#SCANDALE #MacronGate #SarkozyGate Financements libyens: Claude Guéant préfère désormais se taire face aux juges ! #Haik #Debbasch #Maurice #Bolloré #Syrte #Port #Lomé #Gnassingbé

Financements libyens: Claude Guéant préfère désormais se taire face aux juges

 PAR  ET 

Le 11 septembre, Claude Guéant a prononcé cinquante et une fois la même phrase face aux questions des juges de l’affaire libyenne : « J’exerce mon droit au silence. » L’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, cerné par les dernières découvertes de l’enquête, apparaît de fait de plus en plus affaibli dans sa défense.

Par cinquante et une fois, le 11 septembre, Claude Guéant a prononcé la phrase « J’exerce mon droit au silence » face aux juges de l’affaire des financements libyens, Serge Tournaire et Aude Buresi, refusant à la manière d’un Patrick Balkany de répondre à l’intégralité des questions qui lui ont été posées.

L’audition n’aura duré que 46 minutes.

À son terme, l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, qui fut tour à tour son directeur de cabinet place Beauvau puis de campagne lors de l’élection de 2007, son secrétaire général à l’Élysée et enfin son ministre de l’intérieur, a écopé de six nouveaux chefs de mise en examen qu’il a lui-même qualifiés de « graves et humiliants ».

Claude Guéant, le 28 septembre 2015, au tribunal de Paris. © ReutersClaude Guéant, le 28 septembre 2015, au tribunal de Paris. © Reuters

Claude Guéant a été mis en examen, ce 11 septembre, pour « recel de détournements de fonds publics », « complicité de corruption passive », « recel de corruption passive », « complicité de financement illégal de campagne électorale », « corruption passive » et « blanchiment de corruption passive en bande organisée », délits présumés qui viennent s’ajouter à ceux de « faux », « usage de faux » et « blanchiment de fraude fiscale » dont il était déjà accusé dans le même dossier depuis des années.

Dans une déclaration liminaire faite devant les magistrats, Claude Guéant a affirmé n’avoir « jamais bénéficié d’un centime d’argent libyen ». Il reproche aux juges une enquête qui ne serait plus « effectuée à charge et à décharge ». « Quoi que je puisse dire, mes propos ne sont pas pris en considération », s’est-il lamenté, stigmatisant des « indiscrétions constantes » de la presse qu’il dit vivre comme des « atteintes aux deux principes fondamentaux que sont la présomption d’innocence et le secret de l’instruction ». « Les conséquences sont pour moi très graves, et cela sur tous les points », a fait savoir le mis en examen.Claude Guéant a également tenu à affirmer que son refuge dans le silence ne devrait être interprété « en aucune façon » comme « l’expression d’une gêne ».

Et pourtant. Que ce soient la nature des faits qui lui sont désormais officiellement reprochés, tels que ceux-ci ressortent sur procès-verbal du détail de ses mises en examen, ou la précision des questions posées par les juges, à chaque fois adossées à des documents et des témoignages concordants, tout semble montrer un Claude Guéant affaibli dans sa défense.

Dans les faits, l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy (lui aussi mis en examen pour de multiples chefs dans cette affaire) apparaît comme un personnage central du dossier judiciaire. À la fois dans sa dimension de financement politique – il fut le patron de la campagne de 2007 – mais aussi d’enrichissement personnel – il est accusé de s’être offert un appartement grâce à ses liens avec l’intermédiaire Alexandre Djouhri et le directeur de cabinet de Kadhafi, Bachir Saleh.

 LE FINANCEMENT POLITIQUE ET SES CONTREPARTIES

Selon le détail de ses mises en examen, Claude Guéant est ainsi accusé d’avoir « sciemment recelé le produit du délit de détournements de fonds publics commis par les autorités libyennes, en l’espèce des fonds destinés notamment à financer illégalement la campagne de Nicolas Sarkozy ». Les juges le soupçonnent d’avoir « noué des contacts et participé à des discussions avec les collaborateurs de Mouammar Kadhafi en vue d’organiser le financement par le régime libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy », le tout « en organisant l’utilisation des fonds dans le cadre de ses activités de directeur de campagne » puis « d’avoir réceptionné des fonds versés par le régime libyen dans le cadre d’un pacte de corruption passé avec Nicolas Sarkozy ».

