#Espagne SCANDALE L’ex-maîtresse de Juan Carlos I met en cause l’ancien roi d’Espagne qui l’aurait utilisée comme prête-nom pour dissimuler une partie de sa fortune. #Togo Vicente Boluda #MAFIA

#Espagne SCANDALE L’ex-maîtresse de Juan Carlos I met en cause l’ancien roi d’Espagne qui l’aurait utilisée comme prête-nom pour dissimuler une partie de sa fortune. #Togo Vicente Boluda #MAFIA

 

afffffff

 

En Espagne, des enregistrements mettent en cause l’ancien roi Juan Carlos

 PAR  ET INFOLIBRE

La diffusion d’enregistrements publiés par deux journaux espagnols cette semaine secoue de nouveau la monarchie espagnole. L’ancien monarque Juan Carlos, qui a quitté le trône en 2014, se trouve accusé de corruption et blanchiment d’argent. L’affaire relance le débat sur le statut de l’ancien roi, qui le protège de toute poursuite judiciaire.

La monarchie espagnole continue de s’enfoncer dans les scandales. Dans une série d’enregistrements publiés par les journaux en ligne El Español et OK Diario, l’ancienne maîtresse de Juan Carlos I met en cause l’ancien roi d’Espagne – et père de Felipe, l’actuel monarque –, qui l’aurait utilisée comme prête-nom pour dissimuler une partie de sa fortune.

Corinna zu Sayn-Wittgenstein, présentée par la presse espagnole comme une femme d’affaires allemande qui fut la maîtresse de Juan Carlos pendant plus de huit ans, a pour particularité de résider à Monaco. Dans ces enregistrements, publiés les mercredi 11 puis jeudi 12 juillet, dont certains remontent à 2015, celle-ci échange notamment avec José Manuel Villarejo, un ancien commissaire de police aujourd’hui en détention provisoire, et accuse l’ancien monarque de corruption et de blanchiment d’argent.

On entend Corinna zu Sayn-Wittgenstein expliquer comment Juan Carlos, considéré en Espagne comme l’un des pères du retour à la démocratie, aurait, à son insu, mis à son nom une partie de son patrimoine – notamment des terrains au Maroc –, afin de bénéficier de son statut de résidente à Monaco. Sur le Rocher, il n’est pas obligatoire de déclarer au fisc les biens patrimoniaux.

Juan Carlos I le 2 juin 2014, peu de temps avant son abdication. © Reuters / Susana Vera.Juan Carlos I le 2 juin 2014, peu de temps avant son abdication. © Reuters / Susana Vera.

La Maison du roi (l’organisme placé sous l’autorité directe du roi) et le Centre national de renseignement espagnol (CNI) ont refusé de commenter ces informations, comme l’expliquait ce jeudi infoLibre (site partenaire de Mediapart). Après la publication de ces enregistrements, Corinna zu Sayn-Wittgenstein a diffusé un communiqué dans lequel elle dénonce « une campagne de discrédit avec motivation politique » à son encontre. Cependant, elle n’a pas démenti l’authenticité des conversations enregistrées.

Ces enregistrements décrivent un système créé par Juan Carlos I et l’avocat suisse Dante Canonica, qui n’est autre que… le juriste qui a travaillé pour le gérant de fonds de l’affaire Gürtel, l’un des plus grands scandales de corruption en Espagne, qui a éclaboussé le Parti populaire (PP, droite) et provoqué au printemps dernier la chute de l’ancien chef du gouvernement, Mariano Rajoy.

Dans ces mêmes enregistrements, Corinna zu Sayn-Wittgenstein prétend avoir subi des pressions de l’avocat Canonica pour transférer certaines des propriétés à Álvaro d’Orléans-Bourbon, cousin de l’ancien roi, mais dit avoir refusé par peur de commettre un délit de blanchiment d’argent. « Il [l’avocat – ndlr] me met une pression énorme pour que je rende ces choses [les biens – ndlr], mais si je le fais, je transgresse la loi… et je peux aller en prison », estime-t-elle dans un des enregistrements. Selon l’aristocrate allemande, l’ancien roi d’Espagne aurait également utilisé Álvaro d’Orléans-Bourbon pour cacher de l’argent dans plusieurs comptes en Suisse.Dans un autre enregistrement, la femme d’affaires implique directement l’ancien roi dans l’affaire Nóos, le scandale de corruption par lequel Iñaki Urdangarin, le mari de la fille cadette de Juan Carlos I et beau-frère de l’actuel roi Felipe, a été condamné à cinq ans et dix mois de prison pour détournement de fonds publics, fraude fiscale et trafic d’influence.

