Rendre l’#Afrique #Nucléaire à nouveau? L’Afrique du Sud, l’Algérie, le Nigéria, le Rwanda, le Maroc, le Togo prennent des contacts même au sein de réseaux parallèles… #Fission #Valise

Rendre l’Afrique nucléaire à nouveau?

Si le président américain Donald Trump peut se retirer du Traité nucléaire iranien, pourquoi l’Afrique du Sud, qui conserve 220 kg d’Uranium 235 enrichis et mis en veilleuse, depuis l’époque de l’Apartheid, ne peut-elle pas se retirer des Traités NPT et Pelindaba, et aider à transformer l’Afrique en une superpuissance globale à l’image de la Chine et l’Inde? Enjeux

 

Pourquoi l’Afrique du Sud, la première nation de l’histoire, à avoir volontairement démantelé son arsenal nucléaire, devrait-elle continuer à rester exempte d’armes nucléaires alors qu’aucun autre pays n’a suivi sa voie et éliminé ses propres armes nucléaires? Et pourquoi l’Union africaine (UA) devrait-elle continuer à respecter le Traité de Pelindaba de 1996 (interdiction des armes nucléaires du continent), lorsqu’une de ses nations membres, la Libye, en l’occurrence a été brutalement attaquée par des puissances nucléaires en 2011, en violation flagrante de Traité?

De plus, pourquoi les nations africaines continuent-elles à adhérer au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) de 1968, alors que l’actuel président américain bafoue ouvertement les engagements de son pays, en déclarant hardiment son intention d’élargir l’arsenal nucléaire américain dans sa quête mégalomaniaque, notamment à travers son slogan «Recouvrer la grandeur de l’Amérique»?

 

 

Un arsenal nucléaire africain de dissuasion

En l’absence de réponses convaincantes à ces questions, l’UA devrait se libérer de ce système mondial d’Apartheid nucléaire, entreprendre un «Projet Manhattan» à l’échelle de l’Afrique et construire un arsenal nucléaire qui nous protégera à jamais contre les transgressions dont nous avons souffert, comme nulle part ailleurs sur Terre.

Pour ceux qui peuvent sourire à l’idée que les Africains possèdent l’infrastructure nucléaire et l’expertise nécessaires pour poursuivre un objectif aussi ambitieux, il vaut la peine de se souvenir du réacteur nucléaire de Pelindaba en Afrique du Sud. Il a été au cœur du programme nucléaire militaire du régime de l’Apartheid, développant alors 7 ogives nucléaires. Il reste pleinement opérationnel et le pays conserve encore 220 kg d’uranium enrichi, de qualité militaire (HEU-235), avec lequel ces ogives étaient armées.

 

Cela donne à Pretoria la capacité technique de construire et de déployer 12 bombes nucléaires qui constitueraient l’arsenal de dissuasion stratégique de l’UA en 2018. A noter que beaucoup de scientifiques sud-africains, spécialistes d’armes nucléaires sous l’ère de l’Apartheid, résident encore dans leur pays, mais qu’en 1991, d’un coup de baquette magique, ont vu toute leur vie disparaître.
Si à cela s’ajoutent le réacteur algérien à eau lourde Es Salam, l’égyptien ETRR-1/2, le GHARR-1 du Ghana, l’IRT-1 libyen, le MA-R1 marocain et les réacteurs nucléaires NIRR-1 du Nigeria, ainsi qu’une nouvelle centrale nucléaire algérienne qui sera opérationnelle en 2022 et de nouveaux réacteurs nucléaires russes et chinois prévus au Nigeria, au Kenya et en Egypte, l’UA possède également l’expertise nucléaire requise pour soutenir une telle dissuasion.

 

 

Faire partie du Club

La nécessité d’une dissuasion nucléaire panafricaine est rendue d’autant plus urgente par la forte probabilité que l’Apartheid sud-africain ait émis une fausse déclaration en 1992 qui sous-estime massivement le stock de matières nucléaires de qualité militaire produites, lors de son enrichissement d’uranium à Valindaba « Y-Plant » entre 1978 et 1990. Il s’agirait d’une divergence, selon certains, d’environ 526 kg de HEU-235 et que les éléments voyous au sein de l’ancien établissement de sécurité Afrikaner peuvent encore conserver jusqu’à 30 armes nucléaires de niveau Nagasaki comme « police d’assurance », en cas d’imprévus, comme une éventuelle percée de Julius Malema et l’expropriation de terres agricoles appartenant à des blancs.