Dans cet aspect du dossier, les liens de Claude Guéant avec l’intermédiaire Ziad Takieddine, que l’ancien ministre de l’intérieur tente à tout prix de minimiser malgré les évidences, pèsent lourd.

Ziad Takieddine, le 12 novembre 2016, dans son appartement parisien. © Pedro Da Fonseca/Premières LignesZiad Takieddine, le 12 novembre 2016, dans son appartement parisien. © Pedro Da Fonseca/Premières Lignes

Takieddine est déjà mis en cause dans une autre affaire politique, le volet financier de l’affaire Karachi, pour avoir financé le clan Balladur, dont Nicolas Sarkozy était l’une des figures de proue, à l’aide des commissions dégagées par les marchés d’armement.

Dans le dossier libyen, les policiers ont récupéré quantité de documents authentifiés qui prouvent la grande proximité de l’intermédiaire avec Claude Guéant entre 2005 et 2007. Il s’agit de notes de Takieddine remises en mains propres à Guéant, d’organisations de voyages à Tripoli et de rendez-vous avec des responsables libyens, de visites au ministère de l’intérieur puis à l’Élysée ou de télécopies émises par Claude Guéant lui-même à l’adresse de Takieddine depuis le fax de la présidence de la République.

« Il semblerait que vous ayez adressé par fax à Ziad Takieddine un projet de courrier en français destiné au colonel Kadhafi pour avoir son avis, puis le courrier définitif par vous signé », notent ainsi les juges, qui n’obtiendront aucun commentaire de la part de Guéant.

Les policiers ont également pu mettre la main, dans les archives informatiques de Takieddine, sur le scan d’une enveloppe de la place Beauvau adressée à l’intermédiaire « de la part du SP [secrétariat particulier – ndlr] de M. Guéant », document « qui supporte la marque d’un timbre humide du ministère de l’Intérieur », selon les juges.

Claude Guéant, Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy à Tripoli, en 2007. © ReutersClaude Guéant, Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy à Tripoli, en 2007. © Reuters

L’enquête judiciaire a par ailleurs établi que Claude Guéant avait rencontré secrètement, en septembre 2005, « à l’insu des services de l’ambassade », l’un des principaux dignitaires libyens, Abdallah Senoussi, chef des services de renseignement militaires et beau-frère de Kadhafi. Le tout en présence de Takieddine.

Senoussi a avoué sur procès-verbal, d’abord devant la Cour pénale internationale puis dans le cadre d’une coopération judiciaire franco-libyenne, avoir envoyé fin 2006 et début 2007 trois valises de cash par l’entremise de Ziad Takieddine pour un montant total de 5 millions d’euros en faveur de Nicolas Sarkozy et Claude Guéant. Ziad Takieddine a de son côté confirmé en tous points ce témoignage, allant jusqu’à s’incriminer lui-même judiciairement. L’ancien premier ministre libyen Baghdadi al-Mahmoudi a lui aussi livré un témoignage qui place Claude Guéant au cœur du dispositif de collecte des fonds libyens, en particulier de ceux octroyés par Bachir Saleh, l’ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi.

Quelques semaines après la réception supposée des fonds livrés par Takieddine, Claude Guéant ouvrira dans le plus grand secret une chambre forte démesurée à la BNP, juste le temps de la campagne présidentielle. En garde à vue, il jurera aux policiers n’y avoir entreposé que… des discours de Sarkozy et des documents du ministère de l’intérieur. Depuis, l’enquête judiciaire a établi que de très importantes sommes en espèces non déclarées avaient circulé durant la campagne électorale. Raison pour laquelle l’ancien trésorier de Sarkozy, Éric Woerth, aujourd’hui président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, a lui aussi été mis en examen.

Mais pour la justice française, Abdallah Senoussi, l’un des pourvoyeurs libyens de cash, n’est pas n’importe qui : il fut condamné en 1999 par la cour d’assises spéciale de Paris pour avoir organisé l’attentat contre le DC 10 d’UTA, qui a fait 171 morts. Or comme Mediapart l’a déjà raconté, de nombreuses diligences ont été effectuées par l’entourage direct de Nicolas Sarkozy pour trouver une issue favorable à la situation judiciaire de Senoussi (voir de nouvelles révélations ici). Cet activisme judiciaire en faveur d’un homme condamné pour terrorisme est de plus en plus vu par les enquêteurs comme l’une des contreparties possibles à la corruption.

