#MacronGate L’audition de Benalla ébranle Patrick Strzoda le directeur de cabinet de Macron

L’audition de Benalla ébranle Patrick Strzoda le directeur de cabinet de Macron

 

1-benalla-senat-flou-ds

Sous serment, Alexandre Benalla a indiqué mercredi devant les sénateurs qu’il avait détenu un pistolet Glock 43 pendant plusieurs déplacements présidentiels. Le directeur de cabinet de l’Élysée Patrick Strzoda, qui avait appuyé l’autorisation de port d’armes, avait pourtant prétendu le contraire. Problème : il était également sous serment.

Il est 8 h 47, ce mercredi matin, et la présentatrice de la chaîne Public Sénat s’inquiète de l’absence d’Alexandre Benalla, convoqué à 8 h 30 par la commission d’enquête de la chambre haute. Et si l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron ne se présentait finalement pas devant les sénateurs, « que risquerait-il ? », demande-t-elle à ses invités.

Pas le temps de répondre. Car l’ancien chargé de mission de l’Élysée apparaît enfin dans la salle Clemenceau, où les sénateurs de la commission des lois l’attendent de pied ferme pour la vingt-troisième audition de leur mission d’information sur « les conditions dans lesquelles des personnes n’appartenant pas aux forces de sécurité intérieure ont pu être associées à l’exercice de leurs missions de maintien de l’ordre et de protection de hautes personnalités ».

Costard-cravate, lunettes cerclées et rasé de près, le jeune homme a un look d’étudiant en droit ; bien loin de l’image du faux policier casqué qui avait violemment frappé un manifestant, place de la Contrescarpe à Paris, en marge de la manifestation du 1er Mai. Serein et détendu, il s’installe seul, sans avocat, aux côtés des co-rapporteurs de la commission et prend le soin de s’excuser des propos qu’il a pu tenir à l’encontre du président Philippe Bas (LR), qu’il avait notamment qualifié de « petit marquis ».

Après plusieurs jours de spéculation, Alexandre Benalla, mis en examen pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité temporaire de travail », « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant des actes réservés à l’autorité publique », « port et complicité de port prohibé et sans droit d’insignes réglementés par l’autorité publique », « recel de violation du secret professionnel » et « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéoprotection », a décidé de calmer le jeu et de parler, sans se retrancher derrière l’enquête judiciaire en cours pour esquiver les questions, à la différence notable de l’ancien ministre Jérôme Cahuzac devant la commission d’enquête relative à son affaire.

Appliqué, Benalla introduit la plupart de ses réponses d’un « pour être tout à fait précis ». Mais ses explications ne permettent pas forcément d’y voir plus clair sur les fonctions qui étaient réellement les siennes auprès du président de la République. En revanche, sur la question centrale de son port d’armes, un pistolet Glock 43, l’ancien collaborateur de l’Élysée contredit formellement la version du préfet Patrick Strzoda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, lors de son audition devant le Sénat le 24 juillet.

Problème : Patrick Strzoda s’exprimait ce jour-là sous serment.

Le directeur de cabinet Patrick Strzoda devant la commission des lois, le 24 juillet. © ReutersLe directeur de cabinet Patrick Strzoda devant la commission des lois, le 24 juillet. © Reuters

Devant les sénateurs, Patrick Strzoda avait déclaré qu’Alexandre Benalla, qui officiait comme adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron, n’avait jamais participé à un déplacement présidentiel officiel avec son arme, même s’il avait obtenu une autorisation de port d’armes en octobre 2017 avec le soutien de l’Élysée. « Je précise qu’il ne portait jamais d’arme en déplacement public », avait déclaré le préfet, après avoir juré de « dire toute la vérité et rien que la vérité ». Jamais d’arme, absolument jamais. « C’est une information importante », avait alors réagi Philippe Bas.

Le président de la commission d’enquête ne pensait pas si bien dire. Deux mois plus tard, Alexandre Benalla a en effet fini par lâcher une petite bombe après plusieurs relances du sénateur Jean-Pierre Sueur (PS). « Il a pu arriver que j’aie une arme sur moi. C’est possible, cela a pu arriver », a avoué Alexandre Benalla, en ajoutant ensuite que « de la même manière que pour des déplacements publics, il a pu arriver que j’aie une arme sur moi à l’occasion d’un déplacement privé du président ».La contradiction entre les deux versions est loin d’être anecdotique, la question de l’arme d’Alexandre Benalla étant depuis plusieurs semaines déjà un des principaux nœuds de l’affaire. Les doutes des sénateurs reposent sur la question suivante : comment se fait-il qu’Alexandre Benalla, présenté par l’Élysée comme un simple organisateur de déplacements sans mission de police ou de sécurité, ait eu besoin de porter une arme ? N’était-il pas en fait le garde du corps privé d’Emmanuel Macron ?

Hypothèse explosive pour la présidence de la République, qui aurait alors court-circuité les services du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR, chargé de la sécurité lors des déplacements) et du commandement militaire du palais de l’Élysée.

Alexandre Benalla, à gauche, devant la commission des lois du Sénat, mercredi 19 septembre 2018. © ReutersAlexandre Benalla, à gauche, devant la commission des lois du Sénat, mercredi 19 septembre 2018. © Reuters

Alexandre Benalla a d’ailleurs insisté sur le fait qu’il n’a « jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron ». Selon lui, sa demande de port d’armes « n’était pas liée à la sécurité du président de la République mais à [s]a sécurité personnelle », estimant qu’il était « exposé plus que n’importe quel autre collaborateur » de la présidence.

Devant les parlementaires, l’ancien chargé de mission a ainsi indiqué qu’il portait son arme à la ceinture le matin et le soir, en quittant et rejoignant son domicile situé à une vingtaine de minutes de l’Élysée, où il déposait son Glock dans un casier. À quelques reprises seulement, il l’aurait emmené avec lui sur des déplacements.

Cette explication bute sur plusieurs faits ou déclarations. Devant les sénateurs, et également sous serment, le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler avait déclaré en juillet que l’arme était liée aux missions d’Alexandre Benalla, et non pas à sa propre sécurité. « Il me semble que l’attribution est liée à la fonction qu’il exerce et non pas à un risque le concernant tout particulièrement », avait-il clairement exposé.

Avant d’ajouter, pour tenter d’habiller cette étrange décision d’armer un adjoint au chef de cabinet : « Je suppose tout simplement que le dispositif de sécurité est adapté à l’intensité de la menace et au contexte dans lequel se situe le président de la République. C’est toujours le GSPR qui est en charge de la sécurité du président de la République lorsqu’il est en déplacement. Je suppose simplement que, dans certaines circonstances, il a été jugé qu’il pouvait être utile que d’autres puissent apporter leur concours, mais vous [les sénateurs] les interrogerez. »

Second élément : l’autorisation de port d’armes a été accordée en octobre 2017 en vertu des missions d’Alexandre Benalla, et toujours pas pour une quelconque menace personnelle. En 2013 puis janvier 2017, Alexandre Benalla avait déjà sollicité une autorisation auprès du ministre de l’intérieur en invoquant des risques pour sa vie. Mais ces demandes avaient été toutes les deux rejetées.

« La demande de M. Benalla sur ce fondement, dont je n’avais pas à avoir connaissance, a été refusée parce qu’il a été estimé, à mon avis à juste titre, que M. Benalla n’était pas exposé à des risques exceptionnels d’atteinte à sa vie », a expliqué le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, devant le Sénat.

La troisième demande, ayant celle-là abouti, a été effectuée auprès de la préfecture de police de Paris sur la base d’un autre fondement juridique, lequel concerne lesfonctionnaires ou agents des administrations publiques exposés par leur fonction à des risques d’agression. « Patrick Strzoda, à l’Élysée, a relayé la demande au regard des fonctions qu’exerçait M. Benalla », a développé M. Delpuech, ne laissant aucun doute sur la nature de la demande. Le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron s’en est justifié en estimant « utile qu’en plus du GSPR, une personne puisse porter une arme » sans pour autant « détailler ce point ».

L’arrêté d’octobre 2017 s’appuie clairement sur la « mission de police » du chargé de mission « dans le cadre de son action de coordination de la sécurité de la présidence de la République avec les forces militaires et le GSPR ». Une version confirmée par Yann Drouet, ancien chef de cabinet du préfet de police, également auditionné ce mercredi et qui a confirmé au passage qu’Alexandre Benalla était le seul membre de l’Élysée à avoir fait l’objet d’une telle autorisation.

« J’ai du mal à comprendre. Ces missions de police [d’Alexandre Benalla] existent-elles ou pas ? », l’a interrogé la co-rapporteure Muriel Jourda (LR). Réponse floue de Drouet : sur la base des éléments communiqués par l’Élysée à la préfecture, les services de la préfecture ont estimé que la « coordination » de la sécurité pouvait « être assimilée à des missions de police ».

Parfois armé au cours des déplacements, Alexandre Benalla était également très proche du président de la République, ont aussi relevé les sénateurs ce mercredi matin. Comme un garde du corps, en somme, ont d’ailleurs estimé plusieurs spécialistes de la sécurité rapprochée. « Des professionnels disent : “Il est l’épaule droite [terme technique – ndlr]d’Emmanuel Macron” », a indiqué Patrick Kanner (PS), ancien ministre de François Hollande. Ce à quoi Benalla a opposé la nécessité, pour coordonner les opérations, d’avoir une « proximité immédiate » avec le président, sans toutefois remplacer le travail des policiers. Il s’agit-là d’une pratique inédite. « Notre proximité nouvelle a pu gêner le GSPR. (…) Cela a donné lieu à des discussions entre le chef du GSPR et le chef de cabinet », a d’ailleurs signalé Alexandre Benalla.

