#Syrie #France #Israel L’Histoire va-t-elle se répéter au #Togo avec #AlNosra ? #Lafarge #Vinci #Bollore #ISIS #BokoHaram #Daesh

#Syrie #France #Israel L’Histoire va-t-elle se répéter au #Togo avec #AlNosra ? #Lafarge #Vinci #Bollore #ISIS #BokoHaram #Daesh

 

En Syrie un conflit surgit au sein d’Al-Qaïda.

Les syriens de l’Etat Islamique en Irak qui ont formé le Front pour la victoire (en arabe « Jabhat Al-Nostra » dit « Al-Nosra ») entrent en rivalité avec leur maison mère lorsque les irakiens de l’Emirat se déplacent eux aussi en Syrie.

Quand le conflit dégénère en bataille rangée, la France et la Turquie soutiennent les syriens contre les irakiens.

Les deux pays envoient des munitions à Al-Nosra, via la coquille vide qu’est l’armée syrienne libre.

Cependant les combats entre les deux organisations ne sont pas généralisées. Ainsi dans le Qalamoun (à la frontière libanaise) ce sont toujours les mêmes hommes qui portent à la fois les deux drapeaux.

Lorsqu’en mai 2014 la Turquie annonce à la France qu’elle participe  avec l’Arabie Saoudite, les USA, Israel, la Jordanie, le gouvernement régional kurde irakien, des tribus sunnites et l’ordre des Naqchbandis irakiens, ainsi que la Norvège à la préparation d’une vaste opération avec l’Emirat islamique en Irak, la guerre interne s’interrompt.

La France met à disposition des Forces Spéciales et la multinationale Lafarge.

Un bref retour en arrière est ici nécessaire.

En juin 2008, l’OTAN organisait la réunion annuelle du groupe de Bilderberg à Chantilly (USA) au cours de laquelle Hillary Clinton et Barack Obama se présentèrent aux participants.

Parmi les 120 présents se trouvaient Basma Kodmani et Volker Perthes.

Lors d’un débat sur la permanence de la politique étrangère états-uniennes, ils intervinrent pour présenter l’importance des Frères Musulmans (alliés avec la hiérarchie militaire égyptienne par exemple) et le rôle qu’ils pourraient jouer dans la « démocratisation » du monde arabe.

Jean-Pierre Jouyet futur secrétaire général de l’Elysée sous F.  Hollande), Manuel Valls (futur premier sinistre français), et Bertrand Collomb (patron de Lafarge) étaient présents aux côtés de Henry R. Kravis.

Revenons à notre histoire.

Lafarge est le leader mondial des cimentiers.

L’OTAN pour qui il a secrêtement travaillé en 1991, lui confie la construction des bunkers jihadistes en Syrie et la reconstruction de la partie sunnite de l’Irak.

En échange Lafarge laisse l’Alliance gérer ses installations dans ces deux pays, notamment l’usine de Jalabiyeh (à la frontière turque au nord d’Alep).

Durant deux ans la multinationale fournit les matériaux de construction de gigantesques fortifications souterraines qui permettent aux jihadistes de défier l’armée arabe syrienne.

Lafarge est désormais dirigé par l’Etats-Unien Eric Olsen qui a intégré dans la compagnie les usines des Frères Sawiris et de Firas Tlass (le frère du général Manas Tlass dont la France avait songé faire le prochain président syrien).
Les liens entre Lafarge et les forces spéciales françaises sont facilités par l’amitié qui lie Bertrand Collomb (devenu président d’honneur de la multinationale) et le général Benoit Puga (qui était chef d’état-major du Président Hollande).
La quantité de ciment produit par Lafarge pour Daech, au moins 6 millions de tonnes est comparable à celle utilisée par le Reich allemand, en 1916-17 pour construire la ligne Siefried.
Depuis juillet 2012, il s’agissait donc non plus d’une guerre de quatrième génération masquée en révolution, mais d’une classique guerre de position.
Cette production cessera avec l’intervention de l’aviation russe,seule capable de détruire ces bunkers.
A ce moment-là, l’usine de Jalabiyeh sera transformée en quartier général des Forces spéciales de l’OTAN (USA, France, Norvège, Royaume-Uni).

En 2012 Vinci via sa filiale Airport Cambodia Vinci a financé à hauteur de 50 Millions de dollars la contre-offensive contre les jihadistes qui déboulent depuis la Libye pour atteindre Bamako.
François Hollande valide ce faux en écriture de cette société privée française qui finance une OPEX de l’Armée Française !
Autre mélange des genres c’est le Groupe Duval de l’affairiste véreux pédophile Eric Duval blanchisseur de la mafia française qui a tenté de financer la DGSE en Asie ! En échange de quoi ?

Financements occultes d’Operations extérieures à partir du Cambodge.
50 millions d’USD que Vinci a essayé de voler dans la filiale Cambodia
Airports afin d’obtenir en échange le PPP du métro de Bamako au Mali.
PPP VINCI / VCGP / RATP.

