#Françafrique #VincentBolloré le nouveau livre « Vincent Tout Puissant » #Togo #Afrique #Squarcini #Péchenard #AngeMancini #FrancisPerez #MafiaCorse #Gnassingbé #FaridaNabourema #MEDIAPART

#Françafrique #VincentBolloré le nouveau livre « Vincent Tout Puissant » #Togo #Afrique #Squarcini #Péchenard #Mancini #MafiaCorse #Gnassingbé #MEDIAPART

L’un des protecteurs et financier dans la nouvelle reine Sémiramis du Togo, Farida Nabouréma va pouvoir se procurer cet opus très intéressant sur « Bollos » le dinosaure de la Françafrique et représentant de l’oligarchie globale sataniste !

Bonne lecture les schizophrènes et les autres !

 

Dans « « Vincent tout puissant » aux éditions JC Lattès, Jean-Pierre Canet et Nicolas Vescovacci enquêtent sur les réseaux et les méthodes d’un des hommes les plus puissants de France.

Leur enquête sur le Crédit Mutuel a fait l’objet d’une censure à l’ancienne. Un milliardaire, Vincent Bolloré, rachète une télévision, Canal+. La diffusion du film entre en conflit avec ses intérêts. Poubelle. Erreur. Le reportage est récupéré par France 3. Scandale et audience massive là où cela aurait dû rester confidentiel. Après cet épisode, l’auteur et le producteur de ladite enquête en ont entamé une autre. Très vaste. Mettre à jour les réseaux d’influence et les stratégies de conquête de l’homme d’affaires breton, puissamment implanté en Afrique, magnat des médias en France. Une histoire parfois très technique, parfois très cinématographique, faite de curés tradis, de poulets Thui Thui, de banquiers mentors, de présidents de la République et de grands flics.

Les brèves de l’Instant M

La Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) saisit le CSA, ainsi que les responsables des commissions de l’Assemblée nationale et du Sénat, tant en écrivant à la ministre de la culture pour lui demander « de faire cesser des pratiques que l’on n’a jamais vues dans l’audiovisuel ». L’histoire est la suivante. Voyant son chiffre d’affaires baisser, Canal+ a voulu baisser les droits d’auteurs que ses chaînes doivent payer à chaque diffusion d’une fiction, d’un documentaire, etc… La SACD a déjà poursuivi Canal+ en justice l’année dernière. Mais le groupe a préféré régler les droits demandés avant jugement. La paix armée n’aura pas duré. Le conflit est reparti.

C’est à lire dans Les Echos ce matin. Les pistes proposées par France Télévisions pour faire travailler ensemble chaînes et radios publiques. Notamment la création d’un nouveau rendez-vous d’information politique régional, diffusé à la fois sur France Bleu et le réseau régional de France 3. Il prendrait la forme d’un débat autour d’une question d’intérêt régional. L’idée d’une matinale commune se poursuit : une émission hybride radio/Tv pilotée par France Bleu, sur la tranche du 7h-9h, avec des news et des services de proximité. Un premier numéro pourrait avoir lieu à Paris. Autre possibilité : la diffusion simultanée d’une émission en matinée (un peu plus tard), pilotée cette fois par France 3, portant sur les questions de vie quotidienne. Dans la musique, aussi, les opérations de découverte des jeunes talents de France Bleu pourraient être relayées par France 3. Ce ne sont que des documents de réflexion.

Togo or not Togo ? That is the question que l’on se pose. Oui, encore le Togo. Que voulez-vous, aux Jours, c’est une ligne éditoriale : quand on plante nos dents dans un truc, on ne le lâche pas, on ne le lâche plus. Et l’affaire de la vidéo promotionnelle pour le Togo diffusée en douce sur Canal+ le 22 décembre dernier (lire l’épisode 82, « Le Togo en autopromo chez Bollo ») n’a pas encore livré tous ses secrets. On sait que la pub clandestine, c’est interdit. On sait que la direction de Canal+ prétend que c’est un reportage. On sait que le CSA s’est emparé du dossier. Reste la question essentielle de savoir qui, puisque la chaîne se refuse à le dire, a commis ce petit chef-d’œuvre de propagande à la gloire de ce pays d’Afrique où Vincent Bolloré fait du business : Togo or not Togo ?

