Facebook se fait pirater 50 millions de comptes et s’enfonce dans la crise

Facebook se fait pirater 50 millions de comptes et s’enfonce dans la crise

Alors que la société paye toujours les conséquences du scandale Cambridge Analytica, elle vient d’annoncer que des pirates avaient réussi à accéder aux comptes de 50 millions d’utilisateurs, et peut-être de 40 millions supplémentaires. Déjà fragilisé et isolé, Mark Zuckerberg va devoir faire face à de nouvelles enquêtes.

Facebook poursuivait, lundi 1er octobre, son plongeon en Bourse et s’enfonçait un peu plus dans la crise la plus grave de son existence. Vendredi 28 septembre, après l’annonce par la firme de Mark Zuckerberg de la découverte du piratage de 50 millions de comptes d’utilisateur, son action s’était déjà effondrée de 3 % sur la journée, effaçant ainsi 13 milliards de dollars de sa valeur. Et lundi à l’ouverture de la Bourse, la tendance à la baisse se confirmait encore.

Il est encore trop tôt pour dire jusqu’où ce nouveau scandale entraînera Facebook. Mais il est déjà certain que la faille, révélée à travers un communiqué signé par le vice-président chargé du « management des produits » Guy Rosen, est une véritable catastrophe pour un réseau social déjà mal en point.

Les attaquants ont en fait utilisé trois vulnérabilités liées entre elles et qui, habilement combinées, permettent de prendre le contrôle total d’un compte et donc d’accéder à toutes les informations qu’il contient. Ces failles concernaient le système d’« access token » (« jeton d’accès »), une sorte de clef numérique permettant d’accéder à un compte sans avoir à entrer les identifiants. Ce « token » est généré lorsque l’utilisateur est déjà connecté à son compte Facebook et qu’il en sort, par exemple en cliquant sur un lien ou en accédant à une autre application. Grace à lui, l’utilisateur peut revenir sur le réseau social sans avoir à ré-entrer les identifiants.

Les hackers ont utilisé une vulnérabilité dans une fonctionnalité peu connue de Facebook, « Aperçu de mon profil », désormais désactivée, qui permet de simuler ce que voient les autres utilisateurs sur mon compte. Grace à cette faille, ils ont pu générer à volonté des « access tokens » et être connectés aux comptes visés, sans même avoir besoin des identifiants. Les trois failles existaient depuis le mois de juillet. Mais ce n’est que jeudi dernier que les ingénieurs de Facebook les ont détectées, en raison de leur exploitation massive, probablement par un groupe de hackers. Depuis, 90 millions d’utilisateurs ont été déconnectés du réseau social : les 50 millions de victimes avérées et 40 millions de victimes potentielles.

Mark Zuckerberg lors du Mobile World Congress en février 2016 à Barcelone. © FacebookMark Zuckerberg lors du Mobile World Congress en février 2016 à Barcelone. © Facebook

L’ampleur du désastre reste donc encore à évaluer. D’autant plus que les hackers ont pu, en théorie, accéder à d’autres applications si l’utilisateur utilisait son compte Facebook pour s’y connecter, telles que Spotify, Tinder ou encore Instagram. Les investigations annoncées par la société devront également déterminer l’identité des auteurs de l’attaque et leurs motivations. Un ancien employé de la division sécurité de Facebook, Zac Morris, a expliqué au site Motherboard que les trois failles utilisées avaient une valeur d’environ 30 000 dollars sur le marché des vulnérabilités, où des sociétés spécialisées achètent les failles qui leur sont signalées. Si les pirates ont préféré les utiliser, c’est qu’ils « devaient avoir un meilleur moyen de les monétiser, et c’est un peu effrayant », explique Zac Morris.

Plusieurs journaux américains ont également souligné que cette affaire intervenait quelques mois après l’entrée en vigueur d’un nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), renforçant les obligations des plateformes en matière de sécurité et de transparence et alourdissant fortement les sanctions en cas de manquement. Ainsi, un défaut de sécurisation de ses outils ou un manque d’information des utilisateurs pourrait valoir à Facebook une amende allant jusqu’à 1,63 milliard de dollars.

Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg, qui fait partie des victimes du piratage tout comme la numéro 2 de la société Sheryl Sandberg, a tenu une conférence de presse vendredi au cours de laquelle il a expliqué ne pas savoir si les hackers avaient aspiré des données ou pris le contrôle effectif de certains comptes. « Nous continuons à améliorer nos défenses. Nous faisons l’objet d’attaques constantes de la part de gens qui tentent de pirater des comptes ou de récupérer des informations personnelles », a notamment déclaré Mark Zuckerberg.

Il est également difficile d’évaluer les dégâts que causera cette nouvelle affaire à Facebook, qui n’a toujours pas fini d’encaisser le choc causé par le scandale de Cambridge Analytica. Au mois de mars dernier, la presse britannique et américaine avait révélé comment cette société, accusée d’avoir manipulé l’opinion publique durant la campagne présidentielle américaine, avait détourné le système d’application de Facebook pour aspirer les données de plus de 80 millions de comptes.

Pour la première fois depuis la création de son entreprise, Mark Zuckerberg avait été contraint de venir s’expliquer devant le Congrès américain, tandis que des enquêtes étaient ouvertes un peu partout dans le monde. Mais surtout, cette affaire a ouvert une crise de confiance extrêmement profonde entre Facebook d’un côté et ses utilisateurs, les pouvoirs publics et les marchés financiers de l’autre.

Au mois de juillet dernier, la firme a publié des résultats financiers particulièrement décevants pour les analystes. Si le nombre global d’utilisateurs était toujours en hausse, celui-ci stagnait en Amérique du Nord, à 185 millions, mais surtout reculait en Europe, passant à 279 millions contre 282 millions au trimestre précédent. Dans les heures qui avaient suivi la publication de ces résultats, l’action de Facebook avait une nouvelle fois chuté de 24 % à la Bourse.

Mark Zuckerberg, de son côté, semble de plus en plus isolé. Le 26 septembre, le cofondateur de WhatsApp – racheté en 2014 par Facebook pour 16 milliards de dollars – Brian Acton a annoncé son départ de la société en étalant ses divergences avec Zuckerberg. Quelques semaines auparavant, Brian Acton avait même publié un tweet de soutien au mouvement #DeleteFacebook (#EffacezFacebook), appelant les utilisateurs à supprimer leur compte. Et le 24 septembre, ce sont les deux cofondateurs d’Instagram, Kevin Systrom et Mike Krieger, qui avaient annoncé leur départ, cette fois sans en donner les raisons.Alors qu’il se débat encore avec les conséquences de l’affaire Cambridge Analytica, Mark Zuckerberg va maintenant devoir répondre aux différentes enquêtes qui ne manqueront pas d’être lancées. Aux États-Unis, le sénateur Mark Warner a déjà estimé qu’une « enquête complète devrait être conduite rapidement et rendue publique afin que nous puissions mieux comprendre ce qu’il s’est passé ». Ce piratage, a ajouté l’élu, « est un autre indicateur que le Congrès doit intensifier son travail et prendre des mesures pour protéger la vie privée et la sécurité des utilisateurs des réseaux sociaux ».

TOUS LES COMMENTAIRES

+

 

« C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. »

Tout est dit !

Marc Zuckerberg a pondu un annuaire d’université pour organiser des petites fiestas et … il a fait fortune !

Peut-on lui reprocher ?

NON 🙂

Si un utilisateurs de FB ignore encore que l’intégralité de ses données seront utilisées à des fins commerciales, j’aurais envie de dire « Tant pis pour lui » …

SI un utilisateur de « service gratuit » sur internet ignore également cette « évidence » ….

