#MacronGate Des juges enquêtent sur François Molins Président de la Cour de Cassation #AshRévolution

Des juges enquêtent sur François Molins

Résultat de recherche d'images pour "francois molins et macron"

 

/ Des juges enquêtent sur François Molins

François Molins est le procureur de Paris. Photo Joel SAGET/AFP
Une fausse garde à vue à Paris est au cœur d’une instruction judiciaire ouverte à Lyon. Un dossier explosif. Explications.

François Molins, très médiatique procureur de Paris, a été discrètement entendu par un juge d’instruction lyonnais. Simple témoin, le haut magistrat a été invité à expliquer comment ses propres services ont organisé une fausse garde à vue ! Cette procédure fictive est au cœur d’une instruction judiciaire ouverte à Lyon en 2017, pour « trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs, faux en écriture publique aggravée ».Un commissaire et deux magistrates ont été placés en garde à vue cette semaine. Une confrontation a même été menée, entre François Thierry, ex-patron de l’office central des stups, et Véronique Dergermann, procureure-adjointe au parquet de Paris. Du jamais vu. Remis en liberté sans poursuite immédiate, certains pourraient être convoqués ultérieurement, si le juge estime les charges suffisantes pour une mise en examen.

Importation de cannabis depuis le MarocÀ l’origine de cette instruction hors norme, la plainte d’Hubert Avoine, 56 ans, qui se présente comme un ancien agent infiltré, recruté par le commissaire François Thierry, chef de l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS). Avoine affirme avoir effectué plusieurs missions risquées, pour remonter des cartels sud-américains. Il raconte aussi un épisode situé sur une plage d’Espagne, au printemps 2012. Il affirme avoir transporté des ballots de cannabis, en présence de policiers de l’OCRTIS. Il a cru à une livraison surveillée, destinée à démanteler des filières, en suivant l’importation de drogue. Avant de douter des finalités de l’opération. Or, un autre dossier mettant en cause les méthodes de l’OCRTIS, après la découverte de 7 tonnes de cannabis, en octobre 2015 en plein Paris, révèle qu’un informateur de l’office central a été extrait de prison, sous le faux prétexte d’une garde à vue, à la même époque. Il a été en réalité hébergé à l’hôtel à Nanterre, pour piloter à distance une importation massive de cannabis depuis le Maroc, sous la surveillance théorique de l’OCRTIS. Sans doute celle dont parle la plainte d’Avoine. Deux magistrates ont habillé la procédure. « Elle n’était pas au parfum de l’opération d’importation qui se jouait dans son dos. Et à mille lieues de penser que la garde à vue se déroulait à l’hôtel », réagit Frédéric Monneret, avocat de Karine Roussy-Sabourin, à l’époque en poste à la juridiction interrégionale spécialisée de Paris. Qui savait quoi ? À quoi a abouti l’opération ? La JIRS de Lyon mène l’enquête. Connu pour sa détermination à toute épreuve, le juge Michel Noyer, féru d’alpinisme, semble bien décidé à remonter toute la chaîne pénale impliquée de près ou de loin dans l’affaire.

Par Richard SCHITTLY |

Résultat de recherche d'images pour "francois molins et macron"

Publicités

Une réflexion sur “#MacronGate Des juges enquêtent sur François Molins Président de la Cour de Cassation #AshRévolution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :