#FRANCE #MacronLeaks #DAMOCLES Votre victoire : le #Sénat rejette la loi #Fake #News ! #Destitution #AshRévolution

 

Madame, Monsieur,

J’ai une très bonne nouvelle à vous annoncer: le Sénat vient de rejeter d’un bloc la loi Fake News par 288 voix contre 31 !

Et je peux vous assurer que vous avez eu un impact décisif, avec tous les Damoclésiens et les sympathisants de l’association.

Alors MERCI encore pour votre mobilisation avec notre pétition Damoclès (que vous pouvez toujours diffuser, car elle peut encore être signée ici : https://damocles.co/petition-loi-fakenews/ ; en effet, le combat n’est pas terminé)

Votre mobilisation donne du crédit à Damoclès
devant les élus

Quand vous avez signé, vous avez pu voir le compteur s’affoler, la pétition être diffusée partout sur les réseaux sociaux et le succès de notre opération grandir d’heure en heure.

La communauté qui s’est rassemblée autour de cette pétition a eu un impact énorme grâce à la technologie que nous utilisons, qui permet de prouver auprès des parlementaires que les signatures sont bien réelles.

Je vous le dis, car nous avons eu la question posée par des parlementaires : notre compteur est fiable, à la signature près.

En effet, nous exploitons une technologie à « Code Ouvert » (Open Source) dont le fonctionnement peut être vérifié par un développeur. Le compteur se connecte directement à la base de données et donne le chiffre juste. Impossible de tricher. C’est une source de transparence énorme.

Vous le savez, les pétitions ont été accusées de tous les maux, à cause de pratiques plus que douteuses, par certains organismes frauduleux : “compteur” qui démarre, par exemple, à 72 000 signataires, et donc faux nombre de signataires, impact négligeable sur le débat public, et donc utilité douteuse de signer.

En utilisant une technologie sûre et fiable, nous avons pu montrer aux décideurs, qui sont très regardants, qu’il y a vraiment une communauté solide derrière nos pétitions.

Autrement dit, une communauté active, qui a moyen de faire du bruit, et donc de leur rappeler qu’ils sont élus pour représenter la volonté du peuple.

Soyez-en sûr : quand nous nous adressons à nos interlocuteurs, cette crédibilité pèse énormément et nous permet d’ouvrir de nouvelles portes.

Car la pétition, l’information massive et la mobilisation constante sur les réseaux sociaux ont été le volet visible de l’action de Damoclès et de ses sympathisants.

Des actions qui se multiplient

Mais ce n’est pas tout. Grâce à la crédibilité que vous nous avez donnée, nous avons pu agir sur plusieurs plans :

  • Nous avons travaillé avec des sénateurs qui préparaient des amendements à la loi Fake News,si elle avait été discutée. Ainsi, nous avons fait des propositions qui étaient reprises par plusieurs sénateurs.

    Ce travail va pouvoir être réutilisé lors de la prochaine étape législative.

  • Maintenant, il faut préparer la suite des évènements. Et nous avons déjà commencé : nous travaillons d’ores et déjà avec des députés pour arrêter le texte dans sa prochaine étape : l’Assemblée nationale.

Voilà comment cela va se passer : le texte a été rejeté par le Sénat. Il passe donc en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

La prochaine bataille : l’Assemblée nationale

Et vous et moi allons faire face à une bataille aussi importante que celle du Sénat.

Le chemin pour voter une loi est complexe : le texte peut faire plusieurs allers-retours entre l’Assemblée et le Sénat.

Dans notre cas présent, il y a deux issues possibles :

  • Si la Loi Fake News est rejetée en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, c’est la victoire assurée. La Loi Fake News, tant promue par Emmanuel Macron, aura été rejetée par les parlementaires.

    Et vous pourrez en être fier, car ce sera votre victoire. Vous avez été à l’origine de la mobilisation, et sans vous, nous n’aurions pas pu faire ce travail en relation avec les parlementaires.

    Les Damoclésiens et les sympathisants Damoclès auront montré une nouvelle fois que la mobilisation concrète paie, même quand elle commence d’abord par des actions sur Internet.

