et établissons une Europe sociale incluant le vivant ET les ressources naturelles.
  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 17:27
  • PAR 

Le ralliement honteux des directions syndicales sous la houlette de la CFDT pour appeler à éviter les manifs des gilets jaunes et condamner la violence sans mettre en cause la répression policière qui s’exerce à l’égard des manifestants, constitue un appui considérable à la macronie.

Au moment où le travail de sape des médias sur le mouvement en cours a peut-être commencer à porter ses fruits (retournement en cours de l’opinion) la seule chose qui pourrait éviter le pire aurait été un appel à manifester massivement de la part de la CGT, FO, FSU … On ne peut pas traiter de casseurs ou ultra-violents des centaines de milliers de personnes venant manifester.

Le passage sous la barre des 50% d’opinions favorables au mouvement grâce à la propagande des médias, pourrait permettre au pouvoir d’enclencher la vitesse supérieure et de s’attaquer frontalement aux gilets jaunes y compris par des moyens militaires contre les barrages routiers et les rassemblements.

Le guet-apens judiciaire contre les « gilets jaunes » a déjà commencé avec la mystification méditiatique des propos d’Eric Drouet sur BFM qu’aucun média ne critique ni ne remet en cause alors qu’il suffit de revoir la vidéo de l’émission :

BFM : complicité ou provocation à la commission d’un crime ou d’un délit ?

 

Le ralliement honteux des directions syndicales sous la houlette de la CFDT

Je ne pense pas que ces syndicats prennent cette décision en appui de la macronie, ils ont tout simplement compris que ce mouvement spontané était incontrôlable et pouvait déboucher sur remise en cause de l’ensemble de nos institutions. Ils seraient balayé comme le seraient les partis politiques, tous les partis.

C’est une attitude responsable et évite de plonger le pays dans l’inconnu, car on ne sait pas ce que veulent les gilets jaunes, ou du moins chacun à son propre objectif, même un souhaite mettre un militaire à la tête du pays!

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 17:34
  • PAR 

Ne sous estimez pas Macron.

Il ne fait qu’appliquer le principe de Trump face aux incendies en Californie. « Il faut être malin ». Donc, ce monsieur attend et laisse les pompiers agir : ministres, syndicats, organes de presse qui l’ont déjà bien servi durant la campagne. Sauf que les maisons étaient en bois et ont toutes brûlé. 1 000 disparus aux states. J’espère fortement que face à ce pouvoir imperturbable, robotique, l’union tranquille, le calme et la détermination de nombreux citoyens seront suffisantes. J’espère ne pas apercevoir de corps dérivants dans la Seine et un bilan de, 1 mort. Les policiers se disent épuisés, les manifestants doivent l’être aussi après 3 dures semaines, tout porte à croire à une possibilité d’affrontement sanglant et inarrêtable et notre président attend encore avant de renouer réellement le dialogue avec des gens qui ne veulent être entendu que par lui et par lui seul. Je ne comprends pas cette posture, cet entêtement car demain il n’y aura peut-être plus rien à espérer, d’un côté comme de l’autre, seule restera une tache indélébile face à l’histoire.

Tu crains tout cela ou bien tu l’espères? … Tu n’es pas clair…

Refus de répondre, comme ton maître. Qu’en penses-tu ?

Macron se planque sous les jupons de brigitte car il a peur de se prendre une fessée par les gilets jaunes et d autre part se faire engueuler par la BCE et les patrons du CAC40. Le p^ovre

J’ai vécu Mai 68 (et oui je suis un vieux schnock), il n’y a aucune comparaison possible à part les violences à Paris.

La révolte de 68 est partie des universités sur des mots d’ordre libertaires, on ne parlait absolument pas de taxe, d’essence ni de fin du mois. Les parisiens se réveillaient tous les matins avec des quartiers dévastés mais c’étaient pas les beaux quartiers mais le Quartier Latin.

Les étudiants ont ensuite essayé de mobiliser les ouvriers mais les syndicats ont vite repris la main et ce sont eux qui ont organisé le grève générale. Dès ce moment les étudiants ont été écarté. Quand aux politiques (dont Mitterrand) ils ont essayé de s’immiscer mais sans succès, personne ne les a suivi.

Ensuite il y a eu la grande négociation de Grenelle sur « la fin du mois » entre syndicats, patronat et gouvernement.

Ce qui risque de se passer c’est que Macron réunissent les syndicats après la manif et qu’on engage des négociations. Les syndicats auront leur revanche.

A aucun moment je pense on ne va remettre en cause les institutions. Donc Dissolution, Constituante, élections : faut pas rêver….

Te fatigue pas…

Bien sur que l’on va se fatiguer, et tous ensemble, mais sans vous, sans les macronistes, hollandistes ou sarkozistes qui avaient proposé le Robin des Bois inversé depuis plus de 10 ans, on prend aux pauvres pour donner aux riches.

C’est fini, on veut plus de ça.

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 19:25
  • PAR 

Beaucoup d’excitation , de supputations et peu d’info. Ce papier est un tract , pas du journalisme.

Dans quelques jours nous verrons où l’on en est . Cela risque d’être cocasse par rapport à tous ces commentaires.

