#France #MacronGate Secret des affaires: vers l’opacité organisée de la vie publique

Secret des affaires: vers l’opacité organisée de la vie publique

 PAR 

Dès ses premières mises en application, la loi sur le secret des affaires révèle son caractère dangereux. Au nom de ce fameux secret, la Cada a interdit au Monde d’avoir accès à la liste des fabricants d’implants médicaux homologués par le LNE/G-MED, seule société habilitée en France à délivrer des autorisations. Formellement, la liberté de la presse est garantie. Mais dans les faits, les impossibilités d’accéder aux documents administratifs visent à tuer à la source l’enquête journalistique et le contrôle de l’action publique.

Toutes les critiques exprimées au moment de l’élaboration de la directive européenne sur le secret des affaires puis de sa transposition dans la législation française étaient fondées. La loi se révèle bien un moyen pour contrer la liberté d’informer et pour empêcher un légitime contrôle démocratique.

Avant même son adoption, le monde des affaires s’est emparé avec délice de ce texte qui lui permet de cacher ses grands et petits secrets, voire ses turpitudes, comme dans l’affaire Conforama. Mais depuis sa promulgation le 30 juillet 2018, c’est l’État lui-même qui s’en est saisi, et dans un domaine qui est tout sauf anecdotique : il s’agit juste de santé publique.

Quel sujet relève plus de l’intérêt général que celui-ci ? Pourtant, dès septembre, l’Agence du médicament s’est opposée à la transmission des informations sur le Lévothyrox, au nom du secret des affaires. Aujourd’hui, c’est la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) qui refuse à son tour l’accès à des informations sur les implants médicaux, toujours au nom de ce même secret des affaires.

Mardi 27 novembre, Le Monde a révélé qu’il s’était vu refuser, dans le cadre de son enquête sur les implants, l’accès aux documents qu’il avait demandés auprès du LNE/G-MED, établissement public industriel et commercial (EPIC), seul habilité à contrôler la conformité de ces dispositifs médicaux en France. Après le refus de cette société de leur communiquer les listes des dispositifs qu’elle avait homologués et de ceux qui avaient été rejetés, les journalistes du Monde avaient déposé une demande en mai auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) pour les obtenir.

Au premier jour de la publication de leur enquête, le 26 novembre, les journalistes du Monde ont enfin reçu une réponse de la Cada. Si celle-ci s’estime compétente sur le sujet, elle confirme cependant le refus de communiquer les listes des dispositifs homologués et refusés en France. La communication de la première liste, celle des dispositifs homologués, « serait susceptible de porter atteinte au secret des affaires » en révélant le nom des fabricants, explique-t-elle dans son avis. Et la seconde pourrait faire « apparaître le comportement d’un fabricant dans des conditions susceptibles de lui porter préjudice ».

Si la Cada est relativement ouverte à l’accès des documents administratifs lorsqu’il s’agit du contrôle des élus ou du financement de la vie politique, elle se montre beaucoup plus hostile à la transparence dès qu’il s’agit de pouvoir économique, du contrôle des administrations et de leurs décisions portant sur des intérêts économiques. À de nombreuses reprises, elle s’est ainsi opposée à ce que des élus, des associations, des citoyens puissent avoir accès à des documents administratifs tels que les contrats de concession signés entre l’État et les sociétés autoroutières, ou les contrats de partenariat public-privé. À chaque fois, la Cada invoquait « le secret industriel et commercial » pour s’opposer à la communication des documents administratifs demandés.

Désormais, le secret des affaires suffit à justifier tout refus. « Le secret des affaires se substitue au secret industriel et commercial. Mais cela ne change pas fondamentalement notre approche. Nous étudions toujours les dossiers selon les mêmes critères à savoir le secret des stratégies, le secret des informations économiques, le secret des procédés et des savoir-faire », explique Pearl Nguyen-Duy, rapporteure générale à la Cada.