Les nouvelles révélations des Jours esquissent une réponse. Selon les recherches que nous avons effectuées, la vidéo a été largement et systématiquement pompée sur deux films institutionnels vantant le Togo qui sont en ligne sur des sites tout ce qu’il y a de plus officiels : celui du gouvernement togolaiscelui de la présidence du pays et le compte YouTubequi y est associé. Aïe. Voilà qui fait bien mauvais genre alors que, la semaine dernière, devant les représentants du personnel, la direction de Canal+ a expliqué qu’il s’agissait là d’un « reportage » dans le cadre d’une future collection consacrée aux « initiatives positives ».

Après les révélations des Jours sur la diffusion en catimini sur Canal+ d’une pub clandestine pour le Togo, grand partenaire financier de Vincent Bolloré, le Conseil supérieur de l’audiovisuel entre dans la danse. Selon nos informations, le CSA a en effet ouvert une instruction qui déterminera, au terme du looooong processus généralement observé par l’instance, si cet étonnant objet télévisuel mérite sanction. On devrait être fixé dans les deux mois mais pour patienter, et rire un peu, nous vous avons déniché les réponses tout à fait officielles faites par la direction aux syndicats qui l’interrogeaient ce jeudi sur le machin. Et vous allez voir, on sait encore se marrer sur Canal+.

Mais d’abord, le machin en question. Il est 7 h 03 ce vendredi 22 décembre 2017 quand cet étonnant spectacle est offert aux rares téléspectateurs de Canal+ à cette heure-là – à peine quelques dizaines de milliers. Un jingle de la chaîne avec le logo Canal+. Un écran noir. Et, sans autre forme d’avertissement, de générique, de titre ou d’incrustation précisant la nature du programme, voici un film de 6 minutes et 40 secondes proprement ahurissant. « L’Afrique est en mouvement, elle invente, se modernise et prend son destin en main, dit la voix off sur un mur d’images qui ne déparerait pas au festival du film d’entreprise. Aujourd’hui, un pays est regardé avec beaucoup d’attention pour son engagement : le Togo. » Oui, on parle bien de ce pays où Vincent Bolloré fait de bonnes affaires, du port autonome de Lomé, la capitale, qu’il gère, à la salle de cinéma CanalOlympia.

 

A la découverte du jeu d’influence de l’empire Bolloré autour de Faure Gnassingbé, Alpha Condé, Paul Biya…

De gauche à droite : Vincent Bolloré du groupe français Bolloré; Françis Perez du groupe Pefaco; Alpha Condé, président de la Guinée et Faure Gnassingbé, président du Togo | Infog : 27avril.com

De gauche à droite : Vincent Bolloré du groupe français Bolloré; Françis Perez du groupe Pefaco; Alpha Condé, président de la Guinée et Faure Gnassingbé, président du Togo | Infog : 27avril.com

Les activités si florissantes de Vincent Bolloré et son « empire » attirent de plus en plus la justice française. Bolloré et les siens ont-ils fait usage de corruption dans l’acquisition des concessions acquises au Port de Lomé et de Conakry ? C’est ce que des enquêteurs français cherchent à déterminer en allant, vendredi 08 avril dernier, faire une perquisition au siège du groupe français en France. Les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCLIFF) veulent vérifier si celui qui règne sur de nombreux ports en Afrique dont celui de Lomé a acquis les concessions par le biais d’une de ses filiales, Havas, dirigée au Togo par Patrick Senam Bolouvi, demi-frère de Faure Gnassingbé.

Depuis 2010, Bolloré est redevenu maître du Port de Lomé. Et pour 35 ans. Le groupe du Français venait de se réinstaller sur les quais de Lomé, après quelques années de batailles judiciaires qui l’opposaient à Jacques Dupuydauby de Progossa SE2M/SE3M. Cette rivalité entre les deux concurrents a duré des années, mais le Franco-espagnol DupuyDauby avait réussi à tirer son marron jusque là et menait ses activités tranquillement à Lomé. Puis subitement, en fin mai 2009, les choses se sont retournées, en quelques jours. Il a dû quitter précipitamment le pays et visé par un mandat d’arrêt. Il a même été accusé par les autorités togolaises d’avoir, se reprochant des choses, jeté des documents comptables en mer avant de prendre la poudre d’escampette. Il a, lui, répondu avoir quitté le Togo normalement, et par l’aéroport de Lomé. Quoi qu’il en soit, il ne reviendra plus jusqu’à ce jour. Et c’est son rival Bolloré qui reprendra le dessus, avec ses cadres qui, jusque-là, étaient, eux, en prison et seront libérés. Les activités de manutention au port lui seront restituées. La construction et l’exploitation du 3e quai pendant 35 ans lui seront aussi concédées, après. Il annonce vouloir investir 300 milliards sur les 35 ans. Seulement les contours de cette concession échappent à toute transparence.

