#RDCongo #Gabon #Togo #Congo #Tanzania #Israel Files Bank BGFI : Kabila, Selemani et #ShadowBanking of #Terrorism ! David Ezekiel #SudOil #Crude #Netanayhu

#RDCongo #Gabon #Togo #Congo #Tanzanie #Israel Dossier Banque BGFI : Kabila, Selemani et financement du #Terrorisme ! David Ezekiel #SudOil #Crude #ShadowBanking

Dossier BGFI : Kabila, Selemani et financement du terrorisme

  • 8 mai 2018
  • Hubert Leclercq

Dossier BGFI : Kabila, Selemani et financement du terrorisme

Depuis plus d’un an, la filiale congolaise de la banque gabonaise BGFI est prise dans un tourbillon d’affaires, toutes plus douteuses les unes que les autres.

Au centre de ces dossiers, deux hommes. D’un côté, le patron de cette filiale congolaise Francis Selemani, qualifié par les uns « d’ami d’enfance de Kabila, du temps où ils étaient tous les deux en Tanzanie », par d’autre de demi-frère du président congolais hors mandat. De l’autre, Jean-Jacques Lumumba, ancien cadre de cette banque. Un jeune trentenaire, petit-neveu de Patrice Lumumba, présenté par ses anciens collègues et ses proches de Kinshasa, comme un homme discret, travailleur, intègre, « ayant conscience qu’il porte un nom qui lui interdit de ne pas être attentif aux souffrabces du peuple congolais ». Fin 2016, le jeune homme quitte son poste et la RDC, il accuse son ancien employeur d’avoir couvert le détournement de dizaines de millions de dollars venant de plusieurs institutions d’Etat. Il évoque notamment la Ceni (Commission électorale nationale indépendante). Depuis quelques semaines, même la Banque centrale (BCC) est épinglée. « Vous remarquerez que la BCC n’a pas démenti ce versement de 7,5 millions », explique aujourd’hui Jean-Jacques Lumumba. Selon les infos publiées par le magazine Jeune Afrique, le 16 mai 2016, La BCC a effectué un virement de 7,5 millions de dollars  sur un compte de la BGFI au nom de Sud Oil Immo. Le libellé de la transaction précise que le donneur d’ordre est la banque centrale elle-même, ce qui suggère que cet argent provient de ses fonds propres.

Pour étayer ses dires, l’homme n’est pas parti les mains vides. Il a emporté de nombreux documents qui démontrent la gestion très particulière de la filiale congolaise de la BGFI.  Depuis ce week-end, on a appris que la banque s’était réorganisée. Le patron de la filiale, M. Selemani a abandonné son poste, officiellement pour devenir directeur du développement du holding. Une promotion a en croire les responsables de la BGFI. Selemani aurait terminé deux mandats à la tête de l’institution à Kinshasa et ce transfert ne serait donc que logique dans le cadre d’un plan de carrière traditionnel.

Financement du terrorisme

Mais ce départ fait aussi suite à de nouvelles accusations contre BGFI-RDC. Des accusations portées par The Sentry, une ONG américaine notamment fondée par l’acteur George Clooney.

Une seconde charge de cette ONG contre la banque qui, selon ses rapports, servirait aussi au financement du terrorisme. Ce sont ici les liens entre la banque et des hommes d’affaires libanais actifs en RDC qui sont épinglés. L’ONG en appelle à l’Union européenne et aux Etats-Unis à prendre des sanctions contre la banque et ses responsables.

D’autres mouvements ont eu lieu depuis une semaine, selon des proches du dossier qui évoquent la dissolution des parts que détenait Gloria Mteyu, autre membre de la famille Kabila. « Officiellement, les 40% des parts que détenaient le clan Kabila seraient dilués entre plusieurs investisseurs congolais ou étrangers », poursuit notre interlocuteur très dubitatif.