« La terminologie change tout », rétorque Raymond Avrillier qui est devenu, au fil de ses années de combats citoyens, un des habitués des recours devant la Cada ou les tribunaux administratifs pour avoir accès à de nombreux documents administratifs. « Avec la loi sur le secret des affaires, le législateur a restreint de manière drastique les possibilités d’accès aux documents administratifs. Tout concourt à une opacification des affaires publiques. »

La définition du secret des affaires retenue par la loi est si large que l’on en arrive à se demander ce qui n’en relève pas. Selon l’article 1, toute information est protégée par le secret des affaires si : « 1° Elle n’est pas, en elle-même ou dans la configuration et l’assemblage exacts de ses éléments, généralement connue ou aisément accessible pour les personnes familières de ce type d’informations en raison de leur secteur d’activité ; 2° Elle revêt une valeur commerciale, effective ou potentielle, du fait de son caractère secret ; 3° Elle fait l’objet de la part de son détenteur légitime de mesures de protection raisonnables, compte tenu des circonstances, pour en conserver le caractère secret. »

Dès le projet de directive européenne, de nombreuses personnes s’étaient alarmées du flou juridique autour du secret des affaires. Les critiques avaient redoublé lors de la discussion express au Parlement pour transposer la directive en droit français. Les craintes exprimées portaient notamment sur la santé publique. « Un scandale comme le Mediator pourrait-il être révélé avec un tel texte ? », s’étaient alors inquiétés des responsables de santé, des journalistes et des associationsAlors que les scandales sanitaires et pharmaceutiques se sont multipliés ces dernières années, que d’importants dérèglements ont été pointés dans le fonctionnement de l’Agence du médicament ou de l’agence Santé publique France (comme le prouve le dossier des bébés sans bras), ou que de graves soupçons pèsent sur nombre de produits des responsables de santé, le secret des affaires n’allait-il pas venir mettre un bâillon sur des faits dérangeants ?

Sans document, impossible d’aller plus loin dans une enquête

La loi sur le secret des affaires réaffirme son engagement de garantir la liberté de la presse et d’assurer la protection des lanceurs d’alerte. La directive européenne stipule même que le texte ne porte pas atteinte à « l’application des règles de l’Union ou des règles nationales obligeant ou autorisant les institutions ou les organes de l’Union ou les autorités publiques nationales à divulguer des informations communiquées par des entreprises que ces institutions, organes ou autorités détiennent en vertu des obligations et prérogatives établies par le droit de l’Union ou le droit national ».

Dans les faits, les pouvoirs publics français s’empressent de contourner toutes ces obligations. Certes, le droit de la liberté de la presse est formellement garanti. Certes, l’accès aux documents administratifs est réaffirmé. Mais par une série de mesures et de dispositions, tout se met en œuvre pour interdire non pas la publication d’enquêtes dérangeantes mais le fait même d’enquêter, de documenter les faits, de contrôler l’action publique. L’interdiction se fait à la source même, en empêchant d’accéder à nombre de documents ou actes qui normalement relèvent du domaine public, de l’information normale du citoyen, du contrôle des administrations et des décisions publiques. Sans document, impossible d’aller plus loin dans une enquête, sauf à tomber dans les allégations gratuites et les procès d’intention.

À l’époque, Constance Le Grip, alors députée européenne (LR), rapporteure du projet de directive devant le Parlement, avait juré qu’il n’y avait aucun risque, que la liberté d’information serait préservée et même garantie. Aujourd’hui, elle dit « déplorer cette décision de la Cada »« Je suis extrêmement étonnée par cette décision. Il s’agit d’une autorité indépendante. C’est toujours délicat de se prononcer sur ces avis. Mais pour moi, il s’agit d’une décision inappropriée qui méconnaît et l’esprit et la lettre de la directive et de sa transposition dans la loi française. Jamais il n’a été pensé qu’il pourrait y avoir des refus de ce genre. C’est vraiment méconnaître la volonté des législateurs. »

Pourtant, l’intention d’échapper à toute transparence et à tout contrôle se manifeste par de nombreux signes. Ainsi le Sénat a-t-il voté, dans le cadre d’un projet de réforme de la justice, un dispositif remettant en cause le principe d’une justice rendue au nom du peuple français. Pour garantir le secret des affaires, les procès pourront être tenus dans le secret et tous les jugements anonymisés. Comment à l’avenir rendre compte des agissements et des dérapages d’un grand groupe, si désormais tout est tenu dans le secret, interdit de toute publicité ? Plus d’affaires Elf, Crédit lyonnais, UBS ou autres. Tout se jugera entre amis, hors de tout contrôle. Mais il est vrai que le risque est minime : par définition, le monde des affaires est irréprochable.

