#FrancMaçonnerie #France #GLNF #GLNT #Scandale Qui est le grand maître provincial au-dessus de la loge Pierre de Bethel fondé par le mafieux Francis Pérez #PEFACO ? Piégé: Préfet Alain Gardère. #Togo #Gnassingbé #Macron #Mafia #Bolloré #Havas #Vivendi #Port #Lomé

#FrancMaçonnerie #GLNF #GLNT #Scandale Qui est le grand maître provincial au-dessus de la loge Pierre de Bethel fondé par le mafieux Francis Pérez #PEFACO ? Piégé: Préfet Alain Gardère. #Togo #Gnassingbé #Macron #Mafia

Résultat de recherche d'images pour "gnassingbé pérez"

Résultat de recherche d'images pour "gnassingbé pérez"

Résultat de recherche d'images pour "gnassingbé pérez"

Les docteurs de l’OSJ d’Eric Duval :Antonio Andrade (Médecins du Monde Portugal), Houdret, Berreta, Charlemagne Ouedraogo, Moïse Fiadjoe, Ing Kantha Phavi trafic d’organes ?
Eric Duval, Paul Violet, Georges Bernard,Docteurs Houdret et Berreta, Yves Lemasne, André Panderis Pacte pédo-criminel
andre.pandiris@wanadoo.fr, sur la liste des faux chevaliers du faux ordre de ERIC DUVAL est un franc-mac de la loge « LA PIERRE DE BETHEL » de la GLNF avec des doubles appartenances avec la GLN du Togo où DUVAL est un frère maçon qui est monté très vite en grade ! Nous trouvons dans cette loge française plusieurs chevaliers du faux ordre de DUVAL: Georges Bernard qui est le ROI D’ARMES de ces templiers , PAUL VIOLET grand facilitateur entre DUVAL et des élus qui ont du mal à céder des terrains à la Financière Duval, le docteur HOUDRET radié de l’Ordre (vrai Ordre) des médecins, André PANDERIS antiquaire véreux qui profite des valises diplomatiques des fausses ambassades du Grand Prieur DUVAL. L’antiquaire aime passer des œuvres d’art par ces valises diplomatiques . D’autres franc-mac en France et au Togo tournent autour de ces voyous. Le docteur Olivier BERRETA « vénérable maître de PIERRE DE BETHEL , Yves Lemasne Président du Groupe ORPEA qui aime l’argent des vieux et des hauts fonctionnaires dont il reste à confirmer leur nom et fonction. Un Préfet, des avocats. Tous Franc-mac pour un monde meilleur qui voit le plus riche écraser les plus pauvres. Et qui aiment tellement les enfants qu’ils trouvent toujours des orphelins quelque soit le pays où l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem ouvre une ambassade. Que des humanistes !
Le Docteur Jean-Claude Houdret vous accueille dans son cabinet du boulevard Flandrin à proximité de la porte Dauphine à Paris 16ème.
Médecin en morphologie et anti-âge, le Docteur Houdret reçoit les adultes pour tous types de soins liés à la prévention du vieillissement (injections, laser, peeling, mésolift…). Tarif de la consultation 140 euros non remboursés par la sécurité sociale.
Médecin qui aime les petits enfants noirs.
Georges Bernard, Roi d’armes OSJ, Frère trois points de France, ami des pédophiles Docteur HOUDRET et de l’antiquaire André PANDIRIS de la GLNT, aime beaucoup les enfants, un peu trop pour être normal !
Eric Duval avec les lunettes, chef de bande…
Fils de Duval, qui gère avec sa sœur Pauline les activités internationales FEDINTER notamment au Togo.
Pour plus de discrétion, Duval implique ses enfants.
YIM SEAP à sa gauche, fonctionnaire corrompu du ministère de l’intérieur. Doit obtenir frauduleusement la nationalité cambodgienne de Duval afin qu’il exproprie les agriculteurs et petits propriétaires.
Les cambodgiens sont des fonctionnaires de Païlin qui ont cru à l’honnêteté de Duval. Ils ont cru que grâce à lui, la misère dans leur ville serait atténuée.
Duval les a trompé, comme il a trompé le Ministre Bernard Cazeneuve.
Pour gagner de l’argent, il vendrait ses propres parents.
Mais que font le Préfet de Police Alain GARDERE de la LOGE PIERRE DE BETHEL et l’ex Député Michel Sy avec des « frères » pédophiles ? 
FM avec Georges Bernard Roi d’armes OSJ/PIERRE DE BETHEL , André PANDERIS OSJ/PIERRE DE BETHEL et de la Grande Loge Nationale Togolaise (comme Eric Duval) pédophiles notoirement connu  et les autres…
Le système des FM entre eux est de compter sur des FM honnête pour se faire protéger.
Le Préfet Alain Gardère ne peut servir qu’à cela sans être au courant que les autres sont des pédophiles.
Il faut s’imaginer quelqu’un qui a la gangrène et qui l’a retransmet aux autres sans qu’il s’en aperçoive.
En ce qui concerne Michel SY c’est un politicien (dans la vie professionnelle et chez les FM) qui n’a aucune moralité et qui en contact avec d’autres hauts fonctionnaires, je te tiens par la barbichette…
Au moins Indirectement les deux nouveaux servent les intérêts des deux anciens et servent donc les intérêts de Eric DUVAL (Financière Duval) qui ne demande qu’à agrandir son cercle d’influence pour jouer avec des pions au service de la mafia française… 
Eric Duval est tenu par la mafia à 100% et maintenant c’est à son tour de piéger des gens, franc-maçons ou pas, comme il devait le faire pour le ministre de l’intérieur français Bernard Cazeneuve.
Pour piéger le Préfet Alain Gardère, c’est facile pour le « cheval de Troie » mafieux Eric DUVAL, il a déjà les pédo-criminels de la même loge FM Bernard et Pandéris avec lui.
La mafia veut piéger des gens comme le Préfet et piéger le maximum de personnes par richochet.
C’est son fonctionnement.
Le Préfet de Police Alain Gardère tenu par le devoir de silence FM au service de la mafia française ?
Alain GARDÈRE, préfet délégué pour la sécurité et la sûreté des plates-formes aéroportuaires de
Roissy – Charles de Gaulle et du Bourget auprès du préfet de la Seine-Saint-Denis
Né le 28 septembre 1956 à Souk-Ahras (Algérie)
Chevalier de la Légion d’honneur
Officier de l’Ordre national du mérite
20.09.2012 Préfet délégué pour la sécurité et la sûreté des plates-formes aéroportuaires de Roissy – Charles de Gaulle et du Bourget auprès du préfet de la Seine-Saint-
Denis
29.08.2011 Préfet délégué pour la sécurité et la défense auprès du préfet de la région Provence- Alpes-Côte d’Azur, préfet de la zone de défense et de sécurité sud, préfet
des Bouches du Rhône
01.04.2011 Préfet hors cadre chargé d’une mission de service public relevant du Gouvernement, directeur adjoint du cabinet de ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des
collectivités territoriales et de l’immigration
14.09.2009 Directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, préfecture de police
27.09.2005 Directeur des services actifs de la police nationale
25.09.2005 Directeur de la police urbaine de proximité, préfecture de police
08.01.2005 Inspecteur général des services actifs de la police nationale
10.03.2003 Contrôleur général des services actifs de la police nationale
07.09.2002 Directeur de cabinet du directeur général de la police nationale
07.01.2002 Directeur départemental de la sécurité publique d’Ille-et-Vilaine. Commissaire central de Rennes
18.01.1999 Chef d’état-major, direction centrale de la sécurité publique
10.08.1996 Commissaire divisionnaire
15.03.1993 Chef du bureau de la délinquance urbaine, direction centrale de la sécurité publique
09.11.1991 Commissaire principal
11.06.1990 Chef de la sécurité générale de police urbaine de Pau
26.01.1987 Chef de la circonscription de police urbaine de Puteaux
05.08.1985 Chef de la circonscription de police urbaine de Dinan
05.09.1983 Commissaire de police
L’ancien député Michel Sy et sa femme
                                                                  _____________________________________
Sous les ors de la salle des fêtes de l’Elysée, ils sont un demi-millier. Cinq cents visiteurs associatifs venus recevoir les voeux du président pour l’année 2001. Après le discours, Alain Bauer, le jeune grand maître du Grand Orient, s’attarde en compagnie de deux « consoeurs » des loges féminines. Il rosit de plaisir en voyant Jacques Chirac fendre la foule pour se précipiter sur lui. Pas un regard présidentiel, ou presque, pour les deux dames qui l’accompagnent. Le maître des lieux le tire par la manche et lui dit : « Ecoutez, il y a une question que je veux vous poser depuis très longtemps : pourquoi est-ce que personne ne m’a jamais proposé de devenir franc-maçon ? » Embarras du grand maître, qui s’en tire comme il peut sur le thème de la porte toujours ouverte et de la vie qui invente.
Le président a toujours aimé entretenir un flou de coquette sur ses accointances maçonniques. Dans « Les frères invisibles » (Albin Michel), deux journalistes, Renaud Lecadre et Ghislaine Ottenheimer, affirmaient que Jacques Chirac aurait été initié dans une obédience suisse très élitiste, la Grande Loge Alpina. Le « no comment » de l’Elysée s’est accompagné de la rétractation des dignitaires francs-maçons qui avaient informé les auteurs. Le sujet serait trop sensible et, ajoute l’un d’eux au Point, « ce sont de toute façon des réunions très informelles, une fois par an, dans une ambiance amicale et de très haut niveau ». On voit mal, d’ailleurs, ce qui pourrait conduire un homme d’Etat à se ligoter volontairement avec un serment maçonnique bien encombrant. Mieux vaut, et Chirac, comme Mitterrand, ne s’en est pas privé, enrichir son entourage de frères bien ciblés, en accueillir parmi ses conseillers et ses ministres, en compter parmi ses amis et ses obligés.