Cristina de Bourbon, la fille cadette de Juan Carlos, son mari Iñaki Urdangarin et leurs enfants, en 2012. © Vincent West/ReutersCristina de Bourbon, la fille cadette de Juan Carlos, son mari Iñaki Urdangarin et leurs enfants, en 2012. © Vincent West/Reuters

« Pour l’Institut Nóos, qui a fait tous les appels pour récupérer l’argent ? Le roi », assure Corinna zu Sayn-Wittgenstein, en se disant prête à témoigner devant la justice. Cet enregistrement contredit la défense de la famille royale qui, tout au long de l’affaire Nóos, n’a cessé de prendre ses distances avec les agissements d’Urdangarin. « Le roi ne fait pas de distinction entre ce qui est légal et ce qui est illégal », assure Corinna zu Sayn-Wittgenstein dans un extrait daté de 2015.

Mais ce ne sont pas les seules accusations que comprend cet enregistrement. Selon les propos de son ancienne maîtresse, Juan Carlos I a réclamé le versement d’une commission pour son implication dans la concession à un consortium d’entreprises espagnoles de la construction de l’AVE (le TGV espagnol) à La Mecque, en Arabie saoudite. En 2011, il avait joué un rôle crucial d’intermédiaire pour aider le groupement de sociétés à obtenir ce contrat de plus de 6,3 milliards d’euros. Selon Corinna zu Sayn-Wittgenstein, Juan Carlos I aurait touché un « grand virement […] venant d’Arabie saoudite », pour son implication dans le dossier.

Juan Carlos I, après son abdication en 2014, a maintenu intact son statut de personne « inviolable ». Un statut qui empêche toute procédure judiciaire à son encontre. Après la publication de ces enregistrements, plusieurs formations politiques, dont Ciudadanos (droite) et Podemos (gauche critique), ont remis en question ce traitement de faveur. L’actuel chef de gouvernement, le socialiste Pedro Sánchez, s’était gardé jeudi soir de tout commentaire sur le sujet.

Juan Carlos I n’en est pas à son premier scandale. Alors que l’Espagne traversait la plus grave crise économique et sociale depuis le retour de la démocratie à la fin des années 1970 et que des milliers d’Espagnols se faisaient expulser de leur logement, il s’était payé le luxe d’un safari au Botswana, pour chasser l’éléphant en compagnie, déjà, de Corinna zu Sayn-Wittgenstein. Les photos de son séjour africain avaient choqué nombre d’Espagnols et l’avaient sans doute en partie incité à abdiquer au profit de son fils, en 2014.

#Togo #Espagne #Port #Lome 400 Millions USD Vicente Boluda Fos du Real Madrid au NarcoTrafic avec PPE #Rajoy #Rey #Catalunya #Corruption #Cocaine

Résultat de recherche d'images pour "togo boluda"

Image associée

La décision de la privatisation de la capitainerie du Port autonome de Lomé (PAL) est rentrée dans sa phase active. Et la société Boluda Lomé SA deviendra l’exploitant exclusif des services de remorquage et de lamanage à partir de janvier prochain jusqu’en 2017, soit 20 ans.

La concession de la capitainerie à la société Boluda Lomé SA suscite toujours des controverses tant dans l’opinion qu’au sein des hommes d’affaires et des transitaires. Ces derniers restent perplexes face aux conditions dans lesquelles la concession a été faite.

Dans le quotidien national du 28 septembre 2015, il était publié une annonce N°1563/MIT/CAB/PRMP du 23 septembre 2015 à ces termes : « Avis d’appel public de candidature relatif à la mise en concession du service de remorquage du Port autonome de Lomé-Phase de pré-qualification ». Elle était signée de Ninsao Gnofam, ministre des Infrastructures et des Transports.