  • Si la Loi Fake News est adoptée à l’Assemblée nationale, elle retourne à nouveau au Sénat. Mais ne vous y trompez pas : le répit sera de courte durée.

    Car juste après cette deuxième lecture au Sénat, le gouvernement va donner le dernier mot à l’Assemblée nationale.

    Alors le texte repassera une dernière fois devant l’Assemblée nationale et ce vote sera le dernier.

    Or, si l’Assemblée nationale vote ce texte en deuxième lecture, il est probable qu’elle le votera également en troisième et dernière lecture.

    C’est ce cas de figure que nous devons tous éviter.

Voici mon pronostic.

Ce second vote à l’Assemblée nationale va être plus difficile qu’au Sénat. En effet, les députés fidèles à Emmanuel Macron sont nombreux.

Donc les opposants vont devoir tous voter CONTRE. Aucun ne doit s’abstenir. Aucun. Sinon la loi Fake News risquera de passer.

Face à ces dangers, il nous faut encore nous mobiliser.

Que faire pour stopper enfin la Loi Fake News

Car en face, Emmanuel Macron va redoubler sa pression pour tenter le tout pour le tout. Les parlementaires de son parti risquent de ressouder les rangs.
Alors que faire ? C’est simple :

  1. Il faut continuer de diffuser la pétition (https://damocles.co/petition-loi-fakenews/), car plus de signatures permettront de convaincre d’autres élus de vous écouter.

    C’est vraiment très important : de notre côté, nous vous donnons les moyens de vous exprimer avec sécurité et efficacité. Faire exploser le nombre de signataires au plus vite est donc une priorité.

    Un membre de votre famille qui signe,
    c’est une signature de plus.

    Un de vos amis qui signe,
    c’est une signature de plus.

    Un de vos collègues qui signe,
    c’est une signature de plus.

    Si chaque signataire fait ce tout petit acte de participation, nous sommes QUATRE FOIS PLUS NOMBREUX dans quelques heures.

    Imaginez-vous comment les parlementaires réagiraient face à un tel élan citoyen ! Je peux vous l’assurer : les opposants à la loi Fake News auraient un argument massue contre Emmanuel Macron – le peuple contre le président dans sa tour d’ivoire.

    Et vous pouvez le faire très facilement aujourd’hui, sans le moindre effort : partagez sur Facebook, Twitter et vos comptes réseaux sociaux ; transférez cet email à vos contacts – ils verront en plus que vous participez à une communauté de citoyens actifs pour leur pays et que vous êtes un lanceur d’alerte.

  2. Conséquence logique : comptez sur nous pour renforcer la pression sur les parlementaires qui peuvent stopper la loi. S’ils voient 50 000 ou 100 000 citoyens vent debout contre la loi, ils vont vouloir aller dans le sens du vent.

    C’est-à-dire dans votre sens.

    Nous avons déjà agi avec les sénateurs. Nous agissons maintenant avec les députés.
    Comptez sur nous pour avoir toujours une salve prête contre cette loi dangereuse.

  3. La troisième action repose entièrement sur votre générosité.
    Combien donneriez-vous pour préserver votre liberté de parole?
    Êtes-vous prêt à investir 20, 30, 50 ou même 100 euros pour stopper la loi Fake News et protéger votre liberté ?

    Vu comme cela, l’affaire semble entendue.

    Combien de Français sont-ils prêts à soutenir cette initiative rien que pour voir capoter le projet, qui est pure folie et qui menace la République et la liberté des Français ?

    Combien de Français considéreront qu’une telle contribution est bien petite pour mettre fin immédiatement à une loi totalitaire ?

    Beaucoup, et vous en faites sûrement partie.

    Cela tombe bien, car j’ai besoin de vous maintenant pour renforcer le travail contre la Loi Fake News.

    Il faut le dire, Damoclès est encore un Petit Poucet de la société civile. Comprenons-nous bien : Petit Poucet veut dire petits moyens, gros résultats.