Bien que profane, le président n’a jamais dédaigné ce réseau de réseaux, riche de 130 000 pratiquants. Dès les années 70, il aime à se présenter comme un ami de la cause. Cela ne coûte pas cher et peut toujours servir. A l’un de ses proches qui, à cette époque, lui demande, alors qu’ils sillonnent les routes de Corrèze en DS, s’il « en est », Jacques Chirac répond : « Mon grand-père l’était. Mais moi, toutes ces simagrées… ». Le grand-père instituteur, Louis, fut, comme tout maçon appliqué, vénérable de sa loge en Corrèze. Les jaloux assurent que son père n’aurait jamais réussi une aussi belle carrière chez Dassault sans appui fraternel. Aucune preuve, pourtant, ne vient à l’appui de ces insinuations.
Les « simagrées » – rituel, déguisement et gants blancs – le futur président les connaît néanmoins très bien. Le terroir radical qu’il sillonne depuis quarante ans considérait pour tout notable la capitation annuelle comme un impôt local supplémentaire, sans plus. Le député Chirac y a d’ailleurs acquis une manière d’être chaleureuse, à l’écoute, empathique que les loges encouragent et promeuvent. Pour résumer méchamment ce profil de « maçon sans tablier », certains évoquent son côté « Queuqueuille », en référence à l’ancien président du Conseil radical-socialiste et corrézien de la IVe République.
En mai 2001, le Grand Orient de France (GO) organise un colloque sur la « Dignité humaine ». Un raout d’envergure, où il est question de bioéthique, d’éducation et de mondialisation. Un rêve de franc-maçon nostalgique. Jacques Chirac fait un tabac. Il est vrai qu’il ne ménage pas ses compliments quand il s’adresse à l’auditoire comme à « des femmes et des hommes agissant sur l’époque » . Le président est très applaudi, plus que le Premier ministre, Lionel Jospin. Sauf qu’il est… absent. Il a envoyé un long texte dans lequel rien ne manque. Une belle « planche », de l’avis des connaisseurs. Pour se rendre populaire, il suffit donc parfois d’avoir de bons conseillers.
« En fait, assure l’un de ses proches, la franc-maçonnerie, il s’en fout. Pour lui, c’est un point d’ancrage parmi d’autres, sans plus. » Dès ses débuts ministériels, le jeune Chirac s’entoure de quelques frères influents, notamment dans le corps préfectoral, un des viviers maçonniques de la République. Ainsi, Robert Pandraud devient directeur adjoint de son cabinet au ministère de l’Intérieur. Puis Jacques Pélissier dirige son équipe quand il débarque à Matignon, en 1974, après la victoire de Giscard à la présidentielle. Cet ancien ingénieur agronome, passé par les cabinets de François Tanguy-Prigent et de Robert Lacoste sous la IVe République, connaît tout de la préfectorale. Il a représenté l’Etat de la Bretagne au Languedoc, en passant par le Lyonnais. Chirac le nomme, en 1975, patron de la SNCF. Et Pélissier reprend du service, à près de 70 ans, quand Chirac revient à Matignon, en 1986.
Dès son premier séjour à l’Hôtel Matignon, le futur président accueille aussi dans son cabinet le sous-préfet Jean- Pierre Delpont, un élève de Jacques Pélissier, ainsi que le champion olympique Guy Drut ou Jean-Claude Jolain, qui fera parler de lui, des années plus tard, comme patron des Mutuelles du Mans. Pour les connaisseurs, le taux de francs-maçons dans l’entourage ministériel chiraquien n’est pourtant pas démesuré. Mais ces deux années à Matignon sont l’occasion pour Chirac de tisser des liens plus profonds avec les « fils de la Veuve ». Jamais, sans doute, la loi Veil sur la contraception et l’avortement n’aurait pu passer sans l’appui des parlementaires francs-maçons. Le principal inspirateur de ce texte, le docteur Pierre Simon, était une sommité de la Grande Loge de France (GL). Son rapporteur, Henri Caillavet, occupait, lui, une place importante au Grand Orient. Le soutien que le Premier ministre a apporté à cette initiative politique périlleuse est resté, pour longtemps, dans la mémoire des frères.
Pour conquérir Paris, c’est une autre histoire. Longtemps sous tutelle préfectorale, la capitale emploie de nombreux maçons, regroupés au sein de la fraternelle de l’Hôtel de Ville, qui regroupe alors plus de 500 personnes. Chirac bat le rappel des amis. Philippe Dechartre, gaulliste de gauche, grande personnalité du Grand Orient de France, l’obédience laïque et progressiste, est appelé à la rescousse. Franc-maçon depuis la Libération, cet ancien résistant a rencontré Chirac en 1967, quand il était ministre dans un gouvernement de Georges Pompidou.
Dans la campagne pour l’élection du premier maire de Paris, en 1977, après la réforme du statut de la capitale, Jérôme Monod est déjà à la manoeuvre. Depuis la tour Montparnasse, où les chiraquiens préparent l’assaut, cet énarque protestant gère les invitations des obédiences aux fameuses « tenues blanches fermées », dont la règle est simple : un profane vient parler aux maçons, rien qu’aux maçons. « Je ne suis pas franc-maçon, allez-y, vous », dit Jérôme Monod à Jean-François Probst, alors jeune conseiller de l’équipe. Ils accompagnent finalement Chirac tous les deux jusqu’au temple de la Grande Loge de France, rue de Puteaux. Dîner au restaurant de l’obédience, le Club des Ecossais, où le candidat à la Mairie de Paris serre la main de nombreux parlementaires, puis discours devant les frères. Les deux conseillers n’ont pas le droit d’entrer, mais on les place dans les coulisses, où un petit trou permet d’écouter ce qui se passe à l’intérieur. « Humanisme et tolérance », c’est le thème du discours de Chirac ce soir-là, un texte écrit par Philippe Dechartre et Bernard Pons.
Pour gouverner Paris, il ne suffisait pas d’être élu. Le « troisième tour », celui qui permettait de se faire accepter par les réseaux, était peut-être le plus important. « En 1977, sur 29 adjoints à la Mairie de Paris, une bonne vingtaine étaient maçons », assure un ancien conseiller de la capitale dans « Les frères invisibles ».
1977, c’est aussi l’année où Michel Baroin, ami de Jacques Chirac, devient grand maître du Grand Orient de France. Cet ancien commissaire de police à la DST et aux Renseignements généraux a suivi un parcours insolite, puisqu’il fut patron de la Garantie mutuelle des fonctionnaires (GMF) avant de s’imaginer un destin présidentiel, puis de disparaître dans un étrange « accident » d’avion. L’ancien directeur des Renseignements généraux Jean-Emile Vié a écrit dans ses Mémoires que Baroin avait été envoyé au Grand Orient en service commandé par les RG. Une thèse discutable, puisque la demande d’adhésion de Baroin au GO, en 1959, est sensiblement antérieure à son entrée aux Renseignements généraux, en 1960. Avec le recul, beaucoup de membres « historiques » du GO, qui ont suivi de près l’ascension de Baroin et sont encore en poste, considèrent que, si entrisme il y eut de la part de ce grand maître atypique, il prit plutôt la forme d’une tentative d’OPA chiraquienne sur la direction de l’obédience. A la fin des années 70, le GO était une cible convoitée par tous les partis. Ses membres choisirent d’ailleurs, juste avant Baroin, le giscardien Jean-Pierre Prouteau comme grand maître, avant de pencher à gauche dans les années 80 sous la houlette du mitterrandolâtre Roger Leray.
A la Mairie de Paris, c’est aussi l’époque où les effectifs fraternels atteignent des sommets, avec l’arrivée de Didier Bariani ou d’Alain Devaquet, l’éternel conseiller de Chirac, qui dément une appartenance à la franc-maçonnerie pourtant bien établie, puisqu’il fut longtemps membre de la loge Demain, qui accueille aussi d’anciens ministres de Mitterrand.
Son échec à la présidentielle, en 1981, n’entame pas le crédit de Jacques Chirac auprès de la confrérie, bien au contraire. Tous les francs-maçons qui se reconnaissent plus ou moins dans le gaullisme ou qui n’ont pas envie de chanter « L’Internationale » sur le rythme de l’Union de la gauche trouvent bien du charme au maire de Paris. Depuis longtemps, le Carrefour de l’amitié, créé par l’industriel corrézien Eugène Chambon, radical- socialiste et chiraquien, donnait ses faveurs au futur président. Peu après la victoire de Mitterrand, de nouveaux clubs se créent. Le Cercle du 18-Juin, qui regroupe une centaine de gaullistes, mais surtout le CA 25, ou Comité d’action du 25 avril, de stricte obédience chiraquienne. Et pourquoi le 25 avril ? Parce que c’est la date de la première élection de Jacques Chirac à la Mairie de Paris. Trente maçons adhèrent d’emblée à cette drôle de fraternelle, créée par l’ancien député Michel Sy, alors membre de l’atelier Rénovation au Grand Orient de France. « Nous avons créé le CA 25 en réaction à l’élection de Mitterrand,raconte Michel Sy. A la fin des années 80, nous étions tout de même 2 000. »
La fin des années fastes
Parallèlement, Michel Sy est aussi président de la Fraternelle des hauts fonctionnaires, qui regroupe 400 sous- directeurs ou chefs de service d’administration centrale, présidents de tribunaux administratifs, magistrats de cours d’appel, inspecteurs généraux, universitaires. « Cette casquette apolitique me permettait de rabattre pour Chirac de manière plus discrète », s’amuse Michel Sy. Aujourd’hui, tout ce dispositif n’est plus que l’ombre de lui-même. Michel Sy est passé du GO à la GLNF en 1999. Les membres du CA 25 ne voient plus, depuis longtemps, le président en personne. Ils se consolent lorsqu’ils sont reçus à l’Elysée, hier par Patrick Devedjian, aujourd’hui par Roger Romani, deux hommes qu’ils considèrent comme des leurs. Pas bête, Sarkozy les a reçus au ministère de l’Intérieur, histoire de ne négliger aucun détail.