Le même avis est publié, plus tard, dans le même journal mais sous le N° 05/PAL/PRMP/2014 et cette fois-ci signé de Fogan Adégnon, Directeur général du Port autonome de Lomé. Pourquoi cette ambivalence ? Il s’agit alors du premier couac.

Quid de la société Boluda Lomé SA ?

On ne sait pas grand-chose sur la société Boluda Lomé SA si ce ne sont les informations que fournit l’extrait de l’annonce légale. Elle a été constituée via l’étude du Me Amaté Madjé Atayi le 26 septembre 2016 avec un capitale d’un milliard quatre cent quatorze millions (1.414.000.000) FCFA. Et elle a pour objet « toutes opérations de remorquage, de lamanage et de transports de marchandises et/ou de passagers ainsi que d’assistance, de sauvetage et d’avitaillement ; de refoulement et de toutes opérations de soutien aux navires sur rades et aux approches du port », de « l’acquisition, la propriété, la prise en crédit-bail, l’administration et l’exploitation par bail, location ou autrement, la gestion, la mise en valeur de tous biens immobiliers », entre autres.

Quelques temps après sa constitution, Vicente Boluda Fos quitte la direction de la société le 3 octobre 2016. Antonio Bordils Montero et Hervé Georges Edouard Lefevre sont promus respectivement président du Conseil d’administration et de Directeur général. Un changement donc brusque. Second couac.

La privatisation de la capitainerie du PAL fait grincer des dents. Elle fait partie des mesures prises ces derniers mois qui font déserter les clients de l’institution.

 

Ces prestations seront fournies par 3 remorqueurs de dernière génération

Le contrat suppose un chiffre d’affaires s’élevant à 400 millions de dollars

Vicente Boluda, président de Boluda Corporación Marítima, et le ministre de l’équipement et des transports, Ninsao Gnofam; le directeur général du Port de Lomé, le contre-amiral Fogan Kodjo Adegnon, et le directeur du cabinet du ministre de l’Économie et des Finances, Kossi Tofio, ont signé dans la ville togolaise de Lomé la Convention dont Boluda France, filiale pour l’Afrique et la France de Boluda Corporación Marítima, est devenue adjudicataire pour la prestation des services de remorquage, de mouillage et de transport des équipages dans le port de Lomé (Togo).

La nouvelle incorporation s’inscrit dans la stratégie d’expansion de Boluda Towage and Salvage, qui compte déjà sur une présence dans plus de 70 ports du monde entier. Cette croissance s’est particulièrement notée sur le continent africain, où elle offre ses services dans 9 pays, et 12 ports. Le contrat suppose un chiffre d’affaires s’élevant à 400 millions de dollars.

 

Boluda France destinera au port de Lomé 3 remorqueurs de 65 tonnes de traction, équipés de systèmes fi-fi pour lutter contre les incendies et la pollution marine, qui satisfont les plus hautes normes internationales en matière de qualité et de sécurité.

 

Denis Monserand, directeur général de Boluda France, a affirmé que «notre leadership dans les services portuaires en Afrique occidentale nous permet de mieux comprendre les problèmes et les besoins du port autonome de Lomé et de ses clients. La stratégie lancée par les autorités du Togo concernant le développement du port, combinée à l’expérience de Boluda en services maritimes, auront sans aucun doute pour conséquence d’atteindre ensemble le succès. C’est dans cet esprit de collaboration que se matérialise notre engagement pour le développement local et le tissu économique et social».

 

Résultat de recherche d'images pour "togo boluda"

 

Carrière au Real Madrid

Il intègre le conseil d’administration du Real Madrid lorsque Ramón Calderón est élu en 2006.

Moins d’un an après, il est nommé vice-président, après la démission de Juan Mendoza, à la suite d’un désaccord en ce qui concerne la section basket-ball du club.

À partir du 16 janvier 2009 et après l’affaire des votes truqués, Boluda se trouve à la tête du club jusqu’à l’élection de Florentino Pérez le 1er juin 2009.

Résultat de recherche d'images pour "BOLUDA FOS VICENTE real madrid"

 

Les suspects de corruption et de trafic de drogue derrière la concession du port de Santa Fe
L’UTE qui reste comme seul enchérisseur est fortement suspecté. Le rôle de l’ancien responsable de l’organisme de réglementation.

