MACRON avec Les nouveaux masques de la Françafrique !

Les nouveaux masques de la Françafrique | Afrique Asie

Vincent Bolloré vous le confirmera, la «Françafrique» n’existe plus. Inutile de chercher poux et querelles à ces entrepreneurs méritants, humanistes, engagés à veiller au bien auprès de gouvernants du continent noir. Pour le grand bien de l’Afrique.

Gloire au bienveillant Jacques Foccart qui, en tête du peloton des néo missionnaires, a été le premier à ériger ce pouvoir parallèle, à inventer ces républiques à deux têtes, une noire une blanche. Certes les actions civilisatrices et altruistes du « Phoque » étaient un peu brutales, voyantes et souvent sanglantes. Afin que le nègre -qui se croyait émancipé- continue sans grogner d’obéir à la philosophie d’une libération sous tutelle dont la camisole est réglée à Paris. Avec le temps, les règles ont été contraintes de s’adapter à la musique et au décor qui accompagnent la farce de « l’indépendance », dont le mot de passe est « démocratie ». Le chemin de cette liberté africaine est marqué par la tombe d’un soldat connu, celle de Jean-Pierre Cot. Jeune ministre de la Coopération sous Tonton, fils de héros vraiment « de gauche » comme Pierre, son père, ce naïf a imaginé que l’élection de Mitterrand sifflait la fin de partie pour la « Françafrique », que le temps des colonies était fini. Que de Dakar à Bamako « Liberté, Egalité, Fraternité » était une Lumière partagée. Idiot inutile, ce Cot a été jeté aux orties après quelques mois d’exercice. Ne jamais oublier la doctrine distillée par l’Elysée, depuis « l’Indépendance » : l’Africain est réputé ne rien entendre au reggae voltairien. Alors qu’il suffit de lui donner un ballon et un djembé pour qu’il soit heureux. Désormais tranquille dans des palais trop secs ou trop humides, le bataillon des dictateurs s’occupe de tous les bonheurs, et donc de celui des amis blancs de la France à fric.

Je disais que le modèle inventé par Foccart avait dû s’adapter. Pour le mesurer il suffit de consulter la liste des sociétés de « sécurité » ou « d’intelligence » qui pullulent dans l’hexagone. L’Afrique reste leur fromage.

Jadis on envoyait l’armée, la Légion pour régler le compte des Africains indociles. Parfois, pour les cas les plus complexes, Bob Denard et ses mercenaires prenaient la main. Jusqu’à Mitterrand qui a utilisé cette bande de reîtres au Tchad, pour tailler pièce à Kadhafi. Aujourd’hui, comme souvent, la mode du pire vient des Etats-Unis. C’est le pays de Bush qui a remis sur le devant une privatisation des armées oubliée depuis le début du XIXe siècle. Maintenant Blackwater est là pour se battre à la place des « Marines » ou des « G.I ». Avant d’en arriver à cet extrême guerrier, et d’acheter « l’ordre » ou la guerre clé en main, il existe des entreprises qui proposent des solutions intermédiaires où le gradé blanc joue un discret rôle de chef suprême auprès des armées noires. Par le truchement de ces sociétés d’un service vraiment spécial, des potentats peuvent compter sur le colon historique pour l’aider à rester en place. Dans le passé les « gardes présidentielles » de ces roitelets étaient entre les mains de barbouzes tricolores sous contrôle de Paris. Le dispositif était voyant et sujet à bavures. La France ne veut plus de surprise à la Bokassa, un adjudant ivre et mégalo qui arrive au pouvoir. Le président africain n’est plus un affidé mais un « partenaire », le DRH d’un pays qui reste une filiale économique et stratégique de l’Elysée et de ses amis. Pour éviter l’avènement de l’ivrogne capable de se faire sacrer empereur, rien de plus sûr qu’un contrôle étroit et continu des élites militaires des républiques des ex A.O.F ou AEF. Une école de guerre ambulante ? Voilà une idée pour garder à l’œil tout le sérail. Ce que veulent les ministères français de la Défense ou des Affaires étrangères c’est former des officiers africains qui restent « des nôtres ».

Dans l’actualité nous avons, bien visible, l’exemple de l’une de ces sociétés de guerre, la firme « Thémiis ». Elle n’a pas sourcillé en prenant pour icône la déesse de la justice. A propos de cette boîte capable de délocaliser les cursus de Saint Cyr ou de l’Ecole de Guerre, la revue « Jeune Afrique » met les pieds dans le plat et titre, « Voilà une nouvelle passerelle armée-privé ». Et Jean Guisnel, un journaliste breton qui exulte à la simple vue d’un uniforme kaki, s’en vient préciser dans un entretien avec le Télégramme de Brest, « Thémiis » n’agit pas sans l’aval du gouvernement », ni du MEDEF partenaire de l’aventure néocoloniale. Fondée par Camille Roux, bretonne elle aussi, et un général, Gilles Rouby, « Thémiis » est également animée par le colonel Peer Dejong, un militaire trop diplômé pour finir général. Aujourd’hui cette perle de l’enseignement des arts de la guerre est à la manœuvre en République Démocratique du Congo (RDC), en Côte d’Ivoire et en Mauritanie. Des états où, c’est prouvé, la liberté est chérie-e.

Pardon pour la citation qui suit, mais elle indique le jargon militaro-globish que l’on peut lire dans l’argumentaire de ces combattants de la paix et du droit :

« Terrorisme transnational, cybermenaces, multiplication des acteurs internationaux, guerre de l’information : dans un monde globalisé, les questions de sécurité et de défense sont de plus en plus complexes. Les acteurs de la sécurité sont confrontés à une véritable guerre de la connaissance pour proposer aux décideurs les solutions les plus adaptées aux menaces qui les concernent.

L’acquisition progressive d’une autonomie stratégique constitue un enjeu majeur pour les Etats. L’une des réponses à cette autonomisation réside en la mise en œuvre in situ de formations de très haut niveau, permettant à ces Etats de s’adapter rapidement aux nouveaux défis, de réformer leurs secteurs de la sécurité en conséquence, et de prévenir les crises à venir. » Sic et pardon encore pour le pensum.

Dans un entretien, que je résume, la dame Camille Roux, cheffe donc de l’entreprise, tente de convaincre de la noblesse de sa mission, pour l’instant le plus souvent auprès de putschistes ou de dictateurs :

« Après plus de 60 ans d’indépendance politique, les pays africains veulent aujourd’hui s’approprier leur propre sécurité et souhaitent accéder à une certaine autonomie dans la gestion de leurs problématiques de défense et de sécurité… Il leur faut acquérir des compétences en matière de droits de l’homme, de droit international humanitaire, même d’écologie ». Vous aurez noté que cette nouvelle petite sœur du bien parle de s’approprier « une certaine autonomie ». Il ne faut aller ni trop vite. Ni trop loin. La laisse reste courte, et l’Africain un grand enfant.

Mais qui sont ces magnifiques « jet profs » qui vont enseigner les droits de l’homme là où on les étrangle ? « Le corps enseignant est composé de chercheurs, de généraux (interarmées), de journalistes, d’humanitaires, de spécialistes de la gestion de crise ».

« Nous avons un partenariat avec la Direction de la coopération de sécurité et de défense du Ministère des Affaires étrangères, car nos cursus permettent à la France de rester active dans une zone stratégique. Lorsque l’on met sur pied des programmes de formation, on diffuse aussi des méthodologies, une certaine vision du monde, et bien sûr, cela favorise la francophonie. Tout cela à coût zéro pour l’Etat français. » Ah ! La belle entente entre bretonne et breton, Roux et Le Drian les amis de la bombarde, le ministre qui présente la société comme « indispensable à la diplomatie française ». Et les journalistes qui enseignent aux godillots cloutés de RDC doivent avoir belle allure.

