#MacronLeaks Affaire #Kohler: la police judiciaire multiplie les perquisitions, documents embarrassants trouvés direction du Trésor, Grand Port maritime du Havre et au ministère des transports, mettant à mal la défense ! #Togo #MSC China Merchants Port Holdings #Chine #Bolloré

 

 

Affaire Kohler: la police judiciaire multiplie les perquisitions

 PAR 

Des documents embarrassants ont été saisis en juin à la direction du Trésor et en août au Grand Port maritime du Havre et au ministère des transports, mettant à mal la défense d’Alexis Kohler.

Dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte le lundi 4 juin par le Parquet national financier (lire notre article ici), dans le prolongement des révélations de Mediapart sur le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler et ses relations cachées avec le groupe de sa famille Mediterranean Shipping Company (MSC), la brigade de la répression de la délinquance économique de la préfecture de Paris, qui a été chargée de l’enquête, multiplie les perquisitions.

La première de ces perquisitions a très vite été connue : sitôt l’enquête préliminaire ouverte, la police judiciaire a débarqué, le 6 juin, au ministère des finances, dans les bureaux de la commission de déontologie de la fonction publique (lire notre article ici). À l’époque, les enquêteurs ont donc mis la main sur de premiers documents, a priorisans faire de véritables découvertes, car la plupart de ces documents avaient déjà été préalablement mis en ligne par Mediapart. Parmi eux, les avis et annexes de la commission de déontologie sur les deux demandes de mise en disponibilité d’Alexis Kohler, en 2014 et en 2016, annexes parmi lesquelles figurent les attestations fournies par plusieurs personnalités, dont Emmanuel Macron en 2016, à l’époque ministre de l’économie.

Alexis Kohler arrive à l’Élysée, le 3 janvier 2018. © ReutersAlexis Kohler arrive à l’Élysée, le 3 janvier 2018. © Reuters

Dans un premier temps, on a donc pu penser – et nous l’avions à l’époque relevé dans l’une de nos enquêtes – que la police judiciaire ne s’était guère donné les moyens de tout connaître du dossier Kohler. En effet, la perquisition n’avait concerné que cette commission de déontologie, et pas les grandes directions de l’État détentrices des archives les plus importantes pouvant éclairer le rôle et les éventuelles interventions d’Alexis Kohler, du temps où il était de 2008 à 2012 haut fonctionnaire à l’Agence des participations de l’État (APE), puis du temps où il était au cabinet d’abord de Pierre Moscovici jusqu’en 2014 et ensuite d’Emmanuel Macron à Bercy jusqu’en 2016.

Sur le moment, tout Bercy, dans les hautes sphères de la fonction publique, s’est même mis à bruisser de la même rumeur : si le Parquet national financier, qui est sous l’autorité hiérarchique de la Chancellerie, n’a pas eu le courage de saisir un juge d’instruction indépendant et s’est borné à ouvrir une simple enquête préliminaire, et si de surcroît, la seule perquisition connue a eu lieu dans les bureaux de la commission de déontologie, où il n’y a plus grand-chose à découvrir, c’est que l’affaire risque assez vite d’être classée sans suite.

Mais depuis, l’enquête a discrètement avancé. Et les perquisitions se sont multipliées. Elles ont, d’abord, eu lieu à la direction du Trésor dans le courant de ce même mois de juin où des « notes » adressées au ministre de l’économie concernant MSC ont été saisies, notes faisant apparaître Alexis Kohler, à l’époque membre du cabinet de Bercy, parmi les destinataires. Puis, en août, d’autres perquisitions ont eu lieu dans les bureaux de la direction de l’établissement public du Grand Port maritime du Havre (GPMH) et au ministère des transports.

En juin, la brigade de la répression de la délinquance économique de la préfecture de Paris a donc perquisitionné les bureaux de la direction du Trésor, qui détient traditionnellement les plus lourds secrets économiques de la République. Et d’après les informations que nous avons pu recueillir de sources proches de la justice, cette perquisition risque de rendre la position du secrétaire général de l’Élysée de plus en plus intenable.

Selon nos sources, les enquêteurs ont saisi ce qui était possible, concernant aussi bien Alexis Kohler que MSC. En particulier, ils ont trouvé la trace des « notes au ministre » que nous avions évoquées dans l’une de nos enquêtes. Comme nous l’expliquions dans cet article, quand certains arbitrages portent sur des sommes importantes, la procédure de Bercy veut que le ministre de tutelle soit saisi et donne son feu vert ou ses observations. Quand la direction du Trésor – ou toute autre administration concernée – envoie une telle « note », la procédure, qui est très encadrée, veut que la direction consigne dans un « bordereau d’envoi » le ou les conseillers du ministre (il s’agit en règle générale du directeur de cabinet ou du directeur adjoint) auxquels la note est envoyée, à charge pour eux de saisir ledit ministre.