Mais les frères chiraquiens savent que les années fastes, celles où ils étaient cajolés par leur idole, sont aujourd’hui bien loin. L’arrivée de la gauche au pouvoir fut l’occasion pour certains de changer de camp, de rallier Chirac parce qu’en loge l’arrivée de ministres communistes au gouvernement n’enthousiasmait pas grand monde. Ils étaient alors accueillis avec des fleurs. L’un des financiers du Mouvement des radicaux de gauche, l’homme d’affaires Manuel Diaz, rejoint ainsi Chirac en 1983, à l’occasion des municipales. Ancien mécène de Robert Fabre, il offre alors au maire de Paris une ouverture à gauche en même temps qu’un débouché sur certains milieux d’affaires. Il est en effet administrateur-fondateur de multiples sociétés qui fleurent bon l’économie mixte, comme la Société d’études générales de constructions industrielles et civiles (Segic), la Société d’études générales pour l’aménagement du territoire (Segat), ou encore la Société d’études pour la restauration, l’hôtellerie et le commerce sur les autoroutes urbaines (Sehrcau).
Le nerf de la guerre, à Paris, ce ne sont pas seulement les élus francs-maçons, c’est le personnel. Cette armée de fonctionnaires territoriaux qui oeuvrent dans l’ombre s’occupe de la voirie, de la distribution d’eau, de la construction de parkings ou d’ouvrages municipaux. Pour mettre du liant, rien de mieux que de nommer quelques francs-maçons dans le haut encadrement. C’est ainsi que beaucoup de directeurs et chefs de cabinet qui se succèdent auprès du maire de Paris appartiennent à la confrérie.
La fraternelle de l’Hôtel de Ville est conquise par le nouveau maire, et certains de ses rouages poussent un peu loin l’esprit de service. Quand éclate l’affaire des HLM de Paris, une évidence s’impose aux magistrats chargés du dossier, à commencer par Eric Halphen : tous les protagonistes de l’affaire sont francs-maçons. « Pour obtenir un marché de la Ville de Paris, il était plus important d’être franc-maçon que d’avoir sa carte au RPR. La preuve, l’un des entrepreneurs, Jacky Chaisaz, membre du Grand Orient, était plutôt de gauche », s’amuse un connaisseur de ce dossier judiciaire, toujours pas clos. Alors que ces rouages logistiques se mettent en place, la Mairie est le camp de base de la course à l’Elysée, dont la préparation nécessite tous les moyens, toutes les énergies. Et beaucoup de francs-maçons aiment alors d’autant plus Chirac qu’ils deviennent des « déçus du socialisme ».
« Tu es gros, tu aimes bouffer… »
Car 1984 signe pour beaucoup d’entre eux la trahison de la gauche : Mitterrand recule devant la marée humaine que l’école privée parvient à faire défiler dans la rue. Le fameux « pacte laïque », auquel les frères du Grand Orient accrochaient tous leurs espoirs de peser encore un peu sur la société, part en fumée. La déception est immense.
Sur la route de l’Elysée, il y a la case Matignon. Quand il compose son gouvernement, en 1986, Chirac pense aux frères auxquels il réserve quelques portefeuilles. Ainsi dit-il au radical André Rossinot, auquel il offre le poste de ministre des Relations avec le Parlement, un univers où le port du tablier n’est pas contre-indiqué : « Tu es gros, tu es barbu, tu aimes bouffer et tu es franc- maçon. Ce poste est fait pour toi. » Mais la ferveur maçonnique ne fait pas l’élection. Malgré les tenues blanches, les cajoleries envers le Sénat, où le taux de frères demeure très élevé, Chirac est battu. Et les troupes se démobilisent pendant sept mornes années. Elles constatent que leur influence sur les grands projets législatifs est proche de zéro, mais ne croient plus en Chirac.
C’est donc une divine surprise quand apparaît, lors de la campagne de 1995, le thème de la fracture sociale dans le discours chiraquien. Le candidat fait salle comble au Grand Orient, par exemple, ce qui n’est pas toujours un signe infaillible, puisque, lors de la dernière campagne présidentielle, c’est Jean-Pierre Chevènement qui a gagné à l’applaudimètre, lors des auditions de candidats rue Cadet, siège de l’obédience.
Si le candidat Chirac a finalement été aidé par les réseaux maçonniques, c’est d’une manière inattendue, y compris de lui. En ce début d’année 1995, la guerre balladuro-chiraquienne monte d’intensité chaque jour. L’affaire Schuller-Maréchal place les électeurs devant la face la plus sombre de la politique. Pour compromettre le trop curieux juge Eric Halphen par l’intermédiaire de son beau-père (franc-maçon) Jean-Pierre Maréchal, le conseiller général (franc-maçon) de Clichy, Didier Schuller, membre, cela ne s’invente pas, de la loge Silence de la GLNF, accepte de remettre à ce dernier 1 million de francs en liquide. Il a prévenu les plus hautes autorités de l’Etat, à commencer par son mentor, Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur. Las ! la manipulation échoue. Les écoutes policières opérées sur Maréchal se révèlent illégales. Le président Mitterrand soutient publiquement le juge Halphen, qui garde l’instruction du volet parisien des Hauts-de-Seine.
Dans son livre « Je reviens » (Flammarion), Didier Schuller accuse son ami franc-maçon Francis Szpiner, avocat et conseiller de Jacques Chirac pour les « affaires », de l’avoir poussé à quitter la France précipitamment, en février 1995, en lui annonçant son arrestation imminente, ainsi que celle de sa jeune compagne. La fuite du frère Schuller fait mauvais genre pour l’équipe Balladur au pouvoir.
Aujourd’hui, à l’Elysée, Philippe Massoni, haut personnage de la Grande Loge de France, où il atteint le « 33e degré », le plus haut grade, est secrétaire général du Conseil de sécurité intérieure. Alain Devaquet est toujours là. Quant au nouveau secrétaire général, Philippe Bas, on lui prête, à tort assure-t-il, une appartenance maçonnique parce qu’il fut pendant trois ans le conseiller juridique du président Abdou Diouf à Dakar. Et l’Afrique est, comme chacun sait, une vieille terre de mission maçonnique. Les ministres ? Pas de premier couteau à tablier. D’après les comptes d’Alain Bauer, le grand maître du Grand Orient, ils seraient cinq : trois à la GLNF, un à la GL et une au Droit humain, obédience mixte. Les noms les plus fréquemment cités sont ceux de Jean-Paul Delevoye, ministre de la Fonction publique, ex-sénateur et ancien président de l’Association des maires de France – qui dément -, de Patrick Devedjian, ministre des Libertés publiques, qui aurait fait au moins un tour à la GLNF, et de Jean-François Copé, le porte-parole du gouvernement, qui aurait bénéficié du parrainage de Guy Drut, vieil habitué de la GLNF, qui a d’ailleurs légué sa circonscription de Meaux au jeune Copé. Renaud Dutreil, secrétaire d’Etat aux PME, aurait été récemment initié.
Le réveil du réseau
A part l’amusement qu’il y a à jouer à « Qui en est ? », le nombre de ministres maçons n’a plus, aujourd’hui, une grande importance. Beaucoup prêtent ainsi des liens maçonniques à Jérôme Monod, le vieil ami et conseiller de Jacques Chirac. La raison ? Cet énarque protestant fut, dans une autre vie, patron de la Lyonnaise des eaux, un secteur où la fraternité n’est pas un vain mot. Et alors ? Comme l’explique un dignitaire maçon, l’appartenance à une obédience d’un grand patron ou d’un personnage politique de premier plan présente plus d’inconvénients que d’avantages. Il suffit à un homme de pouvoir d’être lui-même entouré de frères et de se comporter amicalement à l’égard de ce réseau pour obtenir sa neutralité bienveillante, sinon plus. D’ailleurs, Jean-Marie Messier non plus n’était pas maçon. Il a pourtant hérité de la plus grande compagnie des eaux française, un vivier de frères. Il a juste commis une erreur : ne pas tenir compte de ces appartenances dans ses décisions. Il a réveillé le réseau quand il s’en est pris au printemps dernier à Vivendi Environnement. Le nombre de coups de téléphone hostiles qu’il a reçus l’a surpris. Jusqu’au président de la République en personne qui l’a appelé pour le sermonner en des termes peu amènes. Au point que J6M, avant sa chute, a demandé un jour, en présence d’un tiers, à un frère notoire : « Suis-je victime d’un complot maçonnique ? » Bien sûr que non, monsieur Messier. Simplement, les réseaux existent. Parce qu’ils trouvent, dans tous les entourages, des relais efficaces, les francs-maçons sont comme tous les organismes même un peu affaiblis : attaqués, ils mobilisent, sans nuance, toutes leurs défenses immunitaires
Sophie Coignard   LE POINT
un rein indien ou africain vaut environ 1 000 dollars
  Docteur pédophile Houdret
Lorsque sauver la vie de l’un exige la mutilation de l’autre, comme dans la greffe de rein, l’écart se creuse rapidement entre le recours à la « biosociabilité » du don d’organes altruiste et celui de la « biopiraterie » du marché noir des organes.