Également auditionné en fin de matinée, Vincent Crase, gendarme de réserve présent lors des incidents du 1er Mai et également mis en examen, ne s’est quant à lui pas risqué à définir les fonctions exactes de son compère. À chaque question à ce sujet, M. Crase, qui a été introduit à l’Élysée par Benalla, a constamment botté en touche : « Je me réserve le droit de ne pas y répondre (…) Cela ne me concerne en rien. »

Après une énième relance, il a même fini par lâcher : « Même si je le sais, je ne vous répondrai pas. »

TOUS LES COMMENTAIRES

Benalla est la preuve d’une belle fumisterie !!! 

A quoi risque d’être condamné quelqu’un qui ment sous serment ?

Va falloir trouver des « fromages » à tous ces menteurs.

Avec engagement sous serment face à Jupiter qu’ils ne révéleront rien un jour ou l’autre dans un livre.

S’ils écrivaient leurs mémoires ces individus gagneraient un « pognon de dingues » Leurs  promesses à jujupiter ne tiendraient pas longtemps. Des menteurs de cet acabit n’ont aucune morale : ils sont bien de l’ancien régime actuel !

Et ce d’autant plus, que le CANARD enchaîné de cette semaine montre une photo de BENALLA à LONDRES en compagnie de… DJOURHI, l’homme d’affaires et des affaires de SARKO et C°. Ca craint ! A moins que ça ne soit pour faire diversion, une histoire d’os à ronger pour journalistes un peu trop curieux.

Les partisans des premiers de cordée comptent parmi eux de grands poètes comme Crase

https://www.liberation.fr/checknews/2018/09/18/vincent-crase-comparse-de-benalla-a-t-il-ecr

Une photo ?

Vous pouvez préciser le titre de l’article ?

Le nom du rédacteur ?

pas de Djouhri d’un proche de Djouhri.

Et le gars serait « fiché S »ce dont se repaît la presse aujourd’hui.

Tu parles maintenant qu’on sait qu’il s’appelle Maroine et que sa mère a changé son prénom en Alexandre pour plaire à Zemmour

Phlippe Bas ancien homme de confiance de Chirac   ( son secrétaire général )  et proche de Mr de Villepin n’a pas creusé la piste.

C’est ballot.

Au passage,Philippe Bas est le père du RSI

Un visionnaire, un génie

En quelle page, la photo ?

1-benalla-senat-flou-ds

NE PAS OUBLIER que si Benalla s’est excusé à propos des insultes proférées à l’égard du Sénat et de Monsieur Bas, c’est aussi que ce dernier venait de dire qu’il n’en serait pas question. Ainsi, Benalla prenait le contre-pied d’un sénateur, et s’emparait (provisoirement) de la maîtrise de l’ordre du jour ! Question de pouvoir.

Il y a donc une autre réalité derrière la réalité…. Tout cela est un vaste théâtre mais à vous Monserat on ne vous la fait pas…! Vous êtes un malin…

Il apparaît évident que des spin doctors sont à la manoeuvre pour fournir des éléments de réponses écrits au fur et à mesure des auditions. C’est ce que j’ai esquissé dans mon premier commentaire en évoquant le caractère évolutif des missions de M. Benalla.


A l’attention d’Antton Rouget (ou autre), une relecture des précédentes auditions ferait apparaître une question non encore posée. Quel était le champ géographique des missions ? F.-X. Lauch, et d’autres, n’ont évoqué que le cadre national or M. Benalla a fait mention d’échanges avec des ambassadeurs. Ce chargé de mission aurait-il organisé ponctuellement la « coordination » de déplacements à l’étranger ?

A. Kohler a ainsi déclaré : « M. Alexandre Benalla exerçait une mission de coordination, à la fois pour les déplacements officiels du Président de la République, majoritairement sur le territoire national, et pour ses déplacements privés ».

OUI Bien sûr !!!!

Les loups ne se mangent pas entre eux !!!

MACRON a téléphoner à LARCHER POUR FAIRE LA MORALE au Président de la Commission Ph BAS ….!

Le deal : BENALLA tu présente tes excuses !!!! Parle sur ton neutre …. Parle en enrobant le chocolat …. et tout le monde sera content….!

Bien sûr, l’intervention de BENALLA était très travaillée en amont.

Les excuses étaient bien annoncées en préambule.

Quel jeux de rôle !!!!!

Tout le monde a sauvé la face.

Sans vouloir défendre ces « messieurs » trop bien nourris pour beaucoup : »ils » marchaient sur des oeufs » … Ce, dans la mesure où les interrogations étaient limitées par l’enquête de justice en cours…

Nul ne peut douter que vous ayez raison, tant vous êtes le fayot de l’Elysée!

EST-ce que le chocolat enrobé était du chocolat ,lanvin,cémoi,poulain,ou trogneux??????

Quel cirque dans un pays vendeur d’armes à profusion ! Pas de désordre chez vous et pour vous mais les autres, ils peuvent crever? Y compris les enfants pourvu que vous vendiez des tonnes d’armes ? N’est ce pas par l’Elysée que passent les gens dangereux comme celui que vous avez qualifié de dictateur libyen et que la france a été soulagée de voir mourir grâce à qui?

Ce n’est nullement risible !!!!!!

Et lorsque HOLLANDE, sortait de l’Elysée (camouflé) avec sa moto pour aller rejoindre qui de droit ?

La Sécurité du PRESIDENT était aux abonnés absents.

Là le SENAT était muet ….. Le Président du SENAT était un SOCIALISTE !!!!!

Félicitations pour cette prise de notes ! Elle permet de faire un copié-collé pour noter un point.

« Depuis qu’il était au PS (bénévole et salarié), on lui avait accordé le badge d’accès à l’Assemblée dans le seul but de bénéficier de la bibliothèque (où il a préparé son master) et de la salle de sport. Philippe Bas s’étonne pourtant de cette attribution validée par l’Elysée aussi. Il répond que dans le cadre associatif de l’assemblée, tous et chacun pouvaient avoir ce type de badge. »

A. Benalla aurait-il bénéficié de plusieurs types de badges ? Un qui lui aurait été délivré depuis l’époque où il était au PS puis un autre délivré ultérieurement en 2017 avec le niveau d’accès H (pour hémicycle) ? Sa hiérarchie à l’Élysée a souligné que des conseillers de la présidence sont titulaires de tels badges.

Vu de la Belgique:

Je vous rejoins quand vous précisez que les incohérences de différentes déclarations sous serment sont mises à jour. Les sénateurs ont l’intelligence de garder leur calme et préparent le boulot du Judiciaire qui pourra mettre son doigt dans les déclaration contradictoires sous serment. Cela promet!

Mais en dehors de cela, je dirai que le chef de l’exécutif se voit remis à sa place avec le pouvoir législatif. Macron comprendra mieux la séparation des pouvoirs. Le pouvoir législatif donne du grain à moudre pour la Justice et le porte-parole de Macron, de l’exécutif, ferait mieux d’arrêter ses commentaires qui ne mettent que de l’huile sur le feu. Macron veut faire croire que la casserole est vide, met pourtant un couvercle dessus et attise le feu: le gamin perd les pédales ( jeu de mots?) et la jupe à terre, fait semblant de rien ( jeu de mots?).

Bon allez, c’est comique… finalement, le panpan cul cul l’exciterait peut être.

Et vous même êtes qui ou quoi ? L’envoyé spécial du pauvre juju ,cet admirable personnage dont l’empathie et la sincérité font l’admiration de son petit cercle d’initiés ? Mais auquel nous avons peine à accorder notre confiance. Mais il VOUS a ce veinard ! Et il vous aura un jour, n’en doutons point !

On se calme!!!

C’est à la fourmilière élyséenne qu’il faut conseiller cela.

Bonjour.

J’ai entendu la même chose. Cela est quand même gros.

Se type est pourri et un égo.

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 16:06
  • PAR 
C’est dommage que ce journaliste Mediapart prend une vision militante pour dire que Benella n’a pas été clair sur sa fonction Élysée. Pourtant de nombreux journalistes sur Twitter ont bien noté les 5 fonctions de Benella suite à l’audition: – organisation des déplacements officiels de la présidence – organisation des déplacements privés – organisation des événements – coordination des services de sécurité – gestion des cadeaux diplomatique Lien : https://twitter.com/JDungelhoeff/status/1042315350308728832?s=19

TIMOTA :  »les évènements de la place de la contrescarpe étant en jugement etc. ils n’ont pas à être abordés lors de cette commission. Donc votre propos sur les bugnes sont hors sujet »

Trop drôle votre affirmation !!! Dans les faits qui se sont produits, oui, vous avez raison !!

Mais pas dans une demande d’explications relevant de la hiérarchie dont dépendait Mr Benalla (si tant est qu’il en ait eu une) l’autorisant à  »conduire »  »intervenir » lors de cette manifestation  ) !!!!!

Fallait voir le contexte du 1er mai.

Mais au fait pourquoi de parle-t-on des black bloc ( qui étaient au moins 1 200 ) ?

Alexandre! Emmanuel! Vous reprendrez bien encore quelques bugnes*(de la Contrescarpe)???