« Par ailleurs, l’offre Themiis, via Antigone Associates, est en mesure de proposer aux Etats des solutions de financements, européens notamment. Enfin, nous allons travailler avec des Etats africains sur des sujets civils de contrôle des frontières, de gestion de l’immigration. »

Ici nous sommes dans le dur, dans l’argent qui ne saurait mentir. En ce moment, pas très difficile contre une promesse de « stabiliser » le migrant, d’obtenir d’une Europe apeurée des crédits en cascade. Pas pour le migrant, pour son chasseur.

Les 150 officiers supérieurs instruits par « Thémiis » à Kinshasa ne sont-ils assez férus de Droits de l’homme, d’écologie, de philosophie, de Lumières ? Voilà que « l’Institut » monté par Camille de Bretagne n’arrive pas à convaincre des défenseurs des libertés. Qui se fâchent : la société amie de Le Drian est devenue leur cible, ils la dénoncent à Emmanuel Macron et apposent leurs signatures : « Clément Boursin, responsable des programmes Afrique à l’ACAT-France, Julien Moisan, coordinateur des campagnes de l’association Survie, Tony Fortin, chargé d’études de l’Observatoire des armements, et Laurent Duarte, coordinateur international de la campagne « Tournons la page », Secours catholique Caritas France… »

« Monsieur le Président,

… vous avez la possibilité d’entendre enfin l’appel des démocrates congolais : pour fragiliser l’appareil répressif auquel ils font face et isoler politiquement le régime qui ordonne de les réprimer violemment, vous pouvez annoncer la suspension immédiate de toute coopération policière et militaire française avec ce pays. Combien de coopérants militaires et policiers sont dépêchés ? À quel poste ? Les officiers militaires ou de police congolaise qui participent aux formations prodiguées ou appuyées par la France (par exemple au sein des formations de l’entreprise française Themiis) sont-ils ceux qui ordonnent de réprimer toute manifestation ? Les matériels utilisés dans cette répression brutale proviennent-ils de fournisseurs français soutenus dans le cadre de cette coopération ? ».

Ces membres d’ONG, qui ont bien compris les nouvelles méthodes de la « Françafrique» », exigent que Paris cesse cette politique d’assistance ressentie comme le SAV des régimes autoritaires : « en France, il faut enfin rendre transparents ces programmes de coopération militaire et policière ; en RDC, la suspendre immédiatement pour cesser de soutenir un régime criminel ». Ce n’est pas gentil pour nos nouveaux missionnaires, hussards blancs des républiques noires, mais c’est bien dit.

Le coup de colère des ONG, en février 2018, a été précédé de tentatives d’alertes multiples. Depuis 2012, de nombreuses plaintes sont régulièrement déposées devant la Cour pénale internationale (CPI) contre l’Etat de RDC pour des violations répétées des Droits de l’homme. Le vendredi 10 mars 2017, c’est un collectif d’associations accompagné de plus de 200 Congolais de la diaspora, qui dépose de nouvelles requêtes. Selon leur porte-parole Oscar Rashidi : « Il s’agit d’une plainte contre Joseph Kabila pour crime contre l’humanité, crimes de guerre et génocide. Nous avons une documentation solide …Joseph Kabila a tué des milliers de personnes, des enfants ont été massacrés… Kabila utilise ses forces de sécurité pour commettre les massacres… ».

C’est encore le magazine « Ngambo Na Ggambo » qui, le 17 mars 2018 enrage à son tour. On peut lire un texte adressé à la patronne Camille Roux, et qui dit ceci : « Ne craignez-vous pas que votre institut soit un jour poursuivi en justice dès le changement de régime finissant de Joseph « Kabila » ; vus les crimes contre l’humanité et autres faits de violations dont certains officiers militaires, que Thémiis « forme ou recycle », et qui ont déjà été concernés en tant que responsables militaires ? ».

Dans une longue réponse la dame Roux nous rassure en précisant : « Dans notre enseignement nous avons un module sur les « responsabilités et contraintes des hauts dirigeants » dans lequel nous enseignons une méthode de raisonnement éthique ». Ouf. (1)

Cette considération qu’elle porte au dictateur Kabila, real politique oblige, met Le Drian dans de bien petits souliers. Sur Internet on injurie la France, pays « sponsor de la barbarie » en RDC. Difficile de donner tort aux réseaux sociaux quand on lit les dépêches diplomatiques : tous les pays sauf l’Espagne et la France ont rompu leurs relations avec l’énergumène de Kinshasa.