Senoussi fut aussi celui qui a supervisé avec Ziad Takieddine la vente de matériel d’espionnage à la Libye, pour le compte de la société française Amesys. « J’ai beaucoup discuté avec Claude Guéant de cette affaire. Il était parfaitement au courant. Il était indispensable pour que ce contrat aille à son terme », a expliqué Ziad Takieddine en juillet dernier aux juges. D’ailleurs, l’une des plaquettes promotionnelles d’Amesys envoyées aux Libyens faisait mention de sa proximité avec le ministre de l’intérieur de l’époque. Un certain Nicolas Sarkozy.

 LE FINANCEMENT PRIVÉ ET SES PREUVES

Outre le soupçon de financement politique, il y a aussi celui d’enrichissement personnel. Claude Guéant est en effet également accusé d’avoir perçu 500 000 euros, en mars 2008, grâce à l’intermédiaire Alexandre Djouhri pour l’achat d’un appartement situé derrière l’Arc de triomphe, à Paris, et en contrepartie d’avoir profité de sa position à l’Élysée pour demander à EADS le versement au même Djouhri de commissions sur une vente d’Airbus à la Libye et réclamer au ministère du budget des facilités fiscales pour une société offshore de l’intermédiaire.

Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, le 27 mars 2012. © ReutersNicolas Sarkozy et Claude Guéant, le 27 mars 2012. © Reuters

Claude Guéant avait expliqué aux enquêteurs que les 500 000 euros suspects étaient le fruit de la vente de deux petites marines hollandaises, qui en valaient en réalité plus de dix fois moins. Les juges parlent aujourd’hui d’une « justification mensongère » qui visait à masquer l’origine des fonds suspects : à savoir des circuits financiers tortueux, passés par l’Arabie saoudite puis la Malaisie, les 500 000 euros incriminés ayant été compensés au bout du compte par de l’argent libyen.Claude Guéant a ceci de particulier que, plus qu’aucun autre protagoniste de l’affaire, il fait le lien entre les deux intermédiaires de cette histoire, Ziad Takieddine, donc, et Alexandre Djouhri. Soit les deux canaux (ennemis) par lesquels est suspecté d’avoir transité l’argent noir libyen à destination, en France, de la Sarkozie.

D’après les registres de l’Élysée, dont les enquêteurs ont pu obtenir copie, Alexandre Djouhri est venu voir Claude Guéant à l’Élysée à cinquante-neuf reprises entre mai 2007 et mars 2011 (et Nicolas Sarkozy à quatorze reprises sur la même période), comme L’Obsl’a déjà rapporté. Par deux fois, Djouhri est venu accompagné de Bachir Saleh, le directeur de cabinet de Kadhafi : une première le 20 juin 2007, juste après l’élection de Nicolas Sarkozy, et une seconde le 23 janvier 2008, trois mois avant le versement des 500 000 euros derrière lesquels se cachent, d’après l’enquête, le même Djouhri et le même Saleh.

Il se trouve que Bachir Saleh fut le destinataire en 2006 d’une note compromettante pour Nicolas Sarkozy sur les financements de sa campagne, dont la révélation par Mediaparten avril 2012 a suscité la panique au sommet de l’État. Et pour cause : il avait été découvert dans le même temps que Saleh résidait en France, sous la protection du gouvernement, alors qu’il était visé par un mandat d’arrêt d’Interpol émis par les autorités libyennes ayant succédé au régime Kadhafi après la guerre de 2011.

Comme le résumeront les juges à Claude Guéant : « Vous êtes soupçonné d’avoir organisé avec Bernard Squarcini [alors directeur des services secrets intérieurs – ndlr] et Alexandre Djouhri son exfiltration de France au Niger après que sa présence en France ait été révélée par des organes de presse. » De fait, ainsi que la justice l’a déjà documenté, Bachir Saleh a obtenu l’assistance de l’État français et de Djouhri pour pouvoir prendre la fuite alors qu’il était inscrit au Fichier des personnes recherchées (FPR).

