#Togo Leaks ELECTIONS LEGISLATIVES ALERTE Depuis la Côte d’Ivoire Bougouma Téné Alima née Kagoné (Burkinabè) femme du sécurocrate Jérôme Bougouma (poursuivie pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, coups et blessures volontaires) NETCOM livre l’encre débile à Gnassingbé ! #SCANDALE #DESTABILISATION #Burkina

 

Ouattara, Compaoré et Gnassingbé complices de cette pute recherchée par la justice Burkinabè lors du putsch manqué de Blaise Comaporé, Diendéré et Bassolé !

NIQUEZ TOUT ! #AshRévolution

L’encre indélébile pour le 20 décembre, réceptionné

Ecrit par La Redaction19 novembre 2018
L’encre indélébile pour le 20 décembre, réceptionné

40.000 flacons d’encre indélébile ont été réceptionnés samedi par la Commission électorale (Céni).

C’est une encre de qualité et sécurisée confirmée, selon le prestataire NetCom et le laboratoire de l’Université de Lomé. Le produit contient au moins 25% de nitrate.

‘Grâce à cette teneur, l’encre ne peut s’effacer avant un mois. C’est un gage de sécurité lors des opérations de vote et permet d’éviter les fraudes’, assure Halima Kagoné, le responsable de Net Com.

Le Togo organisera ses élections législatives le 20 décembre prochain.

 

              Jérôme BOUGOUMA : Jusqu’où ira-t-il et que peut-il ?

Le 27 octobre 2014, le ministre de la Sécurité de l’époque, Jérôme Bougouma, met en place une cellule de crise pour gérer les manifestations qui s’annonçaient. La police, la gendarmerie et le RSP se sont repartis les zones pour sécuriser Ouagadougou. Le dispositif du RSP avait à sa tête le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida. Il a pris position au centre-ville, dans la zone du rond-point des Nations unies et de l’hôtel Azalaï.

« La femme de Jérôme Bougouma a donné 500 000 FCFA pour libérer les prisonniers »

Dans son récit, Faisal Nanéma a fait cas de 500 000 FCFA qu’il aurait reçu de l’épouse de l’ancien ministre de la Sécurité Jérôme Bougma, Alima Kagoné, pour mobiliser les manifestants dans l’objectif d’aller libérer son époux et tous les autres prisonniers politiques de l’ancien gouvernement de Blaise Compaoré qui étaient incarcérés à la MACO lors du coup d’Etat. Selon les propos de l’accusé, il n’était pas partant pour cette « affaire », voilà pourquoi il a exigé la plus grosse part (300 000 FCFA) ou tout simplement le renvoi de la somme à l’envoyeur. Une décision qui est à l’opposé de tout car on dit couramment qu’« en politique, quand on prend l’argent, on ne le remet plus ».

Procès du putsch de 2015 : neuf prévenus sommés de rentrer au plus tard le 9 avril prochain

Diendéré Fatoumata née Diallo (poursuivie pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires) ; Deka Mahamady (poursuivi  pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, complicité de dégradation volontaire aggravée de biens, complicité de violence et voie de fait sur autrui, meurtre et coups et blessures volontaires) ;  Traoré Abdoul Karim André ( pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires) ;  Kagambèga Timpoko dite Marguerite (pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire aggravée de biens) ; Kinda Yacouba (pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, coups et blessures volontaires et dégradation volontaire aggravée de biens) ; Kaboré Emile René (pour complicité d’attentat à la sûreté de l’État, meurtre, coups et blessures volontaires) ; Songotoua Zakaria (poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires) ; Bougouma Téné Alima née Kagoné (poursuivie pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, coups et blessures volontaires) ; Zougnoma Issoufou (poursuivi pour coups et blessures volontaires, dégradation volontaire aggravée de biens). Ce sont là les neuf accusés dans le cadre du procès du coup d’Etat manqué de mi-septembre 2015, en fuite, et qui ont jusqu’au 9 avril prochain pour se présenter devant le tribunal militaire de Ouagadougou. L’ordonnance n°004/2018, publiée le 30 mars 2018 par la Chambre de jugement de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou, donne un délai de dix jours à ces accusés pour se présenter devant elle. Passé cette date, les « fuyards » pourraient être jugés par « défaut ».

Etude de Maître SORHO- YEO Gninafolo
NOTAIRE
COCODY Cité Des Arts Non loin de la Pharmacie COMOE, Tour SICOGI Bloc C, Esc A, Appart 21 ;
05 B.P. 2.605 ABIDJAN 05;
Tél : 22.44.07.78/ Fax : 22.44.38.99/40.14.71.00
E-mail: sorhoetude@yahoo.fr

CONSTITUTION DE LA SOCIETE NETWORK ENERGY ET TELECOMMUNICATION COTE D’IVOIRE

Suivant DNSV et STATUTS en date du 11 juillet 2012, il a été constitué la SARL dénommée « NETWORK ENERGY ET TELECOMMUNICATION COTE D`IVOIRE » par abréviation « NETCOM CI ». Objet: toutes activités ou opérations d`importation, d`exportation, de distribution, de négoce et de courtage; la représentation de marques de tous et produits de télécommunication et matériels informatiques; la représentation internationale d`entreprises et d`opérateurs télécoms ; l`installation électrique et solaire, la maintenance, la distribution de tous produits électriques, solaires et informatiques et de télécommunication; toutes activités de prestation de services, tous travaux de génie civil notamment revêtement de chaussée, d`équipement routiers et autres; tous travaux de bâtiments et travaux publics. Et généralement toutes opérations se rattachant à l`objet social ou pouvant en faciliter l`extension et le développement, Siège: fixé provisoirement à ABIDJAN-Cocody, Cité des Arts, 05 Boîte Postale 2605 Abidjan 05. Capital: 2.000.000 F CFA en numéraires.