Et l’Institut français de Goma, installé dans l’est du pays, est devenu dans l’imaginaire des twitteurs une « cellule de renseignement française pour piller les minerais du Kivu ». Soucieux de protéger son enfant (un peu) caché, celui de Camille Roux et consort, le Quai d’Orsay estime qu’exprimée sur les réseaux sociaux, « cette hostilité prend source dans les « succès d’une société privée française, « Themiis ». Déclarons donc la guerre à Facebook !

Dans sa marche triomphale ourlée de tendresse et de Droits de l’homme, « Thémiis » est maintenant accompagnée « d’Amarante Internationale », une autre firme qui enseigne aussi l’harmonie et la paix. Sauf que, que le langage officiel de cette boîte est beaucoup plus rude. Voilà donc la publicité « d’Amarante », l’alliée de « Thémiis » :

« Confrontés à de nouvelles menaces, les Etats sont désormais contraints de reconsidérer leur dispositif de sécurité intérieure. La radicalisation de la délinquance et sa mutation en organisations criminelles sont de nature à fragiliser le droit fondamental des populations à la sécurité. De plus, les phénomènes de contestation, s’ils ne sont pas gérés selon un principe de stricte gradation des réponses, dans le respect des libertés publiques, peuvent conduire à une déstabilisation des institutions, et des pays. Par ailleurs, ces menaces s’appuient sur d’importantes innovations technologiques. Vecteur de nouvelles formes de criminalité, cet environnement offre également des capacités quasi instantanées d’action et de mobilisation de masse.

Enfin, la vulgarisation et la maitrise de la production d’images et de vidéos permettent largement aux délinquants et aux agitateurs d’instrumentaliser et d’alimenter les médias et l’opinion. »

Disons merci à cet argumentaire récité par un individu qui, lui, a appris les Droits de l’homme au sein de la DGSE. Il est clair : « les phénomènes de contestation…qui peuvent conduire à une déstabilisation… qui permettent aux délinquants et aux agitateurs d’instrumentaliser et d’alimenter les médias et l’opinion ». Que le dictateur qui n’a pas compris qu’avec ces méthodes l’opposition sera choyée lève la main !

Dans l’édification des élites militaires, et parfois civiles, « Thémiis » a trouvé un point de chute tout aussi rémunérateur que la RDC. Si les exploits du satrape de Kinshasa sont connus, ceux de Mohamed Ould Andel Aziz, le maître de Nouakchott, sont moins diffusés. Le militaire a été assez malin pour que son pouvoir, né d’un putsch, se transforme par magie en celui d’un président élu. Ce tour n’a pas empêché toutes les organisations démocratiques de flétrir l’usurpateur… qui s’accroche à son trône comme un démocrate. Un siège qu’il protège comme un molosse en faisant taire toute voix ne chantant pas ses louanges. Un emploi à plein temps. Qui exige l’assistance des amis de la « Françafrique», grands démocrates capables de souper avec les diables. Aziz ? Un homme de dialogue qui a récemment remis dans un avion des militants venus de Chicago pour protester contre l’esclavage encore en cours en Mauritanie.

Même les gentils organisateurs de Reporters Sans Frontière, ne donnent pas l’absolution au régime mauritanien. Dans leur dernier rapport ils écrivent : « Depuis 2014, la Mauritanie connaît une forte régression en matière de liberté de la presse contrairement aux grandes avancées que le pays avait réussi à réaliser les années précédentes. En novembre 2017, un projet de loi, qui punit de la peine de mort l’apostasie et le blasphème, même en cas de repentir, a été adopté…. De même, la loi sur les cybercrimes de décembre 2015… annule d’anciennes législations visant à protéger les journalistes… Par peur de représailles, l’essentiel de ceux-ci s’autocensure quand ils doivent couvrir des sujets tels que la corruption, les militaires, l’islam ou l’esclavage. Cette censure est renforcée par les pressions financières des autorités qui ont suspendu cinq chaînes de télévision et de radios privées depuis octobre 2017. » Palmarès : au classement mondial de la liberté de la presse le pays passe de la 55 è à la 72 è place. Au rang des « Démocraties dans le monde » c’est pire. Le régime d’Aziz est en 121 è position sur 167. Proche donc de la voiture balai.