On se rappelle que, en décembre 2007, deux ans après l’arrivée de Faure Gnassingbé au pouvoir sur le corps d’au moins 500 personnes, en marge d’un sommet Euro-Afrique à Lisbonne au Portugal, Nicolas Sarkozy, un « ami » de Vincent Bolloré, se serait impliqué personnellement dans le dossier. « Bolloré est sur les rangs. Quand on est ami de la France, il faut penser aux entreprises françaises », avait dit le président français de l’époque à Faure Gnassingbé. Ce dernier, à la quête d’un rapprochement avec la France, ne s’est pas trop fait prier.

On apprendra également qu’une délégation togolaise, dans le cadre des marchandages, se serait rendue à Paris où elle a mis sur la table les conditions de la partie togolaise. Au nombre des conditions, on cite la cessation des poursuites judiciaires contre un certain Charles Debbasch, mercenaire français visé par des plaintes dans l’Hexagone, mais qui s’était carrément installé au Togo depuis 2005 où il apporte son appui au régime de Faure Gnassingbé en matière de contorsions juridiques. Le deal n’a pas mis assez de temps pour être conclu. Conséquence Bolloré est revenu à Lomé, Progossa mis dehors, sans ménagement.

« Bolloré est de retour », s’exclame republicoftogo.com, le 30 mai 2009. Au Port de Lomé, le groupe français retrouve ses activités de manutention. Mais pas seulement. Sa filiale spécialisée dans la communication, Havas, se voit par ailleurs confier la gestion d’une partie de la campagne électorale de Faure Gnassingbé lors de la présidentielle de 2010. C’est justement cet épisode du feuilleton qui intéresse la justice française. Puisque la même année, la même agence Bolloré s’occupe de la campagne d’Alpha Condé, en Guinée. La montée au pouvoir de cet opposant longtemps exilé en France fera l’affaire du groupe français. Un an après, les autorités guinéennes retirent la concession de la manutention du Port de Conakry à Getma (filiale du Groupe Necotrans) qui avait remporté un appel d’offre lancé dans ce sens et qui était en plein déploiement de ses activités. Là aussi, c’est Bolloré qui s’installe après le coup de force. Havas, dirigée au Togo par le demi-frère de Faure Gnassingbé, a-t-elle joué un rôle dans l’attribution des concessions des deux ports de Lomé et de Conakry, les investigations de la justice française permettront de le savoir un jour.

Le groupe Pefaco, cité, se dit surpris

Officiellement le groupe Pefaco et le groupe Bolloré sont deux entités distinctes qui ne se connaissent pas. Mais alors pas du tout (sic). Selon nos confrères français de Le Monde, l’un des avocats du groupe Bolloré, Me Olivier Baratelli, a confirmé les informations en leur possession au sujet de la perquisition. « Lors de cette perquisition, il nous a été demandé des documents sur des concessions portuaires en Afrique et nous les avons remis, a-t-il précisé. Tout en assurant que le groupe n’est nullement partie ou impliqué dans cette information judiciaire », a repris Le Monde, citant Me Baratelli. Dans un communiqué Bolloré indique « qu’il n’a entretenu et qu’il n’entretient aucune relation avec la société Pefaco et ses dirigeants ». Peut-être. Seulement, un nom est cité dans l’entourage des deux entités : Jean-Philippe Dorent.

Un des cadres dirigeants de Havas, il est chargé du pôle international. Très actif en Afrique, c’est lui qui a piloté en 2010, pour le compte d’Havas, la campagne présidentielle d’Alpha Condé. Lui-même se défend d’avoir battu campagne pour celui qui deviendra le président de la Guinée. Il se contentera de répondre aux critiques dans la presse d’avoir été juste « consultant » qui « a plutôt bien conseillé Alpha Condé qu’il considère comme un ami et une figure de la lutte africaine contre la dictature et contre l’apartheid ». Par ailleurs, le même Dorent, renseigne Le Monde, s’est occupé personnellement de la communication de Paul Biya pendant la COP 21 à Paris en décembre 2015 et l’agence Havas s’est mise au service de Sébastien Ajavon, à la dernière présidentielle au Bénin.