Or comme nous le révélions dans notre précédente enquête, il y a eu plusieurs « notes au ministre » à l’époque où Pierre Moscovici était ministre, portant sur des dossiers concernant MSC et certains montages financiers concernant le transporteur maritime. Cherchant ces notes, la police judiciaire a saisi plusieurs bordereaux d’envoi : sur plusieurs d’entre eux apparaît le nom d’Alexis Kohler, ce qui signifie qu’il en a été destinataire. Découverte qui met effectivement à bas tout le système de défense élaboré par l’Élysée pour protéger le principal collaborateur du chef de l’État.

Cette saisie effectuée par les enquêteurs vient en effet confirmer toutes nos révélations : Pierre Moscovici d’abord, Emmanuel Macron ensuite, n’ont pas jugé utile de faire une circulaire, conformément aux usages de Bercy, à tous les membres de leur cabinet et aux directions des administrations centrales de leur ministère, pour les informer qu’Alexis Kohler devait être écarté de tout dossier portant sur MSC, le groupe de sa famille. Résultat : les hauts fonctionnaires qui pouvaient être concernés par ce dossier, soit à la direction du Trésor, soit à l’Agence des participations de l’État, et qui ignoraient donc ses liens familiaux, ont fréquemment mis dans la boucle Alexis Kohler, qui ne s’est ainsi pas déporté, contrairement à ce qu’il prétend.

Selon nos informations, les « notes au ministre » sont certes revenues à la direction du Trésor, avec des annotations soit de Rémy Rioux, le directeur de cabinet de Pierre Moscovici, soit de Julien Denormandie, un collaborateur du cabinet, et la police n’aurait pas trouvé de notes annotées de la main d’Alexis Kohler, selon ces sources judiciaires. Mais le fait qu’il ne se soit pas déporté semble, envers et contre tout, avéré.

La brigade a fait d’autres découvertes qui corroborent ce premier constat. On se souvient que dans l’enquête déjà citée, nous avions raconté comment Bercy s’était fortement investi, durant plusieurs années, pour offrir des conditions financières très avantageuses à MSC, de sorte que le groupe puisse passer commande de paquebots à STX (les chantiers de Saint-Nazaire). C’est ainsi qu’au lendemain de l’alternance de 2012, le ministère des finances est prêt à construire un financement sur mesure pour faciliter le financement des paquebots de MSC. Il imagine ainsi de transformer l’objet de la Société de financement local (SFIL). À l’avenir, cette structure de défaisance créée pour gérer la suite de la faillite de Dexia, notamment les encours des prêts toxiques consentis aux collectivités locales, prendra aussi en charge les garanties d’État pour les crédits-exports d’importance, ceux dépassant un montant de 70 millions d’euros. Comme cette entité bénéficie des garanties de l’État, elle se refinance aux conditions de l’État et peut offrir des conditions de financement imbattables.

L’embarras visible de l’Élysée

Très compliqué – mais très avantageux pour MSC –, le montage autour de la SFIL fait donc l’objet de nombreux échanges de mails entre la direction du Trésor, les membres des cabinets concernés et d’autres parties prenantes. Or selon nos sources judiciaires, Alexis Kohler est fréquemment en copie de ces échanges.

Il y a aussi à la même époque de nombreuses réunions ; et l’administration de Bercy, qui est très méticuleuse, a gardé la trace d’au moins deux réunions concernant le dossier MSC, qui se tiennent en présence de nombreux participants dont… Alexis Kohler. Il existe même un courriel, signé d’Alexis Kohler lui-même, qui donne des instructions aux services concernés. Selon nos informations, la police judiciaire a donc fait une forte moisson de documents à la direction du Trésor.

Alexis Kohler et Emmanuel Macron à l'Elysée, en mai 2017. © ReutersAlexis Kohler et Emmanuel Macron à l’Elysée, en mai 2017. © Reuters

Puis par la suite, l’enquête a visiblement marqué un temps d’arrêt, dans le courant du mois de juillet. L’enquête publiée par Mediapart le 6 août sur le rôle d’Alexis Kohler au sein du conseil de surveillance du GPMH entre 2010 et 2012 va pourtant avoir visiblement un rôle d’accélérateur. À l’occasion de la mise en ligne de cet article, nous avons en effet révélé plusieurs procès-verbaux du conseil de surveillance du GPMH, faisant apparaître des interventions d’Alexis Kohler portant sur MSC, et très favorables au groupe de sa famille.

Dans cet article, nous signalions aussi que nous avions demandé à la direction du GPMH communication de la déclaration d’intérêts remplie par Alexis Kohler quand il est entré en fonctions, début 2010, au sein du conseil de surveillance ; laquelle direction nous a fait savoir que ce document n’était pas en sa possession mais était détenue par le commissaire du gouvernement auprès du port du Havre, Alexis Vuillemin, haut fonctionnaire au ministère des transports ; lequel Alexis Vuillemin nous a, de son côté, fait savoir qu’il refusait de nous transmettre ce document au motif que sa communication, selon lui, pourrait mettre en cause la protection… de la vie privée d’Alexis Kohler ! Dans cet article, nous indiquions donc que nous estimions cette décision non fondée en droit et que nous allions saisir la Commission d’accès au documents administratifs (CADA) – ce que nous avons fait aussitôt – pour obtenir la communication de cette déclaration d’intérêts.