Dans ce contexte, et après le départ surprenant de Camargo Correa, l’une des principales holdings d’origine brésilienne, la seule société qui maintient son offre est un UTE composé de quatre entreprises: Puerto Fenix, actuellement concessionnaire du port d’Asunción, Paraguay; Corporación Marítima Boluda à travers sa filiale Compañía Marítima Austral SA; Sociedad Comercial del Sur, liée à Vorobiof; et House to House SA, dont l’un de ses titres est Bernabé Moschella arrêté pour trafic de drogue en Espagne.

Les antécédents des intéressés ont porté au conseiller Rosarino Héctor Cavallero pour enquêter sur la licitation. « Nous avons participé à l’enquête sur cette offre parce que nous sommes préoccupés par la destination du port de Santa Fe », a déclaré le maire à LPO.

« Pour cette raison, nous avons présenté au gouverneur Bonfatti un dossier contenant les grandes irrégularités et les soupçons de trafic de drogue qui se répandent dans certaines de ces entreprises », a déclaré Cavallero, qui a reconnu qu’il n’avait reçu aucune réponse du gouvernement provincial.

Les quatre entreprises impliquées ont créé la TPU «NTM Santa Fe», dont les deux premières sont des capitaux étrangers, paraguayens et espagnols, tandis que la Sociedad Comercial del Sur et House to House, d’origine locale.

Le fonctionnement de la concession est prévu pour 33 ans et dans le cadre de l’offre juteuse est envisagée la construction d’un nouveau terminal multifonctionnel, un investissement qui nécessitera 170 millions de dollars.

Qui est qui

Selon le rapport présenté par Héctor « Tigre » Cavallero à Antonio Bonfatti, les quatre entreprises intéressées par le port de la capitale provinciale seraient parsemées de cas de corruption, de trafic de drogue ou liées à Vorobiof, un entrepreneur ayant des liens étroits au sommet socialiste

La Politique en ligne a pu accéder aux documents et détailler les histoires inquiétantes de chacun des actionnaires de l’UTE NTM Santa Fe, qui est restée le seul enchérisseur après la retraite de Camargo Correa sans autre explication.

« Le retrait surprenant de Camargo Correa de l’appel d’offres, une entreprise brésilienne sérieuse, nous a alerté vers la destination que le port de Santa Fe pourrait avoir », a déclaré Cavallero aux médias.

Puerto Fénix, la société qui revendique le port d’Asuncion du Paraguay mais gère également le port de Zárate et Nueva Palmira, en Uruguay, est soupçonné d’être l’un des points stratégiques à partir desquels les drogues sont exportées vers l’Europe et l’Afrique.

Selon les rapports de journaux, Puerto Fénix a été mentionné dans d’innombrables opérations internationales liées au trafic de cocaïne. Dans un des derniers raids sur le port d’Asunción, le 21 août, la police antinarcophile paraguayenne a trouvé une quantité de cocaïne qui a été chargée dans un conteneur, entre des sacs de riz destinés à la République démocratique du Congo. Au cours du même mois, 50 kilos de la même substance avaient été détectés pour le Mozambique.

Également dans une opération menée dans la rivière Paraná en octobre de cette année, à San Pedro, où le capitaine d’un navire paranier paraguayen a été arrêté, quatre tonnes de marijuana qui ont eu le destin de Buenos Aires ont été saisies et se sont installées du même port.

Au cours des années précédentes, la signature de Puerto Fénix est également liée au trafic de drogue: en novembre 2009, plus de 100 kg de cocaïne ont été saisis dans des conteneurs qui l’ont laissé. En mars 2010, à Hambourg, une charge de 1 300 kg de la même substance provenait de la même source.

En 2013, en Espagne, caché dans des boîtes de tomate a saisi 338 kg également de cocaïne de pureté maximale qui avait quitté Puerto Fénix. Dans la même année, en Suisse, ils ont réussi à donner 259 kilos qui avaient la même origine.

« Si nous donnons la direction du port de Santa Fe, un circuit serait difficile à surveiller », a déclaré Cavallero, qui a ajouté que si l’enchère était terminée « condamnerait l’Hidrovia à une situation dangereuse où le groupe en question dominerait le transit des bateaux « .