Le calvaire judiciaire de Guéant ne s’arrête pas là. L’ancien cardinal de la République est enfin soupçonné d’avoir brassé énormément d’espèces à des fins personnelles. « L’enquête a révélé que vous aviez disposé de fonds en espèces pour des montants supérieurs à ceux susceptibles de résulter de la perception des “frais d’enquête” [du ministère de l’intérieur – ndlr] que vous aviez admise et pour laquelle vous avez été condamné », lui ont dit les juges.

D’après le dossier judiciaire, Claude Guéant a ainsi disposé entre 2003 et 2013 d’au moins 325 000 euros en cash (il s’agit des sommes dont les policiers ont pu retrouver la trace), alors que sur la même décennie il n’a retiré de ses comptes en banque que 2 450 euros et qu’il a reconnu la perception de 110 000 euros, détournés des caisses du ministère de l’intérieur. Reste un minimum de 211 550 euros au sujet desquels Claude Guéant a opposé toujours la même réponse : « J’exerce mon droit au silence. »

TOUS LES COMMENTAIRES

Dans la mafia la parole est d’argent mais le silence est d’or !!! smile

Pourtant c’est pas ce que disait la clodette de Naboléon le 9 mars 2015.

gueant-1

 Allez Clo Clo, l’heure est venue de le prouver, ne te dégonfle pas, ne rate pas l’occasion « historique » de t’expliquer surtout , on attend tes preuves avec impatience !!! MDR !!!! laughingcool

A revoir juste pour rire !! Un grand comédien ce Clo Clo

 

Rien de nouveau en France, c est toujours malheur aux pauvres.

Partout ce capitalisme triomphant qui ruine la majorité des citoyens.

C’est avec ce genre de réactions que vous décrédibilisez votre discours politique qui j’imagine est celui d’un progressiste qui veut améliorer la situation des pauvres.

Car à ces affirmations caricaturales on peut facilement vous répondre que là où le capitalisme n’est pas triomphant, le « socialisme » est encore plus le naufrageur des pauvres.

 

cuba-833112

 

par-defaut-2018-07-29-a-13-21-35

C’est pour cela qu’il à pu se payer son appartement dans les beaux quartiers.
Le silence rapporte.

JP N

Pou quoi changer de comportement ? Ça donne de très bons résultats  toujours

Votre votre vissage l’exprime  très bien

***winkwinkoui , on est au delà d’une sordide affaire de fric et de magouilles gravissimes ;

Il y a eu une guerre , des morts , des blessés, des vies brisées + un chaos politique .

Des bandits + des assassins yell

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.
CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

….chez les plus doués s’entend !

Ne vous inquiétez pas, ils ne sont pas nombreux !

Et n’oublions pas, Guéant est au coeur de l’affaire Tapie…!!
Il va falloir faire un palmarès des escrocs, les listes vont être longues.

  • NOUVEAU
  • 03/10/2018 13:18
  • PAR 
Parrain ou peur du parrain ?

Ceci dit, comme le précise Wikipédia, il existe une multitude de formes de bismuth :

« Il existe une grande variété de mises en forme métallique : plombs de chasse ou de pêche, billes, billettes, boules, balles, globules, pastilles, nodules, perles, rondelles, cylindres, tubes, anneaux, lames, lingots, bâtons, disques, disquettes, bandes, bobines, barres, barrettes, brides, plaques, plaquettes, galettes, tranches, rubans, feuilles, grains, flocons, fil, aiguilles, granulés, copeaux, jetons, pièces, piécettes, petits et gros morceaux, bloc, bobines, bosse, tôle, matière concentré, micro-feuilles, microlames, poudre, poussière, etc. »

ça permet de camoufler le bismuth au point de perdre les enquêteurs…

J’ai compris,c’est le Pole Bismuth, tout s’éclaire!

*** Prison préventive serait la moindre des choses !

Halte au feu ! Quel tableau, nom de Zeus ! La Sarkozie brûle. Hortefeux le maillon faible de la Sarkozie est en train de se préparer une vraie descente d’organes, à forces de baliser….à l’idée que ce n’est pas certain que Péchenard l’homme de confiance de Sarkozy…remplacera Gérard Colomb…..