Dans les jours qui ont suivi, l’enquête policière s’est alors de nouveau accélérée. Selon nos sources judiciaires, les policiers chargés de l’enquête se sont rendus peu après au Havre, au siège du GPMH, et ont réalisé une perquisition pour saisir les procès-verbaux du conseil de surveillance de l’établissement… déjà mis en ligne par Mediapart. D’autres documents ont-ils été saisis ? Selon nos sources, les policiers ont aussi demandé la déclaration d’intérêts d’Alexis Kohler, que Mediapart n’avait pas pu obtenir. Les autorités du port ont alors fait savoir aux enquêteurs que conformément à ce que notre journal avait déjà raconté, ce document n’était pas en leur possession mais était détenu par le commissaire du gouvernement auprès du port.

Quelques jours plus tard, le 17 août précisément, une quatrième perquisition a donc eu lieu. Selon les mêmes sources, c’est au ministère des transports qu’elle a eu lieu. Vraisemblablement, les policiers ont cherché à mettre la main sur cette déclaration d’intérêts que détient le commissaire du gouvernement Alexis Vuillemin, lequel est par ailleurs le directeur des services de transports au sein de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGTIM) – l’organigramme de cette direction est ici.

À l’occasion de cette perquisition au sein de la DGTIM, la police judiciaire a-t-elle mis la main sur cette déclaration d’intérêts, qu’Alexis Vuillemin avait refusé de nous transmettre ? La rumeur a circulé au sein de ce ministère que les enquêteurs ne l’auraient, en fait, pas trouvée. Mais alors, pourquoi le commissaire du gouvernement nous aurait-il objecté que ce document n’était pas communicable, au lieu de faire valoir qu’il n’en disposait pas ? Dans tous les cas de figure, l’affaire risque de laisser des traces au sein de cette grande administration.

Quoi qu’il en soit, la multiplication de ces perquisitions, et les documents saisis à ces occasions, placent Alexis Kohler dans une position de plus en plus difficile. La preuve de l’embarras de l’Élysée transparaît d’ailleurs de la défense d’Alexis Kohler telle qu’elle a été confiée au Journal du dimanche, peu après notre enquête sur le rôle d’Alexis Kohler au GPMH.

Dans cet article, le JDD racontait qu’Alexis Kohler était visé par une nouvelle plainte de l’association Anticor pour « prise illégale d’intérêts », à la suite des nouvelles révélations de Mediapart. Explication du journal : « L’Élysée se disait samedi “serein”, après le dépôt par Anticor d’une deuxième plainte contre le bras droit d’Emmanuel Macron, Alexis ­Kohler, pour “prise illégale d’intérêt”. “Il a toujours, tout au long de sa carrière, informé sa hiérarchie de ses liens familiaux avec les actionnaires de MSC”, assure-t-on à l’Élysée, alors que Mediapart a affirmé que l’actuel secrétaire général de l’Élysée avait approuvé, lorsqu’il était haut fonctionnaire, des contrats concernant l’armateur MSC, fondé et dirigé par des cousins de sa mère, et dont il a été le directeur financier de la filiale croisières en 2016. »

Et le journal poursuivait : « Des procès-verbaux du conseil de surveillance du Grand Port maritime du Havre (GPMH), où Kohler siégeait de 2010 à 2012 comme représentant de l’Agence des participations de l’État (APE), semblent montrer qu’il a voté en faveur de contrats à venir entre GPMH et Terminal Normandie MSC, filiale française de l’armateur. Les avocats d’Anticor l’accusent d’avoir alors dissimulé ses attaches familiales. “Il n’y a jamais eu dissimulation”, répond-on à la présidence. Ses deux supérieurs de l’époque à l’APE Bruno Bézard (2002-2010) et Jean-Dominique Comolli (2010-2012), “avaient été informés de l’existence de ces liens”, affirme un proche de Macron, en soulignant que les décisions sur les chantiers navals étaient prises par la Direction générale du Trésor et pas par Kohler. Pour autant, une éventuelle mise en examen signifierait-elle ­démission, selon la règle appliquée aux ministres ? Interrogé par le JDD, l’Élysée ne voit “pas de raison que ce qui s’applique à un ministre ne s’applique pas à un collaborateur du Président. Mais la question ne se pose pas”. »

Des banquiers parisiens ont été sollicités

Il n’est pourtant pas difficile d’établir que ces éléments de langage transmis par l’Élysée sont d’une grande fragilité. D’abord, l’argumentaire de l’Élysée selon lequel la hiérarchie d’Alexis Kohler avait été informée par lui-même de ses liens familiaux avec MSC et que les décisions concernant les chantiers navals étaient prises par la Direction générale du Trésor font sourire, tant il est facile à démonter. Alexis Kohler sait en effet parfaitement qu’il l’avait déjà fait valoir sans succès auprès de la commission de déontologie en 2014, lors de sa première tentative pour rejoindre MSC. Cette commission l’avait alors formellement rejeté et émis un avis défavorable à son passage du service de l’État à celui de MSC.