    Mais les petits moyens ont des limites. Pour pouvoir monter une équipe à plein temps sur la Loi Fake News, et ainsi :

    • Lancer des campagnes massives sur les réseaux sociaux pour informer les Français des dangers de cette loi d’ici la rentrée.
    • Contacter de nouveaux parlementaires pour les inciter à agir pour le bien commun et donc refuser cette proposition de loi totalitaire.
    • Développer de nouveaux moyens d’action pour réveiller les parlementaires qui n’ont toujours pas envie de se positionner.
    • Et même démultiplier les propositions d’amendement pour rendre la loi inapplicable si elle venait à passer.

Pour ces actions, j’ai vraiment besoin de votre aide.

En effet, pour ces actions nécessaires, nous sommes vraiment limite financièrement. Par cet email, je lance donc une bouteille à la mer, un SOS, pour m’assurer que ces actions soient possibles.

Si je vous suggère cette petite contribution aujourd’hui, c’est que vous êtes un fidèle sympathisant, qui participez à nos actions. Un moyen d’aller plus loin dans votre engagement est cette contribution.
Mais sentez-vous libre face à ma demande : car votre soutien moral, votre partage de nos publications et de nos pétitions nous permet déjà d’avoir un impact considérable.
La preuve : le Sénat a rejeté la Loi Fake News d’emblée. Et c’est bien parce que votre soutien est la preuve de notre assise démocratique, et donc d’une contestation populaire de ce projet.
Cependant, cette petite contribution renforcera chaque jour notre indépendance.

Le seul décideur chez Damoclès, c’est VOUS – et les milliers de sympathisants qui agissent ensemble. Ce n’est ni un parti politique, ni un groupe d’intérêts qui décident, mais bien VOUS.
C’est d’ailleurs pour cela que l’action de Damoclès fonctionne si bien et obtient autant de résultats en très peu de temps – nous allons droit au but.
Alors, je repose ma question :
Êtes-vous prêt à investir 20, 30, 50 ou même 100 euros pour stopper la loi Fake News ?

Il est vital que la Loi Fake News ne devienne jamais réalité.

Je vous donne un exemple très simple de l’impact de cette loi au quotidien : la loi Fake News votée, l’affaire Benalla n’aurait JAMAIS pu éclater.

Car entendons-nous bien, au départ de l’affaire, les preuves étaient très ténues. Et c’est à force de recherches que la vérité est en train d’éclater.

La Loi Fake News va rendre cette recherche de la vérité impossible. Les juges seront les gardiens de la vérité et décideront bien sûr en fonction de leurs opinions.
Et gare à ceux qui ne rentreront pas dans le rang ! On parle de pressions sérieuses, comme des amendes financières ou de la prison.

Ce qui se passe dans notre pays est très grave.
Nous pouvons saluer la victoire au Sénat, mais ne crions pas victoire trop vite – il faut absolument en finir avec la Loi Fake News.
L’équipe à mes côtés ne poussera le “ouf !” de soulagement qu’une fois la Loi rejetée une fois pour toutes.

Nous savons ce que nous devons faire pour que le projet dictatorial d’Emmanuel Macron ne reste qu’un projet. Vous savez maintenant ce que vous pouvez faire pour nous aider :

De notre côté, nous faisons tout le nécessaire pour que la Loi Fake News ne voie jamais le jour.
Merci par avance de votre participation,

Pour la France !

Samuel Lafont et l’équipe Damoclès

PS : C’est notre devoir d’assurer à nos enfants la liberté de s’exprimer. L’action la plus importante aujourd’hui est de signer la pétition (https://damocles.co/petition-loi-fakenews/) et de se mobiliser.

PPS : Sentez-vous libre de participer à la campagne Damoclès sur la loi Fake News. Votre  contribution peut faire toute la différence. Un effort supplémentaire pourrait empêcher la manipulation de l’information et la censure officielle.

afffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
Publicités

2 réflexions sur “#FRANCE #MacronLeaks #DAMOCLES Votre victoire : le #Sénat rejette la loi #Fake #News ! #Destitution #AshRévolution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s