Bugne: spécialité patissière savoyarde assez savoureuse.

 

Et son coffre fort plein d’armes à son domicile disparues et tout ces flingues pourquoi faire☔️

Abréviation  de monsieur © xAbréviation de monsieur © x

 

POUR INFO

Oui et Benalla a oublié de dire, la coordination des coups sur citoyen(nes).

La coordination de balles de tennis, on pourrait aussi l’ajouter?

Mr. Smith est Anglais, et Mr. est l’abréviation de « Mister ».

M. Durand est Français, et M. est l’abréviation de « Monsieur »

Donc pas d’erreur.

« Le mensonge y est erigé en valeur cardinale depuis une quinzaine d’années » je ne comprends peut être pas bien ce que vous voulez dire mais…le mensonge existait déjà sous de Gaulle…Lle SAC en est une « référence »… Comment Papon a t-il pu être « protégé » par de Gaulle lui même?

 

Question « sénatorialement correcte », mais voilà, elle n’aura pas été posée! Maintenant, imaginons le Procureur auditionné par la Commission d’enquête…

Dans la VIeme republique la séparation des pouvoirs existera t elle ?

Si le Canard fait état d’une rencontre entre les deux Alexandre, c’est quelle a eu lieu.
En effet, cela peut interroger.
Quant à l’audition de Benalla devant  la commission du Sénat, il apparait que tout ce qui tourne autour de ce glock 45 n’est pas clair.
Benalla est venu avec les réponses manifestement préparées comme on pouvait s’y attendre.

JP N

Question belle ou bet.

A cela s’ajoute que contrairement à Djouhri, le Parquet National Financier se serait fait porter pâle à l’audience du 12 septembre 2018 qui se tenait à la Westminster Magistrates Court, parce qu’il serait dans l’incapacité de justifier de la validité du mandat d’arrêt qu’il a fait délivrer contre Djouhri, et donc par suite, de justifier du bien-fondé de la demande d’extradition vers la France.

La Présidente Emma Arbuthnot aurait très mal pris cette politique de la chaise vide et aurait donné une semaine au PNF pour venir s’expliquer.

Le délai expirait donc aujourd’hui…

https://www.legrandsoir.info/affaire-djouhri-les-juges-anglais-face-au-vide-francais.html

Repris comme vrai dans la presse belge…

Des sex toys ?

L’audition d’un procureur par une commission d’enquête n’est pas possible dans la constitution actuelle

Imagination ironique, faut-il le dire… Car la Commission n’aura pas su poser les bonnes questions : le coffre vidé, la compagne enfuie, le serrurier incompétent ?

Cherchez la femme!

 » autres gauchistes » ah … »yavait » longtemps que l’on avait pas vu le supposé gauchiste … C’est bien d’en reparler car je me demande s’il n’est pas tout seul à l’être « Gauchiste » ? A notre époque avoir encore de tels propos puérils…c’est à peine croyable…

Tiens, un nostalgique du maréchal ?

La liberté, c’est pour les riches. Les autres peuvent se faire tabasser par un milicien élyséen, ou par la police. Au choix.

Sinon elle a dit quoi pour Rémi Fraisse, la justice ? Ah oui, il a pas eu d’ITT…cqfd ?

Il est temps de s’en rendre compte, un gros flop flop qui arrive comme c’etait si évident une fois ôtée toutes les couches médiatiques et des oppositions politiques.

La conclusion sera donnée par l’enquete judiciaire.

La fée clochette (glockenspiel) ébranle t-elle le château?

laughing Le glauque Benalla :  » mais ou est ce que j’ai mis mon flingue ?  »

La Team saurait donc ce que le coffre de Benalla contenait de précieux?

(surtout pas une affaire d’état, juste des affaires d’été)

Peut être pas ? Allez savoir ?

J’ai écrit plus haut : « peut être pas » mais loin d’être naïf… je pense qu’il soit possible qu’ « elle soit terminée »…Macron est puissant de par sa fonction, ses réseaux, ses secrets, et son talent peu commun pour la manipulation…

Ou ceux qui prennent leurs désirs pour des réalités, ce qui semble bien être le cas du ci-devant Berthon!

Attention, c’est le Sénat qui est qualifié de Chambre haute et l’Assemblée nationale de chambre basse, même si ces dénominations sont largement tombées en désuétude aujourd’hui.

Vous êtes, vous, enfin soulagé, plutôt, non ? Mais ce n’est pas fini…

sacré « artillerie » utilisée par ce gouvernement, pour « une tempête sans un verre d’eau » !

ça, c’est plus qu’étrange et louche !

Criez, bis, bis ou encore ,encore, pour voir une seconde fois le spectacle, même sans acteurs.

Presque tout le monde a essayé et contribuer pour faire monter la pâte mais la levure était absente.

Une histoire ancienne, un peu graveleuse que je résume : On t’a privé de lait alors bois de l’eau salée !

 

« on vous a tellement le bourré le mou pendant des semaines sur cette affaire d’état que ce matin la descente est un peu douloureuse…. »

De vraies montagnes russes cette affaire !

« La saga Benalla se poursuit dans « le Canard enchaîné » à paraître ce mercredi 19 septembre, jour de son audition par les sénateurs dans le cadre de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur le rôle de l’ancien chargé de mission à l’Elysée. Et cette fois-ci, l’ex-conseiller d’Emmanuel Macron est épinglé pour un mystérieux voyage à Londres, « en compagnie d’un individu fiché S, proche du sulfureux homme d’affaires Alexandre Djouhri« . « 

 

Avez-vous lu le Canard de ce jour ?

Bien vu.

« Même si je le sais, je ne vous répondrai pas. »

Voila un gendarme (Vincent Crase) qui a le sens de la loi, répondre cela, sous serment, aux plus hautes autorités de l’État ! Bravo, Jupiter ! quel choix rigoureux pour se faire servir aveuglément !

Je n’ai pas entendu les questions au deuxième homme de main du S.A.C. à Monarc, lui ont-ils demandé des explications sur son port d’arme illégal, déguisé en flic, dans la manifestation du 1er mai ?

Crase est une pièce maitresse pour savoir la vérité sur l’organisation d’une police parallèle, aux ordres de notre monarque de la 5ème. Il devrait encore plus intéresser la justice que Benalla.

c’est peut-être cela qui fait paniquer l’Elysée … justement …

Vous seriez gentil de me citer l’article de la constitution qui interdit au PR de prendre langue avec le Président du Sénat 2ème personnage de l’Etat, juste le ou les articles…

« Macron …contre toutes les règles de la Constitution « … Pensez vous vraiment ce que vous dites ou bien c’est juste pour parler?

 »Ajoutons-y Nicole Belloubet, ministre de la Justice, défenseure de Benalla ! Et quelques autres haut placés, tous ces gens qualifiant cette affaire de négligeable…. Tiens donc !! »

Parce qu’en la matière, il s’agit plutôt de défendre Macron !!

 »Vous seriez gentil de me citer l’article de la constitution qui interdit au PR de prendre langue avec le Président du Sénat 2ème personnage de l’Etat, »

Juste la séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif que vous semblez à dessein ignorer !!!!!!!

Votre propos est simplement ridicule…

laissez tomber Berthon, il est en service commandé!

Vous êtes  » aveugle et sourd » ? Ou vous le faites exprès ? Les faits exposés, d’une : vous n’avez rien vu, rien entendu, rien perçu…2 : les sénateurs étaient limités par la quasi interdiction de parler de l’ « AFFAIRE » car c’est une affaire ::: Certainement pas « une tempête dans un verre d’eau » l’agitation du corps gouvernemental, l’intervention de Macron en personne auprès de Larcher prouvent que il se passe des choses « étranges en macronie »…

Une preuve : Afin de ne pas laisser filtrer, le montant des indécents cadeaux faits aux milliardaires Macron se retranche derrière le « secret fiscal »…Macron est fort avec les faibles, faible avec les forts…Macron demande beaucoup à ceux qui ont peu et peu à ceux qui ont beaucoup !!! La liste n’est pas exhaustive et avec lui on peut craindre le pire… Sarkozy à côté faisait « p’tit bras » !!!

Où avez-vous vu que la séparation des pouvoirs interdisait au président de la République de converser avec le président du Sénat ?

Votre propos est simplement ridicule..

Affirmation non justifiée donc sans valeur.

Moi je trouve que ce propos illustre fort bien le côté « faites c’que j’dis, faites pas c’que j’fais » de Macron dont la pratique de la séparation des pouvoirs consiste à engueuler le président du Sénat.

Il est émouvant de niaiserie godillote ce pauvre Berthon…

Où avez-vous vu que la séparation des pouvoirs interdisait au président de la République de converser avec le président du Sénat ?

Converser, oui.

Tenter de lui dicter sans conduite, non.

Image

Benalla..

« Non, je n’ai jamais été le garde du corps de Monsieur Macron »…

Il l’a engueulé, vraiment ? Vous l’aviez mis sur écoutes ?

Les sénateurs LR étaient -ils sous serments lorsqu’ils faisaient circuler les enveloppes de liquide  !     hein …   on aimerait savoir     !

« Les sénateurs LR étaient -ils sous serments lorsqu’ils faisaient circuler les enveloppes de liquide  !     hein …   on aimerait savoir     ! »

+++++++

C’est peut être bien là le deal téléphonique Macron/ président du Sénat, pour que les sénateurs ne posent pas LA question tant crainte par le pouvoir : LE 1ER MAI, BENALLA ET CRASE ÉTAIENT-ILS EN SERVICE COMMANDÉ DE L’ÉLYSÉE POUR VIOLENTER DES MANIFESTANTS.