On retrouvera l’avis en question de la commission de déontologie dans notre enquête. En date du 10 juillet 2014, cet avis disait en particulier ceci : « Considérant que les circonstances que le vote émis par Monsieur Kohler, alors qu’il avait antérieurement fait connaître qu’il ne souhaitait pas traiter des dossiers concernant la société MSC, l’a été en application d’une instruction du ministre de l’économie et des finances et que les modalités financières du contrat, objet de ce vote, n’ont pas été négociées par l’Agence des participations de l’État sont sans incidence sur l’application des dispositions du A du I de l’article 1er du décret du 26 avril 2007 et de l’interdiction qu’elles édictent que, dès lors, ayant ainsi formulé un avis sur un contrat conclu avec l’une des sociétés filiales de MSC, M. Kohler ne peut être autorisé à rejoindre cette société sans méconnaître ces dispositions. »

Quant au fait mis en avant que l’intéressé a alerté à l’époque sa hiérarchie sur ses liens familiaux avec MSC, il n’atténue en rien sa responsabilité personnelle, qu’il engage dès lors que sont réunis les éléments caractérisant un éventuel conflit, voire une prise illégale d’intérêts, a fortiori eu égard au niveau de ses fonctions et à l’incontestable capacité de discernement que lui donne sa formation. Au demeurant, il n’est pas certain que sa hiérarchie aurait été aussi inerte si elle avait pu anticiper que l’intéressé chercherait à rejoindre l’entreprise MSC, d’abord en 2014, en vain du fait de l’opposition précitée de la commission de déontologique, puis en 2016 avec succès.

 © Antton Rouget© Antton Rouget

Surtout, l’information de sa hiérarchie ne dispensait pas l’intéressé de faire toute la transparence sur de possibles conflits d’intérêts auprès de l’établissement GPMH, car c’est en définitive cet établissement public qui est intéressé au premier chef par ce risque. On sait qu’il n’en a rien été, puisqu’un membre du conseil de GPMH a déclaré au journal de France 2 du 9 août que ce conseil n’avait pas été informé des liens familiaux entre Alexis Kohler et MSC. Ainsi donc, les membres de ce conseil ont délibéré à plusieurs reprises sur des sujets à fort enjeu financier qui intéressaient directement le groupe MSC, sans savoir qu’ils s’exprimaient en présence d’un représentant de l’État qui en était proche familialement !

À défaut de s’abstenir de siéger aux conseils de STX comme de GMPH, à tout le moins, l’intéressé aurait pu se déporter lorsque étaient traités des sujets pouvant le mettre en situation de conflit d’intérêts. C’est, du point de vue éthique, une exigence de base, d’ailleurs appliquée fréquemment et naturellement dans des instances publiques comme privées. On sait d’ailleurs (voir notre article) que d’autres membres du conseil de GPMH ont agi ainsi.

Cette attitude de 2010 à 2012 est d’autant plus incompréhensible que l’intéressé était conscient d’avoir un problème de conflit d’intérêts par rapport au groupe MSC, puisqu’il fait précisément valoir qu’il s’en est ouvert à sa hiérarchie dans la période 2010-2012, en tout cas pour STX car rien n’est dit pour GPMH. Or il n’en a tiré aucune conséquence à l’époque. À l’inverse, elle tranche avec la période qui a suivi, passée en cabinet ministériel à Bercy de 2012 à 2016, puisqu’il affirme ne pas s’être occupé de ces dossiers et a même fait attester – mais seulement a posteriori dans chaque cas – par ses supérieurs hiérarchiques successifs (le directeur de cabinet Rémy Rioux pour la période 2012-2014, puis le ministre Emmanuel Macron pour la période 2014-2016) qu’il était systématiquement tenu à l’écart du traitement de tout ce qui concernait MSC et son groupe.

En résumé, de 2010 à 2012, il est conscient qu’il y a un conflit d’intérêts puisqu’il éprouve le besoin d’en informer sa hiérarchie mais, alors qu’il lui appartenait d’en tirer les conséquences en renonçant à siéger ou, en tout cas, à se prononcer dans des débats pouvant concerner MSC, il n’en fait rien. En revanche, pour la période 2012- 2016, à l’inverse, il dit s’être déporté. Comprenne qui pourra.

Encore ce dernier point doit-il être confirmé. Or les premiers résultats, évoqués plus haut, des perquisitions menées dans le cadre de l’enquête préliminaire semblent le contredire et mettent ainsi en cause la conformité avec la vérité des attestations signées par Rémy Rioux et Emmanuel Macron. Il sera intéressant de voir si l’enquête donnera notamment lieu à l’audition de banquiers de la place, puisqu’il est de notoriété publique qu’ils ont fait l’objet de sollicitations directes du cabinet de Bercy – qui ? – pour financer STX à une époque, quelques années après la crise de 2008, où les banques étaient très réservées sur ce type de financement, au point qu’il a fallu faire appel à la Caisse des dépôts…

C’est dire que plus l’enquête judiciaire avance, plus Alexis Kohler risque d’avoir du mal à expliquer les contradictions de sa propre défense…

TOUS LES COMMENTAIRES

Racaillon va bientôt se trouver chocolat…

****

MDR

Sur la photo d’Alexis Kohler à l’Elysée, il y a un type assis à côté de lui, l’air un peu abruti…c’est qui?