En l’absence d’un calendrier juridiquement contraignant et pénalisant pour l’élimination complète de leurs propres arsenaux nucléaires, les puissances nucléaires déclarées devraient être averties de l’intention de l’Afrique d’organiser un «Brexit nucléaire», en se retirant des Traités du TNP et de Pelindaba et les rejoindre dans le même Club de détenteurs d’armes nucléaires qu’ils ont jusqu’ici obstinément échoué à dissoudre.
Le peuple africain ne devrait pas être obligé de respecter les termes honteux d’un Traité sur les zones exemptes d’armes nucléaires (ZEAN) bannissant les armes nucléaires de notre continent qui, avec le Traité de Tlatelolco (établissant une ZEAN en Amérique latine), Bangkok (établissant une ZEAN en Asie du Sud-Est) et le Traité de Rarotonga (établissant la même chose dans le Pacifique) fournissent le cadre juridique du système mondial d’Apartheid nucléaire qui interdit le droit à l’autodéfense nucléaire dans tout l’hémisphère sud, tout en préservant l’hégémonie virtuelle des armes nucléaires du Nord (blanc).

 

 

Le temps de livrer une réponse nucléaire

En outre, l’invasion de la Libye par l’OTAN en 2011 était une violation criminelle de l’esprit du Traité de Pelindaba par les puissances occidentales qui se sont senties encouragées à poursuivre une telle attaque, en vertu de l’immunité que leur confère leur statut d’États dotés d’armes nucléaires. Une agression qu’ils auraient été réticents à poursuivre si l’UA possédait la capacité nucléaire pour mettre en péril leurs capitales respectives. En conséquence de l’agression de l’OTAN, les nations membres de l’UA ont été libérées de leurs propres obligations, en vertu de ses termes et le Traité lui-même a été rendu caduc.

Ayant vu le président américain Donald Trump défier davantage l’opinion mondiale en retirant les Etats-Unis de l’Accord de Paris, de l’ALENA et de l’Accord nucléaire iranien, les nations membres de l’UA ont été libérées de leurs obligations et ont été déclarées nulles et non avenues. Plan d’action complet, les Africains se demandent maintenant pourquoi ils devraient continuer à respecter les Accords de NPT ou de Pelindaba, alors que l’UA n’a aucune fidélité et ne devrait pas être liée par des engagements globaux pour lesquels le reste du monde n’a rien affiché. Maintenant que M. Trump envisage d’ajouter l’insulte à la blessure, en organisant un défilé de missiles nucléaires de style RPDC à Washington DC, dans le seul but de convaincre l’humanité avec une démonstration vulgaire de la puissance militaire américaine (alors que les Africains continuent à endurer leur propre la dégradation incessante et l’impuissance du continent), le temps est venu pour l’UA de livrer une réponse nucléaire sans équivoque et retentissante. Ceux qui soutiendraient que les Africains ont des besoins plus pressants, à savoir des soins de santé abordables, l’éducation universelle, l’accès à Internet, l’eau propre… que la recherche d’un moyen de dissuasion nucléaire, se chargent d’expliquer comment se doter d’une telle arme aurait pu empêcher la colonisation du continent africain ou l’asservissement transatlantique de son peuple.

 

 

Quid d’une prospérité non sécurisée ?

