Banques et paradis fiscaux : le Luxembourg en tête d’affiche:Société Générale et Crédit Agricole celles qui pratiquent le lus d’actions « anormales » TOGO OFFSHORE SHADOW BANKING

EVASION

Banques et paradis fiscaux : le Luxembourg en tête d’affiche

Une nouvelle étude publiée par le Cepii (ou plutôt la version finale de juin 2018 d’une première ébauche publiée fin 2017) permet de mieux saisir le rôle des banques comme intermédiaires pour l’utilisation des paradis fiscaux. Elle met en évidence le rôle clé du Luxembourg ainsi qu’une utilisation bien plus forte des territoires offshores par les banques britanniques et allemandes par rapport aux banques françaises.

Trois résultats importants

Pour avoir une idée de la présence des grandes banques européennes dans les paradis fiscaux, Vincent Bouvatier, Gunther Capelle-Blancard et Anne-Laure Delatte se sont appuyés sur les données, publiques, que doivent fournir les banques sur leur présence partout dans le monde. Ils disposent ainsi d’informations sur 37 banques pour lesquelles ils identifient des filiales dans 26 paradis fiscaux.

Ils utilisent ensuite un « modèle de gravité » un outil traditionnellement prisé par les économistes. Il permet de mesurer ce que devraient être les relations entre une banque et un pays en fonction des caractéristiques fondamentales du pays (sa taille, etc.).

Les relations des banques avec les paradis fiscaux apparaissent trois fois plus importantes que la normale

Premier résultat : les relations des banques avec les paradis fiscaux apparaissent trois fois plus importantes que la normale, soulignant à quel point ces territoires sont devenus importants pour le système bancaire.

Deuxième résultat : lorsque l’on mesure le poids de ces activités anormales dans les économies concernées, le Luxembourg ressort en tête avec l’équivalent de 9 % de son PIB. Monaco arrive en deuxième position avec 8,5 % du PIB. Le poids des activités de paradis fiscaux apparaît donc important pour l’économie de la Principauté qui reste tout de même un confetti financier à l’échelle internationale.

Enfin, en regardant cette fois la part de la présence anormale des banques par rapport à l’ensemble de leurs activités internationales, il ressort que « deux banques britanniques et deux banques allemandes sont particulièrement agressives : Standard Chartered et HSBC révèlent une activité anormale dans les paradis égale à 21 et 18,3 % de leurs activités mondiales, DZBank et Deutsche Bank des taux de 15 % et 8 % ».

Les banques françaises affichent, elles, un petit 0,9 % – le Crédit agricole ressortant comme la plus présente dans les activités anormales. Cela les place loin derrière leurs concurrentes britanniques, au service d’une clientèle internationale à partir de la City, un phénomène connu. Plus surprenant, on retrouve des banques allemandes. Notamment la Deutsche Bank, manifestement de tous les mauvais coups de la finance (vente de produits financiers toxiques, manipulation des taux d’intérêt, blanchiment, etc.).

Publicités

Une réflexion sur “Banques et paradis fiscaux : le Luxembourg en tête d’affiche:Société Générale et Crédit Agricole celles qui pratiquent le lus d’actions « anormales » TOGO OFFSHORE SHADOW BANKING

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s