Un petit, qui d’habitude a un coussin sous les fesses, pour sembler être à hauteur… laughing

Ah le monde se trouve petit, monsieur, et il monte sur quelque chose pour grandir… (Pierre Vassiliu)

L’astuce d’Emmanuel Macron pour paraître plus grand (vidéo) – RTL Info

 

Cool : j’ai cru entendre dire avant l’été qu’il s’agissait de « liens familiaux lointains », un truc du genre. Merci ici d’illustrer pour les mal-informés mal-comprenants que nous sommes que Mr Kohler est le petit-fils du frère de la mère de la fondatrice de MSC. Il est de la génération de la fille de cette dernière, vice-présidente, la génération aux affaires.

« Lointains », bof, peut-être pas aux réveillons, n’s’pas ?

 

Hi hi …

… l’air un peu abruti …. .

Bêtement  gratuit et décrédibilisant

Mais là Anastasie n’intervient étrangement pas  surprised

Sarko  a fait bien plus ridicule et ridiculisant pour la France lors d’un interview avec Georges Bush

Qui ici a gardé la photo où on le voit monté sur une  valise de technicien ?

Cette vieille histoire de photo a depuis longtemps été dénoncée comme un fake.

laughinglaughing

Ah oui le collabo Plusla …

Il est où d’ailleurs ? Plusla ?

Il y a vraiment de sacrés crapules en macronerie !

Il a changé de peudo c’est pas très compliqué….. de même que les transfuges qui inondent les commentaires

Celle là ?

Sarko Valise © xSarko Valise © x

C’est pas sympa de se moquer !:-)

C’est pas sympa de se moquer !:-)

Surtout quand ce n’est pas subtil

Difficile d’être aussi subtils que ces gugusses qui volent des milliards. Vous avez raison.

Surdité © xSurdité © x

Vous devriez parfois changer de subtilité, non?

  • NOUVEAU
  • 03/09/2018 19:54
  • PAR 

Beaucoup de spéculations et peu de faits. Du réchauffé , me semble t il.

comme le coq Gaulois ?

Don-t-feed-the-trollDon-t-feed-the-troll
CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

« Beaucoup de spéculations et peu de faits. Du réchauffé , me semble t il. »

Arrêtez de respirer, quand on réchauffe la m…e.

de cette sorte de réchauffé qui finit par sentir le roussi.

mais vos narines sont libres, nous sommes en otorhinolaryngocratie

Pas mal. Me font chier ces trolls (à part le fait qu’ils contribuent aux finances de Médiapart : l’ont-ils compris ces trolls ?).

En fait, je me dis qu’on devrait tous mettre cette image dès la première réponse dès qu’un troll se manifeste (le « se » est important, car un troll, et pour cause, ne manifeste pas…).

Je ferai ça désormais.

Qui dévisse en criant : eurêka, je vole !

Non ils ne contribuent pas aux finances de Médiapart ou très peu, il suffit que l’un d’entre eux s’abonne et il offre des abonnements gratuits d’un mois à tout  ses petits copains…… qu’il renouvelle aussi régulièrement que possible !

 

Cela va bientôt figurer sur la liste des espèces protégées (dernière contribution de Nicolas Hulot à cette secte)

l’apontage,va être difficile!!!!

Joli laughing

Pourquoi 10 millions seulement ?

bonne question.

CHdG (qui parfois se laisse emporter par son lyrisme) parlait d’êtres humains, ce qui restreint la recherche.

une dizaine de millions à la louche, il n’est pas impossible qu’il ait évoqué l’électorat FI … mais il m’arrive souvent de me tromper, et derrière je prends l’averse

Sacré Chouard

Z’auriez pas un petit résumé bien fait, SVP ?

Un résumé, je sais pas, mais je vous conseille de sauter directement vers la fin quand il conseille les bouquins. De très bon choix. J’ai lu grâce à lui « L’éthique hacker » de Pekka Himanen, passionnant ouvrage sur l’efficacité de la collaboration sur la compétition dans l’accomplissement humain.

Merci pour cette vidéo.

C’est tellement agréable un propos intelligent simple.

non, condamné, mais exempté de peine, pour « services rendus à la France » !

il y a une jurisprudence, maintenant !

L'injustice de mon pays © xL’injustice de mon pays © x

yell Y’a pas qu’elle yell

Touché, bientôt coulé. Merci Laurent Mauduit.

Vu de la Belgique:

Votre humilité vous honore mais les raies publiques bananières font moins bien, tout de même. En France l’armée ne donne pas un coup de main.

Pas encore,  la police suffit pour le moment

on comprend que des personnes donnent les infos aux médias, ici mediapart, qui les redonnent à la police : si j’ai bien compris, mediapart avait des infos qui ont été corroborées par les perquisitions de la police …

Macron et sa clique de parasites se seraient-ils fait de nombreux ennemis choqués par leurs mauvaises manières ?

j’en profite pour remercier Laurent Mauduit. Il enfonce le clou un peu plus encore … et là ça fait très mal.