Qui prend la peine de lire le contrat avant de le signer ? 🙂

Internet n’est pas le Mal, ce que nous en faisons peut le devenir, donc, regardons avec qui nous signons avant de … signer, et évitons de signer avec notre sang 🙂

Et pour ceux qui pensent que une usine à gaz en évolution constante comme FB n’est pas truffé de failles diverses et variées, est totalement sécurisé, doivent encore « croire » que la terre est plate :-).

Et qui oblige la « cible » commercial, que nous sommes tous devenus en fait, à consommer tout et n’importe quoi, et de préférence des bidules inutiles, voir carrément « dangereux » (pour notre santé, la planète, les « esclaves qui les fabriquent, etc, etc) ?

Je me suis vu répondre voici quelques mois par un médiapartien que c’était la « faute » de la pub s’il achetait tout et n’importe quoi !!! Sidérant, car cette personne était de bonne foi 🙂

Aujourd’hui était la « journée sans achats », combien sommes-nous à avoir suivi ce boycott ? 🙂

J’utilise FB, j’ai une vingtaine « d’amis », plusieurs d’entre-eux publient des informations qui m’intéressent, pas mal de ces infos pourraient d’ailleurs être qualifiée par nos censeurs du système de Fake News car renvoyant sur des sites alternatifs, parfois même vers RT, que je consulte bien sur avec quelques gousses d’ail et un crucifix. Je ne sais pas trop comment me « classe » FB, cela doit d’ailleurs être assez amusant ecolo-esoterico-alchimico-magico-gaucho-insoumiso-alternativo-etc, etc, bonne chance pour trouver « le produit » que je me dois d’acheter immédiatement :-p. Bon, étant clairement écolo, de plus végétalien, je dois par contre être « suspect », limite menaçant, pour l’état français qui utilise certainement des données made by FB :-p.

Donc, arrêtons de tirer sur FB, qui pourrait d’ailleurs sombrer plus rapidement que les investisseurs ne le pensent si un nouveau bidule « génial » et indispensable apparaissait sur le net, l’Oasis par exemple :-p.

Par contre, flagellons nous ! Et apprenons à vivre au IIIiéme millénaire, apprenons, instruisons nous, élevons nous … Si c’est encore possible 🙂

Dans l’intérêt de la raison doutons.
Dans l’intérêt de la raison, Datons.
La carte n’est pas le territoire.
… etc …
Korzybski, pourtant un homme du début de XXiéme siècle est « peut-être » plus intéressant à (re)lire dans le monde actuel que Karl ou Sigmund ;-).

P.S. : Si vous êtes allergique à Korzybski, essayer le bouddhisme, on y parle d’impermanence, de « rêves et d’illusions », des « apparences », de la vacuité, etc, etc … Très utiles concepts pour « faire face » au monde actuel 😉

 

surprisedwink

 » Le modèle économique de FaceBook c’est «  le vol des données personnelles » et il lui permet de devenir la 6e fortune mondiale.

 

« C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. »

Étienne de La Boétie : « Discours de la servitude volontaire » 1548 ! « 

******

Aujourd’hui était la « journée sans achats », combien sommes-nous à avoir suivi ce boycott ? 🙂 : j’ai uniquement acheté mon indispensable baguette de pain, ça compte ?

Je me réjoui de ce piratage qui devait bien sûr arriver …j’ai très vite vu le danger de ce truc et je ne me suis bien sûr jamais inscrit. J’ai déjà assez d’amis comme ça pas besoin de faux amis !  Il faut être bien naïf pour être incrit sur cette M…. de fesses-bouc, ce truc de contrôle et de manipulation ! Zuckerberg n’est qu’un petit escroc boutonneux (milliardaire aujourd’hui grâce aux millions de gogos inscrits…)

Alors aujourd’hui cette histoire me fait beaucoup rire …

BOYCOTTEZ FESSES-BOUC !

J’espère que c’est du bio 🙂

Sinon, c’est « Donne-nous, seigneur, notre poison de ce jour » …

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

@E.Qwark

Très atypique ce Max Keiser, je le lis parfois autant que je m’en méfie mais il faut avouer que ces analyses percutantes nous renseignent bien mieux que celles de M. Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Après avoir été ruiné par la crise des subprimes, M.Keiser ne s’en est jamais remis et il est devenu un farouche contempteur de la société US qui hier l’enrichissait au détriment des autres. Folle ironie de l’Histoire.