L’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé), le Parlement Européen et le Conseil de l’Europe estiment que ce phénomène de trafic est en expansion et qu’il est nécessaire de mettre en place des mesures de protection pour les populations les plus vulnérables.


QUELQUES DONNEES

Pour l’anthropologue Nancy Scheper-Hughes, le tourisme de transplantation nourrit l’économie de pays pauvres et va presque toujours dans le même sens:
« La circulation des reins suit des voies de transfert de capital biologique toutes tracées, qui mènent massivement du Sud au Nord, de l’Est à l’Ouest, des corps des pauvres vers ceux plus fortunés, des corps bruns ou noirs vers des corps blancs, des corps de femmes vers des corps d’homme, ou des corps d’hommes à statut subalterne vers des corps d’hommes à statut social plus élevé. » 
(Lancet, 2003)
  • Il n’y a pas de données fiables sur le trafic d’organes ni sur l’activité de transplantation illégale mais, selon Nancy Scheper-Hughes qui a enquêté pendant de longues années dans le projet « Organs watch », un rein indien ou africain vaut environ 1 000 dollars, un rein de Roumanie ou Moldavie environ 2 700 dollars, tandis qu’un rein turc ou péruvien peut atteindre 10 000 dollars. Un vendeur de rein des USA peut toucher jusqu’à 30 000 dollars.
  • Dans un Bulletin de 2004 de l’OMS sur les nouveaux défis posés par le trafic d’organe, Clare Nullis-Kapp estime que les intermédiaires facturent au receveur entre 100 000 et 200 000 dollars la transplantation. Le vendeur d’organe, généralement d’un milieu pauvre et peu éduqué, ne touche souvent que 1 000 dollars pour un rein, un tarif qui peut monter jusqu’à 5 000 dollars environ.
  • Dans un Bulletin de 2007 de l’OMS sur l’état du marché noir de la transplantation, Yosuke Shimazono constate que c’est une pratique largement répandue dans le monde. 
    • Selon l’OMS, en 2005, dans 91 pays fait état de 66 000 transplantations de rein21 000 transplantations de foie et 6 000 transplantations de coeur.
    • Des sites Internet proposent des forfaits de transplantation de rein pour des sommes comprises entre 70 000 et 160 000 dollars.
    • Le tourisme de transplantation, où l’acheteur se déplace dans le pays du vendeur, n’est pas la seule forme de trafic existante. Parfois le vendeur est amené dans le pays de l’acheteur ce qui implique un trafic d’êtres humains, ou bien vendeurs et acheteurs d’organes se retrouvent dans un pays tiers.
    • On estime qu’en Inde, il se vend environ 2 000 reins par an.
    • En Chine, en 2005, 12 000 transplantations de rein ont été réalisées, les organes provenant souvent de prisonniers exécutés.
    • Le rapport de l’OMS estime qu’environ 5% des transplantations dans le monde passent par le marché noir et que cette pratique est dominante dans certains pays.


DES SOLUTIONS?

Quels sont les moyens pour lutter contre ces pratiques illicites ?

Dans une Etude de 2004 sur la répression du trafic de reins, le GIZ (Organisme gouvernemental allemand de coopération Nord-Sud) estime que :
– la légalisation de la vente d’organes n’empêcherait pas le trafic, que la vente d’organes n’améliore pas le statut économique des donneurs.
– il faudrait améliorer l’information des vendeurs de reins potentiels pour qu’ils mesurent mieux l’impact d’une telle transaction.
– il faudrait renforcer les lois pour punir les équipes médicales et les intermédiaires qui se livrent au trafic d’organes. 
– il faudrait dépénaliser les vendeurs d’organes et leur procurer une aide sociale, ainsi qu’un suivi médical et juridique.
CADRE LEGISLATIF : CONVENTIONS, RESOLUTIONS, DIRECTIVES
  • La résolution WHA63.22 de 2010 de l’OMS comporte 11 principes directeurs sur le consentement, la gratuité des dons, l’élimination des conflits d’intérêt chez les préleveurs et les assureurs, la protection des mineurs, la qualité, la sécurité, l’efficacité et la transparence des procédures.
  • Au niveau européen, le Parlement Européen et le Conseil de l’Europe, édictent des directives et des recommandations sur les bonnes pratiques, la sécurité en matière de dons d’organes et de transplantation et la lutte contre le trafic d’organes.
  • En 2008, le Conseil de l’Europe et l’Organisation des Nations-Unies ont réalisé une Etude conjointe sur le trafic d’organes, de tissus et de cellules et la traite des êtres humains aux fins de prélèvement d’organes.
  • En 2010, le Parlement Européen a édicté une Directive sur les normes de qualité et de sécurité des organes humains destinés à la transplantation.



MISES EN OEUVRE SUR LE TERRAIN

  • Des organismes internationaux, The Transplantation Society et l’European Society for Organ Transplantation (ESOT), favorisent et développent l’information, l’éducation, l’éthique, la recherche et les échanges de compétence entre les experts dans le domaine de la transplantation d’organes, mais luttent aussi contre les mauvaises pratiques.

  • Sous l’impulsion de la Transplantation Society, a été prononcée en 2008 par 150 experts et délégués gouvernementaux du monde entier la Déclaration d’Istanbul contre le trafic d’organes et le tourisme de transplantation. Elle encourage dans le monde entier, via leurs organisations professionnelles, tous les professionnels gérant des dons d’organes et des transplantations, à mettre en oeuvre les recommandations de la Déclaration contre le trafic d’organes et le tourisme de transplantation.

Docteur Moïse Fiadjoe membre du réseau criminel OSJ d’Eric Duval complice de l’assassinat de Atsutsè Kokouvi Agbobli

Le célèbre gynécologue togolais Moïse Fiadjoe de la Clinique Biasa a-t-il fait un pacte avec le diable ?

Que font tous ces médecins gynécologues dans le réseau pédo-criminel mafieux OSJ Faux ordre de saint jean sous la férule d’Eric Duval ? Que fait Fiadjoe dans cette galère lui le spécialiste de l’inferitilité féminine ?
Pourquoi se tait-il jusqu’à ce jour au sujet de l’assassinat de l’ancien Ministre Agbogbli kidnappé dans son établissement il y a plus de 6 ans et retrouvé inerte sur la plage de Lomé…?
Que fait-il au milieu de mafieux français et internationaux sur la liste mealing ci dessous et surtout parmi les criminels togolais comme Ingrid Awade et Ignace Clomegah gestionnaires tous deux de la fortune des gnassingbé volée au Peuple Togolais ?
Fiadjoe es-tu Docteur Jekyll et Mister Hyde ?
Côté pile la Clinique Biasa soigne les blessés du CST (Opposition institutionnelle) et de l’autre est complice des crimes de la mafia togolo-française sous la férule du cheval de Troie Eric Duval…
Le prix du silence de Fiadjoe est-il l’investissement notamment du Capital Risqueur Aureos Capital qui a “muté” bizarreemnt depuis peu en http://www.abraaj.com/…
Que prépares-tu avec les ovocytes des togolaises, quelles manipulations horribles prépares-tu ?
Quel est ton rapport avec les crimes rituels d’Agoè sur les jeunes filles amutées de leurs appareils génitaux, poitrines etc?…
Docteur Moïse Fiadjoe expliquez-vous maintenant au sujet de l’assassinat d’Agbobli ainsi que des crimes rituels avant que tout ne s’écroule autour de vous._
Thierry de Haynin membre du réseau pédo-criminel OSJ en Suisse ainsi qu’associé de Patrimoine et Commerce d’Eric Duval, au coeur du scandale de la MNEF

Thierry de Haynin Prieur du faux ordre de saint jean OSJ en Suisse

Prieur de Suisse Thierry de Haynin prior.switzerland@osj.com.es.
Thierry de Haynin

Après un parcours entrepreneurial, où il a occupé successivement la fonction de Président Directeur Général du Groupe Média Jeunes SA de 1985 à 2000, puis de Directeur Général de Régie Partner, Thierry de Haynin s’associe en 2002, aux partenaires de la société de Gestion Tocqueville Finance SA et occupe le poste de Directeur Général de Tocqueville Finance Europe.
Basé à Genève, il est notamment en charge de la distribution des produits financiers du Groupe sur toute l’Europe et de la gestion de la clientèle privée et sous mandat.
Parallèlement, il devient associé et administrateur de Tocqueville Finance SA, membre du Comité Stratégique et du Comité Exécutif.
Depuis la vente du Groupe Tocqueville à la Banque Postale, Thierry de Haynin a fondé à Genève, en juillet 2010, la Société Romande de Gestion de Patrimoine, dont il est le Directeur Général.
De Haynin  au coeur du scandale de la SPIM

Mise en examen d’un ex-responsable d’une filiale de la Mnef.