C’est par M. Dorent qu’on cite dans les entourages de Francis Perez, patron du Groupe Pefaco, que, semble-t-il, la justice a atterri chez Bolloré. « C’est en effet de façon incidente que les magistrats ont été amenés à s’intéresser aux affaires africaines du groupe Bolloré, présent dans 46 pays du continent où il s’est imposé dans la logistique portuaire. Plus précisément en se penchant sur l’entregent de Francis Perez, président du groupe Pefaco. Cette société française, basée à Barcelone, entretient des liens étroits avec plusieurs figures corses de l’univers des casinos, ainsi qu’avec certains chefs d’Etat africains tels les présidents togolais Faure Gnassingbé et congolais Denis Sassou-Nguesso. Francis Perez compte par ailleurs parmi ses relations un certain Jean-Philippe Dorent, dont le nom apparaissait déjà dans le signalement Tracfin – le service antiblanchiment du ministère des finances – qui avait provoqué l’ouverture de l’enquête préliminaire en juillet 2012 », lit-on dans un article de Le Monde dans lequel on cite également un aveu de M. Dorent : « Je connais M. Perez tout comme je connais plein de monde en Afrique et ailleurs .

A Lomé, le groupe Pefaco est bien connu au Palais de la Présidence et mène ses activités ludiques et hôtelières au Togo. Il a annoncé la construction d’un complexe hôtelier sur la côte togolaise, en face du siège de la banque panafricaine Ecobank. Depuis plusieurs années, le chantier dont la pose de la première pierre a été faite par Faure Gnassingbé est toujours resté à une étape primaire, sans vraiment évoluer.

Bolloré en maître et seigneur sur l’Afrique

En Afrique, Bolloré est plus qu’un chef d’Etat. L’homme a réussi à étendre son influence sur plusieurs présidents, surtout francophones. Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Cameroun, etc. Vincent Bolloré règne partout. Tous les ports de ces pays, à priori en concurrence, lui « appartiennent », en exclusivité ou en partage avec d’autres acteurs. Mais Bolloré n’est pas seulement dans la manutention portuaire. Il est aussi dans les chemins de fer, l’agriculture, l’énergie solaire, la construction de centres des jeunes. Même dans ses autres activités, le géant français n’a pas du tout une bonne réputation. Au Liberia et au Cameroun par exemple, ses filiales sont accusées de faire de l’accaparement de terres et de soumettre les paysans de ces pays au harcèlement judiciaire. Sa nouvelle folie est le projet de construction de chemin de fer pouvant relier Abidjan à Cotonou, en passant par Niamey et Ouagadougou (et aussi Lomé). Même dans le cadre de ce projet, il est visé par plusieurs plaintes d’hommes d’affaires qui l’accusent de les avoir roulés dans cette affaire à lui confiée sans aucun avis d’appel à manifestations d’intérêt. Tout comme dans ses activités portuaires, ici également l’on est en droit de se demander comment l’homme a pu (convaincre 5 chefs d’Etats africains et) se faire confier un si grand projet de construction de voies ferroviaires sur plus de 1300 kilomètres, sans qu’il ne soit ouvert à la concurrence. D’où les inquiétudes ! Car on a bien l’impression que les chefs d’Etats de certains pays ne sont plus capables de refuser quoi que ce soit à l’homme d’affaires français. Il semble disposer de pouvoir sans limites sur eux, mais aussi sur les opposants de ces pays qui passent de temps en temps émarger dans les bureaux de ces sociétés. En conséquence, c’est toute la classe politique (et même souvent le système judiciaire) des pays où il exerce ses activités qu’il tient dans sa poche. Et même en situation de scandale dans lequel il serait impliqué, les Assemblées nationales de certains pays dans lesquelles sont représentées diverses sensibilités sont incapables de lancer des interpellations à son sujet.

