#Togo #AshRévolution Le peuple a marché à #Kantè qui ouvre la voie au nord du pays pour chasser #Gnassingbé ! Le journaliste Konaro inquiété et a dû être exfiltré ! #AMESIAME

#Togo #AshRévolution Le peuple a marché à #Kantè qui ouvre la voie au nord du pays pour chasser #Gnassingbé ! Le journaliste Konaro inquiété et a dû être exfiltré ! #AMESIAME

 

 

Depuis le début de la crise politique qui secoue le Togo, la ville de Kantè ne s’est pas particulièrement illustrée comme une ville contestataire. Mais le calme apparent qui y régnait jusqu’ici n’est pas synonyme de quiétude. Et les jeunes veulent le faire savoir. C’est dans cette logique que le Mouvement des Indignés de la Kéran (MIK) a tenu à battre le pavé ce samedi 25 août 2018, malgré l’interdiction du préfet de la Kéran. Une manifestation destinée à protester contre le retard de développement de cette préfecture; mais qui a été réprimée par les forces de l’ordre, aidés par les militaires bérets rouges, venus du camp Général Améyi de #Kara. Malgré la répression, les organisateurs eux considèrent leur mouvement comme réussi, « car les populations ont résisté aux militaires ». Ils projettent d’organiser de nouvelles marches dans les prochains jours, contre l’avis des autorités. « Nous marcherons jusqu’à ce que les autorités prennent en compte nos revendications », déclare Quintin Kpemba, un des responsables du MIK.

Les populations de Kantè demandent notamment aux autorités des infrastructures hospitalières et routières dignes de ce nom, car celles qui existent sont dans un état de délabrement avancé. « Depuis le début de l’année, le mauvais état de la route nationale numéro un a occasionné plusieurs accidents mortels. On compte une dizaine de personnes tuées.», nous informe un homme, la quarantaine, dont la maison est située au bord de la nationale numéro un, et qui a été témoin de plusieurs accidents mortels. La dernière victime de cette route est un jeune employé de la société #EBOMAF, écrasé par un camion gros porteur il y a quelques semaines, alors que le conducteur contournait les trous sur le goudron. Les autorités promettent de procéder aux réparations nécessaires, mais cela se fait toujours attendre. L’hôpital est quant à lui qualifié de « mouroir à ciel ouvert » par les habitants, car incapable de faire certaines opérations sur place telles que la césarienne ou encore certains cas de chirurgie élémentaire. Pour ces cas, il faut se rendre à Kara (50 km) ou à Lomé (450 km).

Les habitants de Kantè exigent également des autorités, la construction de centres culturels dans les différents cantons et un vrai stade municipal, car le stade actuel n’a rien à envier à un champ. Là-dessus, Jonas Oussembré, jeune manifestant qui a été molesté par l’armée affirme : « Nous avons été trop longtemps oubliés par les gouvernements. Pour le développement de notre milieu et notre épanouissement, nous sommes prêts au sacrifice ».

À côté du problème de développement, il existe un problème de sécurité des personnes à Kantè ; surtout ceux qui sont proches de l’opposition ou qui participent aux initiatives susceptibles d’étaler sur la place publique les maux dont souffrent les populations. Tout est sous coupe réglée. Des espions surveillent tous les faits et gestes et rendent compte aux cadres UNIR de Kantè qui sont à Lomé. Les militants de l’opposition sont souvent la cible d’attaques. Ces derniers craignent pour leur vie, mais ils ne comptent pas céder à la peur. « Nous sommes harcelés et menacés par les cadres UNIR de la Kéran, surtout monsieur Outchantcha, DG de SAFER, mais nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout de notre lutte », confie Crépin Gnanta, meneur de la contestation. Ce dernier a dû prendre le maquis après la manifestation de ce samedi, parce que recherché par l’armé. À Kantè, on craint une militarisation de la ville à l’image de Sokodé, Bafilo et Mango. Depuis la veille de la manifestation, les autorités ont procédé à des renforts militaires, venus de Kara. Cette manœuvre suffira-t-elle pour étouffer la grogne? Les jours à venir nous édifierons.

Échos de la #Kéran : Être journaliste ne vous épargne pas du gangstérisme des cadres #UNIR de Kantè

25 août 2018. #Kantè , environ 450 Km au nord du Togo. La manifestation des « Indignés de la Kéran » a pris fin vers 11h, sous une pluie battante. Depuis le matin, j’étais sur les lieux de cette manifestation pour constater ce qui s’y passe. Une fois la manifestation terminée, je me rends à un rendez-vous dans un bar de la place où je devais rencontrer un ami d’enfance, devenu jeune cadre d’une aile marchante de UNIR à #Kantè. A peine installé avec mon ami, la fille du propriétaire du bar me glisse à l’oreille : « Marcel, papa m’envoie te dire de te sauver tout de suite. Le monsieur assis derrière toi est un soldat en civil. Il a appelé des gens pour venir te faire la peau. Ils ne vont plus tarder. Allé file maintenant ».

Surpris, j’ai quitté les lieux sur le champ sans vraiment comprendre ce qui se passe. Une fois à la maison, je reçois l’appel d’une connaissance qui me supplie de quitter la ville, tout en mettant mes appareils en lieu sûr, car les cadres #UNIR de Kantè ont donné l’ordre de m’empêcher par tous les moyens de diffuser les images que j’ai prises lors de la marche (réprimée) de ce samedi. J’ai donc fait le nécessaire pour me mettre l’abri.

Je remercie ces braves jeunes de Kantè, qui m’ont exfiltré de justesse, avant l’arrivée des barbouzes. Ma profonde gratitude va à #Jonas qui a joué les gardes corps pour moi.

Ceux qui pensent que les violations à huis clos des droits de l’homme sont encore possibles de nos jours n’ont rien compris à la marche du monde. On est au XXIème siècle. L’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication où tout va vite. Reveillez-vous messieurs.

Marcel Akonaro

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, plein air et nature

Publicités

Une réflexion sur “#Togo #AshRévolution Le peuple a marché à #Kantè qui ouvre la voie au nord du pays pour chasser #Gnassingbé ! Le journaliste Konaro inquiété et a dû être exfiltré ! #AMESIAME

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s