Sans attendre cette disposition, de nombreux obstacles ont déjà été posés pour entraver toute transparence. C’est particulièrement vrai pour les sociétés privées exerçant par délégation des activités de service public. Beaucoup de critiques ont déjà été adressées sur cette confusion délibérément entretenue entre le privé et le public, sur les conflits d’intérêts structurels qu’induisent ces situations, sur l’accaparement de l’État et des services publics par des intérêts bien éloignés de l’intérêt général. Mais ce cadre se révèle aussi un moyen de bloquer tout contrôle sur leurs actions. Au nom de leurs intérêts commerciaux et de la concurrence, il est interdit d’accéder aux contrats de ces sociétés, d’aller voir comment elles exercent leurs activités de service public et quels profits elles en retirent.

C’est avec ces arguments que la société LNE/G-MED – mais aussi, avant elle, les sociétés autoroutières et les sociétés de concession – a pu s’opposer à toute enquête. Donner la liste des dispositifs qu’elle a homologués aurait porté préjudice à son activité, car cela aurait dévoilé la liste de ses clients. Mais où est l’activité commerciale concurrentielle dans ce cas, puisqu’elle est le seul organisme en France ayant autorité pour contrôler les implants ? Cette société joue sur tous les tableaux à la fois : elle se revendique comme publique car cela lui assure une autorité, un monopole de fait qui lui confère une rente financière, mais elle se dit privée pour échapper à tout questionnement de son action, tout contrôle, toute transparence. Opportunément, la loi sur le secret des affaires vient renforcer cette opacité, qui ne peut que nourrir le soupçon puisqu’elle interdit le fait même d’aller enquêter, de vérifier les faits.Le Monde a déjà annoncé son intention de  déposer un recours auprès du tribunal administratif pour contester la décision de la Cada. Le syndicat des journalistes SNJ a indiqué qu’il avait l’intention de se joindre à la procédure du Monde. Mais combien de temps, d’argent, d’énergie faudra-t-il pour établir une jurisprudence face à ce texte sur le secret des affaires, mal conçu et dont on connaissait la dangerosité dès le départ ? Jusqu’à quelle juridiction faudra-t-il aller (la cour de Cassation ?, la Cour européenne de justice ?), pour défendre le principe de la liberté de la presse et celui du contrôle de l’action publique, qui normalement sont les piliers indiscutables de la démocratie ?

TOUS LES COMMENTAIRES

…  Pour ne pas manquer cette révolution si révolution il y a , il est urgent de réfléchir à la confier à des mandataires du Peuple et – mais ce n’est que mon avis de petit vers de terre –  les Députés de la FI entre autres Députés me semble avoir les vues et les vertus et le programme pour cela. Les Gilets jaunes devraient y réfléchir car déjà l’on observe des chamailleries de préséance au sein de leur mouvement …

Les gilets jaunes ne veulent aucun représentant politique et syndical, à partir du moment où tu as une étiquette, tu n’es plus audible.

Merci Manu ! En peu de temps, il aura quand même bien travaillé pour ses sponsors !

Le programme des Gilets jaunes ? Totalement compatible avec le programme de l’UPR et seulement réalisable hors de l’UE. Bon, c’était mon instant de propagande politique.

Le rapport avec le sujet, je vois pas bien.

Hyponatrémie ?

 

De quoi s’inquiéter…

Dans quelle République vivons nous ?  Cela ne me parait pourtant pas très compliquer de faire systématiquement jouer l’intérêt général…

Les dépositaires du pouvoir ont choisit de faire le contraire : privilégier l’intérêt particulier.

J’en déduis que nous sommes dans une République bananière.

Heu… Je cherche un gilet de couleur jaune fluo mais qui tient chaud. A 75 ans, on est fragile (un peu smile)  mais je vais pas tarder à aller voir de près ces citoyens porteurs de gilet.

En tous les cas leur apporter de quoi tenir…  Parce que, j’ai le sentiment, qu’ils roulent (façon de parler wink) un peu pour moi.

Ma parole, vous avez raison !

Que cette loi était scélérate, on le savait d’avance. Aucune surprise dans ce premier exemple d’application.

Quand allons-nous donc comprendre que nous vivons dans une dictature redoutable?

84% beauf, en 4×4 nazie ?

on a bien compris ?

Bouffi va…!

…et le silence de Médiapart !

(je mets en gros rouge car c’est un silence de mort : il faut réveiller les morts !)

yell

…et le silence de Médiapart !

Voilà qui va ravir les citoyens (?) que nous sommes.

Nous rêvions tous de mettre enfin un terme définitif aux incroyables scandales en tout genre qui, il faut bien le dire, nous polluent la vie.