Après un demi-siècle de d’indépendance, il exixte encore de rares personnalités capables d’avoir autant d’influence sur autant de pays en Afrique. Et cela devrait inquiéter. Sérieusement !

Patrick Kodjovi Senam Bolouvi : Demi-frère de Faure Gnassingbé, patron de Havas Média Togo

Le frère ultérin (demi-frère maternel) de Faure GNassingbé, Patrick Kodjovi Senam Bolouvi | Archives / L'Alternative

Le frère ultérin (demi-frère maternel) de Faure GNassingbé, Patrick Kodjovi Senam Bolouvi | Archives / L'Alternative
Le frère ultérin (demi-frère maternel) de Faure GNassingbé, Patrick Kodjovi Senam Bolouvi | Archives / L’Alternative

L’enquête diligentée par les juges financiers français pour corruption d’agent public dans les concessions des ports de Lomé et Conakry qui aboutit le 8 avril dernier à la perquisition du siège du groupe Bolloré en France visait Jean Philipe Dorent, dirigeant de Havas, une société de communication appartenant à Vincent Bolloré (60% des actions) et au service des compagnes électorales des dictateurs en Afrique.

Les juges sont convaincus que Vincent Bolloré a obtenu la gestion des ports de Lomé et Conakry par l’entremise de sa société de communication Havas. En Guinée, des sources bien renseignées persistent et signent que Havas aurait soutenu la campagne électorale d’Alpha Condé. Jean Philipe Dorent ne dément pas l’information, mais tente de minimiser en ces termes dans le journal Le Monde : « C’est un fantasme que de penser qu’un coup de main à la campagne d’un candidat à la présidentielle qui faisait figure d’outsider comme Alpha Condé permettrait l’obtention d’un port ».

Qu’en est-il de Lomé où les mêmes soupçons pèsent sur le groupe Bolloré qui a eu la concession du port par un contrat classé secret d’Etat pour 35 ans? Après avoir fait main basse sur le port de Lomé, le groupe Bolloré, pour amadouer les pauvres togolais, s’est lancé dans la création d’espaces de loisirs dénommés « Blue Zone ». Le premier responsable de Bolloré Africa Logistics et Togo Terminal a pour nom Charles Gaffan. Un ami et confident de Faure Gnassingbé qu’on retrouve aussi dans la galaxie de la toute puissante Directrice de cabinet de la Présidence et ministre du Développement à la base, Victoire Noellie Dzidudu Sidemeho Tomegah-Dogbé.

La société de communication Havas est également présente au Togo. Une petite investigation permet de localiser ses bureaux au 23 angle rue de l’Entente et Manga à l’étage de l’immeuble de l’ancien café de Paris. Dénommée Havas Média Togo, elles sont pilotée par Patrick Kodjovi Senam Bolouvi. Ce dernier se trouve être le demi-frère de Faure Gnassingbé (fils de sa mère). Havas Média Togo serait sollicitée par plusieurs sociétés d’Etat et certaines sources croient savoir qu’elle détiendrait un contrat de sous-traitance de l’actualité internationale à la Télévision nationale (TVT).

Le 21 mars 2015, Patrick Kodjovi Senam Bolouvi était aperçu aux côtés de son demi-frère Faure Gnassingbé dans une tournée de pré campagne électorale du locataire de la Marina qui l’a conduit tour à tour à TséviéGapé CentreGapé-Kpodji, Wonugba, Gamé, Glékopé, Agbélouvé.

Charles Gaffan, responsable du groupe Bolloré au Togo, ami personnel de Faure Gnassingbé, Patrick Kodjovi Senam Bolouvi demi-frère du chef de l’Etat, les liens sont très forts, les collusions, les complicités établies, ce qui permet de conclure que les éléments du puzzle se mettent en place.

Ce réseau a-t-il servi de canal pour un marchandage financier et une facilité de concession du port de Lomé à Bolloré pour 35 ans ? L’enquête de la Justice française suit son cours, celle de la presse aussi. Bon à suivre.

Source : [15/04/2016] Mensah K.L’Alternative

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Publicités

Une réflexion sur “#Françafrique #VincentBolloré le nouveau livre « Vincent Tout Puissant » #Togo #Afrique #Squarcini #Péchenard #AngeMancini #FrancisPerez #MafiaCorse #Gnassingbé #FaridaNabourema #MEDIAPART

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s