Exactement. Il faut attendre les révélations d’un journal pour que la justice fasse son travail. C’est absolument incroyable!

 »alors que c’est théoriquement la police qui dispose des pouvoirs d’enquête ! »

La police n’a à ce niveau, pas de pouvoir, ci ce n’est de répondre à une directive du Procureur de la république !

erreur

Ah ça, il ne dé-Kholer pas, notre Manu (celui qui ne fait jamais de copinage)…

  • NOUVEAU
  • 03/09/2018 22:20
  • PAR 

L’état n’a jamais servi à autre chose de toute façon. C’est d’une logique implacable. Macron fait juste tout haut ce qui a été fait tout bas depuis le début. Crise oblige. Il serait temps que la critique du capitalisme, cette « forme sociale totale » avance un peu. C’est long.

Bien d’accord, c’est bien trop long, mais pas du tout d’accord pour jeter l’Etat !!!Mais que les macron de ce monde soient encore plus rapides à l’action que les trop rares A. Croizat, ça c’est certain :/

  • NOUVEAU
  • 03/09/2018 22:27
  • PAR 

C’est bien de se battre, et de ne rien laisser passer.

Mais on peut lire sur les visages de Benalla, Kohler et ceux qui suivront la certitude d’être au dessus des lois, et au bout du compte, impunis.

C’est un peu désespérant…

Havre de protection ? Ils voudraient que l’Etat assujetti à « ceux qui sont tout » soit ce havre pour eux. Mais apparemment, le havre de la direction du port du Havre n’en était pas un assez abrité, bravo les enquêteurs de MP.

J’en profite pour tenter (sans illusion) de (r)appeler que « paradis fiscal » est une traduction erronée (mais prévalente) de « tax haven » compris par la majorité des étrangers comme « tax heaven ». On doit dire « hâvre fiscal » (voir Jorion par exemple) Le « haven » est question est notre bon vieux havre, le port comme abri, ainsi que tous les Hafen/Haven du monde vikingo-baltico-saxon (Westhafen à l’ouest de Berlin, Bremerhaven, Eemshaven aux PB, Frederikshaven au Danemark, Korshavn en Norvège, les « hafna » islandais, etc.).

au gnouf Kohler, disons-le clairement !

il mérite dejà cela pour commencer.

En tôle les riches voleurs (ou assimilés…)

Arrêtons de jouer les vierges effarouchées et osons nommer la destination quil mérite.

Cette retenue  n est aucunement en vigueur pour les travailleurs pauvres ou modestes

Macron en jet-sky à Pors-Cros en zone interdite mais pas de pbm.

Benala joue au flic et au flic violent mais pas de pbm

Kholer risque d’avoir des soucis mais pas trop !

Voilà ce qu’on appelle la « sous-pénalisation d’en-haut« .

Comparativement on a une sur-pénalisation d’en-bas. Si certains méritent bien leur peine ce n’est pas le cas de tous… Arrestation, interrogatoire, procès, prison, paiement, etc…

Le non déport de M. Kolher aurait il changé quelque chose au contrat signé entre MSC et les chantiers STX garantissant 3000 emplois pendant 10 ans au bassin de Saint Nazaire? (Sources syndicales) Existait t il un autre armateur dont l’offre aurait garanti un meilleur niveau d’emploi? Y a t il donc eu favoritisme dans la signature de ce contrat ? Comment se fait il que malgré les liens entre Kohler et MSC , ces derniers aient été écartés lors du rachat de STX au profit de l’italien FincantierI ?

Ils ne pouvaient quand même pas prendre tout le morceau, ça se serait « un peu » trop vu  undecided

Vous vous inquiétez pour leur intérêt ?

Vous croyez que 3000 emplois sont pour eux une motivation ?

Vous pensez qu’une boite comme MSC perd une seule seconde avec le bien commun ?

 

Pour moi c’est une question principale effectivement. Est-ce que la présence de M. Kolher a influencé la signature des contrats?

Mais il y a eu tout de même des montages financiers de la part de l’état très favorable à MSC, ces montages financiers auraient-ils étaient les mêmes sans la présence de M. Kolher?

C’est à la justice de faire ce travail? Que fait-elle? Sans les révélations de Mediapart elle n’aurait rien fait. C’est scandaleux!

Ravi de partager le même questionnement! Mais connaissez vous des signatures de grands contrats (cf airbus ou Boeing par ex.) qui n’appellent pas de montages financiers. Si le contrat avait été négocié avec royal carribean par ex, ne pensez vous pas qu’il en aurait été de même ?

Vous confondez responsabilité civile et responsabilité pénale. Être condamné pénalement ne suppose pas que l’infraction commise ait eu des conséquences dommageables. L’acte qualifié d’infraction est condamnable en tant que tel. Le droit pénal est uniquement répressif. Et concernant le respect des valeurs de probité et de neutralité dans la haute fonction publique, je suis très heureux qu’on n’attende pas (sur le papier malheureusement) que les malversations portent préjudice à la collectivité. Voudriez-vous dépénaliser la responsabilité des hauts fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions ?