Thierry de Haynin, ancien responsable d’une société de courtage en
imprimerie travaillant pour la Mnef, la Société parisienne d’impression, a été mis en examen jeudi soir pour «recel de détournements de fonds publics» au préjudice de la mutuelle étudiante. La Spim était une sous-filiale de la Mutuelle nationale des étudiants de France, par l’intermédiaire de la régie publicitaire Média-Jeunes.
Les dés sont jetés. Les anciens « chouchous » de François Mitterrand vont perdre le contrôle de la MNEF. Imminent, le départ d’Olivier Spithakis, directeur général de la première mutuelle du monde étudiant depuis 1985, marque la fin d’une époque opaque. Une fin fort agitée, et au parfum de scandale. Ce que ne saurait gommer l’incontestable redressement des finances de la MNEF dès lors que la justice a été saisie, par la Cour des comptes, de sérieuses et nombreuses anomalies dans la gestion des dirigeants sortants.
Non sans semer un certain trouble au PS et jusqu’au gouvernement. C’est que l’affaire risque d’impliquer, mais à titre personnel, certains députés socialistes, des responsables du parti de la rue de Solferino et quelques membres de cabinets ministériels, tous salariés ou administrateurs, dans un passé parfois récent, de la mutuelle ou de sociétés, filiales, holdings et autres structures satellitaires gravitant autour d’elle. De sorte que, comme nous l’écrivions début juillet ( voir Le Point n° 1346 ), ce dossier épineux est suivi de très près par Matignon.
Tout part des investigations menées par Christiane M., une employée licenciée en 1997, après cinq années passées à la section de Paris de la MNEF. Aidée de son compagnon, cette femme très « remontée » s’est démenée pour démêler le lacis des SA, SARL, SCI et autres coopératives qui composent une véritable nébuleuse autour de la MNEF. Le tout coiffé par une équipe restreinte où l’on retrouve régulièrement les noms d’Olivier Spithakis et d’une poignée d’amis sûrs. Confrontés à la concurrence de plus en plus aiguë qui sévit dans le secteur mutualiste, les dirigeants de la MNEF, qui gère le régime de sécurité sociale de 800 000 étudiants ainsi que les garanties complémentaires de 200 000 d’entre eux, revendique cet « éclatement ». Au nom de la diversification nécessaire. Il s’agissait, selon ces responsables, de « répondre à la rapide expansion du monde étudiant et aux besoins nouveaux qui en découlaient ». Au-delà des structures de soins, ils gèrent donc aujourd’hui 14 000 logements d’étudiants, des cafétérias, ainsi que des espaces de services dans les facultés et campus. A quoi s’ajoutent des activités d’assurances et diverses autres prestations fort éloignées de la vocation initiale de la MNEF. Au passage, le noyau dur des responsables touche de confortables salaires, parfois augmentés de jetons de présence.
De quoi dérouter les adeptes de la tradition mutualiste. Ces « puristes » ne sauraient admettre que Spithakis empoche pas loin de 100 000 francs par mois et dispose à Paris d’un véhicule avec chauffeur ainsi que d’un F4 de fonction – dont il n’a cependant pas la jouissance exclusive. Sans parler du train de vie assez dispendieux de quelques dirigeants. Ce qu’Olivier Spithakis balaie d’un revers de main. Ses revenus et son mode de fonctionnement s’inscrivent, selon lui, dans la norme des patrons qui brassent plusieurs centaines de millions de francs par an.
Cette confusion des genres a ému l’employée licenciée. Elle a transmis le fruit de ses découvertes et ses soupçons sur des détournements de fonds, en juin 1997, à l’Igas (Inspection générale des affaires sociales), à la CNAM et au secrétaire d’Etat à la Santé, Bernard Kouchner. La Cour des comptes et la Commission de contrôle des mutuelles ont pris le relais. Et, depuis le 9 septembre, la justice, saisie par la Cour des comptes, s’est à son tour emparée du dossier.
Une information judiciaire contre X, pour faux, usage de faux, abus de confiance et détournement de fonds, a été confiée aux juges Françoise Neher et Armand Riberolles. Elle vise les liens privilégiés de la MNEF avec trois sociétés amies : Policité, Spim et Transim. Entreprise de communication, Policité réalise des plaquettes et organise des campagnes pour la MNEF, depuis des années, pour un montant de 2 millions de francs par an. Mais elle a bénéficié d’une sorte de monopole qui trouble les enquêteurs. D’autant que son patron, Gérard Obadia, un des responsables de la section socialiste du 13e arrondissement de Paris, est l’époux de Mary-Belle Obadia, directrice de la communication de la mutuelle.
La sérénité de matignon
Par ailleurs, Policité a mis son savoir-faire au service de nombreux candidats socialistes aux élections, dont le ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, Dominique Strauss-Kahn, et le député socialiste du 13e arrondissement Jean-Marie Le Guen. Enfin, elle réalise les journaux municipaux de quelques ténors de gauche, comme Daniel Vaillant, DSK et Georges Sarre. Toutefois, rien n’indique, en l’état, qu’il y ait eu, sur ce plan, interférence avec les prestations de Policité pour la MNEF. Filiale de la mutuelle, la Spim (Société parisienne d’impression), gérée par Thierry de Haynin, est soupçonnée, pour sa part, d’avoir surfacturé ses travaux d’impression pour sa maison mère. Laquelle aurait vu là un moyen d’aider financièrement la Spim à remonter la pente après qu’elle eut absorbé une autre filiale en pleine déconfiture. Quant à la société Transim, elle est également suspectée de surfacturation. La Cour des comptes s’en est émue, dénonçant notamment un rapport dont le maigre contenu lui est apparu « sans commune mesure avec l’importance des honoraires versés ».
Parallèlement à cette information judiciaire, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur l’entrelacs d’une trentaine de sociétés de la nébuleuse. Il veut faire la lumière sur les conditions dans lesquelles certaines d’entre elles auraient, dans un premier temps, été cédées à vil prix par la MNEF, puis renflouées par ses commandes avant qu’elle ne les rachète, mais au prix fort. Ce qui aurait permis à quelques amis privilégiés d’étoffer leur patrimoine. L’enquête préliminaire devra aussi éclaircir les conditions dans lesquelles certains dirigeants salariés de la mutuelle ont pu cumuler les fonctions, encourant ainsi des poursuites pour prise et conservation illégale d’intérêts. Pour l’heure, les procédures judiciaires commencent à peine. Mais les premières mises en examen pourraient être prononcées sans délai.
A Matignon, on veut afficher, face à la houle, une sérénité de bon aloi. Fidèle à son souci de transparence et à l’engagement gouvernemental de ne pas intervenir dans le cours de la justice lorsqu’elle traite de dossiers particuliers, non seulement le Premier ministre ne bougera pas le petit doigt face aux investigations en cours, mais il pourrait même ne pas refuser une demande de l’opposition de constituer une commission parlementaire d’enquête.
Cependant, le gouvernement ne reste pas inactif face à la guerre de succession qui fait rage pour prendre le contrôle de la MNEF. En dépit de l’hostilité de l’équipe sortante comme de celle des amis du député socialiste de l’Essonne Julien Dray, qui, autour de Pouria Amirshahi, leader de l’Unef-ID, convoitent la direction de la mutuelle, un administrateur provisoire devrait être désigné. Ce qui ne manquerait pas de peser sur les prochaines élections de la MNEF, prévues à l’automne. Cette désignation, qui relève de la ministre des Affaires sociales, Martine Aubry, répondrait cependant à l’attente des 700 salariés, légitimement inquiets, de la mutuelle. Elle satisferait également Jean-Pierre Davant, le président de la puissante Fédération nationale de la mutualité française, qui a publiquement fustigé les méthodes de Spithakis et de son équipe. En retour, ceux-ci dénoncent l’appétit de Davant, qu’ils présentent comme le Bébéar – du nom du patron d’Axa – du mouvement mutualiste.
Jean-Loup Reverier
Noé Abalo Kokou Agli l’architecte pédophile togolais proche du dictateur togolais Faure Gnassingbé, responsable du Prieuré du Togo OSJ d’Eric Duval
44 AAAAAAAAAA NICOLAS MARIUS NEGOCENicolas Négoce journaliste P6070009-300x225 0009-238x300 images10 1499446_10152127970658278_1081701424_n Négoce et des prostituées
Noé Abalo Kokou Agli l’architecte pédophile togolais responsable du Prieuré du Togo OSJ d’Eric Duval
Noé Agli franc-maçon criminel s’est sauvé de la justice avec l’aide de ses frères “des ténèbres”…