Durée: 99 ans.

Gérante : Madame KAGONE Téné Alima, Directrice de société, demeurant à OUAGADOUGOU (BURKINA FASO), 01 Boîte Postale 4488 OUAGADOUGOU 01, pour une durée illimitée.

Dépôt au Greffe: le 19/07/2012; sous le numéro 3194;

RCCM N° CI-ABJ-2012-B-8689.

Putsch de l’ex RSP au Burkina: les 09 accusés en fuite

Sur les 84 accusés du procès du Putsch de septembre 2015 au Burkina, 09 sont en fuite et la chambre d’instruction de la justice militaire leur donne 10 jours pour se présenter au tribunal sous peine d’être jugés par contumace.La plus célèbre est Fatou Diendéré, l’épouse du cerveau présumé du coup d’Etat, le Général Gilbert Diendéré.

1. Diendéré Fatoumata née Diallo : Ex-députée et épouse du présumé auteur du coup d’Etat, Gilbert Diendéré

2. Deka Mahamady : Colonel en service à l’Etat-major particulier de la Présidence du Faso au moment des faits.

3. Traoré Abdoul Karim André : Consultant d’entreprise.

4. Kagambèga Timpoko dite Marguerite : Employée de commerce.

5. Kinda Yacouba  : Commerçant

6. Kabore Émile René : Ancien ministre de la Jeunesse et des sports (1999-2002) et ex-député (2002-2007),

7. Songotoua Zakaria : Militaire de l’ex-régiment de sécurité présidentielle

8. Bougouma Téné Alima née Kagoné : Directrice de société

9. Zougnoma Issoufou :  militaire de l’ex-régiment de sécurité présidentielle

Topinfoplus.com

Jérôme Bougouma est sans aucun doute l’un des ministres, voire le ministre le plus influent dans le gouvernement Tiao. Mieux encore, bien de gens voient en lui un Premier ministre bis. D’autres encore estiment qu’il serait en pole position pour (éventuellement) s’installer à la Primature. Mais qu’est-ce qui fait donc la force de cet homme revenu au-devant de la scène après une historique démission ? Les enjeux politiques et électoraux à venir ? Sa proximité avec le Chef de l’Etat ? Ou le poids des responsabilités ? Ou peut-être tout cela à la fois ?

Dans une interview accordée au confrère Mutations, une ancienne ministre, Alice Tiendrébéogo, laissait entendre au sujet de ses rapports houleux avec Salif Diallo, que ce dernier lui avait clairement fait comprendre qu’il y a une distinction à faire entre les ministres et les membres du gouvernement.

En tout cas, si l’on devait partiellement emprunter cette formule à son auteur, on pourrait dire de Jérôme Bougouma qu’il fait partie des cadres du gouvernement actuel. Retour en force après une brève éclipse et qui le porte désormais sur les dossiers prioritaires du Faso. Comme par exemple le projet de renforcement et d’équipement des forces de sécurité, doté d’une enveloppe de plus de 10 milliards de FCFA selon des sources.

Influence croissante

Les récentes élections de Sénateurs (dont on ne fait plus vraiment cas), c’est son département qui s’en est chargé. Les révocations ou les nominations de Gouverneurs, de Hauts commissaires et de préfets (essentiels dans le maillage du territoire national) c’est encore lui.

A l’Assemblée nationale ou lors de cérémonies officielles c’est souvent lui qui représente son collègue ministre de la Défense qui n’est personne d’autre que le Président du Faso lui-même.

Du reste selon des sources concordantes, des liens de famille unissent les deux hommes. Une preuve supplémentaire de la confiance que peut lui accorder le Président ? Sans doute.

Apparatchik selon l’opposition

Pourtant à y voir de près, Jérôme Bougouma est plus un technocrate qu’un politique pur et dur comme on pourrait le noter pour d’autres personnalités.

Docteur en Droit et enseignant à l’Université de Ouagadougou, il a fini par répondre comme bien d’autres de ses collègues à l’appel du Palais.

Décrit comme ouvert et conciliant par ses (ex-) collaborateurs, il aurait ainsi le profil pour gérer des dossiers à un niveau supérieur… C’est ce que certains de ses partisans veulent croire. En soulignant qu’il a eu à piloter par le passé les relations avec les partenaires sociaux lorsqu’il était en charge du ministère du Travail et de la Sécurité sociale.

A l’opposition par contre, l’on rappelle que tout cela n’est que de la diversion. Et pour cause, Jérôme Bougouma ne serait qu’un élément du système. Du reste au CFOP, l’on n’a toujours pas oublié que c’est sous son autorité que la marche-meeting de protestation de l’opposition contre le projet de création d’un Sénat a été violemment dispersée.

Juvénal Somé

Lefaso.net

Publicités

2 réflexions sur “#Togo Leaks ELECTIONS LEGISLATIVES ALERTE Depuis la Côte d’Ivoire Bougouma Téné Alima née Kagoné (Burkinabè) femme du sécurocrate Jérôme Bougouma (poursuivie pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, coups et blessures volontaires) NETCOM livre l’encre débile à Gnassingbé ! #SCANDALE #DESTABILISATION #Burkina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s