Une société prospère et une économie prospère ont peu fait pour sauver la Libye de l’agression vicieuse de l’OTAN en 2011 – un acte d’agression qui ne pouvait être dissuadé que par une capacité nucléaire panafricaine. Le fait que les Juifs européens étaient parmi les plus riches et les plus prospères sur leur continent, n’a pu les sauver d’un sort génocidaire, lorsque les nazis ont pris le pouvoir, les ont dépossédés de leurs biens matériels et les ont menés à la mort par millions dans les camps de concentration et les chambres à gaz de l’Holocauste. Les survivants juifs de la «Shoah» ont juré de ne plus jamais répéter cette erreur et ont armé leur nouvelle patrie au Moyen-Orient. Ils se sont alors dotés d’armes nucléaires dans les années 1960, à une époque où Israël était économiquement face à de nombreux défis… Quand on considère que derrière la logique du développement d’une dissuasion nucléaire par Israël, il y a sa protection contre toute répétition du génocide nazi (pour lequel 6 millions de juifs ont été exterminés) qui pourrait à juste titre soutenir que le continent africain – qui a perdu 100 millions d’âmes à la traite européenne – a moins droit à un arsenal nucléaire ? La Chine et l’Inde, qui avaient été colonisées et pillées par la Grande-Bretagne, ont construit la Bombe pendant les années 1960 et longtemps avant qu’elles ne soient devenues les puissances économiques que nous connaissons aujourd’hui. Ils ont aussi appris que la sécurité précède la prospérité et a agi en conséquence. En effet, dans les trois cas, le développement d’armes nucléaires par des pays relativement sous-développés est devenu une source de fierté nationale à la hauteur d’un défi technologique aussi formidable et a fait des héros nationaux de leurs scientifiques, mathématiciens et ingénieurs. Ceci, à son tour, a fourni à leurs jeunesses respectives les bons types de modèles scientifiques, dont la participation ultérieure dans leurs économies respectives devait servir de propulseur puissant pour leur développement rapide dans les merveilles industrielles que nous connaissons aujourd’hui. Mais un moyen de dissuasion nucléaire est venu en premier.

 

Se focaliser sur l’essentiel

Par triste contraste, les Africains et leurs frères de la diaspora, n’ayant jamais connu de percées scientifiques ou technologiques comparables par leur propre continent, ont plutôt vu leur jeunesse réduite à l’idolâtrie des sportifs et des amuseurs comme des modèles dans lesquels suivre la carrière – et chercher le succès dans les domaines où l’excellence des Noirs a toujours été le plus souvent vu et célébré. Mais imaginez à quel point l’histoire de l’Amérique noire (et de l’Afrique) aurait pu être différente des jeunes de cette époque, plutôt que de vanter l’intronisation de Jackie Robinson. La ligue américaine de base-ball américaine ou acclamant la prouesse pugilistique de Joe Louis, a été plutôt captivée par l’ingéniosité des physiciens et des mathématiciens noirs américains qui ont participé au projet Manhattan de la Seconde Guerre mondiale – ce n’est pas une question hypothétique. En fait, plusieurs Américains noirs ont joué un rôle clé dans les efforts américains pour construire les bombes atomiques qui ont remporté la Seconde Guerre mondiale. Certains de ces grands, mais ignoblement ignorés, scientifiques comprennent Lloyd Albert Quaterman, Ernest J. Wilkins, Sidney Thompson, Clarence Turner, Samuel P. Massie Jr., Robert J. Omohundro, Sherman Carter, Jasper Jeffries, Benjamin Scott, Ralph Gardner , Harold Evans, Clyde Dillard, Edwin R. Russell, George W. Reed, Moddie D. Taylor et les frères William J. et Lawrence H. Knox.

 

Une flopée de scientifiques noirs

Le chimiste inorganique Moddie Taylor était basé à l’Université de Chicago et son rôle et celui de ses collègues étaient de démontrer qu’un matériau fissible pouvait atteindre une masse critique, prouvant ainsi que la fission nucléaire pouvait être utilisée comme source d’énergie – ou comme arme. Un autre talent, le physicien Lloyd Quaterman, a été spécifiquement félicité par le secrétaire américain à la Guerre pour « le travail essentiel à la production de la bombe atomique, contribuant ainsi à la conclusion fructueuse de la Seconde Guerre mondiale ». Wilkins, était membre de l’équipe de recherche Enrico Fermi et a joué un rôle central en aidant à résoudre l’énigme de l’atome.

En outre, «Little Boy» et «Fat Man», les deux bombes atomiques larguées par les États-Unis au Japon en 1945, étaient équipées d’uranium africain de haute qualité provenant de la mine de Shinkolobwe au Congo. En effet, les scientifiques noirs américains (et les ressources naturelles africaines) étaient tellement au centre de l’entreprise de Los Alamos que l’éminent physicien blanc Arthur Holly Compton remarqua que le projet de la bombe atomique était unique en ce qu’il apportait ensemble « couleur et blanc, chrétien et juif » pour un but commun.
La suppression effroyable du rôle crucial joué par les Africains et les Noirs américains dans le Projet de Manhattan a privé toute une génération de nos jeunes scientifiques des héros sur lesquels ils auraient pu marcher et les a condamnés à l’échec, à la sous-performance, au crime et à l’incarcération, durant les décennies qui ont suivi.