Noé Agli DG du média AfricaTopSports financé par Eric Duval qui a pour rédacteur en chef
Nicolas Négoce, nommé Rédacteur en chef d’Africatopsports.com.
Presse Edition 14/11/2012 Nicolas Négoce est nommé rédacteur en chef de Africatopsports.com (Groupe Fed-Afrique, dirigé par Eric Duval). Il est chargé de la direction éditoriale d’Africatopsports.com et de superviser les partenariats.
Il réfère à Noé Abalo Kokou Agli, Directeur général d’Africatopsports.
En liaison avec la direction numérique et avec l’ensemble de la rédaction au quotidien, Nicolas Négoce aura pour mission d’enrichir l’offre éditoriale d’Africatopsports.com, les tablettes et le mobile. Il assurera également le lancement de cette marque, en développant la version anglophone du site Africatopsports.com, prévue pour fin 2012.
Originaire de l’archipel de Guadeloupe, Nicolas Négoce, 30 ans, ESJ Lille (2008), a réalisé le parcours suivant : * 2012 : France TV, reporter rédacteur à Martinique 1ère * 2011-2012 : VoxAfrica, correspondant en chef en Afrique de l’Ouest, basé à Abidjan * 2008-2011 : VoxAfrica, rédacteur et présentateur des journaux basé à Londres * 2008 : France TV, reporter rédacteur à France3 Montpellier * 2008 : BFM TV, rédacteur * 2008 : TV5, rédacteur * 2007 : RCI Guadeloupe, animateur radio * 2007 : Rédacteur en chef de Gwada’s school, série d’émissions éducatives, diffusée sur France Télévision Guadeloupe (RFO) * 2003-2007 : Début de carrière dans la presse à France-Antilles Guadeloupe (Groupe Hersant Médias)
Noé Abalo Kokou Agli
CIAU – CABINET NOE  AGLI B.P : 14 327  Lomé 2973, Av. de la chance face Rd. point Station Total GTA E-mail :   cabinetciau@yahoo.fr Tél/Fax : (228) 22 51 95 40
Le Sieur Noé AGLI,  architecte de son état, a abusé d’une fillette de 11 ans qu’il a sodomisé après l’avoir psychologiquement conditionnée et soumise à sa déviance. Voilà la vérité des faits. Le Sieur Noé AGLI, un proche (cousin) de la mère de la fille victime dont nous taisons le nom par décence, a profité de ses liens avec la famille pour abuser d’une fillette devenue sa proie facile. C’est ainsi qu’il a saisi l’occasion de l’absence de cette maman naïve qui était hors du territoire national, pour mettre le grappin, comme un fauve, sur la fillette. Pour apprivoiser cette dernière, il a mis au point un plan démoniaque exécuté par petites touche et dont voici les grandes articulations : durant la période du 27 février au 03 mars 2013, il a réussi à faire venir à son bureau, par des astuces, la fillette qui avait une confiance naïve tout comme sa mère en lui. Il a commencé à lui projeter des vidéos pornographiques ainsi que des images de ses ébats avec sa propre femme qu’il avait préalablement filmés.
Et il a expliqué à la fillette que c’est ce que les adultes font et qu’il veut faire la même chose avec elle et qu’elle n’aura rien. Et quand il a compris que la fillette est psychologiquement mûre, il est passé à l’acte et a tenté de la violer mais, ayant échoué dans sa tentative de la pénétrer par le vagin, il lui a mis un gel à l’anus, et l’a sodomisée. Et pour finir, il lui a introduit le sexe dans la bouche et l’a forcée à la fellation jusqu’à l’éjaculation. Un fois son instinct bestial assouvi, il a dissuadé la fillette en ces termes : « si tu racontes à ta maman, à son retour, ce qui s’est passé entre nous, elle va se suicider ». Cette menace a porté et a fait que la fillette a gardé le secret pendant un temps et a beaucoup hésité avant de porter l’hideuse information à la connaissance de sa mère. Naturellement la mère de la fillette, une fois informée, a eu un choc terrible et a déposé une plainte contre le Sieur Noé AGLI avec qui elle a des liens de confiance absolue.
DICTATEUR TOGOLAIS FAURE GNASSINGBE DICTATEUR TOGOLAIS FAURE GNASSINGBE
La fillette fut conduite devant le Procureur de la République de Lomé pour raconter le calvaire qu’elle avait subi. Et le sieur AGLI fut interpellé par la gendarmerie où il fut entendu. Dans un premier temps, il aurait reconnu les faits, avant de se rétracter et mettre du bémol certainement sur conseil de son Avocat. C’est Me LAWSON-BANKU qui avait la sale charge de gérer cet odieux dossier à l’amiable. Dès lors, le rouleau compresseur est en marche et de fortes pressions ont été exercées sur la mère de la fillette pour la décider à retirer la plainte. Ce qui fut fait. Le Procureur de la République de Lomé a été également mis à contribution par des pressions émanant d’un homme influent issu d’une famille puissante. Cet homme influent se trouve être un neveu du monstre AGLI.
De fil en aiguille, le Procureur de la République aurait assoupli sa position et aurait accepté de mettre le Sieur AGLI en liberté si la plaignante consentait à retirer sa plainte. Malheureusement pour monsieur AGLI et heureusement pour la société, l’information parvient aux oreilles de deux hauts magistrats qui ont fait savoir au Procureur qu’en l’espèce, il s’agit d’un crime et que la procédure doit aller jusqu’au bout. Malgré cette injonction, lorsque le Sieur AGLI fut présenté le lendemain au procureur de la République, ce dernier a ouvert une information et a choisi le juge du 3ème cabinet d’instruction M. ADENKA qui a tout simplement inculpé le Sieur AGBLI et l’a remis en liberté sous contrôle judiciaire. Et pourtant, la gendarmerie a retenu l’infraction suivante : « tentative de viol et attouchement ». Nous ne savons pas quelle sorte d’infraction M. ADENKA, le juge d’instruction a retenu pour agir comme il l’a fait. Peut-être parce que me LAWSON-BANKU a dans son cabinet un avocat qui s’appelle également ADENKA. Ou encore peut-être parce que M. AGLI est Franc Maçon. En revanche, ce dont nous sommes très sûrs, absolument certains, c’est que l’argent a circulé. Certes, nous ne savons pas non plus dans quels sens et les destinations.
Aucun doute n’est cependant permis sur ce point de la corruption manifestement flagrante. M. AGLI a les moyens pour couvrir son crime et il ne s’en est pas privé. Le cas de AMEYI Gabriel, un dossier que nous connaissons bien et qui nous avait marqué reste encore présent dans notre mémoire. En tout état de cause, ce n’est pas me Zeus AJAVON qui nous démentira puisqu’il était, à l’époque, l’Avocat de la victime qui avait elle 16 ans. Ceci dit, nous osons croire que nous sommes fondées de dénoncer ce crime odieux qu’on est en train de passer par le compte des pertes et profits. Car, d’après nos informations, le Sieur AGLI est un récidiviste et la façon dont il a procédé en est une preuve formelle. Nous sommes dans un pays où les citoyens veulent une chose et son contraire à la fois. Me LAWSON-BANKU est, certes, un avocat, mais que ferait-il si c’est sa propre fille qui est violée de cette façon horrible, le CST ne cesse de dénoncer
l’impunité dans notre pays et pourtant ses membres n’hésitent pas lorsqu’ils sont concernés, à tordre le coup à la loi, pour tirer leur épingle du jeu. C’est triste. Ce qui vient de se passer est tout simplement inadmissible et doit interpeller les organisations de défense des droits de l’enfant et de la femme.
On se rappelle que le 08 mars 2013, ces associations féminines ont insisté, au cours d’une réunion, sur la nécessité de punir sévèrement les violeurs. M. AGLI Noé ne peut pas s’en tirer à si bon compte. Nous interpellons nommément Mme Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON. Les associations de défense des droits de la femme ont l’obligation de se substituer à la pauvre mère et déposer plainte dans le cas d’espèce pour éviter toute équivoque et parer à toutes les éventualités. Nous tenons à souligner, toute proportion gardée, que malgré le retrait de la plainte, le Procureur a le devoir sacré de déposer le Sieur AGLI. Ce dossier est un cas de conscience et de responsabilité morale pour tous ceux qui y ont trempé leurs doigts. Chacun doit se sentir concerné. Pour notre part, nous ne reculerons pas, car c’est le combat du peuple. Il en va de l’indépendance de la Justice elle-même.
Nous en savons trop pour nous taire. S’il le faut, nous reviendrons à la charge pour donner d’autres détails. Et tout le monde sait que le diable se cache dans les détails. Nous pensons qu’il ne sous sera donné d’en arriver là.
Source journal togolais le Combat du Peuple
ERIC DUVAL de LA FINANCIERE DUVAL Prieuré de l'Ordre de Saint Jean (réseau pédo-criminel)ERIC DUVAL de LA FINANCIERE DUVAL Prieuré de l’Ordre de Saint Jean (réseau pédo-criminel)
Jean-Pierre Sanchis pédo-criminel Prieur de l’OSJ représentant à Madagascar d’Eric Duval et franc-maçon