Une autre des entreprises interrogées par Cavallero qui intègre l’UTE est la Corporación Marítima Boluda, une société valencienne liée au Parti Populaire et dont le partenaire principal est Vicente Boluda Fos, un entrepreneur qui a obtenu le monopole du remorqueur en Espagne, a été président du Real Madrid au cours de cinq mois et leurs investissements comprennent des projets immobiliers et des vignobles propres.

Vicente Boluda Fos a été dénoncée par le PSOE au Parlement européen pour une éventuelle fraude dans l’obtention des subventions accordées par l’Union européenne et pour les manœuvres possibles d’évasion fiscale.

Le magnat de Valence opérerait à Santa Fe par l’intermédiaire de sa filiale Compañía Marítima Austral SA, une société dédiée à l’arrimage, l’entreposage et le transfert de conteneurs, ainsi que le transport de passagers dans les terminaux espagnols et en Afrique de l’Ouest.

Quant aux entreprises locales qui composent l’UTE, elles ne bénéficient pas non plus de la meilleure image. House to House était lié à l’affaire Manzanas Blancas, une contrebande de cocaïne frustrée cachée dans des caisses de pommes de Río Negro.

Le conseil d’administration de la société est dirigé par Pablo Pérez Porto, ancien directeur d’Edcadas SA, une société d’entreposage d’impôts liée à Alfredo Yabrán.

Un autre membre du conseil d’administration est Bernabé Moschella, actuellement détenu accusé de vendre des drogues dans la banlieue de Buenos Aires, la capitale fédérale et le trafic en Uruguay et en Espagne.

Moschella avec Ariel Álvarez, frère Gabi Alvarez, le prisonnier de relations publiques en Uruguay, sont impliqués dans le trafic de cocaïne, de la méthamphétamine et de l’ecstasy en Europe cachés dans des skis préparés dans un laboratoire sophistiqué a quatre pâtés de maisons de Central Department de la police de l’CABA.

Le reste du répertoire House to House n’a pas de support ni de revenus en fonction de l’élément de campagne de la société. Enrique César Sosa, une autre des titres, il n’y a pas d’inscription fiscale alors que Leonardo Gastón Salvadore est un monotributeur et a une société de messagerie et de messagerie.

La quatrième société de l’UTE est la Société Comercial del Sur, une société liée au président démissionnaire de l’Autorité portuaire de Santa Fe, Marcelo Vorobiof, qui a été enquêté, entre autres plaintes, pour avoir engagé directement la commercialisation de Comercial del Sur.

 

 

Raison socialeBOLUDA INVERSIONES SAForme juridiqueSociété anonyme (SA)NIF (SIREN)A46766218TVA intracommunautaireVérifierAdressePASEO CARO, S/N,46024,Valencia,Valencia,SpainTéléphone+34 914183600Situation au Registre du Commerce ActiveRaisons sociales antérieuresBOLUDA SHIPPING SABOLUDA SHIPPING SLObjet SocialCambio de objeto social (1999-02-17): Adquisición y explotación de inmuebles urbanos y rústicos Adquisición y negociación de valores mobiliarios y en general activos financieros Asesoramiento fiscal, jurídico y financiero; servicios de asistencia y gestiónNombre d’employésEntre 10 et 49 employésFacturation annuelleMoins de 2 millions d’eurosDerniers comptes présentés2011/ 2012/ 2013/ 2014/ 2015Site webwww.boluda.com.es,www.grupoboluda.com

Résultat de recherche d'images pour "togo boluda"

Résultat de recherche d'images pour "Vicente Boluda fos PPE"

Résultat de recherche d'images pour "Vicente Boluda fos PPE"

Résultat de recherche d'images pour "togo boluda"

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "BOLUDA FOS VICENTE"

 

 

 

 

Pafffffff
Publicités

Une réflexion sur “#Espagne SCANDALE L’ex-maîtresse de Juan Carlos I met en cause l’ancien roi d’Espagne qui l’aurait utilisée comme prête-nom pour dissimuler une partie de sa fortune. #Togo Vicente Boluda #MAFIA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s