 

 

Depuis que M.Elon Musk est en dépression et qu’il fume des joints à la télévision , on sent bien que certains empires sont en passe de sombrer en même temps que les pyramides Ponzi. L’entrée en enfer du dictateur 2.0  Mark Zuckerberg signe le retour au réel et c’est tout un imaginaire transhumaniste délirant qui va bientôt en prendre un coup.

 

Quel optimisme..

Sinon, il y a VKontakte, VK..

Sans comper les faux comptes tweeter de macron… Je n’aurai jamais de compte « facebook », rien que la sale tronche de harceleur de filles de zuckenberg me débecte.

  • NOUVEAU
  • 01/10/2018 21:35
  • PAR 

A écouter les thuriféraires ,l’informatique est sûre ,tout est sécurisé ,les gens peuvent confier leur données personnelles les yeux fermés …..mais les hackers démontrent régulièrement que que toutes ces paroles sont du vent.

Ils devraient être un peu condescendant et admettre qu’on trouve toujours des gens plus malins !

Quant au nombre de comptes piratés on peut penser qu’il est bien plus important et bien plus ancien que la multinationale l’annonce.

Il faut surtout arrêter d’etre con …

Tout est dit… Merci
Idem pour moi et pourtant nous ne sommes pas rétrogrades.

Si cette histoire pouvait faire comprendre que le capitalisme cool en jean, tee-shirt et rock and roll est aussi abject et cynique que celui en costume cravate et opéra, cela contribuera à désespérer un peu les start-upeurs (nécessairement) macédoniens, ce qui serait déjà en soi une bonne chose.

  • NOUVEAU
  • 02/10/2018 00:04
  • PAR 

La photo d’illustration de l’article est terrifiante à souhait

  • NOUVEAU
  • 02/10/2018 00:25
  • PAR 

Les dindons de la farce ce sont bien les utilisateurs de Facebook. Facebook se fait de l’argent sur le dos de utilisateurs. Les fuites des ingénieurs sont en train de se retourner contre les utilisateurs qui n’ont toujours pas compris la supercherie dans laquelle ils sont tombés.

 Jamais on ne quitte Facebook, c’est trop cool disent-ils. Ils savent tous ce qui se passe, mais ils ont toujours un bon prétexte en disant qu’ils y vont rarement.

Les intoxiqués du net, c’est comme les intoxiqués de la TV

Ça me désole de voir que toute cette graille vient des USA.
Pour info, il existe des alternatives libre et Française de surcroît: Framasphere

Framasoft se démène.

Dégooglisons Internet

On voit chaque jour l’importance de revenir à un internet décentralisé, de quitter radicalement les GAFAM.

Auto-hébergementbrique internetréseaux sociaux décentralisés, des solutions existent pour retrouver un réseau libre et ouvert.

« C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. »

Quand même ! le « peuple » est un peu aidé.

Toutes les administrations ,les média, tous les partis politiques y compris ceux de gauche surtout ceux de la gauche2 les croisés anticapitalistes qui ne sont pas à une contradiction prêt. Tous unis à « l’insu de leur plein gré  » pour nourrir,engraisser et faire pérenniser  FACEBOOK et ses semblables.

Moi je veux faire mourir FACEBOOK, c’est tellement facile. Une fois que l’on aura eu sa peau, on tuera GOOGLE de la même manière (le désintérêt) et alors seulement à ce moment on aura le droit de changer de nom et de substituer VEAU par CITOYEN

Quelle merde la vie numérique…

  • NOUVEAU
  • 02/10/2018 11:48
  • PAR 

Combien de participants vous pensez qu’il y aurait eu à la marche pour le climat sans facebook?

Publicités

Une réflexion sur “Facebook se fait pirater 50 millions de comptes et s’enfonce dans la crise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s