Jean-Pierre SANCHIS

General Manager and Shareholder chez ASSIST ENERGY

André Pandiris et Eric Duval via la mafia française au centre du trafic d’oeuvres d’arts au Cambodge et en Afrique ?

André Pandiris et Eric Duval via la mafia française au centre du trafic d’oeuvres d’arts au Cambodge et en Afrique ?
andre.pandiris@wanadoo.fr , sur la liste des faux chevaliers du faux ordre de ERIC DUVAL est un franc-mac de la loge “LA PIERRE DE BETHEL” de la GLNF avec des doubles appartenances avec la GLN du Togo où DUVAL est un frère maçon qui est monté très vite en grade !
ANDRE PANDIRIS  André Dimitri Pandiris le pédophile de la loge Pierre de Béthel et de la Grande Loge Nationale Togolaise
L’experte américaine Tess Davis en art cambodgien ainsi que l’anglais Simon Warrack ont démontré grâce à une enquête pointue sur le trafic d’oeuvres d’art cambodgien.
Le scandale dans l’affaire Sotheby’s complice des trafiquants mafieux d’antiquités cambodgiennes lors de la vente de la statue sacrée du Temple de Kor-Ker proposée sur le catalogue de vente d’art asiatique de Sotheby’s pour 9 millions de dollars US.
Finalement le droit et l’Etat cambodgien a récupéré la statue sacrée en mai dernier…
Depuis des dizaines d’années le centre du trafic d’oeuvres d’arts en Asie passe par Bangkok en Thaïlande et le sulfureux contrebandier anglais Douglas Latchford.
13COLLECTOR-popupcontrebandier anglais Douglas Latchford.
Le trafic d’art international dans le monde s’élève à plus de 6 milliards USD par an !
Le trafic d’oeuvres d’arts est le plus important au monde après le trafic de stup, d’armes, et d’êtres humains…
Les sociétés de shipping/transports d’Eric Duval (Financière Duval) servent à blanchir l’argent de la mafia dans le trafic d’oeuvres d’arts, d’organes humains, de video-cassettes pédophiles, d’armes ainsi que pour l’évasion fiscale…
Mathieu Cichocki Peuples Observateurs Phnom Pehn le 06 septembre 2014
Eric Duval, Paul Violet, Georges Bernard,Docteurs Houdret et Berreta, Yves Lemasne, André Panderis Pacte pédo-criminel
andre.pandiris@wanadoo.fr , sur la liste des faux chevaliers du faux ordre de ERIC DUVAL est un franc-mac de la loge “LA PIERRE DE BETHEL” de la GLNF avec des doubles appartenances avec la GLN du Togo où DUVAL est un frère maçon qui est monté très vite en grade ! Nous trouvons dans cette loge française plusieurs chevaliers du faux ordre de DUVAL: Georges Bernard qui est le ROI D’ARMES de ces templiers , PAUL VIOLET grand facilitateur entre DUVAL et des élus qui ont du mal à céder des terrains à la Financière Duval, le docteur HOUDRET radié de l’Ordre (vrai Ordre) des médecins, André PANDERIS antiquaire véreux qui profite des valises diplomatiques des fausses ambassades du Grand Prieur DUVAL. L’antiquaire aime passer des œuvres d’art par ces valises diplomatiques . D’autres franc-mac en France et au Togo tournent autour de ces voyous. Le docteur Olivier BERRETA “vénérable maître de PIERRE DE BETHEL , Yves Lemasne Président du Groupe ORPEA qui aime l’argent des vieux et des hauts fonctionnaires dont il reste à confirmer leur nom et fonction. Un Préfet, des avocats. Tous Franc-mac pour un monde meilleur qui voit le plus riche écraser les plus pauvres. Et qui aiment tellement les enfants qu’ils trouvent toujours des orphelins quelque soit le pays où l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem ouvre une ambassade. Que des humanistes !
Le Docteur Jean-Claude Houdret vous accueille dans son cabinet du boulevard Flandrin à proximité de la porte Dauphine à Paris 16ème.
Médecin en morphologie et anti-âge, le Docteur Houdret reçoit les adultes pour tous types de soins liés à la prévention du vieillissement (injections, laser, peeling, mésolift…). Tarif de la consultation 140 euros non remboursés par la sécurité sociale.
Médecin qui aime les petits enfants noirs.
société FEDINTER Eric DUVAL trafic international d’êtres humains
Théophane AGBO-OLA (associé à la société CCAI, gérant les parking de Eric Duval sur Paris, contact au Bénin et au Togo (avec Boukpessi) pour l’achat de riz venant du Cambodge officiellement et officieusement fait du trafic d’êtres humains, drogues etc… via la société FEDINTER basée à Rennes en France dont la gérance est effectuée par Pauline Duval fille d’Eric…
AGBO-OLA fais aussisans-titre1 parti du faux Ordre de Saint Jean et membre Franc maçon
richard-falquerho-120__prop_120x160JEAN PHILIPPE GADENNE FEDINTERALEXANDRE LECHEVALIER  GROUPE FEDINTERfinanciereduvalpauline??????????
Théophane Agbo-Ola, chancelier des finances de l’Ordre pédo-criminel OSJ au coeur de l’évasion fiscale via les sociétés FEDINTER en France à Rennes et ses filiales un peu partout en Afrique (9 pays), au Cambodge etc…
Théophile Agbo-Ola bénino-togolais gère la société NEGOSER INTER IMPORT à Lomé qui fait du négoce de riz et de sucre sois disant alors qu’avec la complicité du Député et cadre du port autonome de Lomé Boukpessi ils trafiquent de la drogue, des cassettes pédo-pornographiques, des armes, des êtres humains etc…
Eric Duval mafieux français via la société TTL Transport Logistique du groupe FEDINTER fait du trafic Duval fait transporter via cette société TTL avec l’immunité “diplomatique” de son faux ordre OSJ de la drogue, des cassetes pédo-criminelles, des rubis, des cadavres d’enfants dans les containers frigorifiques etc…
~~ Alexandre LECHEVALIER Contrôleur de Gestion au sein de FEDINTER,société pour l’international du Groupe Financière DUVAL (Afrique et Asie) Région de Rennes , FranceCommerce et développement international Actuel Fedinter Précédent Orange, AXA, Groupe Lucien Barrière Études et formations SKEMA Business School .
~~ Jean-Philippe GADENNE Directeur des activités de construction, Afrique Developpement (Groupe FEDINTER) ~~• Suivi des sociétés de la Zone Afrique (9 sociétés au Togo, dans les domaines du BTP, de la promotion immobilière, du forage hydraulique, du transport logistique et des médias; 3 sociétés en Côte d’Ivoire, dans la promotion immobilière, le property management et la biomasse: 2 sociétés à Maurice) • Reporting financier hebdomadaire pour les dirigeants du groupe (données financières + indicateurs quantitatifs KPI) • Participation aux phases d’élaboration et de reprévisions budgétaires, ainsi qu’au plan stratégique • Élaboration des tableaux de bord de la direction (résultats financiers, opérationnels- KPI-et RH) • Audit et mise en place d’une structure comptable et de process au sein des sociétés nouvellement acquises. • Analyse financière de sociétés en vue de leur rachat par le groupe (Sociétés africaines tous pays/ Tous secteurs d’activités) • Aide et support des équipes financières des filiales africaines du groupe • Gestion ressources humaines locaux et expatriés (gestion des contrats, paies et organismes sociaux). ~~TOGO Transport Logistique est une société du groupe Français FEDINTER. Nous sommes implantés à LOME depuis 2012, et nous nous développons dans le transfert de conteneurs intra -urbains, entre la zone portuaire et l’agglomération.
richard-falquerho-120__prop_120x160 VAN NUYEN AAAAAAAA 2633_ignace_kokuvi_clomegah ALEXANDRE LECHEVALIER  GROUPE FEDINTER
Le siège social de TTL est situé à LOME, au 167 rue Konfess, quartier FOREVER et notre dépôt est situé à proximité du stade de KEGUE. L’exploitation de TTL est assurée par une équipe dynamique, professionnelle du transport et de la logistique. Nous vous garantissons la sécurité de vos marchandises et une livraison dans le délai.
Togo Transport Logistique est une société du groupe Français FEDINTER . Nous sommes implantés à LOME depuis 2012
André Pandiris et Eric Duval via la mafia française au centre du trafic d’oeuvres d’arts au Cambodge et en Afrique ?
andre.pandiris@wanadoo.fr, sur la liste des faux chevaliers du faux ordre de ERIC DUVAL est un franc-mac de la loge “LA PIERRE DE BETHEL” de la GLNF avec des doubles appartenances avec la GLN du Togo où DUVAL est un frère maçon qui est monté très vite en grade !
ANDRE PANDIRIS  André Dimitri Pandiris
L’experte américaine Tess Davis en art cambodgien ainsi que l’anglais Simon Warrack ont démontré grâce à une enquête pointue sur le trafic d’oeuvres d’art cambodgien.
Le scandale dans l’affaire Sotheby’s complice des trafiquants mafieux d’antiquités cambodgiennes lors de la vente de la statue sacrée du Temple de Kor-Ker proposée sur le catalogue de vente d’art asiatique de Sotheby’s pour 9 millions de dollars US.
Finalement le droit et l’Etat cambodgien a récupéré la statue sacrée en mai dernier…
Depuis des dizaines d’années le centre du trafic d’oeuvres d’arts en Asie passe par Bangkok en Thaïlande et le sulfureux contrebandier anglais Douglas Latchford.
13COLLECTOR-popup
Le trafic d’art international dans le monde s’élève à plus de 6 milliards USD par an !
Le trafic d’oeuvres d’arts est le plus important au monde après le trafic de stup, d’armes, et d’êtres humains…
Les sociétés de shipping/transports d’Eric Duval (Financière Duval) servent à blanchir l’argent de la mafia dans le trafic d’oeuvres d’arts, d’organes humains, de video-cassettes pédophiles, d’armes ainsi que pour l’évasion fiscale…
Mathieu Cichocki Peuples Observateurs Phnom Pehn le 06 septembre 2014
                                                                                                                                  contrebandier anglais Douglas Latchford.
Eric Duval, Paul Violet, Georges Bernard,Docteurs Houdret et Berreta, Yves Lemasne, André Panderis Pacte pédo-criminel
andre.pandiris@wanadoo.fr, sur la liste des faux chevaliers du faux ordre de ERIC DUVAL est un franc-mac de la loge “LA PIERRE DE BETHEL” de la GLNF avec des doubles appartenances avec la GLN du Togo où DUVAL est un frère maçon qui est monté très vite en grade ! Nous trouvons dans cette loge française plusieurs chevaliers du faux ordre de DUVAL: Georges Bernard qui est le ROI D’ARMES de ces templiers , PAUL VIOLET grand facilitateur entre DUVAL et des élus qui ont du mal à céder des terrains à la Financière Duval, le docteur HOUDRET radié de l’Ordre (vrai Ordre) des médecins, André PANDERIS antiquaire véreux qui profite des valises diplomatiques des fausses ambassades du Grand Prieur DUVAL. L’antiquaire aime passer des œuvres d’art par ces valises diplomatiques . D’autres franc-mac en France et au Togo tournent autour de ces voyous. Le docteur Olivier BERRETA “vénérable maître de PIERRE DE BETHEL , Yves Lemasne Président du Groupe ORPEA qui aime l’argent des vieux et des hauts fonctionnaires dont il reste à confirmer leur nom et fonction. Un Préfet, des avocats. Tous Franc-mac pour un monde meilleur qui voit le plus riche écraser les plus pauvres. Et qui aiment tellement les enfants qu’ils trouvent toujours des orphelins quelque soit le pays où l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem ouvre une ambassade. Que des humanistes !
Le Docteur Jean-Claude Houdret vous accueille dans son cabinet du boulevard Flandrin à proximité de la porte Dauphine à Paris 16ème.
Médecin en morphologie et anti-âge, le Docteur Houdret reçoit les adultes pour tous types de soins liés à la prévention du vieillissement (injections, laser, peeling, mésolift…). Tarif de la consultation 140 euros non remboursés par la sécurité sociale.
Médecin qui aime les petits enfants noirs.