Bienvenue dans le meilleur des mondes !

ho merde, c’est bizarre…..

Sans déconner, il n’y avait pas besoin d’être intelligent pour savoir ce qui allait se passer…..

***** certes ! !

  • NOUVEAU
  • 29/11/2018 14:14
  • PAR 

 et les gilets jaunes demander l’abolition de cette loi !

++++++++++++++++++++++++++++

GILETS VERTS ! demandez le retrait de cette loi scélérate !!!!

C’était idiot de tambouriner à mains nu, on se fait mal, moi je lui aurais bien proposé ma hache de pompier, c’est plus efficace wink

Tout le monde connaissait la dangerosité de cette loi dès le départ, ce n’est pas sans raison qu’il y avait eu une pétition largement diffusée et soutenue par des journalistes connus (dont Élise Lucet), qui a obtenu plus de 575 000 signatures, et des interpellations directes de chacun des députés… En vain, bien entendu, comme toutes les tentatives de contrer les lois nocives mises en place depuis 18 mois.

Donc, ce n’est pas une surprise aujourd’hui, on ne peut pas dire qu’on découvre que cette loi était dangereuse.

Quant à la perte de confiance… elle n’est pas récente non plus, loin s’en faut !! 😉

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.
  • NOUVEAU
  • 29/11/2018 15:05
  • PAR 

GILETS VERTS !!!  Abrogation de la loi scélérate sur le secret des affaires ….

C’est bien vrai, tout comme un élu (député) ne représente plus le peuple mais vote les yeux fermés comme lui ordonne le grand manitou.

Un lobby n’a même plus besoin d’arroser toute la hiérarchie, il suffit de taper haut, d’aligner le bon chèque (dans une banque aux îles caïman par exemple) et ça roule tout seul.

D’accord puissance 13!

« Secret des affaires », la terminologie des termes employés se suffit à elle-même pour lever toute ambiguïté sur la finalité.

La France des démunis ne remerciera jamais assez les députés et sénateurs de LR, LREM et autres « premiers de cordée » de droite d’avoir votée cette loi scélérate.

A nous de répondre à l’affaire Macron dont le secret n’est plus. Il se dévoile de plus en plus notre souverain poncif ou poussif.
Cachez cette info que l’on ne saurait voir!….

Cette fois on y est! Les lobbyistes vont pouvoir fourbir leurs armes en toute impunité avec la complaisance du personnel politique et de l’administration, ce qu’ils faisaient déjà. Mais là, on entre dans une période d’obscurantisme. C’est effrayant et à peine croyable. Il faut mettre ce gouvernement dehors au plus vite.

Et malheureusement vous n’avez pas encore tout vu!

TOUS à la Bastille.

« mais la lutte contre le FN a de ces géométries variables que la géométrie ignore. »

Mon passage préféré. Merci pour ce rappel !

Au fait, petit problème technique, votre lien vers l’article de l’interview de Lordon sur Ballast est « 404 ». C’est Ballot… wink

  • NOUVEAU
  • 29/11/2018 17:46
  • PAR 

Quand les politiques pervertissent la démocratie, les entrepreneurs l’entreprise, la justice le droit… ne reste plus qu’à exploser le système.

Secret.Des.Magouilles.S01E02_TRUEFRENCH.UTF8.LEMONDERIP.CAKENEWS

  • NOUVEAU
  • 29/11/2018 18:45
  • PAR 

Des bandes criminels soutenues et défendues activement par la police , la gendarmerie et la justice.

Cherchez l’erreur.

Et qui c’est qui se frottent les mains, comblés par cette loi « Circulez, y a plus rien à voir sous peine de vous mettre hors-la-loi ! » ?

Ben ce sont les très nombreux pratiquants des conflits d’intérêts !

Plus vus, plus pris…

Là c’est grave. La seule solution, la révolution. D’autres l’ont fait, c’est à nous, maintenant.

 

  • NOUVEAU
  • 29/11/2018 19:22
  • PAR 

et on s’étonne des gilets jaunes et du vent de colère du fin fond de la France , gauche et droite confondues MEDIAPART aussi  , sans parler des LREM donneurs de leçons à tout va!

Démocratie vous avez dit! FOUTAISE! Les LREM sont pires que les autres

Comme d’habitude un sujet aussi important que le secret des affaires est abandonné pour les fantasmes des insoumis. Nous avons devant nous un programme grand yaka dont le coût serait insoutenable mais les rêveurs s’en moquent … L’article est fort intéressant, il est ahurissant qu’un organisme certificateur puisse ne pas révéler ce qu’il certifie. Dans un monde fake news, la transparence devrait être une règle.