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART.

Autant ne pas répondre quand on est pauvre et dans l’indigence paraît digne mais produit assurément indifférence quant à l’issue du sort de ceux qui en sont les premières victimes et s’y trouvent honteux tant la situation est insupportable, autant le silence pesant comme défense paraît stupide et contreproductif surtout si c’est pour taire les sommes dont on a su s’éprendre même en étant responsable, il y a entre les deux une nuance d’importance, inconsidération et considération que semble ne plus vouloir ceux qui s’étaient habitués à en avoir comme des irresponsables qu’ils ont souvent été tout en laissant croire du contraire.

L’ivresse du pouvoir est comme le dopage il vaut mieux rester sobre parce qu’après on souffre en silence du silence qui pèse plus lourd que tout ce qui se dit pour combler et comme il est connu que pour certains le doute a du bénéfice, certains se font à cette raison et pensent que la vérité se taira ou trébuchera dans ces nombreuses tentatives de percée en s’échappant en vol recroquevillée aussi grande qu’un atome, autant dire en passant inaperçue…qu’à des gens du possible perdurent une possibilité d’échappatoire qu’on ne prête jamais aux indigents, c’est une grande injustice que cela souvent.

Ceux qui suivent l’ont déjà compris, mon côté cartésien ne donne pas sa part aux chiens,  en ajoutant mes points sur les « i », à l’aise Blaise !, énervant des natures plus que sombres…en causant bien trop de dégâts à l’impact réel de leurs discours souvent hypocrites et mensongers, quand ils sont relatés par Médiapart…. C’est pourquoi ma connexion Internet est devenue leur vraie tototte maléfique…. Euh..Laurent Wauquiez qui accusait Jupiter de ne pas aimer la France, sur une intuition immature dont il est coutumier, en toutes rigueurs,   ne devrait pas les épargner…vu l’image détestable qu’ils donnent de nos politiciens ancrés à Droite,  à l’étranger !

 

 

Le temps que ces truands (« présumés » innocents…) fassent face à la justice… il passera berlurette… je propose une petite avance : le goudron et les plumes… et le gèle de tous leurs avoirs…

PS: Bismuth, Woerth, Hortefeux, itou… j’en oublie ???

Là où l’on voit que l’égalité nécessaire à la démocratie est bafouée. Nous pouvons donc dire que nous ne sommes pas dans une démocratie ni dans une république puisqu’il existe des pouvoirs supérieurs qui dictent la mansuétude avec laquelle les gens de haut rang mis en examen doivent être traités.

Dans la troisième photo de cet article un fragment de bombe pour tenir ouvert les document sur la table, devant Sarkozy ! Triste spectacle.

LREM devient LREP : LA RÉPUBLIQUE EN PANNE. LR…DEVIENT AUSSI LREP : LES REPUBLICAINS EN PANNE… LREM : LA RÉPUBLIQUE EN MERDE ? RN : LE RASSEMBLEMENT NAZE ou Nazzi Bonne déprime à nous tous !

Notre premier ministre actuel et bon nombre des ministres actuels de son gouvernement, soutenaient tous cette clique, puisqu’ils étaient à l’UMP ! Devenu LR quand ils furent en faillite… Ils ont juste changé de dossards quand le vent a tourné. Mais dans leurs têtes, c’est la même semoule avariée.

Je vote, ils dégagent.

Voeu pieux !

Je vote, ils dégagent.

Visiblement, non 🙂

Nous votons, ils reviennent. Par la porte, la fenêtre, la fenêtre des toilettes, les égouts, etc, etc …

D’ailleurs, en scrutin majoritaire, c’est la boite de camembert avec la plus belle photo qui gagne à tout les coups 😉

Et si ce n’est pas eux, c’est leur « frère » de caste :-).

P.S. : Quoique, justement maintenant, la caste, la « vraie caste », membres des familles et sortant des « hautes » écoles, présent depuis toujours dans « l’ombre », semblent s’être rendu compte qu’en fait, ils n’ont plus besoin des « marionnettes politiques ». La première tentative « merde » un peu, la technique n’est pas encore totalement rodée, mais gageons que ces gens-là vont affiner les « techniques » de « lobotomisation » de nos petits cerveaux tellement occupés par Netflix :-). Donc, nous pourrions voir quelques ex-stars de la politique passer à la trappe, ils deviennent obsolètes :-p.