Et c’est dans ce paradis de la liberté, où souffle le droit que nos amis de « Thémiis » forment policiers et gendarmes. Bizarrement, l’arrivée de la société de Camille Roux correspond à un engouement pour le voyage à Nouakchott. A la file, des citoyens français n’hésitent pas à venir clamer auprès d’Aziz combien ils le voient grand. L’odeur de pétrole, qui commence à flotter dans l’air, aurait-il un effet de Chanel N° 5 ? Et pourtant, bizarrement alors que la Mauritanie dépense beaucoup d’argent pour, dit-elle, « mieux former ses cadres », au Sahel, là où les forces africaines luttent contre le djihad, les impeccables soldats et fonctionnaires de Nouakchott sont toujours absents.

Pour blinder sa position de pointe, routine pour un guerrier, Peer Dejong, donc l’homme- orchestre de « Thémiis », créé en 2015 à Paris, l’association « Europe-Mauritanie ». Elle a pour but de « développer les relations d’amitié et de compréhension mutuelles »…Vous noterez que nous restons dans la ligne générale de la nouvelle « Françafrique», tout y est droits de l’homme, amour, amitié, échanges, écologie, culture. Foccart reviens ils sont devenus mous ! Comme un écrin de la rue de la Paix, cette association contient sa perle : Jean-Louis Bruguière dit « l’Amiral » (sans doute en raison de ses naufrages ?). Le site « Mondafrique.com » nous dit que, pour ce petit boulot flexible de conseiller en contre-terrorisme, l’ancien magistrat aurait touché une pige de 100 000 euros. Je trouve que c’est un peu léger pour un homme qui n’a pas de prix. Et le site de Nicolas Beau d’énumérer, en Mauritanie, les béantes carences du droit et des libertés. Qui ne semblent pas être un obstacle pour la conscience de Bruguière. Mieux, dans le livre « L’Histoire secrète du Djihad » (Editions Flammarion), le journaliste mauritanien Lemine Ould Salem révèle qu’Abou Hafs, l’imam d’al Qaïda, le numéro trois de l’organisation terroriste, vit peinard dans une villa de la capitale mauritanienne. Et Bruguière ne moufte pas !

Pour vous permettre de situer notre « Amiral », ce héros peu ordinaire de la justice française dans sa branche ultra répressive, rappelons quelques exploits de celui qui a fini sa carrière en politicien (candidat malheureux UMP aux législatives). Mise en examen -pour « terrorisme »- du franco-algérien Djamel Beghal, alors que torturé par la CIA, ce dernier avait été contraint d’avouer un crime imaginaire, expertise privée et bienveillante pour Total dans l’explosion de l’usine AZF de Toulouse, connivence avec Washington pour maintenir Georges Ibrahim Abdallah en détention après 34 années de prison : Bruguière ne redoute rien.

Pour les militants d’une ONG qui milite pour « la vérité sur le génocide du Rwanda », l’amertume contre le l’ancien magistrat est vive : « Si l’on doit mesurer le professionnalisme de l’ex-juge Bruguière à l’aune de son instruction, plus politique que judiciaire, dans l’affaire de l’attentat du 6 avril 1994 qui a été le signal du coup d’envoi du génocide au Rwanda, on peut s’étonner qu’il soit aujourd’hui haut représentant de l’Union européenne auprès des États-Unis pour la lutte contre le financement du terrorisme ».Car « JLB » est devenu insubmersible, et il a décroché un rond de job « anti-terroriste » auprès d’une Europe vraiment bonne fille.

