#Congo #France pays de merde #Terroriste #DGSE Mafia Corse #Macron Rencontre avec Ferdinand Mbaou l’opposant à Sassou-Nguesso victime de tentatives d’assassinat en France

Rencontre avec l’opposant à Sassou-Nguesso victime de tentatives d’assassinat en France

Rencontre avec l’opposant à Sassou-Nguesso victime de tentatives d'assassinat en France
Ferdinand Mbaou, réfugié en France, en septembre 2018 à Paris. (AFP PHOTO / JOEL SAGET)

Pour la deuxième fois, le général congolais, Ferdinand Mbaou a été visé par une tentative d’assassinat sur le sol français. Il vit depuis trois ans avec une balle dans le dos. Portrait.

C’est en lisant le journal, le 15 septembre dernier, dans son modeste pavillon de Bessancourt dans le Val-d’Oise, que Ferdinand Mbaou a appris qu’on voulait de nouveau l’assassiner. Deux hommes, deux anciens de la DGSE, les services extérieurs français, de son « service Action », notamment chargé des opérations « homos », avaient été mis en examen le 12 septembre à Lyon.

Ils sont soupçonnés d’avoir fomenté une nouvelle tentative d’assassinat, en France, contre ce proéminent opposant au régime du sulfureux président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso. Le général Mbaou fut le chef de la garde présidentielle, et brièvement le chef d’état-major, de Pascal Lissouba, chef d’Etat démocratiquement élu en 1992 et renversé par les armes en 1997 par Denis Sassou-Nguesso.

De la première tentative de le tuer, le général Ferdinand Mbaou, 62 ans, une femme et trois enfants de 20, 15 et 10 ans, garde un souvenir ému et une balle fichée près du cœur, trop dangereuse à extraire. C’était il y a près de trois ans, le 10 novembre 2015.  A ce moment-là, la tension monte à Brazzaville, où le président Sassou-Nguesso fait tout pour se maintenir au pouvoir, changeant même la Constitution, faisant, comme souvent, couler le sang.

Deux coups de feu

Par cette froide après-midi d’automne, après avoir embrassé sa femme, le général congolais, en exil politique en France, quitte, chaudement vêtu d’un épais manteau, son pavillon de la rue des Beaux-Lieux à Bessancourt. Il va prendre le train pour Paris afin de rencontrer des amis. C’est alors qu’il marche sur un chemin le long de la voie ferré que, soudain, il entend deux coups de feu très rapprochés d’un pistolet automatique qui claquent dans son dos. Sur le coup, il ne sent rien. Il se retourne et il voit un jeune homme qui pointe une arme sur lui. Le général Mbaou, carrure athlétique, fine barbe soignée, raconte :

« Je lui ai dit : ‘qu’est-ce qui vous prend ? Pourquoi m’avez-vous tiré dans le dos ?' »Le jeune homme ne dit rien. Il le menace avec son arme mais sa main se met à trembler. « Alors j’ai décidé que l’heure n’était pas de jouer au héros. Je me suis mis à courir en zig-zag en appelant à l’aide. Quand je me suis retourné, j’ai vu qu’il prenait la fuite alors, à mon tour, je l’ai coursé. C’était un amateur », poursuit l’opposant congolais. Le tueur saute dans une voiture qui l’attend. Le général s’arrête,  s’effondre. « J’ai senti la douleur, le sang qui coulait, mon corps m’a lâché », dit-il. Une balle a ricoché sur son épais manteau mais l’autre est entrée sous l’omoplate et s’est enfoncée près du cœur.

L’enquête piétine pendant près de deux ans. « Ce qui est tout à fait inhabituel pour une affaire criminelle », estime Maître Norbert Tricaud, l’avocat de Ferdinand Mbaou. Elle vient juste d’être transmise par la police au procureur de Pontoise qui, au moment des faits, « ne savait pas si cette agression a un sens politique ou non »… Personne n’informe Ferdinand Mbaou de quoi que ce soit, ni de l’avancée de l’enquête sur la première tentative de meurtre ni de la préparation de la seconde.

Au contraire, on lui refuse une protection, lui suggérant de faire appel à une société de sécurité privée ou, en cas de problème, d’appeler le « 17 ».  Pire, c’est lui qui est mis sur la sellette. En janvier 2017, Ferdinand Mbaou est accusé par les autorités françaises d’être un « putschiste » qui  « incite, facilite et participe à la commission d’acte de terrorisme », selon l’arrêté des ministres français de l’Economie et de l’Intérieur.

Son compte bancaire en France, sur lequel se trouve quelque centaines d’euros, – pas vraiment de quoi financer un coup d’Etat –, est gelé. Alors que de grandes sociétés françaises, comme Total ou Bolloré, font des très bonnes affaires au Congo-Brazzaville, le général Mbaou soupçonne le président Sassou-Nguesso d’avoir de puissants appuis en haut lieu à Paris:

« Ce qui est étrange, c’est que, non seulement personne ne m’a averti, mais que  les tueurs ont, dans un premier temps été libérés sur ordre. Alors que le pays sombre, Sassou-Nguesso ne pourrait se maintenir au pouvoir sans des soutiens en France. »

« Mon modèle, c’est de Gaulle »

Pourtant, les spécialistes ne considèrent pas que le général, dont seul le discours est radical, représente une menace sérieuse pour le satrape de Brazzaville. Au ministère français de l’Intérieur, le général a expliqué sa position : « Elle est claire, dit-il. Il n’y a pas de solution politique au Congo. Sassou-Nguesso est arrivé au pouvoir par les armes, il se maintient par les armes et il ne peut être renversé que par les armes. Je ne me cache pas. Je dis qu’il faut préparer une insurrection armée. Mon modèle, c’est le général de Gaulle, l’appel du 18-Juin. En exil, de Gaulle a continué à se battre. Personne ne considère que c’est un terroriste. »

C’est peu dire que le général Ferdinand Mbaou soupçonne le président Sassou-Nguesso de vouloir l’assassiner. Il est sûr qu’il est le commanditaire des tueurs. « Il est juste passé des amateurs aux professionnels », remarque-t-il. Il désigne Sassou-Nguesso pas seulement parce que le parcours au pouvoir du président congolais est parsemé de cadavres. Mais parce que cet homme doux, calme mais déterminé, père de famille rangé d’une banlieue parisienne tranquille, ne se connaît pas d’autre ennemi.

Jean-Baptiste Naudet

Publicités

Une réflexion sur “#Congo #France pays de merde #Terroriste #DGSE Mafia Corse #Macron Rencontre avec Ferdinand Mbaou l’opposant à Sassou-Nguesso victime de tentatives d’assassinat en France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s