« Sauve qui peut »

Le financement du terrorisme et plus particulièrement encore du Hezbollah, étroitement lié à l’Iran, ne peut laisser indifférent Washington. « Il y a des enquêtes en cours aux Etats-Unis », confirme un ancien diplomate américain. « Le Trésor et la justice étudient ce dossier. »

Jean-Jacques Lumumba, lui, préfère jouer la prudence. « Je sais que c’est un dossier sensible, que la banque n’est pas innocente. Mais je sais aussi que le groupe avait interdit formellement toute transaction avec certaines sociétés liées au milieu libanais des affaires au Congo, comme le groupe Congo Futur. Il y a des écrits qui attestent ce que je vous dis », confie-t-il depuis Paris.

D’autres de ses collègues banquiers ont moins de scrupule. « Le Gabon a laissé faire parce qu’il était en face de quelqu’un qui a beaucoup de pouvoir. Maintenant que ça craque de toutes parts, le grand patron de la BGFI, M. Oyima est obligé de sortir du bois. C’est la vie de son groupe qui peut être en danger. Il faut écarter Selemani mais ça ne peut pas apparaître comme une sanction, il a donc fallu organsier en toute hâte ce transfert au Gabon. Le fait que le clan Kabila ait accepté ce mouvement démontre bien qu’ils ont pris conscience de la gravité de ce qui plane au-dessus de leur tête. C’est un peu du sauf qui peut. »

« Selemani faisait ce qu’il voulait »

Par contre, Jean-Jacques Lumumba, le lanceur d’alerte, est beaucoup plus prolixe lorsqu’il s’agit de  parler de son ancien patron Selemani et de ses méthodes. « Je ne mène pas une lutte contre un homme. Mon combat est une lutte de valeurs, une lutte pour un Congo meilleur », tient-il à mettre au point en préambule de sa description du « système Selemani ». « C’est très simple, il faisait ce qu’il voulait. Il a berné toute la stucture du groupe. En interne, il ne cachait pas qu’il n’aimait pas les Gabonais. Il a même fait chasser plusieurs délégations gabonaises. Il était directeur général de la BGFI en RDC, c’est lui qui avait et qui ne respectait pas la délégation de pouvoirs de la holding en matière de crédit. »

Mafia tanzanienne et menaces de l’ANR

Autre élément soulevé par Jean-Jacques Lumumba et d’autres acteurs du monde financier congolais : le rôle joué par plusieurs ressortissants tanzaniens. « Des copains venus des rues sombres de Dar es-Salam », explique l’un d’eux. « Ils sont venus avec des pantalons troués, sans un sou et grâce au fait que leur copain est arrivé au pouvoir, ils se sont fait des millions sur le dos du peuple congolais. »

« Selemani, son épouse, David Ezekiel, le patron de Sud Oil, et d’autres sont tous Tanzaniens. Se sont tous des amis ou des membres de la famille de Joseph Kabila qui se servent allègrement dans les caisses de l’Etat », explique Jean-Jacques Lumumba qui, depuis quelques semaines, comme d’autres opposants ou critiques au régime Kabila, ont été priés par les services de renseignements occidentaux de se tenir sur leurs gardes, de modifier leurs habitudes. « On sait que des agents de l’ANR sont arrivés sur le sol européen et qu’ils ont recruté des hommes de main notamment dans le milieu albanais », explique une des personnes mises en garde en Belgique. « On nous a même donné des noms de personnes venant de l’est de l’Europe. »

Police charge two in the David Ezekiel case

  • ezekiel David and Bev Pockroy
“There is clear evidence of murder” in the case of popular British resident David Ezekiel, but due to the gruesome nature of the killing, police “still need to positively identify the body.” Officially, it is still being treated as a “missing person’s investigation”. Two people (who live next to the field in which a body was found) were charged this week for the theft of cars and other belonging of Ezekiel’s, and as suspects in his ‘disappearance’. They were remanded in custody and will appear at a bail hearing next week.
by ANT KATZ | Mar 02, 2017

A body discovered in an open field in Benoni on the East Rand last week, may well be that of 60-year-old Briton David Ezekiel who went missing earlier in February. However, the body has yet to be formally identified.

Ezekiel David CSOEzekiel, who has been living in Johannesburg for 35 years, disappeared on February 16 and became the subject of an intensive and desperate missing person social media campaign. A body, which is presumed to be that of Ezekiel, was found in the Actonville suburb of Benoni, near the place where Ezekiel had last been sighted.