En 1994, quand le juge de la galerie Saint Eloi trouve matière à inculper 174 « islamistes » dans un procès dit « Chalabi », le tiers des accusés est innocenté et libéré après des mois de prison. Situation qui motive le communiqué de la FIDH : « La Fédération internationale des droits de l’homme a lancé depuis près d’un an deux avocats, l’un britannique, l’autre italien, sur la piste de l’antiterrorisme français. Ils en sont revenus passablement stupéfaits, conclusions sévères sous le bras. Les deux juristes ont relevé «un large spectre de violations des obligations de la France au regard de la Convention européenne des droits de l’homme», dont les conséquences, «très préoccupantes», «contribuent à vider de leur substance certains droits de l’homme fondamentaux». Ils doutent de la légitimité, de la crédibilité et de l’efficacité du dispositif antiterroriste, qui se contente de «l’administration à courte vue d’une justice-spectacle» où «la raison d’Etat l’emporte souvent sur les droits de l’homme».

Aziz, le président mauritanien, avec son nouveau conseiller n’a pas affaire à un ingrat. A qui veut l’entendre, par exemple au média « Tahalil », « JLB » affirme : « la Mauritanie est un pays fort et un point d’appui important… Et je ne peux que me féliciter de la façon dont, aujourd’hui et même hier, les problèmes sécuritaires et globalement ceux concernant le terrorisme et la lutte contre la criminalité organisée ont été maîtrisés… Je crois que c’est un succès qui tient incontestablement à la volonté politique du président, qui est un militaire …». Bon si le juge considère… Passant de Thémis à « Thémiis »…il ne saurait pour autant être aveugle.

Parfois c’est à Paris que Bruguière et ses amis se réunissent, pour bosser. Ainsi le colloque « Le danger du terrorisme au Sahel : la réponse de la Mauritanie » a pris le profil d’une reconstitution de commissariat dissout avec dans la salle une kyrielle d’ex-flics en recherche de cachets.

Etrangement, ce débarquement civilisateur de la «Françafrique» en Mauritanie n’a pas été marqué par un peu plus de paix pour les opposants au formidable président Aziz. Bien au contraire. C’est ainsi de Mohamed Bouamatou, puissant homme d’affaires et ancien président du patronat mauritanien, n’est plus vraiment tranquille dans son exil de Marrakech. On l’espionne, on le traque, on le criminalise. Ne riez pas mais, même en plein désert, on retrouve des ordinateurs neufs et beaux, perdus dans le sable et contenant la comptabilité du maudit Mohamed Bouamatou. Il suffit de d’ouvrir les computeurs pour accéder à des chiffres, à des comptes, habilement bricolés par des barbouzes. Aggravant son dossier, Bouamatou a eu l’idée utopique de financer une ONG qui entend traquer la corruption en Afrique. C’est dire si l’homme est fou. Et nuisible. Il doit être exécuté.

Dans cette vendetta au pays des Maures, William Bourdon l’avocat parisien du mécène, par ailleurs héros harcelé du dossier des « Biens mal acquis », ne cesse de souffrir de dégâts collatéraux. Le produit de ricochets qui visent d’abord son client, le rebelle mauritanien. Bourdon est régulièrement menacé de mort, dénoncé dans des articles sponsorisés par les réseaux de corruption. Un exemple. A l’aide de faux documents, un épistolier anonyme expédie au fisc français la « preuve » que Bourdon a des comptes cachés en Chine ! Plutôt que de jeter ce torchon à la poubelle, l’administration française sollicite le FBI pour l’aider à chasser les magots imaginaires au pays de Mao. La «Françafrique» n’a pas peur de la guerre d’usure, du mensonge redondant qui se mord la queue, elle se sait éternelle.

Comme à la boxe, faute de directs ou de crochets, d’uppercuts, les coups sourds accumulés dans les côtes, ça use. Même Bourdon l’inexpugnable combattant. Ces assauts visent à décourager, à effrayer, à déstabiliser ceux qui luttent contre l’oligarchie « françafricaine », capable de tout pour défendre sa rente. Pour en finir, et que reprenne le cours du long fleuve colonial et tranquille, je conseille à ces spectres infatigables de retrouver en urgence le mode d’emploi des flèches empoisonnées. Peut-être est-il caché au milieu des secrets scellés dans la commode à Foccart ? Celle du Dieu, du maître à jamais ? Un meuble qui tient toujours son pan de mur dans les étages de l’Elysée.