 

Les défis actuels

Nous devons maintenant à la génération actuelle des physiciens nucléaires noirs, dont beaucoup sont enterrés dans l’obscurité dans les laboratoires d’armes nucléaires américains comme Lawrence Livermore, Sandia, Oak Ridge et Los Alamos, chaque occasion d’imiter leurs prédécesseurs de la Seconde Guerre mondiale (et de compenser décennies) en déployant toute la force de leurs prouesses scientifiques dans le développement d’une force de dissuasion nucléaire panafricaine.
Quiconque envisage de dire, que «l’Afrique est trop instable pour avoir des armes nucléaires», devrait savoir que les Africains ne tireront aucune leçon de la gestion responsable d’une capacité nucléaire par les puissances nucléaires du monde qui, entre elles, ont eu plus d’incidents nucléaires et carrément des effondrements que l’on pourrait secouer un bâton.

Du «Faded Giant» des Idaho Falls de 1961 au Titan II «Broken Arrow», de 1980 au 2007, la Base Minot / Barksdale ‘Bent Spear’ a subi des défaillances de réacteurs à Three Mile Island et à Tchernobyl, jusqu’à la perte d’armes nucléaires entièrement armées à 11 reprises. Les Africains ont été témoins de l’insouciance génocidaire et de l’ineptie caricaturale du monde. Les puissances nucléaires ont elles-mêmes malmené les armes les plus dangereuses du monde et ne feront aucun sermon sur notre propre aptitude à développer la même technologie, et nous n’aurons jamais abandonné l’inventaire inestimable de l’uranium hautement enrichi en de telles mains irresponsables…

La menace à la sécurité mondiale posée par le refus obstiné de l’Amérique de désactiver le statut de «lancement sur alerte» de son propre arsenal nucléaire – une doctrine suicidaire qui condamne l’humanité à la menace constante de l’oubli au moyen d’une guerre nucléaire accidentelle – éclipse de mille fois les risques exagérés de «prolifération» ou de «terrorisme nucléaire» supposés découler de la rétention de matières fissiles enfermées à Pelindaba.

——————————————–
En tant que premier État doté d’armes nucléaires à disposer unilatéralement de son propre arsenal nucléaire, l’Afrique du Sud a désormais l’autorité morale et l’obligation historique de se retirer du TNP et des Accords de Pelindaba, de reconstituer son programme d’armes nucléaires. les puissances nucléaires ne parviennent pas à faire le bien leurs propres engagements à suivre ses traces et à démanteler leurs propres arsenaux nucléaires.

Après avoir mobilisé l’humanité dans la lutte contre l’apartheid racial, l’Afrique du Sud est maintenant prête à mener le monde dans une croisade encore plus grande pour abolir l’apartheid nucléaire (et assurer le désarmement nucléaire mondial) en se réarmant avec les armes nucléaires qu’elle possédait autrefois.

La décision de Pretoria de reconstruire son arsenal nucléaire permettrait à l’Afrique du Sud d’unifier le continent africain entier en un seul État et de réaliser ainsi le rêve longtemps recherché d’une utopie panafricaine futuriste de style Wakanda. A travers un «Projet Manhattan» à l’échelle de l’Afrique réunissant les spécialistes nucléaires de sa diaspora mondiale (sous la direction déterminée d’un «Oppenheimer africain»), l’UA doit maintenant entreprendre le réarmement nucléaire complet du continent africain afin de prendre sa décision. place légitime aux côtés des anciennes colonies britanniques – devenues des superpuissances nucléaires comme la Chine et l’Inde.

Le spectre d’une Afrique re-nucléarisée pourrait également être utilisé pour permettre aux anciennes nations coloniales et esclavagistes d’Europe de payer des réparations aux descendants d’esclaves africains dans sa diaspora mondiale et de forcer l’UA à devenir membre du Conseil de sécurité de l’ONU, en tant que 6ème Membre permanent.

L’America First du président Donald Trump s’est engagé à construire un arsenal nucléaire encore plus grand et meilleur que ses prédécesseurs (en défiant de manière flagrante les engagements américains du NPT), associé à son dénigrement des nations africaines en tant que « sh * tholes », obligeant l’Afrique à poursuivre maintenant sa propre politique «Africa First» correspondante qui cherchera à «rendre l’Afrique encore plus belle» en relançant l’effort d’armement nucléaire précédemment démantelé de Pretoria – avec un programme complémentaire de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) pour le livrer.