C’est vrai que beaucoup ici croient que c’est la fête au ciel, se font des films, font de l’autoallumage, voient midi à leur porte, croient au Père Noël,  se montent le bourrichon, ont vu la vierge, rêvent tout éveillés…

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 19:36
  • PAR 

AFP , publié le vendredi 07 décembre 2018 à 16 h 02

Mélenchon appelle les Insoumis à  » protéger  » les lycéens

Jean-Luc Mélenchon a appelé vendredi les Insoumis à  » protéger  » les lycéens en créant  » des services d’ordre bénévoles de citoyens  » en  » casque blanc  » et à participer, de manière  » non violente  » aux manifestations des  » gilets jaunes  » samedi.

 » Samedi évidemment il faut être dans l’action. Je vous recommande l’action non violente  » , dit le chef de file des Insoumis dans une vidéo postée sur Twitter , en soulignant que  » la violence limite la capacité du mouvement , diminue le nombre de ceux qui s’y intègrent « .

 » Il faut faire réussir l’approfondissement et l’élargissement du mouvement  » , poursuit-il.

 » Donc Insoumis et Insoumises , participez à ces mouvements , en particulier pour les jeunes , les lycéens.

Aidez-les , faites des services d’ordre bénévoles de citoyens pour les encadrer , parce que les consignes données aux forces de sécurité semblent outrepasser les tâches traditionnelles de gardien de la paix  » , lance-t-il.

Les députés LFI ont déposé une demande de commission d’enquête parlementaire sur la  » violence contre des lycéens  » , selon un communiqué vendredi du groupe.

Qu’est qu’on deviendrait sans Mélenchon? Je me le demande…

ET sans macron! je ne me le demande m^me pas  l’air de RIEN!!!

Je suis d’accord, que la FI s’interpose entre le lycéen et la police, pour une fois qu’elle fera œuvre d’utilite publique ne boudons pas notre plaisir !

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 20:12
  • PAR 

Mélenchon joue au pompier pyromane. Cela ne fera pas remonter sa cote de popularité. Quant à Ruffin , il a tenu des propos factieux près de l’Elysée. Il s’est définitivement disqualifié.

Mélenchon a dit hier à l’AN

« Heureux les jours que nous vivons, puisque la France est enfin entrée en état d’insoumission générale contre un ordre injuste, qui durait depuis trop longtemps. Voici des millions de gens, dont la vie avait été rendue invisible, […] qui entrent sur la grande scène de l’histoire de France. » 

Et on le dit grand orateur…Le genre de gars qui ne va pas tarder de faire don de sa personne à la France… qui n’en veut pas à 74%

L’HÉRITIER ?L’HÉRITIER ?

Et en plus il briguait la Présidence de la République … !

Ouais et Macron avec les 79% qui n’en veulent pas, n’a même plus le soutien de ceux qui avaient voté pour lui au 1er tour.

Au moins, il aura battu un record car même Hollande n’avait pas réussi à être autant détesté.

Et pour Mélenchon, c’est faux car il est 2ème derrière Hulot avec 29%, soit plus que Macron au 1er tour de la présidentielle.

Faudra trouver autre chose.

Ni l'un, ni l'autre © xNi l’un, ni l’autre © x

Ségolène…

Si Monsieur Plenel était VRAIMENT le défenseur des droits humains & de la démocratie dont il se gargarise à temps plein à longueur d’articles et d’ondes , ALORS nous aurions apprécié de lire dès ce soir un article circonstancié sur les « évènements » de Mantes La Jolie.

Cf : vududroit/regis de Castelnau (merci à ceux qui savent fournir le lien)

laughing

  • NOUVEAU
  • 07/12/2018 22:14
  • PAR 

En écoutant télés, journalistes, ministres, « porte-paroles » de l’Elysée, députés LaREM … j’ai enfin compris qui étaient « les premiers de cordées » qui tirent le pays: ce sont LES FLICS!

Qui est donc responsable
Des maux qui nous accablent?
Nous allons vers le pire.
L’Apocalypse vient.
Cessons de nous mentir.
Ouvrons enfin les yeux
Nos yeux couverts d’écailles
Sous des paupières de plomb.

Les temps ne sont plus d’adorer les vieux dieux.
Les vieux dieux bidons pleins d’amour et d’eau fraîche.
L’amour c’est la fesse et l’eau fraîche est polluée.
Dans l’Église désertée on se hait.

Qui est donc responsable
Des maux qui nous accablent?
Dans nos villes détestables
L’hydrogène sulfuré
A chassé l’air des rues
Et la peur est palpable.
Nos apprentis-sorciers
Atomisent en secret.

Pendant ce temps-là nos médias nous distillent
A longueur d’antenne les sales gueules imbéciles
Et les propos creux de nos dirigeants.
Gloire au plus menteur, gloire au charlatan.

Qui est donc responsable
Des maux qui nous accablent?
Le quotidien s’écaille
En cent-mille grisailles.
Le quotidien se charge
De désirs réprimés.
Et puis tous ces amours
Qu’on ne vivra jamais

Pendant ce temps-là les années vont tracer
Le sillon des rides sur nos visages défaits.
Le vieil enfant s’endort espérant que demain
Que demain… quelque chose… ou quelqu’un

Qui est donc responsable
Des maux qui nous accablent?
Les coupables, bien sûr,
Ce sont toujours les autres
Mais surtout jamais nous
Pauvres larves impuissantes
Quand allons-nous cesser
D’être témoins de tout?

Faudrait bien un jour nous lever un bon coup
Dire merde aux guignols, faire gicler nos désirs
Faire de cette terre autre chose qu’un trou
Où nous-mêmes on s’enterre, pour mourir…

François Béranger

Publicités

2 réflexions sur “#France #AshRévolution #Macron Un pouvoir sans boussole ! Gilets Jaunes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s