Vous voulez dire violenter des Insoumis…..     Filmés par un Insoumis ….    Histoire montée en épingle comme le dit des journalistes du Monde    par des Insoumis   !   c’est peut-être ça non    ?

 »Les sénateurs LR étaient -ils sous serments lorsqu’ils faisaient circuler les enveloppes de liquide ! »

Comme si l’on tenait au courant la piétaille de ce qui se décide au sommet !!!!

« Les sénateurs LR étaient -ils sous serments lorsqu’ils faisaient circuler les enveloppes de liquide  ! »

Ah les beaux éléments de langage que voilà !

« Vous voulez dire violenter des Insoumis…..     Filmés par un Insoumis ….    Histoire montée en épingle comme le dit des journalistes du Monde    par des Insoumis   ! « 

D’ailleurs Benalla est un Insoumis infiltré

Remarque stupide: la commission du Sénat n’avait pas le droit de parler des événements du 1er mai qui font l’objet de la procédure judiciaire. Même l’ineffable Bas (« l’éminence grisée » comme l’appelle joliment le Canard) en a convenu.

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.
CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

Merci c’est gentil…

Virez-donc les votres, ce sera gentil…

Le troisième s’appelle Monsieur Mizerski…

Ici à la manif du 28 Mars 2018  … Marche blanche de Mireille Knoll…

Image

Le même que

Image

laughing

Bien préparé ? La préparation était bien trop manifeste, la communication de crise cousue de fil blanc et flirtant avec le ridicule !

Mais OK, surtout les sénateurs ne furent pas bons !

Ce n’est pas vraiment de la communication de crise puisque Benalla a eu tout loisir de se préparer durant six semaines, la commission du Sénat ayant annoncé fin juillet qu’ils le convoqueraient à la rentrée. Il était d’ailleurs inutile de le prévenir si longtemps à l’avance mais on ne peut pas lui reprocher de s’être bien préparé…

Ajout : trop sans doute : cela manquait de spontanéité et faire preuve de connaissance des règles régissant les ports d’arme après avoir expliqué qu’il n’y connaissait pas grand chose était une erreur, relevée par Bas en l’occurrence.

Par ailleurs, dire qu’un sénateur avait un rang de colonel dans la réserve de la gendarmerie pose la question de savoir qui l’en a informé…

… surtout la sénatrice Benbassa.

Etonnant ?

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 17:03
  • PAR 

Et ben! Cela les occupent nos pantouflards, les auditions des sénateurs, nos autres pantouflards! C’est à qui pondra le plus long post! En fin de fil… Je nommerais  le premier de cordée baratin.

A vos mulots, prêt?, partez!

« En fin de fil… Je nommerais  le premier de cordée baratin. »

OK Plusla si vous êtes encore là et pas trop las de lire tous ces commentaires. laughing

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 17:08
  • PAR 

on est en France, alors les déclarations sous serment…..on s’en f….

 

L’audition de Benalla ébranle le directeur de cabinet de Macron

Au lecteur qui n’a pas regardé l’audition de Benalla devant la commission sénatoriale, cet article en donne une vision très faussée.

Cette audition n’ébranle à mon avis rien du tout. Le directeur de cabinet a dit que Benalla ne portait jamais d’arme sur lui lors des déplacements présidentiels  mais Benalla reconnaît qu’il a pu lui arriver d’en porter une. Gravissime mensonge d’Etat  !   Ou incurie extraordinaire si le directeur de cabinet était de bonne foi : comment donc ! Faut-il comprendre qu’il ne fouillait pas à corps Alexandre Benalla chaque fois qu’il partait accompagner le Président ?

Tout ceci est parfaitement  dérisoire.

Certes, Alexandre Benalla,  a eu par ailleurs un comportement inadmissible, éventuellement délictuel, mais il n’en est pas question ici.  Certes, ses arguments  pour nier tout empiétement sur les responsabilités des forces chargées de la sécurité du Président sont peu convaincants quoiqu’excellemment préparés. Et alors ?  A quoi cela nous mène-t-il ?  A rien de comparable même à l’échelle 1/100 à certaines affaires des époques de de Gaulle et de Mitterrand, (pour ne prendre que des figures éminentes) qui ne sont pas jugés par l’histoire de manière principale sur ces véritables affaires d’Etat.

Emmanuel Macron est à juger en bien ou en mal sur des sujets tels que la réforme du droit du travail, les évolutions fiscales, la prise en compte des enjeux écologiques, la politique européenne, la politique d’immigration, etc. etc.   Les sujets ne manquent pas.

Et voir des dizaines de sénateurs analyser jusqu’à plus soif les moindres détails du quotidien d’un adjoint au chef de cabinet afin d’y trouver les indices d’une faute présidentielle… (Je n’ai pas fait l’enquête mais j’imagine que nombre d’entre eux n’ont guère bronché devant les faits très répréhensibles reprochés à « leur » Président Mitterrand, Chirac ou Sarkozy et non pas seulement à un membre mineur du cabinet élyséen !)

Bon ! Ils  ont le droit de conduire cette enquête et ils l’ont exercé aujourd’hui avec prudence et courtoisie, conscients peut-être de la vanité de leur entreprise au-delà d’une certaine limite ou déçus de ne pas trouver chez Alexandre Benalla la personne brutale et décérébrée qu’ils pouvaient craindre ou espérer, mais un de ces « premiers de cordée » dans son domaine, assuré et déterminé, aussi bon dialecticien qu’un parlementaire éprouvé, qui a révélé une faille dans sa personnalité en commettant une bourde monumentale. Monumentale en soi et par ses conséquences politiques mais fort peu tragique.

Oui, dérisoire... tous les points que vous citez sont dérisoires au sens où ils sont d’une petitesse hors de proportion avec la prétendue « affaire d’Etat » :

– Le propos de cour de récréation de Macron indique que l’affaire est pour lui si insignifiante qu’il ne veut pas sacrifier un bouc émissaire tel qu’un directeur de cabinet ou un ministre de l’Intérieur pour se mettre à l’abri

– Les bafouillages du cabinet sont ceux d’une structure dont un membre a fait une faute personnelle non reliée au Président mais qui le met en difficulté et conduit à des investigations médiatiques, judiciaires et parlementaires dans le fonctionnement du cabinet, chose qui met mal à l’aise tout cabinet

– Les investigations pour cette affaire où un homme a brusqué deux ou trois manifestants  ont pris l’ampleur de celles qui sont engagées dans des affaires de criminalité organisées. Dire que la police et la justice ne font rien est risible. Vous dites que les scellés ont été brisés mais vous n’en savez rien. La femme n’a pas « disparu » plus de deux ou trois jours : elle a été cherchée et retrouvée. Ces fausses nouvelles ou ces spéculations gratuites témoignent de la frustration de ne rien trouver de substantiel qui justifie encore de parler d’une affaire d’Etat

Laffaire Benalla en tant qu’affaire d’Etat n’existe pas. Il y a juste une  affaire politique sérieuse mais mineure d’un membre de cabinet de second plan  qui a commis une faute lourde, qui n’a pas été suffisamment sanctionné (indulgence excessive vis-à-vis d’un collaborateur jugé par ailleurs fidèle et efficace, manque d’appréciation politique des conséquences), dont les fonctions étaient un peu ambigues et  non entièrement conformes aux règles assurant la sécurité du Président.

certes, mais c’est Macron et son gouvernement qui sont responsables de cet « emballement » !

leurs réactions sont disproportionnées avec une « tempête dans un verre d’eau » !

pourquoi cet acharnement pour que cette affaire fasse « pschitt », si elle est aussi « mineure » qu’ils le disent ? qu’y a-t-il a cacher ?

s’il n’y a rien à cacher, pourquoi vouloir tout cacher ?

parce que, ce qui ressort de ces 23 audiences au Sénat, c’est qu’il y a des menteurs !(sous serment)

lesquels ? on ne sait pas encore !

Il n’y a jamais de fumée sans feu…l’affaire Benalla, dérisoire selon vos dires, n’aurait jamais pris cette ampleur s’il n’y avait matière dans la gestion même de Macron à l’Elysée !

S’il n’avait pas la volonté d’écarter les institutions et de mépriser ou contourner les lois républicaines « ringardes » pour imposer ses proches et agir en mode commando…

S’il n’avait pas accumuler les erreurs politiques aussi bien intérieures qu’extérieures !

S’il n’abusait pas avec morgue de son statut quasi-monarchique doté d’impunité totale. Benalla,  dindon transi face à son idole, est imprégné de cette vanité, assuré d’être protégé…lui l’homme de main et de confiance de « Jupiter », craint de tous  !!! Celle qui l’a fait cogner sur des manifestants, celle qui l’a fait insulté les sénateurs ! Sa repentance contrite est pathétique et son arrogance lui a échappé plus d’une fois !

Macron a voulu être PR mais il agit en financier raider sans foi ni loi ! Il est toujours, sale gosse,  dans le deal du « casse du siècle » ! Mais, fini l’illusion, la com’ à outrance, le symbolisme mythologique, les postures ridicules, les avoinées aux pauvres, les papouilles à tout va et la jouissance extatique de l’arriviste immature ! Fini l’égotique culte de son bon plaisir, il faut passer à la gestion maintenant, c’est plus dur… !!