société FEDINTER Eric DUVAL trafic international d’êtres humains

Théophane AGBO-OLA (associé à la société CCAI, gérant les parking de Eric Duval sur Paris, contact au Bénin et au Togo (avec Boukpessi) pour l’achat de riz venant du Cambodge officiellement et officieusement fait du trafic d’êtres humains, drogues etc… via la société FEDINTER basée à Rennes en France dont la gérance est effectuée par Pauline Duval fille d’Eric…
AGBO-OLA fais aussisans-titre1 parti du faux Ordre de Saint Jean et membre Franc maçon
richard-falquerho-120__prop_120x160JEAN PHILIPPE GADENNE FEDINTERALEXANDRE LECHEVALIER  GROUPE FEDINTERfinanciereduvalpauline??????????
Théophane Agbo-Ola, chancelier des finances de l’Ordre pédo-criminel OSJ au coeur de l’évasion fiscale via les sociétés FEDINTER en France à Rennes et ses filiales un peu partout en Afrique (9 pays), au Cambodge etc…
Théophile Agbo-Ola bénino-togolais gère la société NEGOSER INTER IMPORT à Lomé qui fait du négoce de riz et de sucre sois disant alors qu’avec la complicité du Député et cadre du port autonome de Lomé Boukpessi ils trafiquent de la drogue, des cassettes pédo-pornographiques, des armes, des êtres humains etc…
peupleobservateur.over-blog.com
Eric Duval mafieux français via la société TTL Transport Logistique du groupe FEDINTER fait du trafic Duval fait transporter via cette société TTL avec l’immunité “diplomatique” de son faux ordre OSJ de la drogue, des cassetes pédo-criminelles, des rubis, des cadavres d’enfants dans les containers frigorifiques etc…
~~ Alexandre LECHEVALIER Contrôleur de Gestion au sein de FEDINTER,société pour l’international du Groupe Financière DUVAL (Afrique et Asie) Région de Rennes , FranceCommerce et développement international Actuel Fedinter Précédent Orange, AXA, Groupe Lucien Barrière Études et formations SKEMA Business School .
~~ Jean-Philippe GADENNE Directeur des activités de construction, Afrique Developpement (Groupe FEDINTER) ~~• Suivi des sociétés de la Zone Afrique (9 sociétés au Togo, dans les domaines du BTP, de la promotion immobilière, du forage hydraulique, du transport logistique et des médias; 3 sociétés en Côte d’Ivoire, dans la promotion immobilière, le property management et la biomasse: 2 sociétés à Maurice) • Reporting financier hebdomadaire pour les dirigeants du groupe (données financières + indicateurs quantitatifs KPI) • Participation aux phases d’élaboration et de reprévisions budgétaires, ainsi qu’au plan stratégique • Élaboration des tableaux de bord de la direction (résultats financiers, opérationnels- KPI-et RH) • Audit et mise en place d’une structure comptable et de process au sein des sociétés nouvellement acquises. • Analyse financière de sociétés en vue de leur rachat par le groupe (Sociétés africaines tous pays/ Tous secteurs d’activités) • Aide et support des équipes financières des filiales africaines du groupe • Gestion ressources humaines locaux et expatriés (gestion des contrats, paies et organismes sociaux). ~~TOGO Transport Logistique est une société du groupe Français FEDINTER. Nous sommes implantés à LOME depuis 2012, et nous nous développons dans le transfert de conteneurs intra -urbains, entre la zone portuaire et l’agglomération.
richard-falquerho-120__prop_120x160 VAN NUYEN AAAAAAAA 2633_ignace_kokuvi_clomegah ALEXANDRE LECHEVALIER  GROUPE FEDINTER
Le siège social de TTL est situé à LOME, au 167 rue Konfess, quartier FOREVER et notre dépôt est situé à proximité du stade de KEGUE. L’exploitation de TTL est assurée par une équipe dynamique, professionnelle du transport et de la logistique. Nous vous garantissons la sécurité de vos marchandises et une livraison dans le délai.
Togo Transport Logistique est une société du groupe Français FEDINTER . Nous sommes implantés à LOME depuis 2012
YIM SEAP vient de recevoir ses dividendes de la main d’Edouard Deniau directeur de Cambodia Rice Investment, filiale cambodgienne de la société française FEDINTER appartenant à ERIC DUVAL, le Grand Prieur du faux ordre de Malte.
 Le fonctionnaire corrompu a fêté ses premiers milliers de dollars provenant de la vente de riz. Avec Edouard Deniau, ils sont allés tous les deux admirer de jeunes garçons pour la modeste somme de 300 dollars. Edouard Deniau a aimé sortir à Phnom Penh avec son amie d’une soirée YIM .
Edouard Deniau a l’habitude d’aller dans les bordels de Battambang, entre l’usine de riz de Duval, les rizières et sa chambre d’hôtel. Phnom Penh, c’est mieux pour le choix plus varié de garçons.
En fin de soirée YIM SEAP était heureux lui aussi. Il a envoyé un sms de remerciements à son « papa Duval » qui a tenu sa promesse en lui donnant des parts dans l’actionnariat de Cambodia Rice Investment. Tout le monde est heureux, sauf les jeunes garçons qui ont terminé la soirée en pleurant. Pour YIM SEAP, ils n’avaient qu’à pas être pauvres.
Merci à tous pour vos signalements sur le pédéraste YIM SEAP.

Edouard Deniau,Jean-Manuel Leclerc,Savory Koychao au centre de l’évasion fiscale de la fortune mafieuse d’Eric Duval

Edouard Deniau,Jean-Manuel Leclerc,Savory Koychao au centre de l’évasion fiscale de la fortune mafieuse d’Eric Duval
Jean-Manuel LECLERC Directeur Achat et Logistique chez FEDINTER  et Edouard Deniau sur les traces de Savory Koychao… 
Edouard Deniau Directeur de cambodia rice investissement (Richard FALQUERHO a créé cette société pour détourner l’attention de celle CCAI qui n’est qu’un leurre).
EDOUARD DENIAU RICE CAMBODIA ERIC DUVAL Edouard Deniau
Nous avons découvert une manœuvre de Duval pour tromper les impôts français.
Deniau est celui qui fait tout au Cambodge pour Eric Duval le cheval de Troie de la mafia française.
A suivre…
Mathieu Cichocki Ouaga 11 Aout 2014
ob_090fd8_ric-duval Eric Duval
 
Descriptif de Savory Koychao
Koychao Savory
Postes précédents
Formation
  • Université Lyon2
Relations
266 relations
Expérience de Savory Koychao
Business Analyst
Immobilier industry
September 2012 – May 2013 (9 months) Paris Area, France
Au sein de l’entreprise Imfined (Groupe Financière Duval) comme Analyste Process et Organisation sur les Business à l’international. Les tâches qui m’ont été confiées m’ont permis d’acquérir des compétences en contrôle de gestion, en analyse financière, en gestion administrative, juridique et en communication internationale.
Ces expériences m’ont également permis de développer mes capacités d’écoute, mon sens du relationnel, ma rigueur ainsi que mes compétences gestion d’équipe.
Projets de Savory Koychao
  • Le devenir professionnel des diplômés de licence (bachelor) des Universités de Phnom Penh
    • August 2009 to Present
Team Members: Savory Koychao
De 2009 à 2011 en tant qu’assistante de direction à l’Université Royale de Droit et des Sciences Économiques (URDSE) au Cambodge. Mes tâches quotidiennes consistaient à superviser les travaux de recherche de l’Université ainsi qu’à administrer les programmes éducatifs. J’ai dans ce contexte encadré des enquêteurs, saisi des bases de données sur le logiciel SPSS, effectué des analyses des données.
 
jean manuel leclerc fedinter Jean-Manuel Leclerc
richard-falquerho-120__prop_120x160 Richard Falquerho
financiereduvalpauline Pauline Duval fille d’Eric et gérant de FEDINTER
Arrivée_Païlin
93869787_o
12
VAN NUYENJean-Philippe Van Nyen, Chancelier des Affaires Etrangères de l’O.S.J
sans-titre1 Duval et

Théophane AGBO-OLA société FEDINTER

Théophane AGBO-OLA société FEDINTER Eric DUVAL trafic international d’êtres humains

Théophane AGBO-OLA (associé à la société CCAI, gérant les parking de Eric Duval sur Paris, contact au Bénin et au Togo (avec Boukpessi) pour l’achat de riz venant du Cambodge officiellement et officieusement fait du trafic d’êtres humains, drogues etc… via la société FEDINTER basée à Rennes en France dont la gérance est effectuée par Pauline Duval fille d’Eric…
AGBO-OLA fais aussisans-titre1 parti du faux Ordre de Saint Jean et membre Franc maçon
richard-falquerho-120__prop_120x160JEAN PHILIPPE GADENNE FEDINTERALEXANDRE LECHEVALIER  GROUPE FEDINTERfinanciereduvalpauline??????????

Eric Duval « Cheval de Troie » de la mafia française achète sa fausse noblesse via la famille royale du Cambodge
Marina Pok,ex-secrétaire d’état aux affaires étrangères sous le gouvernement du Prince Norodom Ranariddh du  » FUNCINPEC » est  proche de la famille Royale et les partis d’opposition actuels.
Eric Duval a une obsession, celle de son titre de noblesse qu’il s’est attribué alors qu’il n’est pas de naissance noble.
Marina Pok  lui a fait rencontrer des princes et princesses, et il est prêt à tout donner pour se retrouver dans ce monde de l’aristocratie. Mais au Cambodge, ce petit monde de fausse noblesse (en France des princesses sont logées dans des HLM de Paris et n’arrivent pas à payer leur loyer), est dans l’opposition et complote contre le Premier Ministre HUN SEN.
Cette noblesse cambodgienne est composée de franco-cambodgiens qui n’ont rien à faire du Cambodge mais ils ne cherchent qu’à gagner de l’argent sur le dos des plus pauvres.
Eric Duval a financé des partis d’opposition en échange de cet honneur qui lui a été rendu de rencontrer une princesse qui a été sa deuxième maitresse et l’amie de Marina Pok.
Le tout sous le contrôle de la mafia française.
Pour rappel,
Le prince Norodom Ranariddh (né le 2 janvier 1944) est un homme politique cambodgien, ancien professeur à la faculté de droit et science politique d’Aix-en-Provence en France ainsi qu’à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence(Sciences Po Aix). Il est le fils de l’ancien roi Norodom Sihanouk et de sa première épouse, Neak Moneang Phat Kanhol, et le frère du roi actuel du Cambodge Norodom Sihamoni.
Il a longtemps présidé le FUNCINPEC, le parti « royaliste » cambodgien.
Après un conflit avec le second Premier ministre Hun Sen, et alors qu’il était premier premier ministre, il a été contraint à une période d’exil en 1997 ; il est par la suite devenu président de l’assemblée nationale du Cambodge, mais suite à de nombreuses confrontations plus ou moins ouvertes avec le Parti du peuple cambodgien de Hun Sen, il démissionne de ce poste en mars 2006.
Il fonde son propre parti, le Parti Norodom Ranariddh (PNR) puis abandonne la scène politique après avoir été nommé président du Haut Conseil privé fin 2008.
FUNCINPEC (Khmerគណបក្ស ហ្វ៊ុនស៊ិនប៉ិច) is a royalist political party in Cambodia. Before the 2008 election, FUNCINPEC and the Cambodian People’s Party formed a coalition government, although FUNCINPEC’s significance has decreased steadily since 1998, when it had an equal relationship with the CPP in the coalition. It is currently the third largest party in Cambodia but failed to win any seats in the 2013 elections.
FUNCINPEC is a French acronym for Front Uni National pour un Cambodge Indépendant, Neutre, Pacifique, eCoopératif, which translates to « National United Front for an Independent, Neutral, Peaceful, and Cooperative Cambodia. »
Publicités

2 réflexions sur “#FrancMaçonnerie #France #GLNF #GLNT #Scandale Qui est le grand maître provincial au-dessus de la loge Pierre de Bethel fondé par le mafieux Francis Pérez #PEFACO ? Piégé: Préfet Alain Gardère. #Togo #Gnassingbé #Macron #Mafia #Bolloré #Havas #Vivendi #Port #Lomé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s