  • NOUVEAU
  • 03/10/2018 14:03
  • PAR 

Le cardinal de la françafrique paiera t -il? sale image de la république française mais personne ne s’en étonne en Frnçafrique depuis FOCCART et PASQUA et leurs réseaux de barbouzards!

Et SARKOZY quand?

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.
  • NOUVEAU
  • 03/10/2018 14:33
  • PAR 

Au minimum cette déclaration M’sieur Guéant : toute la France l’attend, y’a que vous qui ne le savez pas ???

gueant-voyou

Si l’échafaud existait encore, Claude Guéant, dirait, devant le tranchant du Docteur Guillotin: « J’exerce mon droit au silence ». Monsieur le bourreau, à vous! Clap de fin, Sarkozy est soulagé…

CG devrait se mettre à table car sinon il risque de finir en dindon de la farce ! NS a raté son retour … mais il pourrait passer entre les gouttes comme dans l’affaire B. Pour CG c’est moins sûr ! Alors qu’il se mette à table ! A moins qu’il ne craigne quelques barbouzeries dont les héritiers de CP ont le secret !

DB

  • NOUVEAU
  • 03/10/2018 15:31
  • PAR 

Nous ne vous saurons jamais assez gré de votre travail acharné qui, de surcroît, pourrait vous valoir les ires du Prince. De l’obstination, du courage, mis au service du droit, celui qui codifie les relations sociales et permet, in fine, de croire – un peu – en une justice pour tous.

Nonobstant, et que l’on taxe ma réaction d’étroitesse d’esprit, de vindicte, c’est Nicolas Sarkozy que j’espère voir un jour embastillé. Après tout, je crois bien au Papa Noël, alors… innocent

Si les juges s’attendent à ce qu’il leur déballe le tout , ils peuvent toujours s’attendre qu’il  répéte la même phrase  » j’exerce mon droit au silence  » Et si c’était un autre truand d’un autre gabarit on l’aurait coffré depuis longtemps , mais ces gens ont l’art et la manière de nous prendre pour des imbeciles , mais jusqu’à quand ces gens continuent de faire tourner en bourrique la justice ?

sans commentaire yellyellyell

wikipedia

En 2015, la presse américaine révèle l’affaire dite de l’emailgate : l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton est accusée d’avoir mis en danger la sécurité de données confidentielles en utilisant sa messagerie personnelle dans le cadre professionnel. Une série de courriels est rendue publique et dévoile des documents relatifs à l’intervention française en Libye.

Un mémo liste cinq facteurs motivant l’engagement du président Nicolas Sarkozy à mener cette guerre : « un désir d’obtenir une plus grande partie du pétrole libyen ; accroître l’influence française en Afrique du Nord ; améliorer sa situation politique intérieure en France ; offrir à l’armée française une chance de rétablir sa position dans le monde ; et répondre à l’inquiétude de ses conseillers concernant les plans à long terme de Kadhafi de supplanter la France comme puissance dominante en Afrique de l’Ouest — le gouvernement voit notamment d’un mauvais œil le projet de Kadhafi d’introduire une nouvelle devise panafricaine pour supplanter le Franc CFA, basée sur le dinar or libyen et appuyée par des réserves secrètes d’or d’une valeur de 7 milliards de dollars131,132,133. Cette analyse est, en partie, partagée par la Commission des affaires étrangères du Parlement britannique en 2016134.

Un autre mémo, daté du 5 mai, évoque des vols humanitaires organisés mi-avril 2011, qui auraient compté parmi les passagers des cadres de Total, de Vinci, et de l’EADS135Bernard-Henri Lévy, intermédiaire entre le président français et les insurgés, aurait fait savoir aux responsables du CNT qu’ils « avaient une dette envers la France au vu de son soutien précoce et que Sarkozy avait besoin de quelque chose de tangible à présenter aux leaders politiques et économiques français. » Selon une note de septembre 2011, Nicolas Sarkozy aurait exhorté les Libyens à réserver 35 % de leur industrie pétrolière à des entreprises françaises, en particulier Total136,137. Alors que la France représentait 9,7 % des exportations libyennes en 2012, elle devient en 2014 le deuxième client de la Libye, avec 13,1 % des exportations. Elle devance alors la Chine (qui voit sa part des exportations chuter de 12,4 % à 4 % dans le même temps) ainsi que l’Allemagne, mais reste derrière l’Italie, ancienne puissance coloniale du pays. En 2013, le pétrole représentait 97,31 % des exportations libyennes138.