  • NOUVEAU
  • 03/09/2018 22:46
  • PAR 

Je me rappelle l’affaire Richard Ferrand : c’était du tout cuit, la grosse enflure, tout le monde était sur l’Affaire du siècle, et finalement RIEN. J’ai peur, j’ai très peur que ça refasse la même chose, alors que là c’est puissance 1000 par rapport aux conneries de Ferrand. En plus, Ferrand n’est que prés’ de l’AN, alors que Koehler il est quand même « vice-prés ».

Franchement, l’affaire Benalla c’était un pipi de moineau à côté de ça…

Je suis le dossier de très près, merci à Mediapart, ne lâchez rien. C’est un énorme scandale !

Que ces enflures dégagent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

P.S. : sans complotisme aucun, parfois je me demande si Hulot n’a pas démissionné pour que l’espace médiatique soit occupé par sa « décision » et que les « affaires » ne reviennent pas trop vite sur le tapis…

Franchement, l’affaire Benalla c’était un pipi de moineau à côté de ça…

Regardez comment Pinocchio-Kohler se frotte sans cesse le nez, lors de son audition au Sénat, dans « l’affaire Benalla », cela vous donnera une idée des comportements de ce petit bonhomme dans les affaires citées ici, qui concernent son « avant-l’Elysée », auprès de son saigneur et maître ! laughing

L’histoire des impôts, venant en rajouter une couche, en matière de brouillage des cartes sur les « affaires », qui inquiètent la présidence de la république ! wink

Leur manière conduire cette « communication », devient de plus en plus grosse, comme un énorme nez sur un masque et de moins en moins de citoyens lucides en sont dupes. Ce qui est une excellente chose !

vous oubliez la miss à la double promotion :

 

https://www.marianne.net/societe/la-double-promotion-d-agnes-saal-adoubee-par-francoise-nyssen

 

c’est beau « l’entraide »..cool

 

ou alors, cette Saal a « morflé »pour quelqu’un d’autre en silence, et maintenant, elle est « récompensée » !

pour le plaisir

 

smile

Dame !

Ils avaient l’ordinateur de Bercy pour sortir le fichier des 100 000 isf à plus de 10 000€

Il suffisait d’en faire payer moins de 5000 pour gagner les 13 millions de la campagne .

En 2022, ils ont 100 millions de financement public au lrem  .

Si ça coince avec Angela au niveau déficit, il rétablira l isf, lol …

Démission et pis c’est tout !

secrétaire général de l’Elysée : faut-il être tenu par des affaires louches pour y accéder ? (Guéant …)

 

J’attends le numéro de minimisation et de victimisation d’un Macron bravache si les médias le somment de s’exprimer.

Donc d’après vous, ce qui est reproché à Kohler et de même niveau de gravité que ce qui est reproché à Guéant ?  (dans les 2 cas, dans l’attente des conclusions de la justice)

  • NOUVEAU
  • 04/09/2018 06:33
  • PAR 

CAPITAINES ABANDONNES

boat

L’affaire Kohler,…

Chocolat blanc,
Chocolat noir,…
Poulain, Nestlé,
Milka,
Sa vache bleue dans les champs
Une marmotte qui emballe le chocolat,
Du génépi ou une bonne poire,
Faudrait point,.. par trop,… abuser….

L’affaire Kohler,…
En fait n’est point
Une affaire de chocolat
Quoi que,… ! Notre Kohler
Secrétaire général de l’Élysée,
Est un des administrateurs
De la société maritime MSC,
Celle qui vous emmène plus loin,
Que le Costa Concordia,..
Envoûté par Circé,…
Droit sur un rocher, s’est couché,….
Capitaine,… la barre dans une main,…
L’autre sur un sein…

Les perquisitions,…
Ne feront guère de bruits,
De simples consultations,..
Pourtant,….
Elles pourraient faire taches,
Mener au crash,
Des gouvernements…..
Kohler, était déjà au cabinet de Macron
Au ministère de Bercy,… attaché, lié,
Encore sans suite sera déclassée,
Au gouvernement de Macron,..
Le mélange des affaires
Du LREM est prolifère,
Parly, Loiseau, Belloubet
Une mode,…. une habitude,…
Ferrand, Benalla, Darmanin,…
Circulez ! Passez votre chemin,…
Il n’y rien à voir…
Kohler,
En bon fonctionnaire
En écriture,.. pas avare
La justice, a de quoi faire police,
A moins qu’elle ne joue à colin-maillard,
Tout se perdra en quelque abysse,…

Ces gens-là,… n’ont peur de rien,
Sont payés,.. leurs destins,
L’affaire Kohler,
Encore une affaire qui finira par terre,
Une histoire à la Tapie,…
Des arbitrages,…. des trucages,..
Des procédures à la Sarkozy,
Christine Lagarde pas inquiétée,
Et tous les poches bien remplies,..
Ne finiront jamais à la Santé….  !