Comme d’habitude vue de genève devrait se taire, il parle beaucoup trop, les trolls vont même se planquer à l’étranger, ah il est fort le dandy-gigolo!

Eh oui! Plus question d’enquêter sur la présence de listeria dans le « vacherin » suisse!

… et les prépare .

On sait comment s’est achevée l’ère du Veau d’Or…

Avant/Après l’apocalypse : deux artistes imaginent le ...

conflits d’intérêts généralisés, concussion , corruption, évasion fiscale, paradis fiscaux, justice politique, milice privée, voila un président des riches qui n’a rien à envier à Sarkozy.

il le surpasse car il est du sérail, sarko était un gars du sentier qui a gagné au loto…

J’adore la candeur de la réaction de LREM : mais non-non-non, on n’avait jamais supposé que cette loi puisse être appliquée de cette façon ! Cette décision est très surprenante, très éloignée de ce que voulait le législateur !

Vous avez raison, mais le problème est qu’ils s’en servent avec l’aide de cabinets d’avocats d' »affaires », ça tombe bien dans le « secret » du même nom!

Bonsoir Bernard. Mon commentaire était ironique mais l’ironie ne se voit pas toujours clairement à l’écrit ! Cette loi est un outil terrible et le législateur a forcément su ce qu’il était en train de mettre en place… d’autant plus que beaucoup de commentateurs l’ont dit et démontré pendant tout le processus.

  • NOUVEAU
  • 29/11/2018 20:56
  • PAR 

C’est bizard j’ai déjà entendu ce genre de choses … mais ou ? certain pays fasciste ou presque ? pays de l’est ? d’Amérique du sud ? des pays au pouvoir plus ou moins totalitaires , pas très démocratique ? je me trompe ? vive le fascisme néolibéral !!!

Et le citoyen ? vous savez le rien ? tais toi et bosse , sinon ….

  • NOUVEAU
  • 29/11/2018 20:59
  • PAR 

c’était voulu, les godillots de lrem ont participé et réussi à ce que les enquêtes ne puissent bientôt plus sortir.

bravo.

les 87% d’abstention on va les avoir au niveau national et cela n’empêchera le banquier d’être réélu avec 8% des votants.

Je ne crois pas qu’avec 8%, il va se pavaner longtemps!

Toute la presse de France, toute la clique journalistique, tout le « metier » du journalisme devrait etre vent debout contre cet etat de fait. Et au lieu de ça, quoi ? Martine heureusement nous informe, mais où est la tradition journalistique ? Le sens même du metier semble s’être perdu dans les méandres de la médiocrité marchande. Journalistes en greve contre la loi du secret des affaires !! Qui va tuer le metier ! Enfin, pour ceux qui prétendent encore faire du journalisme….

Pas besoin de chercher loin cette déconfiture de la presse, le pognon! le pognon achète tout, surtout la presse, la télé, on en cause même pas, devront tous rendre des comptes un jour!

  • NOUVEAU
  • 30/11/2018 01:23
  • PAR 

Le gouvernement de l’oligarchie pour l’oligarchie

Secret des affaires: vers l’opacité organisée de la vie publique

Je pense que l’opacité de la vie publique était déjà bien organisée avant la loi sur le secret des affaires car un Tapie, un Cahuzac, un Fillon et combien d’autres qui sont ou étaient à la tête de l’état ont toujours été très laxistes en ce qui concerne les paradis fiscaux, les ententes entre les multinationales (les lobbies à Bruxelles)  et les élites politiques européennes.

La violence des riches ne date pas de cette loi, la violence des riches se répand comme une trainée de poudre à travers le monde en même temps que la mondialisation.

Dans l’émission sur France inter « La bas si j’y suis » combien de fois François Ruffin a dénoncé  le lien très étroit entre les lobbyistes (qui apportaient les lois clés en main) aux élus.

Avec cette loi, les lobbies pharmaceutiques, les industriels de la mal bouffe, et les propriétaires des services publiques vont pouvoir s’en mettre un peu plus plein les poches.

J’ai entendu dire qu’il y avait des élections européennes en 2019, je crois que ce sera le moment d’exprimer notre colère dans les urnes.