C’est une leçon ! Macron saura-t-il l’écouter, en sera-t-il capable ? J’en doute…L’ambiance dans la presse tend vers l’apaisement…pour l’instant.

Quant à Benalla, le Sénat était un amuse-bouche, la suite judiciaire moins…Espérons-le ! Les français n’oublieront pas.

Il est urgent de cesser d’envoyer tant de déplorables messages aux citoyens, tant d’excès impunis, tant de privilèges éhontés, tant d’insolences décomplexées…

Très certainement, Macron et son directeur de cabinet ont été fautifs dans la réponse donnée à l’affaire initiale. Il aurait suffi de l’exclure immédiatement du cabinet pour réduire fortement la portée politique de l’affaire(quitte à lui expliquer que c »était inévitable sauf à affaiblir l’Exécutif mais que on lui conservait bla… bla… bla… et qu’on ne manquerait pas bla… bla… bla…).

Cela n’enlève rien au fait que l’emballement extraordinaire a été le fait des media et des opposants politiques. La faute initiale de l’Elysée dans l’insuffisante sanction de Benalla et les maladresses ultérieures n’ont été que des contributions supplémentaires mineures.

Il y a forcément quelque chose à cacher, dans ce cabinet comme dans tout autre cabinet. On en a une idée : des fonctions de Benalla qui empiètent quelque peu sur celles des hommes chargés de la sécurité du Président, un port d’armes autorisé et effectif selon des modalités pas bien régulières, et quelques autres irrégularités vraisemblables qui seraient des broutilles restées ignorées si Benalla  n’avait pas commis  la faute grave que l’on sait.

Partant de là, la stratégie de défense du cabinet est classique : on met au point une version bien argumentée, assez peu vraisemblable sur certains points mais qui exonère de toute faute pénale. Et le Sénat au bout d’une série de 23 auditions (non, il ne s’agit pas du scandale de Panama mais du sentiment qu’il y a quelque chose d’obscur et de peut-être irrégulier dans la définition et l’exercice des fonctions d’un membre mineur du cabinet élyséen) commence à comprendre, s’il ne le savait dès l’origine, qu’il n’arrivera à rien de tangible.

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 17:17
  • PAR 

Coacher à mort, il a réponse à tout, et les sénateurs ont une complaisance digne d’un troupeau de gazelles.

Le non-lieu se précise .

Et puis comme le dit son complice : « Même si je sais, je vous dirais rien ».

Fermez le Ban.

 »Coacher à mort, il a réponse à tout, et les sénateurs ont une complaisance digne d’un troupeau de gazelles »

En lieu et place de Sénateurs, le mot exact serait Zélateurs !!!!

Mouais, ou plutôt un gros pchiiittttt qui se dessine.

Forcement il y aura des déçus, la fin du film risque d’être moins existante qu’ils ne le souhaitent !

Macron Benalla …

Deux visages d’une même politique

 

Il faut souhaiter que la balance de la justice ne soit pas tarée.

Et pourquoi ce sstème semble protéger à tout prix Benalla ?

Bien vu dessin et commentaire 🙂
Sur mon fil, notes prises à l’audition et brève synthèse.

Et les français,ils ne peuvent pas aller le chercher ?

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 17:30
  • PAR 

« Même si je sais je ne vous répondrai pas  » dire cela devant une chambre élue est un déni de république et d’honnêteté.

Sa place est soit en prison soit hors de France à moins que ceux qui le soutiennent et l’emploient soient aussi compromis dans ces attitudes de Barbouze.

Alors ne nous étonnons pas ni de la montée du FN ni de le montée du terrorisme les deux ont une source commune: Le pouvoir des privilèges d’un autre temps.

La démocratie dévoyée n’a plus de longs jours tranquilles.

<<<Sous serment, Alexandre Benalla a indiqué mercredi devant les sénateurs qu’il avait détenu un pistolet Glock 43 pendant plusieurs déplacements présidentiels.>>>

Rien que ça… Si ce n’est pas une police parallèle, qu’est ce que c’est ??

Une police parallèle avec un seul bonhomme !

Macron joue petit bras sur ce coup. Ça me déçoit.

Il y avait d’autres gars, notamment Crase.

Vous posez de bonnes questions.

Dans la présentation de son parcours, M. Benalla n’a pas mentionné la période où il fut en activité (à titre bénévole) auprès du Délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer. A cette occasion, M. Benalla se serait prévalu d’une fonction de chef de cabinet qui figurerait dans sa lettre de candidature pour rejoindre En marche (lire ici).

Sur sa période d’emploi au service d’A. Montebourg, encore une question. Ce serait une durée de sept jours selon l’ancien ministre, trois mois selon A. Benalla…

Ce sont pour certaines des questions qu’on trouve aussi dans les échanges du Web…

Pour un homme appelé à être quasiment en permanence dans l’intimité du Président, et de son épouse, une enquête sur sa compagne et son entourage aurait été requise, et le fait que l’omerta y compris médiatique règne à ce propos est plutôt inquiétant.

Bonnes questions  que vous posez,et oui ce coffre avec des armes envolées  et la protection de ce type et les mensonges de l’Elysee , la proximité  intime de ce garde du corps de  Macron et sa femme…,,ou c’est des branquignoles ou ce type est super protégé !!

Un régime et ses voyous ayant au cours des ans interprété leur impunité comme une « raison » d’ »état », ou le contraire, peu importe, tout ceci n’a plus aucun sens que la loi de celui qui ne se fait pas prendre et surtout pas condamné.

Ce type ou ce qu’il sait ?

Il est souhaitable que rien n’arrive à ce type … justement..

Il est sain que la vie privée soit protégée… à ce stade, pourquoi interroger Mme Macron ?

La question concerne la compagne de Benalla…..

Ah ok…

Du grand! Du très grand! Du très très grand n’importe quoi pourvu que ça mousse!!!

Si elle existe … Elle a un côté « arlesienne » assez étonnant cette dame

J’ai encore un océan pour atteindre votre niveau … d’ailleurs, vous n’argumentez pas …

Sa femme,il l’a  epousé le jour de l’affaire que il a envoyé a l’étranger le jour de ses problèmes!

Quoi ? Benalla, soutenu par Macron, a menti ?

Comme c’est bizarre !

Ainsi, le préz que Mediapart a aidé à faire élire aurait provoqué une disruption qui consisterait à ce que lui et ses favoris se comportent comme des satrapes qui peuvent faire impunément tout ce qu’ils veulent.

Je suis très étonnée !….. de votre candeur !

la photo se suffit a elle même

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 17:49
  • PAR 

«  »Sous serment, Alexandre Benalla a indiqué mercredi devant les sénateurs qu’il avait détenu un pistolet Glock 43 pendant plusieurs déplacements présidentiels. »

Heuuu….. juste un électron libre…. !!!!!

BENALLAMAN : naissance du premier super-héros politique . Défenseur des élites, des castes politiciennes et autres corps politiques constitués ; ses coups de pieds légendaires et ses violents

richard-bonobo-2

matraquages   terrorisent les faibles, les pauvres ,  les manifestants et autres crapules zadistes…

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 17:54
  • PAR 

Benalla président! Il a nettement surclassé son employeur dans cette épreuve. Les sponsors de l’avatar d’Amiens peuvent respirer, la relève est assurée.

En tout cas, nous pouvons commencer à appeler cette histoire Benallagate

« Un look d’étudiant en droit » et bien justement, les étudiants en droit ont toujours su castagner le manifestant  et ce bien avant 68 ! Il y a bien longtemps qu’en droit, on s’encagoule dans les manifs. C’est même une activité essentielle quand  » on fait son droit »

Assas et sa corpo… un nid permanent de fachos!

Les deux auditions reflètent la domination acquise par l’Élysée sur le Législatif, qui se fait enfumer : circulez, rien à voir.

« Qu’ils viennent me chercher ». Sachant très bien que ce n’est pas possible.

En tous domaines sa crédibilité est bien entamée.

Le fond des reformes se dévoilera avant la fin de quinquennat.

Quel artifice utilisera t il pour ne pas être soumis à élection ???

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 18:21
  • PAR 

Pschitt ! C’est le mot qui résume le mieux la prétendue affaire d’État après l’audition de ce matin. Benalla a fait une faute politique en allant jouer les shérifs place de la Contrescarpe. La justice est saisie ; il lui appartiendra de dire s’il y a eu délit et, le cas échéant, de prononcer une condamnation.

Prendriez vous, vous aussi, comme le zigotomacroniste Berthon, vos désirs pour des réalités,

Je me contente de prendre la réalité pour la réalité. Il n’y a pas plus d’affaire d’État que de beurre en branche.

alerte rouge en macronie a l exemple du quidam qui sans vergogne a baisse son froc avec son tee shirt rouge alors que j allais faire une course;a l instard de cet autre individu en tee shiert rouge dun autre jour decidement c est la mode comme le bleu pour certains;bref ça sent le roussis en macronnie et ils n aiment pas ça
  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 18:48
  • PAR 

Il faudrait maintenant auditionner le garde du corps de Monsieur Benalla, un certain Trogneux.

Le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron s’en est justifié en estimant « utile qu’en plus du GSPR, une personne puisse porter une arme »

Tout à fait. Je pense que ce point n’est absolument pas crucial dans l’affaire, rien ne sert de s’exciter dessus.