Réponse adressée par la présidente de « Thémiis » à la revue « Ngambo Na Ggambo » :

« Cher Monsieur,

En réponse à votre message, vous trouverez ci-dessous une présentation du programme ESAM et un exposé sur la pertinence de notre mission en RDC.

L’Institut de formation THEMIIS, dédié aux questions liées à la paix et à la sécurité, s’est effectivement vu confier l’encadrement académique de l’Ecole supérieure d’administration militaire (ESAM), qui a ouvert ses portes le 8 janvier dernier.

La création de l’Ecole vise à doter le Congo d’un corps d’administrateurs rompus aux meilleures pratiques internationales, en matière de programmation et de gestion des ressources financières et humaines, d’administration générale et de soutien. L’objectif, à travers la réforme générale des systèmes de sécurité soutenue depuis 2005 par les organisations internationales, est de parvenir à former une nouvelle génération de hauts administrateurs parfaitement experts dans leurs domaines. Ce processus de formation enclenche ainsi un renouvellement générationnel « par le haut » des décideurs dans ces domaines.

Sont aussi enseignées, entre autres, des matières telles que le Droit public international et les principes généraux des Droits nationaux encadrant la Défense et la Sécurité. Tous les modules, dispensés par des spécialistes reconnus, sont en ligne avec les standards internationaux. Nous avons par exemple un module sur les « responsabilités et contraintes des hauts dirigeants » dans lequel nous enseignons une méthode de raisonnement éthique.

Comme il le fait en France et dans tous les pays dans lesquels il dispense des programmes de formation, l’Institut THEMIIS prodigue ses enseignements sans aucune contrainte, et avec une liberté de parole à laquelle nous sommes profondément attachés. En œuvrant pragmatiquement pour l’enseignement et la diffusion des bonnes pratiques, Themiis constitue de fait une plateforme unique et neutre de dialogue entre tous les acteurs présents sur le terrain, en dehors du champ politique et diplomatique : à chacun son métier.

Je tiens à souligner que nous avons été les premiers à organiser il y a quelques semaines de cela, une rencontre inédite entre les représentants des principales ONG présentes sur le terrain en RDC, et les FARDC. Les débats ont été francs et vifs, et les deux parties y ont trouvé un fort intérêt.

Cette liberté de parole, qui génère des échanges qui n’ont pas lieu ailleurs, est indispensable afin de pouvoir transmettre les principes internationaux de bonne gouvernance juridique, financière et administrative, et de pouvoir former sur les bonnes pratiques que notre expérience internationale nous permet de maîtriser.

Au-delà des enseignements, exercices théoriques et mémoires de recherche, nous apportons un soutien technique et logistique pour appuyer la vocation de créer à Kinshasa un véritable centre de recherche stratégique, et avons à ce titre acheminé près de 3000 ouvrages spécialisés dans tous les domaines cités, afin d’ancrer dans la durée le travail de fond engagé.

L’institut THEMIIS forme ainsi au Congo, l’élite administrative militaire d’aujourd’hui et de demain. L’autonomisation des enseignements, qui fait partie des gènes de l’Institut et que nous mettons progressivement en œuvre, permettra à l’avenir et sans rupture qualitative, à des enseignants congolais de prendre en charge eux-mêmes la formation de cette élite pour le bien de l’ensemble du pays et de ses forces armées d’après-demain. En d’autres termes, tout en dispensant un enseignement à forte valeur ajoutée, l’Institut THEMIIS prépare simultanément les futurs formateurs nationaux des Ecoles où il intervient, pour permettre aux Nations intéressées de parvenir à une rapide autonomie stratégique en matière de formation de leurs élites.

Je reste à votre écoute,

Bien cordialement,

Camille Roux »

http://www.afrique-asie.fr/les-nouveaux-masques-de-la-francafrique/

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Publicités

Une réflexion sur “MACRON avec Les nouveaux masques de la Françafrique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s