Au fait quel était le programme du C N R après la guerre de 39? Et bien le programme de Macron est d’effacer définitivement et de manière irréversible ce programme du C N R.

Les élections européennes serviront à enlever les pantoufles des pattes de l’un pour les glisser à celles de l’autre. Vous n’avez pas admiré le petit entrepreneur grassouillet devenu député lrem en mission avec chauffeur et belle limousine noire : on est loin d’Eva Joly qui croyait qu’il fallait que ces élus donnent l’exemple ! Confiture aux cochons qui n’en demandaient pas tant ! Mais la corruption est faite avec intelligence : tout passe par le fric c’est chic!

Si c’est vrai – et on espère encore que non – cela confirmerait encore que le but premier de cette Loi serait bien de cacher les turpitudes….   et que ce sont vraiment de sales types.

La loi pour le secret des affaires est une loi scélérate, la mafia en est peut être à l’origine puisqu’elle permet de cacher les turpitudes.

 

  • NOUVEAU
  • 30/11/2018 10:18
  • PAR 

Rien à ajouter ou à commenter dans cet excellent article – encore un – de Madame Orange. Nonobstant, en dépit du courage phénoménal de certains journalistes, je ne crois plus à une possible transformation des gouvernances par la seule voie démocratique. À ce stade, il faudra des séismes… et les séismes tuent aveuglément, toujours.

Désespérant.

  • NOUVEAU
  • 30/11/2018 10:38
  • PAR 

En Marche …. arrière

jusqu’au second empire . Epoque bénie du capitalisme triomphant

 

  • NOUVEAU
  • 30/11/2018 12:03
  • PAR 

Il est pourtant évident que cette loi est anticonstitutionnelle tellement elle est contraire à la déclaration de droits de l’homme article 14 qui enonce le droit de chaque citoyen de vérifier lui-même ou (non exclusif) ou par ses representants, l’usage des fonds publics!

Que peut-on on faire en tant que citoyen?

Si le LNE/G-MED se retranche derrière le « secret des affaires » pour ne pas diffuser la liste des entreprises qu’il a accréditées, c’est tout simplement que l’accréditation par ce laboratoire n’est qu’une affaire de gros sous.

C’est, de leur propre aveu, reconnaître qu’ils peuvent être corruptibles car une accréditation ne doit relever que du respect de règles complètement transparentes et accessibles à tous.

On doit être en mesure de traîner les (ir)responsables de cette décision devant les tribunaux européens !

Enfin. Il était temps de mettre en lumière ce que les professionnels de santé savent depuis plusieurs années. Tous les secteurs d’activité sont atteints, alimentaire, pharmaceutique, Dispositifs médicaux, entretien et désinfection, …

Maintenant faisons le lien avec la désinfection et produits de désinfection (Dispositifs médicaux, biocides, SHA,…). Nous avons un très grand lobby français dans la désinfection….

Il y a beaucoup à dire quand on creuse. Scandales, corruption, …. Des produits peu efficaces, toxiques, corrosifs, et les infections nosocomiales qui ne diminuent pas bizarrement mais empoisonnent l’environnement, les patients, et professionnels de santé.

Des conflits d’intérêts. Des liens forts avec le gouvernement et grandes instances…

Ceux qui travaillent dans ce secteur n’en seront pas étonnés, d’ailleurs le grand public non plus n’est pas étonné. Stop aux produits toxiques, stop aux CMR, stop aux perturbateurs, et produits corrosifs. Stop à l’enfumage des grands industriels qui jouent avec nos vies.

Merci aux journalistes pour ce travail, merci de continuer de creuser car ce n’est que le début d’un scandale sanitaire français. Faisant le lien direct sur les certifications et produits toxiques mis sur le marché sanitaire. Il ne s’agit pas que de prothèses malheureusement.

  • NOUVEAU
  • 30/11/2018 13:38
  • PAR 

Merci Madame Orange pour ces informations.
Nos gouvernants sont vraiment devenus fous, coupés de toute réalité et cette Europe si servile envers les affairistes ,majoritairement nous lui avons dit NON. Que de dégâts sont commis en son nom!

Abrogation de cette loi !

  • NOUVEAU
  • 30/11/2018 14:10
  • PAR 

Quelles belles bandes d’enculées.

Voter macron !

Pourquoi seulement au féminin?

Publicités

Une réflexion sur “#France #MacronGate Secret des affaires: vers l’opacité organisée de la vie publique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s