Tous commentaires, interrogatoires et  »politiciens » réunis, je n’arrive pas à trouver Mr. Benalla antipathique.

Ah posez vous la question par qui il a été briffé? j’espères pas par le journaliste barbouze qui a fait de la taule  bien connu du cercle des journalistes..

Il était propre sur lui ce matin mais la réalité est toute autre, ils ont tous la grosse tête et unn profond mépris dans l’entourage de JUPITER et ils viennent pour certains du PS donc.

 

Je crois que tout le monde commence à s’en rendre compte.

A part l’enquête judiciaire en cours le reste c’est vraiment du grand spectacle qui ne mènera à rien.

Salut Zahia…

Benalla semble avoir fait ce qu’on lui demandait de faire… C’est l’enchaînement qui mène à Benalla qui est très très antipathique…

C’est que vous n’avez pas bien suivi l’affaire.

Un type qui s’en est déjà pris à un journaliste, le dégageant manu militari, puis récidivant ce 1er mai en tabassant des manifestants innocents, c’est au nom de quoi qu’il a pu intervenir aux côtés de la police s’il n’a pas été embauché par l’Elysée pour faire un travail de police, comme il l’a précisé ce matin ?

Bref, il aurait été briffé par 2 journalistes (lesquels ?) et il s’avère que son audition suinte le mensonge à plein nez.

Puis, s’il n’avait rien à craindre pourquoi alors a-t-il confié son petit coffre-fort à sa femme pour aller le planquer ? Il est doté d’un sacré culot qui ne laisse rien présager de bon. C’est un faux jeton qui a bien appris les codes politiciens dans l’art de la dissimulation et de la comédie si chère à MACRON. Et comme dit l’adage populaire : « qui se ressemble s’assemble » !

 

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 19:06
  • PAR 

 

Étonnants,  ici,  ces macroniens déniant  sans vergogne  la moindre importance   à cette affaire, pourtant particulièrement glauque, et impliquant Mac ron jusqu’à la cravate et plus !

Rien que la disparition du coffre sent la magouille d’un milieu  (?)  lié peu pu prou au Mac ron. Et plein d’autres faits minorés de façon bêtement révélatrice par nos commentateurs en mission.

Mission … impossible, dorénavant.

innocent

 

C’est glock …même s’ils ont du  » coffre »…

Ils peuvent mentir autant qu’ils veulent, ils ne risquent rien.

Le mensonge est une seconde nature chez ces gens la.

L’audition de Benalla ébranle le directeur de cabinet de Macron

Après visite du site Lemonde.fr, ce détail semble avoir échappé à la bible libérale. Les chiens de garde font le boulot.

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 19:47
  • PAR 

Au final il se débrouille plutôt bien Benalla dans son audition.

Dommage qu’il ai merdė dans cette manif.

Et visiblement pas du tout la barbouze monté en épingles depuis des mois !

 

Lui aussi © xLui aussi © x

Encore une victime de ce mytho.

Bof, attendons d’abord la fin de l’enquête judiciaire.

A ce stade le reste c’est surtout beaucoup de blabla pour pas grand choses, ou alors nourrir les fantasmes politiques de l’opposition.

Bah Méta… voilà presqu’une parole raisonnable..sauf la fin … « pour pas grand chose.. »

Que faîtes vous d’éventuelles nouvelles révélations possibles et même probables, ainsi que du fait que l’ensemble des échelons administratifs soit se renvoient la balle, soit se contredit…. Que faîtes vous de la démission de Collomb, que faîtes vous des versions différentes dans la police de celle du Cabinet (qui révèle un ras le bol policier de première ?).

Quant à Griveaux il n’est pas d’accord avec vous Méta… Sa déclaration le nez dans les chaussures en dit long sur sa vision de la « gagnabilité » de la chose…. pas grande ? c’est à voir.

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 20:35
  • PAR 

La pétaudière ne marche plus très droit. Tout ceci finira à Varennes.

Bilan.

Benalla est très intelligent ou plutôt, se préoccupant depuis son adolescence des moyens à utiliser pour aborder puis s’implanter dans le mode politicien, il a appris et il réagit comme un comédien connaissant par cœur certaines séquences délicates.

SAUF QU’IL EN A FAIT TROP ! SES EXCUSES ARGUMENTÉES À 200 %, ont permis une conclusion :

« Il ne faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages ! »

NON, IL A ÉTÉ NUL !

Ce type a révélé une seconde fois qu’il est CAPABLE DE TOUT ! Et surtout DU PIRE ! DU PLUS MONSTRUEUX et de MANIÈRE GLACIALE, sans aucun scrupule, telle un ROBOT …

(Comme il dit, ses actions filmées sur les deux personnes ne sont rien ! De la pacotille ! De la poudre de perlimpinpin ! Par rapport à ce qu’il se sait pouvoir faire !)

En cette fin d’ère, cela devient de plus en plus courant sur la planète !

*** il n’aurait pas sauvé son COFFRE si celui-ci n’avait pas CONTENU PRÉCISÉMENT DES DOCUMENTS COMPROMETTANTS ! CEUX QUI REND PRISONNIER M. MACRON !

Probablement que ces papiers permettraient de demander une destitution du président !

Celui-ci n’ayant plus rien à perdre, ne fera-t-il pas tout pour que rien ne sorte !

Tous ses sbires n’ont-ils pas été convoqués et n’ont-ils pas pour première mission « Sauver le soldat Jupiter, donc Benalla »

Bon courage à la POLICE ! Et PLUS … !

***Tout ce que je viens de dire n’est pas de moi mais m’a été imposé par des Responsables d’un parti adversaire et par MA FEMME

ET J’AIME MA FEMME ENCORE PLUS QUE FILLON est prisonnier de PENELOPE !

Pierre Payen (Dunkerque)

 

Je vous suggère Monkeyman de vous rapprocher rapidement d’un lieu de soin il me semble à vous lire que vous êtes capable de tout et même du pire, du plus monstrueux et de manière glaciale sans aucun scrupule tel un robot,   ouh ça ma fait froid dans le dos rien que de penser à vous, s’il vous plait allez vous faire soigner…

Lire CEUX QUI « RENDENT » (Pluriel) Je n’arrive pas à modifier ….

Qua

 

C’est l’heure de la soupe, vous l’avez bien gagnée. Bon rototo!

M. Berthon est humaniste ! Se croit créé à l’image de Dieu ! Ou se ressent comme un élément de l’espèce des dieux en devenir en tant que rationaliste ! Pourquoi pas !

Il a refusé le résultat du Bilan de 2005 concernant notre génome ! Il ne s’est même pas reconnu dans le MIROIR TENDU ! Ou test GALLUP !

Il refuse de se considérer comme un « chimpanzé boosté » ! Comme un « 1 % + » !

Effectivement, à l’inverse de moi puisque j’ai titré mon blog Monkeyman !

Et il ne comprendra pas cette fin d’ère toute prochaine !

OK. ! All right !

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

Suite concernant l’enfant de chœur de M. Berthon sur lequel il doit prier !

Il est clair que les cieux lui sont plus qu’ouverts !

*** Selon le « Canard Enchaîné », l’ancien chargé de mission à l’Elysée s’est rendu à Londres avec un proche d’Alexandre Djouhri.

La saga Benalla se poursuit dans « Le Canard enchaîné » à paraître ce mercredi 19 septembre, jour de son audition par les sénateurs dans le cadre de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur le rôle de l’ancien chargé de mission à l’Elysée. Et cette fois-ci, l’ex-conseiller d’Emmanuel Macron est épinglé pour un mystérieux voyage à Londres, « en compagnie d’un individu fiché S, proche du sulfureux homme d’affaires Alexandre Djouhri« .

Un mystérieux voyage outre-Manche

Ce voyage remonte au 5 septembre dernier, et des observations de la PAF consultées par l’hebdomadaire satirique indiquent que l’attitude des deux hommes aperçus ensemble en gare de Saint-Pancras à Londres « laisse entendre qu’ils se connaissent. Ils discutent ensemble », lit-on.

VOIR L’ARTICLE « UN VOYAGE À RISQUES POUR BENALLA » !

 

Il date du 5 septembre ! …

 

Benalla n a pas été fouillé

Son téléphone personnel  portable n’a été ni saisi ni ausculté 

« Même Nicolas Sarkozy n’a pas eu droit à tant d’égards » ! ! !

Etc. !

 

Par ailleurs, le syndicat de policiers Vigi-MI s’étonne de son coté que la voiture de service d’Alexandre Benalla n’aie… > Lire la suite sur L’Obs

 

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

Eh oui ! Même à Mediapart, des internaute, tel M. Berthon, croient en la virginité de M. Benalla !

Ainsi, probablement ce Monsieur va accuser probablement la Police de mentir !

Encore une preuve que les homo sapiens sont irrécupérables, s’inscrivent dans les travaux et les lois d’évolution de Darwin !

Alexandre Benalla « a donné instruction au commissaire de procéder à des arrestations de manifestants », selon un syndicat de police

Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP police FO, à quelques minutes de l’audition d’Alexandre Benalla devant la commission d’enquête du Sénat, estime que « quand on s’approprie des prérogatives policières, il faut de l’éthique, de la morale ».

Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP police FO; (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

franceinfoRadio France

Mis à jour le 19/09/2018 | 08:58
publié le 19/09/2018 | 08:57

15 partages

PartagerTwitterPartagerEnvoyer

LA NEWSLETTER ACTUNous la préparons pour vous chaque matin

« On attend de la clarté », exige, mercredi 19 septembre sur franceinfo, Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP police FO, à quelques minutes de l’audition d’Alexandre Benalla devant la commission d’enquête du Sénat. « Quand on s’approprie des prérogatives policières, il faut de l’éthique, de la morale. Tout policier se demande ce qu’une personne, qui n’est pas membre de cette institution, pouvait avoir comme mission ».

En plus de la radio de la police, du casque et du brassard portés place de la Contrescarpe à Paris par Alexandre Benalla, Linda Kebbab assure qu’il « a donné instruction au commissaire de procéder à des arrestations de manifestants (…). Il a donc donné des ordres aux agents de police, ce qui est complètement hors de question dans notre République ».

« Est-ce que l’institution policière est gangrenée par des personnes extérieures qui viennent s’approprier des rôles qui ne sont pas les leurs ? », questionne la déléguée syndicale. « On n’est pas policier du jour au lendemain parce qu’on serre les bonnes mains, assure Linda Kebbab, j’aimerais qu’on redonne de la légitimité à l’institution policière. »

N. B. LE POINT POSITIF MAIS AU SECOND DEGRÉ :

Plus il y aura de Macron, Benalla, de gens comme M. Berthon, et plus la fin d’ère arrivera rapidement, donc moins la planète sera intoxiquée, polluée ! ET MOINS LES NOUVELLES MOUTURES auront du mal à remettre en état LA TERRE !

C. q. f. d. ? !

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 20:43
  • PAR 

L’hypocrisie et le mensonge sont équitablement partagés par les maîtres et les larbins de cette démocratie qui agonise.

  • NOUVEAU
  • 19/09/2018 20:48
  • PAR 

Il n’est pourtant pas compliqué de comprendre que Benalla est un dangereux mythomane.

Il a berné, jusqu’à aujourd’hui même, la France entière, politiques et médias y compris.

Ce profil relève du psychiatre et pas du Sénat. Ou s’arrêtera cette triste farce ?

C’est simpliste, et pas très héroïque, de s’en prendre à un exécutant. Faites l’effort d’être lucide, vous qui ne relevez pas de psychiatrie. Cette lourde charge est suspecte…

Quelle solidarité pour un petit voyou bien habillé ! Un peu suspecte  …

S’il s’appelait Dupont…

S’il s’appelait Dupont…

Que de tintamarre pour un jeune con qui se la pétait. Peut-on croire qu’il avisait tout le monde qu’il portait une arme sur lui? Il y en a qui ont besoin d’exhiber leur sexe, d’autre une arme, ça les rassure et les rend importants. Pas la peine d’en faire une affaire d’état. Le mec a dérapé, a été rattrapé par la patrouille, se retrouve tout seul avec tout le monde à lui casser du sucre sur le dos et va passer en justice. Point barre.

Pendant qu’on discute d’une affaire de pieds nickelés ou les courtisans se courtisanaient à qui mieux mieux de peur que le Benalla si proche de Macron ne dise du mal au boss, on en oublie tous les autres sujets bien plus importants.

Comme si nos parlementaires n’avaient pas d’autres soucis, les nôtres surtout, à débattre…

C’est comme l’histoire de Hollande et Gayet, comme celle de Clinton et Monica même niveau et rien à foutre. Pas un rond, pas une minute à dépenser pour si peu. C’est juste lamentable tant de ceux qui y sont mêlés que de ceux qui s’en mêlent pour se la jouer donneurs de leçons et se faire une petite notoriété. On ferait mieux de s’occuper de l’école, de l’hôpital et du chômage… pour commencer.

nouveau        verson, 

Oui, bien sûr, tout cela n’est rien, et ne laisse rien supposer de plus grave ! « C’est cela, oui … » Détournons donc pudiquement les yeux de ces fadaises.

Occupons-nous «  » »de l’école, de l’hôpital et du chômage,«  » » dites-vous.  Certes.

Mais vous avez l’esprit suffisamment agile pour admettre que  l’un n’empêche absolument pas l’autre,  n’est-ce pas ?

Et que nous en dites-vous ?

 

A vous? Pas grand chose! Vous n’écoutez que la montée de vos humeurs… Allez plutôt vous coucher, vous avez dépassé votre heure à tripoter le mulot, la fausse affaire Bénalla est closecool

Mon cher Arrue,

Si vous trouvez un caractère important à cette affaire nulle pourquoi pas, mais comme l’ont dit d’autres intervenants, c’est dépenser beaucoup d’énergie, de temps et d’argent qu’on pourrait passer à des sujets plus importants, comme ceux que j’ai cités.

Je n’aime pas Macron, mais je n’en suis pas à faire feu de tout bois, quand il y a déjà bien assez à lui reprocher et bien plus important que son vrai faux garde du corps qui s’est pris le melon tout seul.

Je vous rappelle la vieille blague qui courrait à propos de Bush. Il appelle le chef de son service communication pour l’informer que les USA vont envahir l’Irak. A l’autre qui s’étonne et se demande comment justifier l’information, Bush lui répond d’annoncer que les prévisions sont de 200 000 morts dont deux informaticiens… et que ça va passer tout seul; et le communiquant de s’étonner « mais pourquoi 2 informaticiens? » et Bush  » vous voyez, ça marche… » En l’occurence Benalla c’est l’informaticien de Macron et il fait diversion des problèmes bien plus importants… pour des Français qui n’ont pas votre agilité intellectuelle pour tout suivre en même temps… :o)

La seule question qui vaille n’aura pas été posée: « qu’y avait-il dans ce fichu coffre? » (tranquillement déménagé sans que les juges n’y trouvent quoique ce soit à redire…) Triste 5ème République. Vivement la prochaine !
  • NOUVEAU
  • 20/09/2018 00:33
  • PAR 

Je ne comprends pas pourquoi on se pose pas plus de question sur les 14 « réservistes » de la gendarmerie embauchés à l’Elysée par Vincent CRASE.

D’après ses déclarations au Sénat de mercredi 19 septembre , ces réservistes ont été formés par lui en 15 jours… rappelons que les réservistes sont des civils comme vous et moi qui ont une petite formation en sécurité et qui viennent en soutien des forces de l’ordre.

Toujours selon ses dires, ils n’avaient de fonction que dans la surveillance des portes de l’Elysée…

Si on découvre qu’en réalité ces personnes sont issus de société privés de sécurité, l’histoire pourrait prendre une autre tournure… et expliquer ce que les policiers appelait « barbouzes »..

Surtout si ces « surveillants  » avaient en réalité d’autres missions…

Conclusion provisoire Pas l’ombre d’une affaire d’Etat . Attendons de voir comment la justice va qualifier l’affaire benalla/crase Mais franchement toute cette glose pour un port d’armes prohibé !! « Cela n’à pas le même panache que lorsque Chirac en mai 68 allait négocier armé avec krazucki de la cgt. Cela ne l’à pas empêché de rester 10 ans Président et d’être regretté !
Alors avec son bagout et sa bonne présentation, et si Benalla devenait président de la future VIeme republique pour succeder a Meluche quand il sera touché par la limite d’age. Ainsi la France aura eu la chance d’avoir eu successivement 3 grands présidents boni-menteurs

Après la lecture de quelques commentaires ci-dessus, quelques heures de réflexion et la prise d’un certain recul, la conclusion me paraît évidente, la séance d’audition du sieur Benalla par le Sénat est un flop pour… le sénat et ceux qui ,comme certains journalistes, politicien insoumis et/ou éditorialistes, voulaient voir dans cette Affaire un Affaire d’Etat.

Finalement, ce soir on en est à disserter si l’autorisation du port d’arme de ce quidam était pour raison de mission de police ou sécurité personnelle. En tout cas l’autorisation lui a bien été accordée.

Sauf nouvelle révélation fracassante dans la suite des auditions tout ça va faire pschitt!

Déjà Benalla a fort bien passé cet interrogatoire et peu ce soir sont prêts à continuer à le surnommer petite frappe comme l’a fait le brillant M Bruno Retailleau.

C’est plutôt une bonne journée pour le Président Macron. (Désolé pour certains lecteurs je ne l’appelle pas Manu). Quant à Benalla maintenant les auditions de la justice l’attendent, il lui faudra encore beaucoup de travail et de sueur pour défendre sa cause, mais c’est la loi!

  • NOUVEAU
  • 20/09/2018 03:27
  • PAR 

« Sauf nouvelle révélation fracassante dans la suite des auditions tout ça va faire pschitt! »

heureusement que vous ajoutez cette  phrase à votre commentaire « macroniste » !

car, nul doute que les journalistes vont « creuser » cette info:

http://www.valeursactuelles.com/politique/benalla-apercu-londres-en-compagnie-dun-individu-fiche-s-99042

sortie par « le canard » qui a l’habitude de sortir ses infos en « feuilleton » !

ensuite, beaucoup de journalistes (et pas qu’eux) se demandent pourquoi la sortie de « l’artillerie lourde » du gouvernement pour « une tempête dans un verre d’eau » ?

m. Benalla est mis en examen, sous contrôle judiciaire, faudra m’expliquer comment il peut aller au Maroc, en Angleterre, etc…. (sans compter la « disparition » du coffre de Bénalla, que le « justice » semble vouloir ignorer)

il y a des « informateurs » à qui ça ne va pas plaire, et qui vont, anonymement, aider la Presse, je le sens !

enfin, dans les 23 auditions, qui, pour certaines se contredisent, il y a, c’est certain, des menteurs (sous serment)

alors, n’enterrez pas trop vite cette affaire, chose que ne fait pas le gouvernement, très fébrile, qui continue à « envoyer » des responsables Lrem pour se défendre sur tous les plateaux télé !laughing

heureusement que vous ajoutez cette phrase à votre commentaire « macroniste » !