RIGHT: The original CSO poster which went viral among the Jewish community last week


« There is clear evidence of murder,” a reliable source close to the investigation told the Jewish Report, “but police still need to positively identify the body.”

Ezekiel emigrated to South Africa and spent most of the past 35 years time as the catering manager of Our Parents Home in Norwood. For the past three years he has run a handyman service called “Dave’s Handyman” and was last seen alive driving away from his home in a gated community in Linksfield, accompanied by two other cars.

He was thought to be buying or selling a car.

Ezekiel David Immanuel, Jason and Charlie


LEFT: A 2012 picture of Davis Ezekiel (second from left), with his brother Immanuel and children Jason and Charlane. The family were together in Pretoria for what turned out to be a short-lived marriage between David and Bev Pockroy 


Senior SA Police Services spokesman Brigadier Vishnu Naidoo confirmed that police had arrested two suspects, a man and a woman, in Actonville. “They appeared in the Johannesburg Magistrates Court on Monday charged with two counts of theft of motor vehicles, general theft and fraud and in connection with the disappearance of Mr Ezekiel.” The charges “all relate to property that belonged to Mr Ezekiel”, Naidoo said.The two suspects were remanded in custody until March 8 for a formal bail hearing.

Ezekiel’s close-knit family – including two brothers in the UK, his SA-born children Charlane (Charlie) and Jason, both of whom went to King David School – told media in the UK before the body was found that they were “incredibly worried” over what might have happened to him. They called his disappearance totally out of character.

Ezekiel Jason and kidsCharlie, a fashion designer in Los Angeles, described her father as a “hard working, kind and loyal man”.

David Ezekiel had spent his 60th birthday in Los Angeles and Las Vagas last December, says Glen Phillips, with his brother Immanuel, his children and their spouses and his two grandchildren.


RIGHT: David’s son Jason and his two grandchildren. David and Charlie were born in SA and attended King David Linksfield


Charlie told UK media: “He left the house at around 18:00 with two people – an Indian man and woman.

« We think he went with them to sell two cars, but nothing is set in stone. They went out for dinner and then dropped him… in Benoni.”

She said her father, who lived alone, was last seen getting into a car in the Benoni area at around 22:30.

The concerned family, working with police and the CSO, launched an appeal for witnesses online which was widely shared among the community. They also posted a notice on the SA Missing Persons Facebook page.

Glen Phillips, a long-time friend of Ezekiel, told the Jewish Report that Ezekiel had trained as a chef in the UK, Israel and Europe. He said that when the 25-year-old married immigrant arrived in South Africa, he began to work at Our Parents Home in Norwood.


Whatever happened to David Ezekiel?

“David had been popular and very well liked by the residents” at the retirement home, says the Chevrah Kadisha’s head of group communications, Tzivia Grauman. Ezekiel left the aged home for a short while and worked at a bakery, only to return to the home in 2008, and finally retiring in 2013.

Our Parents Home, which today houses 220 retirees, was originally established in 1940 to welcome Jewish immigrants fleeing the Holocaust,

it was incorporated into the Chev in 2001.

In 2012, the then-divorced Ezekiel married Bev Pokroy in Pretoria, but that marriage also ended in divorce.

Phillips confirmed that the police were treating the matter as a murder. The case had originally been “handled by the missing persons division, before it was escalated to a murder”, he said.

“We are in contact with the authorities and the family,” said Isabel Potgieter, spokesman for the British High Commission in South Africa. She told Jewish Report that she was unable to say anything more as it was a consular affair.

Philip Kalmanowitz of the Johannesburg Chevrah Kadisha told Jewish Report that Ezekiel’s body was in a mortuary and was undergoing forensic testing. Once it has been released it would be prepared for repatriation to the UK where he will be buried.

Publicités

Une réflexion sur “#RDCongo #Gabon #Togo #Congo #Tanzania #Israel Files Bank BGFI : Kabila, Selemani et #ShadowBanking of #Terrorism ! David Ezekiel #SudOil #Crude #Netanayhu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s