Les Hauts fonctionnaires,
Déjà s’entraînent à mentir,…
De bons stagiaires,
Ont vu et revu les audiences
Du barbouze Benalla,
Toutes ces intelligences
Qui sommées par les députés
Le barbouze,… ne le connaissaient pas,…
Toute juste s’il l’avait entre-croisé
Lui, Lieutenant-colonel de la Gendarmerie,
Avec laissez-passer au Sénat,
Sans oublier l’Assemblée,
Ces marionnettes,
Leurs leçons bien apprises,
Pour une situation bien assise…
A l’aise, passeront l’exercice de la moulinette….

Kohler !
Est déjà sur la défensive,
Dans cette société multinationale,
Au sein du clan familial,
Le porte-parole de Macron,..
Ne s’est pas fait franc-maçon….
Ne peut entraîner mesure suspensive… !
Pour si peu,… Kohler… !
Dans la lignée de ces pairs
Jure qu’il n’a jamais fait amalgame
Entre les affaires d’État
Et les actions de papa !
Que si son nom apparait
Sur des transferts à lourds millions,
Serait là, que pure coïncidence, fiction
Lui, préfèrerait les bateaux à rames….

à rames !
Mais ami(s),… vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,… ou pas ! Ou pas !

Christian le 4 septembre 18

Franchement, les commentaires de certains lecteurs sont affligeants…

A en lire certains, il faudrait que M. kohler soit condamné séance tenante, sans enquête, sans rien.

Sans parler de celui qui dit qu’il ne s’est rien passé pour M. Benalla (si ce n’est une enquête ouverte, garde à vue, mise en examen)…

La façon dont vous rendez compte des enquêtes judiciaires n’est pas étrangère à ce type de réactions et c’est franchement dommage.

La façon dont vous rendez compte des enquêtes judiciaires n’est pas étrangère à ce type de réactions et c’est franchement dommage…

Dommage pour qui ? laughinglaughinglaughing

Nouveau, dans la ferme ?

Bonjour,

Dommage pour tous, parce que ça nourrit des soupçons d’une justice aux ordres qui protégerait les puissants tandis que les autres ne bénéficieraient pas du même traitement de faveur.

S’il y a eu par le passé des pressions exercées ou des instructions données aux magistrats du parquet, la situation a très favorablement évolué depuis une dizaine d’années. En attestent de nombreux dossiers qui ont mené à des condamnations logiques.

Par ailleurs, un des travers de M. Mauduit est d’embrasser une thèse, sans réserves, avec beaucoup d’a priori et d’idéologie, et finalement peu de place pour que les mis en cause puissent se défendre (lorsqu’ils souhaitent s’exprimer bien sûr). Le ton des articles de Fabrice Arfi est très différent, par exemple.

Le hic c’est que lorsque les mis en cause sont relaxés des années plus tard, le sentiment d’impunité est d’autant plus fort. Parce qu’ils ont été présentés uniquement comme coupables, sans aucune réserve. Alors que le droit c’est souvent un peu plus compliqué, et ce n’est pas la morale.

Ce qui ne m’empêchera pas de continuer à lire ces articles souvent très bien documentés, mais avec un œil critique et toujours du recul.

Bonne journée,

Il est clair que « le droit » à la sauce Vème république est compliqué, et c’est un euphémisme… Exemple, la « relaxe » du ministre Darmanin (16 août 2018), ainsi motivée : « Le défaut de consentement ne suffit pas à caractériser le viol. Encore faut-il que le mis en cause ait eu conscience d’imposer un acte sexuel par violence, menace, contrainte ou surprise. »

Etonnant, non ?

Je parlais plutôt des délits techniques. Là il s’agit d’un viol.

La motivation du non-lieu dont a bénéficié Darmanin repose sur l’absence d’élément intentionnel. C’est du droit pénal classique. N’ayant pas connaissance des éléments du dossier, je ne peux pas porter d’appréciation sur le caractère « étonnant » ou pas de cette décision.

Il est certain que si la contrainte avait été physique, la décision aurait été pour le moins étonnante.

Dans tous les cas, il peut y avoir un recours contre l’ordonnance de non-lieu et la décision n’est donc probablement pas définitive.

 

Oh !!! C’est pas possible !!! Un garçon si bon chic, bon genre, propre sur lui, et tout, et tout. Un premier de cordée parfait, un artisan modèle du ruissellement, un « winner » qui travaille pour « make France great again ». C’est pas possible !!! Le prince-enfant qui préside aux destinées du pays ne saurait se tromper et choisir de douteux conseillers.Vivement le réveil !!!

Cher Laurent (Mauduit),

Dans vos articles (passionnants et indispensables), il faudrait voir à vous défaire du tic d’écriture « au sein de ».

Dans cet article, il y en a tellement que j’ai renoncé à les compter !

Merci à vous,

Il y en a 6, tous en page 2.

 

Publicités

2 réflexions sur “#MacronLeaks Affaire #Kohler: la police judiciaire multiplie les perquisitions, documents embarrassants trouvés direction du Trésor, Grand Port maritime du Havre et au ministère des transports, mettant à mal la défense ! #Togo #MSC China Merchants Port Holdings #Chine #Bolloré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s