Total affaires de corruption et d’abus de
biens sociaux découverts dans la filiale de Vinci au bas mot 150
millions d’USD.
Groupe Lafarge, Groupe Vinci, Groupe Duval, Groupe BNP-Paribas (a financé une partie du trafic d’armes du génocide rwandais) sont des entités privées qui financent des projets publiques, des Opérations Extérieures OPEX de l’armée française, des opérations clandestines mafieuses et criminelles…

Le dictateur togolais il y a quelques mois a rendu visite à des jihadistes blessés d’Al Nosra à l’hôpital Zvi en Israel.
Gravement malade des reins Ben Laden est hospitalisé en aout 2001 à l’hôpital américain de Dubaï. (Un chef d’Etat du Golfe a confirmé lui avoir rendu visite dans sa chambre où sa sécurité était assurée par la CIA.)
Autour de 2006, les troupes US en Irak doivent faire face à un soulèvement qui se généralise. Après avoir été abattus par la soudaineté et la brutalité de l’ivasion (technique « du choc et de la stupeur »), les irakiens organisent leur résistance.
L’ambassadeur états-unien à bagdag, puis directeur du renseignement national, John Negroponte, propose de les vaincre en les divisant et en retournant leur colère contre eux-mêmes.

 

Un transfuge de la DGSE dans les rangs de la branche syrienne d’al-Qaïda?

par Laurent Lagneau

L’histoire serait digne des romans d’espionnage. Selon McClatchy, le
troisième plus grand groupe de presse aux États-Unis, un important
cadre du groupe Khorassan, lié au front al-Nosra, la branche syrienne
d’al-Qaïda, serait un ancien agent de la Direction générale de la
sécurité extérieure (DGSE).

S’appuyant sur les propos prêtés à des sources appartenant à des
services de renseignement européens, McClatchy affirme que ce
transfuge présumé de la DGSE est un spécialiste des explosifs et qu’il
serait par conséquent dangereux, au point même qu’il aurait été la
cible des frappes ayant visé le groupe Khorassan il y a deux semaines.

Justement, à en croire plusieurs responsables militaires américains,
le bilan de ces dernières, réalisées avec des missiles de croisière
Tomahawk est plus que mitigé. Si Mohsen al-Fadhli, le chef de cette
organisation a été tué, de même qu’une cinquantaine de jihadistes, de
nombreux cadres auraient réussi à s’achapper en emportant avec eux les
engins explosifs perfectionnés qu’ils entendaient utiliser pour des
attentats contre des avions de ligne. Et parmi eux se trouverait donc
ce transfuge présumé de la DGSE…

« Nous ne savons pas s’il était agent dormant ou s’il s’est radicalisé
après », a confié l’une des sources interrogées par McClatchy à son
sujet. À noter que, visiblement, l’idée d’un agent infiltré ne lui pas
effleuré l’esprit… « La combinaison de la formation qu’il a reçue
dans le domaine du renseignement avec ses croyances jihadistes fait de
lui l’un des agents d’al-Qaïda les plus dangereux », a affirmé une
autre.

L’organe de presse américain précise avoir obtenu ces informations via
4 officiers de renseignement européens ayant une connaissance de la
situation syrienne à des degrés divers. Tous ont totalement ou
partiellement confirmé l’existence de ce transfuge, classée « top
secret ». Deux ont même donné séparément son identité (que McClatchy
n’a pas révélée). Bien évidemment, leurs déclarations ont été faites
dans l’anonymat.

Cependant, le ministère de la Défense a démenti les révélations de
McClatchy. « Les informations parues au sujet de l’appartenance
supposée de la personne en question aux services de renseignement du
ministère de la Défense sont totalement et parfaitement erronées », a
ainsi déclaré un de ses responsables.

« Ce Français existe mais ce n’est ni un ancien des services secrets
ni même un ancien militaire; à notre connaissance, il se serait juste
entraîné physiquement avec d’anciens membres de l’armée française », a
confié une source au sein du ministère de la Défense au quotidien Le
Monde. Le journal assure par ailleurs que, d’après des membres de la
communauté du renseignement, ces allégations de McClatchy sont «
farfelues »

Pour le moment, aucun démenti officiel n’a été diffusé par communiqué.
Et la DGSE s’est refusée à faire le moindre commentaire sur cette
affaire. Mais toujours d’après Le Monde, ce Français serait bel et
bien un « gros poisson » recherché par les services de renseignement
américain mais la confusion « pourrait venir de propos tenus par
l’individu lui-même à propos de ses faits d’armes ». En clair, ce
serait un mythomane.

Par ailleurs, le groupe McClatchy a déjà fait parler de lui l’an passé
après avoir compromis une opération en cours des services de
renseignement américains, en révélant l’existence d’un projet
d’attaques de grande ampleur en rapportant les conversations entre
Ayman al-Zawahiri, le successeur de Ben Laden à la tête d’al-Qaïda, et
Nasser al-Wuhayshi, le chef d’al-Qaïda dans la péninsule arabique
(AQPA). Ce qui laissait à penser que ces deux derniers étaient sur
écoute. Et certains analystes et responsables de l’admnistration Obama
estimèrent que cette fuite avaient faits plus de dégâts que les
révélations d’Edward Snowden.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s