  • NOUVEAU
  • 03/10/2018 15:55
  • PAR 

Avec un tel profil Guéant aurait été un ministre idéal de Macron …. ou un organisateur de sa sécurité personnel…

Quel gâchis !!!

Il peut toujours SE servir de son pays . Il faut l’appeler et il vient

  • NOUVEAU
  • 03/10/2018 16:09
  • PAR 

Je pense que cette affaire sera jugée en 2047

Ou après la mort de tous les impliqués je pense !

ET ce délinquant en col blanc est toujours en liberté!! Cela, me semble-t-il, pose la question de l’application de la loi et de la justice en France. Comme tant d’autres délinquants qui sont toujours en liberté comme Sarkozy, Balkany… Quelqu’un de MP pourrait me dire le pourquoi de cette aberration pour ne pas dire autre chose?

Il ne reste à Claude Guéant que 2 choix possibles : assumer ce qu’il a fait  ou se suicider.

3ème choix, raconter tout, mais absolument tout sur les magouilles de son pote sarko, et négocier une certaine mansuétude. Il est vrai que ça ou le suicide, il y laissera quand même sa peau. Don sarko le parrain ne rigole pas avec ça, et les gens avec qui il est mouillé ne rigolent pas non plus.

En résumé: assumer ou se supprimer. A part Pierre Bérégovoy, qui, à mon avis,  était un honnête homme, aucun politicard ne s’est suicidé suite à des affaires de magouilles financières et/ou immobilières. Regardez Richard Ferrand, président de l’assemblée nationale, plombé par ses magouilles au préjudice des Mutuelles de Bretagne, et qui se porte comme un charme. A quand un feuilleton sur les politico-mafieux: « POUBELLE LA VIE »?

Mais le gars se permet d’exercer son droit au silence , et jusqu’à preuve du contraire ce n’est pas si bête que celà puisse paraître! C’est lâche de ne pas assumer sa responsabilté et ne l’est pas moins de se suicider !

La république des crapules !!!!! avec à sa tête Berlus….kosy !!!!!!

Ils étaient ainsi certains de gagner les élections et tout verrouiller, tant la justice que les…..médias, sauf que salutairement le peuple a vu !!!!!!!tongue-outtongue-outtongue-out

  • NOUVEAU
  • 03/10/2018 17:37
  • PAR 

Un ch’ti canon mon glaude ,  avant d’entamer le plat de résistance ? Quant à son mentor , svp MMrs les Juges , confisquez-lui sa bicyclette en attendant sa venue à la  » Santé  » si ce n’est pas trop vous demander ……Comment ? Il ne s’ appelle pas Sarkozy mais Bismuth et il grimpe sur le dos de Chiotti l’émigré Italien pour faire son jogging quotidien ? Ce type est vraiment un profiteur……

Mais qu’est ce qu’il faut de plus  pour le mettre au trou ?  Aux usa il aurait écopé de 45679, 3 années de prison. On peut comprendre pourquoi tant d’acharnement à  abattre le généreux donateur lybien  qui avait bien dit avant de se prendre dans la tapette à souris qu’il avait des bombes à retardement pour le clan Sarkozy. Il savait de quoi il parlait….

On demeure écoeuré certes  mais  conforté (contentons-nous en ) par la véracité démontrée « jusqu’au cadavre » que « le visage est le reflet de l’âme ».

Aura t-il l’élégance d’accrocher sur les murs de sa cellule les deux petites marines hollandaises qu’il doit tant aimé pour les avoir payées si chèrement …

Publicités

Une réflexion sur “#SCANDALE #MacronGate #SarkozyGate Financements libyens: Claude Guéant préfère désormais se taire face aux juges ! #Haik #Debbasch #Maurice #Bolloré #Syrte #Port #Lomé #Gnassingbé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s