Je ne vois pas pourquoi vous avez besoin de qualifier de « macroniste » mon commentaire sinon la volonté de le décrédibiliser par le simple fait de mes opinions politiques supposées.

En labellisant toutes les interventions par leur appartenance politique on tuerait le dialogue, plus besoin à chacun d’argumenter puisque de toute façon c’est son étiquette politique qu’on juge!

Sur les faits maintenant, ce que j’ai voulu dire c’est que le grand tapage médiatico-politique fait autour de cette audition, LCI a même été jusqu’à avoir un bandeau où ils égrainaient les jours avant l’audition style J-1 … , où BFMTV passait en boucle jusqu’à 3 fois par jour un reportage sur « Benalla, l’homme du président » la samedi et dimanche avant l’audition, je vous passe les plateaux talk-show consacrés à l’affaire on pouvait en voir jusqu’à 3 ou 4 sur chaque chaine d’info, le même jour. L’affaire a aussi feuilletoné dans les médias toute les vacances. Si vous suivez l’actualité vous avez certainement pu en juger.
Alors quand vous vous me sortez la phrase (reprise d’ailleurs par la plupart des journalistes et éditorialistes) :
pourquoi la sortie de « l’artillerie lourde » du gouvernement
je vous réponds très calmement que si le gouvernement était resté muet devant un tel déferlement il aurait été bien mal inspiré et faible. Il n’a fait que dénoncer la manipulation politique via la commission d’enquête et la recadrer par rapport à ses prérogatives constitutionnelles. C’était la moindre des choses pour éviter cette dérive. Et c’est d’ailleurs ce qui s’est passé.

Après bien sûr c’est de bonne guerre aux journalistes (et pas qu’eux)  de dire que c’est parce qu’ils sont nerveux et qu’ils ont quelque chose à cacher. Ils voudraient que le pouvoir garde le silence et se laisse piétiner. Il se défend, rien de plus normal.La politique n’est pas un jeu d’enfants de coeur, celui qui se montre faible se fait emporter. Regarder la réaction qui a suivi la rencontre « fortuite » Mélenchon-Macron à Marseille: Mélenchon s’est décrédibilisé en reniant ses propos virulents contre contre le président lorsqu’il s’est trouvé face-à-face avec lui.

De même beaucoup de commentateurs ont minimisé la bonne performance de Benalla au cours de l’audition en s’offusquant parce qu’il se serait préparé. Peut-on imaginer un instant un individu qui est mis en examen, qui risque de la prison, qui a été matraqué par la presse depuis 3 mois, traité de petite frappe par des sénateurs, qui devant passer devant cette commission en direct devant les français arrive à l’audition sans s’être préparé?

Enfin je n’enterre pas l’affaire, car je fais confiance aux médias pour exploiter le filon, exploiter est d’ailleurs le mot exacte puisqu’une représentante du monde déclarait à la TV : on a explosé nos ventes et le feuilleton des auditions a passionné nos lecteurs.

Simplement j’ai écrit:  la séance d’audition du sieur Benalla par le Sénat est un flop pour… le sénat et ceux qui ,comme certains journalistes, politicien insoumis et/ou éditorialistes, voulaient voir dans cette Affaire un Affaire d’Etat et à séjour je le confirme.

 

 

c’est votre commentaire qui est « macroniste », pas vous ! enfin, je n’en sais rien et je m’en moque !

je parle d’argument « macroniste », parce que c’est l’argument que notre gouvernement utilise depuis Juillet 2018. la « tempête dans un verre d’eau » s’est transformée en « ouragan dans un Océan », mais par leur faute !

et, qui plus est, pas à cause de nouvelles révélations, mais à cause de la réaction « exagérée » de Macron lui-même (« qu’ils viennent me chercher »), et de ses ministres qui réécrivent le Droit pour « protéger » Benalla !

si ça n’est qu’une « petite affaire », pourquoi cette réaction des Macronistes, totalement disproportionnée ?

et moi, comme beaucoup de monde, je me demande pourquoi ?

pourquoi ce manque de sérénité ?

pourquoi ces demi-vérités, voire les mensonges ?

pourquoi un président de la République se met-il en danger, pour un simple « garde du corps » ?

et d’autres éléments cités plus haut.

j’ai de la mémoire, et je me rappelle les promesses de Macron : « une République exemplaire » !

quel exemple !!!

Macron est un « politique » d’une nullité totale ! c’est normal, c’est un financier, habitué à obtenir ce qu’il veut sans opposition.

là, il a une opposition ! et il est « perdu » !

et je ne parle pas de sa notion « de la liberté, l’égalité, et la fraternité »

moi, je pense qu’une réaction bien plus modérée, de la part des Macronistes, aurait sans aucun doute désamorcé cette « petite bombe » ! mais, voilà, c’est Macron lui-même qui a rallumé la mèche en Août ! pourquoi ?

je n’attends plus que Macron déclare qu’il ne connaissait pas Benalla !laughing

Les menteurs sous serment  dont vous parlez sont peut être les représentants syndicaux qui sont venus colporter des ouï-dire médisants mais invérifiables…

?

comprends pas

M’étonne pas!

  • NOUVEAU
  • 20/09/2018 04:26
  • PAR 

Certaines têtes sont visibles partout…

premier homme

premier homme 4

Merci Jlmfi pour ces 2 photos qui confortent les propos de M. Benalla devant le sénat. Sur la premiere on voit clairement que le flic est le même que celui qui était sensé encadrer benalla à la contres carpe mais on voit clairement que le gars encadré n’est pas Benalla. En revanche,sur la 2ème photo il y a bien Benalla protégeant Macron, mais c’est durant la campagne électorale durant laquelle Benalla assurait la sécurité du candidat. Tout cela a été clairement exprimé hier par Benalla. Arrêtez donc de relayer cette fake news

C’est votre commentaire qui constitue en soi une fake news… et des photos il en est d’autres….

Ridicule défense jlmfi, comme dab notre insoumis rêveur!

Oui Plusla …. la défense de LREM sur l’affaire Benalla est ridicule !!! je vous le concède volontier …

je suis toujours ébloui par la « profondeur » de vos commentaires !laughing

Ce que porte Crase à la ceinture c’est sa « banane » ??? ou une arme ?

Crase a t’il un permis de port d’arme ? que nenni !!!

1142222-2holster.jpg?modified_at=1532112952&width=750

Que de temps perdu par le SENAT …..!

Combien cela rapporte au PAYS ? RIEN

Combien cela coûte au PAYS ? Enormément

Mouais….

Je trouve que cette « affaire » Benalla fait le beau jeu d’une autre affaire autrement plus importante qui est celle du financement de la campagne de Sarkozy et des raison de l’intervention de la France en Lybie et de l’assassinat de Khadafi et des annexes, par exemple l’intervention en Côte d’Ivoire  pour mettre Ouattara à la tête du pays et évincé Laurent Gbagbo et pire le faire enfermer à la Haye.

Je suis très déçu par Médieapart qui semble lâcher le morceau pour lequel je vous vouais une grande admiration. Et je ne parle pas de l’interview de Macron par Bourdin et Plenel ce dernier se rabaissant à la « hauteur » du premier.

Mon désabonnement n’est plus une question tabou.

AH çà c’est une vraie affaire d’Etat.

Médiapart fait part belle à l’affaire BENALLA qui est somme toute du « pipi de chat  » et que le SENAT met en exergue pour justifier de son existence. Parce le SENAT, une assemblée non démocratique devrait être supprimée. Quelle économie !!!!! AU MOINS 500 MILLIONS d’EUROS PAR AN.

Ce qui coûte est le refus du gouvernement et de l’exécutif de s’expliquer et cet entêtement à cacher et à protéger ce qui apparaît de plus en plus comme un secret d’Etat…

une police parallèle ?

Crase armé lors du 1er Mai ?

etc etc sans parler de la « transhumance des coffres forts »….

La démocratie coûte chère ? Essayez donc la dictature !

Que faisait le GSPR lors de la marche blanche pour la mémoire de Mireille Knoll avec les activistes du betar et de la LFJ ?

Que faisait il le premier mai à la contrescarpe et au jardin des plantes ?

C’est simple comme questions …

  • NOUVEAU
  • 20/09/2018 11:03
  • PAR 

Le pistolet Glock 43

La pub affirme : « ..muni d’un canon fileté, pour l’équiper d’un modérateur de son. Une arme qui saura donc se faire discrète, dans tous les sens du terme… »

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que pour la discrétion c’est loupé

  • NOUVEAU
  • 20/09/2018 15:57
  • PAR 

c est une supercherie cette audition

dans la même lignée que la perquisition

(je n ai pas les clés /c est ma femme qui les a /impossible de la contacter/on reviendra demain matin etc. )

ce sont vraiment des clowns

c est pitoyable

et la presse étrangère elle en pense quoi de tout ca

Publicités

Une réflexion sur “#MacronGate L’audition de Benalla ébranle Patrick Strzoda le directeur de cabinet de Macron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s