Inspirée par l’Inde Agni-V, la Chine DF-41 et les programmes de missiles Hwasong-15 de la RPDC, l’Union Africaine – travaillant à travers l’Agence Spatiale Sud Africaine et aidée par la société SpaceX du patriote sud-africain Elon Musk – pourrait déployer rapidement sa propre pointe nucléaire. Falcon Heavy-style ICBM (appelons le « Assegai-III » après le redouté Zulu javelot) avec une flotte de porte-avions africains de classe Liaoning sous le commandement militaire d’une « Pan African NATO » et qui servira à décourager toute mésaventures futures par des agresseurs étrangers.

La décision raciste de 1991 du régime d’apartheid sortant de disposer de son arsenal nucléaire, par crainte d’être hérité par un gouvernement à majorité noire, successeur était un acte raciste méprisable que la communauté internationale a depuis conspiré pour décrire comme un acte d’altruisme stellaire, doit maintenant être inversée à travers la renaissance d’une Afrique du Sud en tant qu’État doté d’armes nucléaires – et couronnée par la réussite d’un essai nucléaire de type Vela pour démontrer la capacité d’ici au mois de décembre 2018.

————————————————–
Le choix est maintenant clair: les puissances nucléaires déclarées doivent se débarrasser de leurs propres arsenaux ou le jour ne tardera pas à venir lorsque des milliardaires d’ascendance africaine comme Aliko Dangote, Robert F. Smith, Mike Adenuga, Patrice Motsepe, Elon Musk et Folorunsho Alakija pourraient un jour financer un «projet Manhattan» panafricain.

Et dans un très secret ‘African Natanz’ enfoui dans la jungle du continent et enfoui encore plus profondément sous sa terre fertile, des milliers de centrifugeuses Zippe, synchronisées numériquement par les superordinateurs d’IBM et de Fujitsu et tournant à une vitesse supersonique, pourraient un jour des kilos d’uranium africain hautement enrichi qui, une fois extraits et déposés dans des conteneurs sécurisés, seraient transportés sous escorte des forces spéciales africaines et la couverture aérienne de combat de Sukhoi dans une installation d’armement nucléaire hautement secrète.

Et à l’arrivée à un ‘African Dimona’ les quantités de HEU-235 seraient manucurées en sphères de la taille d’un pamplemousse et minutieusement installées, orbe radioactive par orbe radioactive, dans les paquets de physique d’un arsenal panafricain de type W88 miniaturisé, thermonucléaire à ogives coniques – la longue « bombe africaine » redoutée.

Peu de temps après, un satellite d’espionnage américain en orbite sur une mission de routine peut se retrouver à avoir détecté un tremblement non identifié dans le désert du Kalahari. Quelques jours plus tôt, une équipe d’ingénieurs nucléaires, dirigée par un «African A.Q. Khan ‘et travaillant sous le couvert de l’obscurité, aurait soigneusement descendu un dispositif de fusion de 750Kt de conception Teller-Ulam sur le puits profond de 1km d’une mine de diamants namibienne désaffectée et attendait d’autres instructions.

Et dans un lointain palais présidentiel africain, son entrée ornée flanquée de deux méga-statues de lion de la taille d’un Sphinx et défendue par une batterie de missiles sol-air Umkhonto, un combiné de l’iPhone aurait pris vie dans la main d’un L’Africain Ben Gurion ‘avec les nouvelles historiques que le’ point ‘était maintenant en place et « prêt à être testé, Votre Excellence. »
Si ce monde souhaite éviter un événement «Castle Bravo» ou «Ivy Mike» sur le sol africain, ses États dotés d’armes nucléaires seraient bien avisés de tenir leurs promesses de désarmement depuis longtemps rompues, de peur que l’Afrique ne profite de ses menaces de réarmement et ne devienne la superpuissance nucléaire elle a tous les droits moraux, politiques et stratégiques d’être.

 

 

                  BIO EXPRESS 

Paul Bitakaramire est un entrepreneur basé au Royaume-Uni, écrivain indépendant et producteur de films qui a déjà été publié dans le magazine britannique Spectator et a produit des films documentaires pour la BBC.

Résultat de recherche d'images pour "valise uranium"

Publicités

Une réflexion sur “Rendre l’#Afrique #Nucléaire à nouveau? L’Afrique du Sud, l’Algérie, le Nigéria, le Rwanda, le Maroc, le Togo prennent des contacts même au sein de réseaux parallèles… #Fission #Valise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s